Nos décisions en questions

Par le 11/05/11 | 13 commentaires | 4,653 lectures | Impression

Comment prenons-nous des décisions morales ou éthiques ? Dans l’idéal, nous devrions les prendre uniquement sur les faits… Nous en sommes loin, rappelle Jonah Lehrer dans Wired, l’auteur de Faire le bon choix : comment notre cerveau prend des décisions.

Jonathan Haidt, l’auteur de L’hypothèse du bonheur, psychologue à l’université de Virginie, est connu pour avoir soutenu que nos jugements moraux sont comme des jugements esthétiques. Quand vous êtes face à un tableau, vous savez généralement instantanément et automatiquement si vous l’aimez. Notre jugement moral fonctionne un peu de cette façon, explique Jonah Lehrer. Nos sentiments viennent en premier et les raisons sont inventées à la volée pour les justifier ou les renier. “Quand il s’agit de prendre des décisions éthiques, nous ne nous basons pas sur la rationalité, mais au contraire, sur nos passions”. Nous sommes plus avocats que juge, cherchant à justifier notre conviction. Notre rationalité est une rationalité de façade, comme le disait Benjamin Franklin : “Il est commode d’être un animal raisonnable, qui sait trouver ou forger une raison, pour justifier tout ce qu’il peut avoir envie de faire !”

Nous ne jugeons pas sans biais

Ed Yong, qui tient le blog Not Exactly Rocket Science pour Discover Magazine a mis à jour une passionnante étude issue des Actes de l’Académie nationale des sciences américaine qui observe le processus mental à l’oeuvre dans les décisions des juges concernant des affaires de libération conditionnelle.

Cette étude, réalisée par Shai Danziger de l’université Ben Gourion du Neguev en Israël et Jonathan Levav, professeur de marketing à la Business School de Columbia, analyse les résultats de 1112 audiences de demandes de libération conditionnelle provenant des prisons israéliennes sur une période de 10 mois, réalisés par 8 juges ayant en moyenne 22 années d’ancienneté. Chaque jour, chaque juge prend une décision sur chacun des 14 à 35 cas qui passent devant lui, consacrant en moyenne quelque 6 minutes par décision… Un stakhanovisme qui n’est pas sans conséquence…

Justicedanziger

En effet, l’un des graphiques publiés par les chercheurs montre sur l’axe vertical la propension des juges à décider d’une remise de peine et l’axe horizontal indique seulement l’ordre dans lequel les cas ont été entendus durant la journée (les lignes en pointillés représentent les moments où les juges sont allés déjeuner avant de reprendre leur séance). Le bilan du graphique est terriblement accablant, car il montre que la disponibilité cognitive des juges a un effet majeur sur la probabilité d’être ou non remis en liberté. En début de journée ou après une pause, le juge est plus clément qu’en fin de journée ou qu’après une longue série de décisions. Pour Shai Danziger, plus il est fatigué, plus le cerveau des juges est susceptible d’opter pour le choix le plus simple, l’option par défaut : dans ce cas, le refus de la libération conditionnelle.

Bien sûr, les juges ont moins accordé de libération conditionnelle aux détenus récidivistes ou à ceux qui ne faisaient pas partie d’un programme de rééducation spécifique, ce qui est là assez rationnel. Mais l’influence dramatique de la pause déjeuner sur le jugement qu’illustre le graphique l’est beaucoup moins. Danziger a constaté que les prisonniers vus au début de chaque session étaient plus susceptibles d’être libérés sur parole que les trois derniers de chaque session, et ce, quels que soient leurs peines ou leur historique de condamnation. Confrontés à un choix répétitif — accorder ou non une remise en liberté —, ils finissent par choisir par défaut l’option la plus facile, à savoir le maintien en détention. Ni les juges ni les travailleurs sociaux n’étaient conscients de ces effets, estime Jonathan Levav qui a codirigé l’étude : “Il n’existe aucun contrôle sur les décisions des juges parce que personne n’a jamais étudié cette tendance avant.”

Ce comportement s’explique notamment par la surcharge mentale qui fait que nous avons tendance à opter pour le choix le plus facile. Nous connaissons tous ce phénomène en tant que consommateurs : quand nous avons déjà pris plusieurs décisions d’achats, nous avons tendance par finir par prendre les options par défaut. Mais cela n’a pas le même impact quand il s’agit de décisions de justice. L’étude ne montre pas que les juges prennent des décisions arbitraires (les chiffres montrent que la réhabilitation et la récidive sont prises en compte), mais qu’ils sont victimes des mêmes biais psychologiques que chacun d’entre nous.

Ce n’est bien sûr pas la première fois que les psychologues ont documenté l’effet de nos préjugés sur les décisions judiciaires. Jonah Lehrer rappelle qu’en 1989, Sheldon Solomon, psychologue au Skidmore College, a mené une expérience fascinante (.pdf) sur 22 juges municipaux de Tucson, en Arizona, en voulant étudier la relation de la peur sur le jugement. Pour cela, le psychologue a usé d’un procédé assez simple : il a posé une série de questions aux juges, glissant dans la moitié des questionnaires une question qui avait pour but de faire évoquer aux juges la pensée de leur propre mort. Une fois le questionnaire rempli, l’expérimentateur a demandé aux juges de décider d’une remise en liberté sous caution d’une femme accusée de prostitution. Le groupe des juges de contrôle (ceux qui n’ont pas été invités à réfléchir à leur propre mort) a fixé la caution à 50 $ en moyenne, un montant conforme au délit dans l’état d’Arizona. Mais les juges qui avaient réfléchi à leur fin prochaine ont eu une attitude beaucoup plus punitive : leur caution moyenne était montée à 455 $ !

Les jugements moraux sont donc facilement influencés. Les juges sont des êtres humains comme les autres et leurs choix s’appuient aussi sur leurs sentiments. Néanmoins, souligne très justement Jonah Lehrer, “il est impératif que les juges soient au courant de ces tendances, afin qu’ils puissent prendre des mesures pour en réduire les effets”. Nos décisions morales seront toujours façonnées par nos émotions et nos instincts, mais cela ne signifie pas qu’elles doivent être dépendantes de la pause que nous n’avons pas prise… Et pour cela, il est plus que jamais essentiel de documenter ses propres pratiques, de visualiser les biais qui influencent nos choix éthiques. Peut-être y a-t-il là de nouveaux objectifs pour le Quantified Self, ce mouvement qui vise à tout documenter de soi, qui serait non plus un objectif unipersonnel, mais des objectifs avec une visée plus professionnels ou plus généraux…

Car ce qui a été mis en évidence ici dans le domaine de la justice a de grandes chances d’être observé dans de nombreux autres endroits : entretiens d’embauches, jurys d’admissions divers, …

Nos décisions politiques ne sont pas plus éclairées

Il n’y a pas qu’en matière de justice que l’esprit humain est mis en défaut par ses lacunes. En matière de politique, le bilan n’est pas meilleur, rappelle Jonah Lehrer dans un autre article tout aussi passionnant. Alors que nous pensons prendre des décisions politiques sur des faits, la réalité est aussi sordide que l’heure de déjeuners des juges. “Nous sommes des machines pour l’affiliation, nous reconfigurons sans cesse le monde pour qu’il se confirme à nos idéologies partisanes.”

Nous avons tendance à avoir peu confiance dans les votes de nos concitoyens, mais nous oublions bien souvent d’appliquer le même scepticisme à notre propre comportement. Selon une étude récente de l’Institut des politiques publiques de Californie seulement 22 % des électeurs ont su identifier la catégorie la plus importante des dépenses de l’Etat lorsqu’elles ont été présentées dans une liste de quatre options (à savoir, l’éducation). Un pourcentage qui est proche du hasard. Les électeurs californiens ont été pires quand il s’est agi de deviner la première source de revenus de l’Etat. Pour la majorité d’entre eux, ce sont les frais d’immatriculation qui constituait la principale part des ressources de la Californie (alors qu’ils ne représentent que 2% des recettes de l’Etat). Comme le concluait l’Institut, les Californiens ne comprennent ni d’où vient l’argent ni où il va.

On pourrait penser que cette inconséquence est surtout le fait des électeurs les moins instruits, de ceux qui ont les plus faibles revenus… Mais cela ne semble pas tout à fait exact, explique The Economist.

Kimberly Nalder professeur à l’université de l’Etat de Californie à Sacramento a étudié les sondages du Field Poll sur la proposition 13. La proposition 13, votée en 1978, est une loi qui applique la même taxe à toutes propriétés, qu’elles soient résidentielles ou commerciales. Une réforme récurrente propose depuis que les activités commerciales soient taxées différemment des résidences, visiblement sans succès. Kimberly Nalder a surtout montré que les gens ne connaissent pas la loi : 1/3 des répondants seulement a su expliquer son principe entre plusieurs propositions. Pire, les plus instruits des répondants se sont avérés être ceux qui se sont le plus trompés à expliquer les domaines d’application de la loi. Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, les électeurs en âge de voter en 1978, qui auraient dû être à même de mieux connaitre la loi, se sont avérés être ceux qui la connaissaient le moins, contrairement aux plus jeunes votants. Pire, les électeurs les plus riches se sont avérés les plus mal informés. Plus étonnants encore, les propriétaires (qui bénéficient pourtant de la loi) se sont avérés bien moins informés que les locataires qui ont plus significativement répondu correctement…

La perception d’une loi a plus à voir avec l’intérêt personnel et son propre aveuglement qu’à l’expérience du contenu même de la législation. Pire, l’éducation ne suffit pas à affirmer la sagesse des convictions ! Au contraire ! “L’esprit humain est un merveilleux filtre à information rappelle Jonah Lehrer, apte à bloquer les faits qui contredisent ce que nous aimerions croire”. Et de citer une expérience menée dans les années 60 par les psychologues Timothy Brock et Joe Balloun. L’expérience consistait à faire écouter une attaque contre le christianisme enregistré sur une bande magnétique à deux groupes de cobayes : l’un de sujets allant régulièrement à l’église, l’autre de sujets athées. Pour corser l’expérience, les psychologues avaient introduit un crépitement sur l’enregistrement qu’il était possible de réduire en appuyant sur un bouton, rendant le message plus facile à comprendre.

Leurs résultats se sont avérés assez prévisibles et tout à fait déprimants : les non-croyants ont tous tenté d’éliminer l’interférence pour écouter le message, alors que les croyants préféraient le message qui était plus difficile à entendre. Brock et Balloun ont rejoué plusieurs fois leur expérience pour montrer toujours des effets similaires, notamment avec des fumeurs à l’écoute d’un discours sur le lien entre le tabagisme et le cancer… “Nous avons tendance à rendre silencieuse la dissonance cognitive en nous imposant à nous-mêmes notre propre ignorance”.

UnequalDemocracyLe même processus s’applique à nos convictions politiques. Le politologue de Princeton, Larry Bartels, auteur de La démocratie inégale a analysé (.pdf) des données d’enquêtes datant de 1990. Durant le premier mandat de la présidence Clinton, le déficit budgétaire avait diminué de plus de 90 %. Pourtant, quand on posait la question aux électeurs républicains, plus de 55 % affirmaient qu’il avait augmenté, et ce, même parmi les républicains les plus informés (ceux qui lisent la presse, regardent les informations et sont capables d’identifier leurs représentants au Congrès). Pour Bartels, l’information politique n’efface pas le biais partisan qui induit que les électeurs assimilent mieux les faits qui confirment ce qu’ils croient déjà. Ainsi, la réduction du déficit public réalisé par l’administration Clinton ne répondant pas avec le stéréotype républicain, l’information a été consciencieusement ignorée. “Les électeurs pensent ce qu’ils pensent”, estime Bartels, “mais ce qu’ils font réellement c’est inventer ou ignorer des faits qui leurs permettent de rationaliser des décisions qu’ils ont déjà faites.”

La désinformation ne touche que ceux qui veulent y croire

Et Jonah Lehrer de pointer vers un passionnant article du Washington Post signé Shankar Vedantam et datant de 2008, sur le pouvoir politique de la désinformation, où l’auteur rappelle qu’en période électorale les rumeurs et la désinformation sont légions, comme le montrent ces photos circulant sur l’internet de Sarah Palin brandissant un fusil en portant un bikini au couleur du drapeau américain ou celle de Barack Obama portant serment la main posée sur le Coran. Ces images fabriquées circulent alors à toute allure. Pour les démystifier, on pense souvent qu’une bonne information est l’antidote à la désinformation…

Mais ce n’est pas si vrai. Dans bien des cas, la désinformation peut exercer une influence fantomatique sur l’esprit des gens, même après avoir été démystifiée et même parmi les gens qui la considèrent comme de la désinformation. Dans de nombreux cas, corriger la désinformation sert à augmenter la puissance de la mauvaise information. Et de faire référence aux travaux du politologue John Bullock à Yale qui a montré que la désinformation fonctionnait principalement auprès des gens qui avaient une opinion préexistante et qui sont alors plus réceptifs à une insertion qu’à l’autre. Selon que vous êtes républicains ou démocrates, vous allez mieux retenir l’image truquée de Barack Obama ou celle de Sarah Palin.

Pire en apportant une réfutation, bien souvent on ne change pas d’opinion, mais on la conforte. Les politologues Brendan Nyhan et Jason Reifler ont montré à deux groupes de volontaires des documents provenant de l’administration Bush et montrant que l’Irak possédait des armes de destruction massive. L’un des groupes à reçu une réfutation, via le rapport Duelfer qui concluait que l’Irak n’avait pas eu d’armes de destruction massive avant l’invasion américaine de 2003. 34 % des conservateurs qui n’ont pas lu la réfutation pensaient que l’Irak avait caché ou détruit ses armes avant l’invasion américaine, mais 64 % des conservateurs qui avaient eu accès à la réfutation pensaient que l’Irak avait vraiment des armes de destruction massive… La réfutation fait parfois pire que la désinformation ! Nyhan et Reifler estiment que les républicains pourraient être plus sujets à l’effet inverse en cas de réfutation, du fait de leurs vues plus “rigides” que les libéraux”. Il est plus difficile pour eux de revenir sur ce qu’ils ont cru. “Il est absolument menaçant d’admettre qu’on a eu tort” reconnaissait déjà le politologue Brendan Nyhan. Les gens changent rarement d’avis, même devant l’évidence des faits. Au contraire, l’information, même contraire à ce qu’ils pensent, les pousse dans les retranchements de leurs convictions.

Assurément, la plus grande menace contre la démocratie est cognitive. Et force est de reconnaître, hélas, que la connaissance n’est pas toujours le meilleur remède contre l’ignorance.

Hubert Guillaud

Rétroliens

  1. Veille Antic
  2. I LEGAMI DEBOLI, I MOTORI DELLA NOSTRA DIVERSITÀ INFORMATIVA? | Informare per Resistere
  3. Blog – Les liens faibles, moteurs de notre diversité informationnelle ? | Tunisie Host
  4. Le succès de Foldit : jouer pour la science – Internet Actu | Navicorp
  5. Du biais de l’internet-centrisme au risque du solutionnisme - Toutes l'actualités internationale
  6. Nos décisions en questions « Inter...

7 commentaires

  1. hum…la connaissance n’est pas le remède contre l’ignorance : c’est certain…la connaissance de la connaissance : SI..c’est d’ailleurs pour cela que vous ecrivez non ? sinon ca n’aurait aucun sens :-)

  2. par Félicien Thémistècle

    @Florence : cela peut faire sens, si dans la hiérarchie convenue information-connaissance-savoir, on considère que le savoir (donc la connaissance de la connaissance, ou bien encore la mise en perspective critique sur ses connaissances) est un remède contre l’ignorance.

    Et si l’on poussait encore un peu plus loin la réflexion, quant à l’enseignement actuel et sa focalisation sur le renouvellement permanent et de plus en plus rapide des connaissances, on aurait vite fait d’avoir le tournis en pensant aux armées d’ignorants que se prépare notre société avancée…

  3. par Raph

    Intéressant.
    “pointillés” et non “pointillées”, “Serment” et non “sermant”, “groupe de cobayes”, “athées” et non “athés”, “démystifier” et non “démythifier”…

    Merci Raph ! – HG

  4. par rogel

    L’enquête sur les décisions des juges israéliens est intéressante mais il y a un point qui me semble avoir été délaissé (si j’ai bien lu). L’analyse est faite comme si toutes les comparutions étaient semblables ou présentées de manière aléatoire. Imaginons maintenant que, pour des soucis d’organisation, on présente les cas les plus lourds en début de demi journée. L’ampleur des peines ne serait pas due à la pause déjeuner mais à cette organisation. Entre la pause déjeuner et la sévérité des jugements(ou l’accord de liberté conditionnelle) il n’y aurait qu’une corrélation sans causalité : un phénomène classique en sciences (je suppose que les chercheurs y ont pensé mais ça n’apparait pas dans l’article.

  5. par Kart

    “Le groupe des juges de contrôle (ceux qui n’ont pas été invités à réfléchir à leur propre mort) a fixé la caution à 50 $ en moyenne, un montant conforme au délit dans l’état d’Arizona. Mais les juges qui avaient réfléchi à leur fin prochaine ont eu une attitude beaucoup plus punitive : leur caution moyenne était montée à 455 $ !”

    Qu’un chercheur fasse des moyennes sur 11 (!) observations me laisse sans voix. Quel sens cela a-t-il? Surtout lorsqu’on sait que la moyenne est ultrasensible aux valeurs extrêmes.

  6. Autre illustration de nos biais cognitifs appliquée à la notation des élèves en classe.