A lire ailleurs du 02/01/2012 au 09/01/2012

. Révélations sur les singulières pratiques commerciales d’Apple – Challenges.fr
Se soumettre à la loi d’Apple ou périr. Edifiantes pratiques commerciales.

. Le turc mécanique pour conduire des recherches – The Mechanical Turk Blog
Les chercheurs se mettent à utiliser le turc mécanique d’Amazon pour conduire des études explique John Bohannon en recensant plusieurs exemples : http://www.sciencemag.org/content/334/6054/307.short.

. Les nouveaux Réseaux sociaux professionnels arrivent ! – JOB 2.0
Après les réseaux sociaux généralistes comme Linked-In ou Viadeo, voici venu les réseaux sociaux spécialisés comme Muxi, Expeert, Digakaa ou Linkeol… Beaucoup fonctionnent sur l’accès limité et la privatisation de l’information. D’autres se concentrent sur certaines niches professionnelles comme Rezotour (tourisme), Agrilink (Agriculture), enviMotion (développement durable), Dogfinance (finance), Mupiz (musiciens), Koolyss (spectacle)… Enfin, émergent également des réseaux régionaux comme Alsace.biz, Busibook.fr (Bouche-du-Rhône)…

. L’avenir du capitalisme « indépendant » – Bruce Nussbaum
Bruce Nussbaum s’intéresse au mouvement maker. Pour lui, l’avenir du capitalisme est social avant que d’être transactionnel. Et d’évoquer ce qu’il appelle le capitalisme indépendant, que le futuriste Paul Saffo appelle l’économie des créateurs, appelé à remplacer l’économie industrielle et celle de la consommation. C’est une économie plus sociale que technologique, plus design et artistique qu’ingénieuse.

. La fin du social – O’Reilly Radar
Le partage sans friction qu’imagine Facebook n’est pas un meilleur partage. C’est une absence de partage, estime Mike Loukides. Le flux de nos applications n’est qu’une forme de spam.

. Pourquoi 2012 sera-t-il l’année de l’artiste entrepreneur ? – GigaoOm
Dans le domaine du livre, de la vidéo, de la musique… les artistes prennent le contrôle de leur bien-être économique car l’internet leur a permis de le faire. La chaîne de distribution est-elle en train de s’effondrer sous les acoups des contenus verticaux à l’heure où les outils de production de contenu, de distribution et de monétisation sont de plus en plus accessibles ? Est-ce la fin des intermédiaires ou leur transformation ?

. L’internet n’est pas un droit humain – NYTimes.com
Pour Vinton Cerf, la technologie est un catalyseur de droits, pas un droit lui-même, estime le père de l’internet. La liberté d’expression et la liberté d’information sont plus important que l’accès à une technologie particulière à un moment donné. L’internet est un moyen : pas une fin.

. Eau, assainissement, énergie, déchets : vers une ville sans réseaux ? – Métropolitiques
« Les externalités négatives, les changements sociétaux ou encore les innovations technologiques remettent en cause le mode d’organisation industriel des services urbains. Pour Sylvain Petitet, il est grand temps d’envisager de nouveaux modes d’organisation et de nouvelles complémentarités pour la prestation de ces services urbains. »

Sylvain Petitet estime, que connectés aux réseaux, nous sommes souvent ignorants de leurs modes d’organisation et nous peinons à nous sentir responsables de la réduction de leurs externalités négatives pour l’environnement : tri sélectif, restriction d’usage de l’eau, etc. « La difficulté à adopter de nouveaux comportements met en évidence les limites du système et sa rationalité ». Les solutions autonomes étaient jusqu’à présent réservées aux territoires les plus inaccessibles. Faut-il remettre en cause le modèle industriel de la distribution des services de la ville ? En tout cas, pour confortables qu’ils soient, ils ne semblent pas être une solution d’avenir… et une solution qui aide à la responsabilisation de nos comportements.

. La ville numérique : quels enjeux pour demain ? – Métropolitiques
« La ville numérique se distingue-t-elle par des formes et agencements particuliers caractérisant aussi bien son bâti que ses tissus urbains, sa voirie et ses espaces publics ? Est-elle une réalité physique tangible ? Ou bien reste-t-elle pour une bonne part virtuelle et principalement localisée dans le « cyberespace » ? » interroge Serge Wachter. Pour l’instant, force est de constater qu’ils ont peu affecté la forme physique des villes. C’est plus l’individu que la ville qui devient numérique, quand bien même les villes lancent des projets d’accès à leurs services et ressources numériques. La résistance de la ville est due à la prégnance des trames urbaines façonnées par les réseaux de voirie, même si l’impact des nouveaux moyens de communication virtuel sur l’espace urbain sont puissants et indéniables : ils affectent plus les expériences individuelles et sociales que les aménagements physiques. La ville n’est pas une fabrique, mais un jeu de relations entre flux et lieux. Néanmoins, la rue devient également une infrastructure numérique et informationnelle et les TIC deviennent une composante des démarches de design urbain. Le critique d’architecture américain, Paul Goldberger, s’en inquiète et dénonce la dissolution du lien social : le téléphone rend l’espace public moins public. « un grand défi pour le futur consistera à trouver les voies d’une articulation fructueuse et désirable entre urbanité réelle et urbanité virtuelle. » Elle ouvre l’espace à une « architecture spectacle », à un jeu entre l’individu et son environnement qui agit sur les ambiances, la lumière, l’acoustique, la sensualité…

. Stallman avait malheureusement raison depuis le début – Framablog
Richard Stallman et la Free Software Foundation répètent inlassablement qu’il est fondamental que l’homme contrôle le logiciel. Pour Thom Holwerda, le président Obama a signé une loi qui permet de maintenir en détention indéfiniment des gens soupçonnés de terrorisme sans la moindre forme de procès ou de jugement… Or, rappelle-t-il, les manifestants pacifique d’Occupy ont été qualifiés de terroristes par les autorités. Richard Stallman, avec ses propos parfois extrêmiste, avait-il donc raison de nous prévenir du risque que présente le contrôle sur le logiciel et le matériel que nous utilisons. L’impossibilité de vérifier ce que fait le code dans nos terminaux devient chaque jour plus grave.

. Des technologies de surveillance dans les grands magasins – Telegraph
Les technologies d’analyse des déplacements de Path Intelligence – http://www.pathintelligence.com – ont été déployées dans une centre commercial britannique à Exeter… au grand damne de certains utilisateurs…

. Accèder à un site bloqué | Korben
AnonymoX – https://addons.mozilla.org/en-US/firefox/addon/anonymox/ – est un ad-on pour Mozilla permettant de passer par un proxy de n’importe quel pays pour accéder à n’importe quel site sans être bloqué.

. Bienvenue dans la nouvelle lutte des places ! – raison-publique.fr
On ne doit pas confondre les occupations des indignés avec les « révolutions arabes » rappelle le géographe Michel Lussault, ces dernières étant des contestations révolutionnaires assez classiques. La composition des campements type indignés ou Occupy ne correspond pas à la clientèle des manifestations de rues et les revendications sont également différentes, très hétéroclites voire contradictoires. Nous sommes les 99 % est un mouvement de consensus qui montre que les citoyens prennent conscience de l’atomisation de la vie sociale et politique et qui tentent de reconstituer un collectif de victimes des inégalités, même si chacun y exprime son individualité. Le but de l’occupation est d’assurer la « visibilité des réalités sociales ». La lutte des places l’emporte sur la lutte des classes. L’installation urbaine devient sa propre finalité, il ne sert pas une cause, il est la cause. Ce qui compte est d’apparaître, de s’imposer dans l’espace public concret, troubler la circulation, l’image urbaine officielle et légitime. Elle vise à redonner à la politique ses espaces ordinaires, pour y inventer une cohabitation locale.

. Les labs Hadopi avancent vers un filtrage contrôlé par l’abonné – Numerama
« Parce qu’il favorise la responsabilité personnelle de l’abonné, les Labs de l’Hadopi plaident pour un filtrage placé sous le contrôle de l’abonné, au niveau de son propre réseau local, plutôt qu’un filtrage imposé à tous par l’intermédiaire des fournisseurs d’accès à Internet. »

. Alvaro Cassinelli : vous pouvez réellement utiliser une banane comme téléphone – The Guardian
Pour le chercheur Alvaro Cassinelli – http://www.k2.t.u-tokyo.ac.jp/members/alvaro/works/index.html -, l’informatique invoquée – http://www.k2.t.u-tokyo.ac.jp/perception/invokedComputing/index-e.html – consiste à transformer n’importe quel objet en objet informatique, grâce à des caméra qui observent notre environnement et qui lui ajoute des fonctionnalités selon la manière dont on s’en sert. Cela consiste en « la personnalisation informatique du monde physique ». Plus besoin de la conception : c’est l’utilisateur qui décide de la fonction qu’il attribue à tel ou tel objet, lui permettant par exemple de transformer une banane en téléphone mobile.

. Les meilleurs services municipaux Open Data de 2011 – Blogs EchosOpendata
Atlantic Cities a établit son « best of 2011 » des services open data des grandes agglomérations américaines. La base des plaintes municipales de Seattle, celle des fournisseurs municipaux de Washington et celle sur les moustiques d’Edmonton forment le palmarès…

. Les profs n’aiment pas les étudiants créatifs – Alex Tabarrok, Marginal Revolutionative Students — Marginal Revolution
La classe n’est pas conçu pour l’expression impulsive, explique Alex Tabarrok après avoir résumé les études sur la relation de l’éducation à la créativité. Il faut dire que l’élève créatif n’est pas forcément un sujet obéissant à la dynamique de groupe…

. IBM « 5in5 » : les 5 technologies qui auront changé votre vie dans 5 ans : Future Newswire
Pour IBM, les 5 technologies disruptives à venir son : l’énergie (chacun produira son énergie), la sécurité (plus besoin de mots de passe grâce à la biométrie), la cognition (les machines vont lire dans notre esprit), la mobilité (qui met fin à la fracture numérique) et les big data (qui vont mettre fin au spam et développer la fouille de données). Vidéo : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=tuisda1q6ns# !

. GreenGoose
Le premier kit GreenGoose est enfin disponible pour 49 $. Il permet seulement de monitorer les promenades avec son chien… On va attendre les autres.

. 6 Grandes idées pour changer la médecine – TechCrunch
Daniel Kraft, directeur de FutureMed – http://futuremed2020.com – un programme de l’université de la Singularité, évoque pour TechCrunch comment l’intelligence artificielle, les big data, l’impression 3D, les réseaux sociaux de santé sont appelé à transformer la médecine dans les années à venir.

. L’informatique spatiale : Concevoir une interface pour le corps – Emerging Communications
Lors de la dernière conférence eComm, Alber Hwang – http://albert-hwang.com/projects/spatial-computing/ – a exposé son projet d’informatique spatiale. Comment les ordinateurs peuvent-ils penser en 3D ? Le designer propose une solution de réalité augmentée originale pour nous permettre de faire une expérience 3D plus naturelle. Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=Q6z8HDSIXSU

. Vidéosurveillance à acceptation variable – Owni.fr
Les Français dans leur grande majorité seraient favorables à la vidéosurveillance sur la voie publique. Mais la réalité est plus subtile, explique Murielle Ory, qui prépare une thèse sur l’acceptation sociale de la vidéosurveillance. La vidéosurveillance est rejettée par ceux qui voient la ville, non pas comme un couloir de circulation, mais comme un lieu de vie. Opposants comme ceux qui la défendent imaginent un espace constamment surveillé, ce qui est loin d’être le cas.

. Le mythe de la longue traîne : Nous passons plus de temps que jamais sur les principaux sites de l’internet – Compete.com
Alors qu’en terme de pages vues, les 10 plus grands sites de l’internet (Facebook, Youtube, Yahoo, Google…) voient leur audience diminuer depuis 2006, en terme d’attention nous passons plus de temps sur ces sites que jamais.

. La science de l’e-mail – Frontal Cortex
Jonah Lehrer décrypte une analyse de Brian Uzzi et Stefan Wuchty sur l’e-mail, qui rappellent-ils est devenu notre premier moyen de communications. Les américains passent en moyenne une heure par jour à gérer leurs e-mail. Mais l’e-mail à une particularité par rapport aux autres outils de communication : on échange le plus fort volume d’email surtout avec les gens qu’on connait le moins. Les chercheurs ont analysés 1,5 millions de messages échangés par 1000 employés d’une société sur 6 mois pour dresser une nouvelle carte relationnelle, leur permettant de prédire le niveau relationnel, juste en observant les échanges sur l’internet. On répond à ses proches amis dans les 7 heures après réception d’un mail, mais on met en moyenne 11 heures à répondre à un mail professionnel et 50 heures à répondre à des gens qu’on ne connaît pas. On donne la priorité à nos connaissances, comme dans la vraie vie, une façon de gérer l’infobésité. Une information qui pourrait permettre d’améliorer nos boites aux lettres.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *