Nous avons à nouveau un futur

Par le 27/03/12 | 24 commentaires | 7,032 lectures | Impression

La Troisième révolution industrielle de Jeremy RifkinLe prospectiviste Jeremy Rifkin (Wikipédia, @jeremyrifkin), directeur de la Fondation des tendances économiques est un penseur important de notre modernité. Nombre de ses livres se sont révélés prophétiques comme La fin du travail (1996) ou L’âge de l’accès (2000). Son dernier livre, la Troisième révolution industrielle (voir également le site dédié), est certainement l’un de ses plus ambitieux, car il nous livre – rien de moins – qu’un futur de rechange par rapport à celui qu’on abandonne.

La seconde révolution industrielle (1880-2006) n’est plus notre futur

Rifkin dresse un double constat. D’une part, celui de la fin de la seconde révolution industrielle, fondée sur le pétrole et les énergies fossiles. Plus que le pic pétrolier, nous avons atteint “le pic de la mondialisation”, estime-t-il. Nous ne pouvons plus fonder notre croissance sur un système qui va générer par définition des crises à mesure que les énergies fossiles vont se raréfier. Même la perspective de trouver de nouveaux secteurs d’extractions ne suffira pas à combler notre appétit insatiable d’énergie. Pour lui, “la crise c’est le pétrole !” et les conséquences organisationnelles que notre pétrodépendance a eues sur la société tout entière. “Les régimes énergétiques déterminent la nature des civilisations – leur façon de s’organiser, de répartir les fruits de l’activité économique et des échanges, d’exercer le pouvoir politique et de structurer les relations sociales.”

L’autre constat repose bien sûr sur les conséquences dramatiques qu’a engendrées cette seconde révolution industrielle sur la santé de notre biosphère. Les pages qu’égraine Rifkin sur le sujet ressemblent aux constats alarmants et déprimants qu’on retrouve dans tous les livres d’écologistes atterrés. “Depuis 450 millions d’années, la Terre a connu cinq vagues d’extinction biologique. Après chacun de ces coups d’éponge, il a fallu environ dix millions d’années pour retrouver la biodiversité perdue.”

Rifkin tient un propos véhément. Il faut arrêter de tergiverser et prendre acte que nous ne pouvons plus faire reposer la croissance, le progrès, notre avenir sur les énergies fossiles. Il faut clore la parenthèse prédatrice de la seconde révolution industrielle et nous engager dans une autre voie, celle de la “Troisième révolution industrielle” comme il l’a baptisé. Notre avenir doit changer de perspective et pour l’idéaliste constructif américain, cette nouvelle perspective doit nous montrer un futur accessible à tous. “Il devient de plus en plus clair qu’il nous faut une nouvelle logique économique capable de nous faire entrer dans un futur plus équitable et plus durable.”

Sunset at Petroleum Field
Image : Coucher de soleil sur un champ pétrolier, photographié par Fábio Pinheiro.

Notre futur, c’est d’appliquer le modèle distribué de l’internet à l’énergie – et à la société tout entière

“Nous sommes aujourd’hui à la veille d’une nouvelle convergence entre technologie des communications et régime énergétique. La jonction de la communication par Internet et des énergies renouvelables engendre une troisième révolution industrielle. Au XXIe siècle, des centaines de millions d’êtres humains vont produire leur propre énergie verte dans leurs maisons, leurs bureaux et leurs usines et la partager entre eux sur des réseaux intelligents d’électricité distribuée, exactement comme ils créent aujourd’hui leur propre information et la partagent sur Internet.”
Rifkin s’appuie sur sa connaissance des caractéristiques de la révolution des nouvelles technos et sur celle des énergies renouvelables pour nous proposer un nouveau défi : celui de l’énergie distribuée. “Le partage entre les gens d’une énergie distribuée dans un espace commun ouvert aura des conséquences encore plus vastes [que celles du partage de l'information].”

Pour Rifkin, la stratégie pour y parvenir est assez simple. Le plan de bataille repose sur 5 grands principes :

Cette transition, selon Rifkin, porte en elle l’opportunité d’un nouveau développement économique.

Limites et critiques

Bien sûr, les critiques ne manqueront pas de se déchaîner contre cette vision parfois un peu rapide, pas si simple à organiser ou qui paraîtront à beaucoup irréaliste. On connaît les débats, dont il est difficile de démêler les arguments, sur la possibilité ou l’impossibilité de remplacer notre production électrique actuelle par des alternatives renouvelables, sur nos difficultés à stocker de l’énergie, sur les limites d’un futur des transports tout électrique… Aux chiffres avancés par Rifkin, d’autres avanceront d’autres chiffres. Bien sûr. Les décroissants le taxeront de croissantiste (ce qu’il reconnaît être). Les tenants du nucléaire et du pétrole, d’affabulateur (“Ces dernières années, les grands groupes pétroliers ont largement consacré leurs efforts à un seul objectif : semer le doute et le scepticisme dans l’opinion publique sur le changement climatique. Dans la brève période 2009-2010, les secteurs du pétrole, du charbon et de la distribution d’électricité ont dépensé 500 millions de dollars en lobbyisme pour empêcher le vote d’une législation sur le réchauffement de la planète.”).

Le modèle de l’internet distribué et coopératif qu’il tente d’appliquer à l’énergie et au fonctionnement économique tout entier n’est pas lui-même aussi distribué et coopératif qu’il le dessine. A ce jour, l’internet demeure une innovation largement récupérée par la centralisation et la compétition, qui porte, dans son infrastructure même, un modèle bien peu efficace énergétiquement.

Mais l’essentiel n’est certainement pas là en fait.

Malgré toutes les critiques qu’on peut faire à ce plan, Rifkin propose un récit puissant, capable de raconter l’histoire d’une nouvelle révolution économique et d’expliquer comment toutes ces initiatives technologiques et commerciales apparemment aléatoires pourraient s’inscrire dans un vaste plan stratégique. Rifkin propose bien un plan de développement économique qui fera naître des milliers d’entreprises distribuées et pas seulement un plan de dépenses publiques. Il propose un avenir, quand les crises actuelles (économiques, écologiques, sociales…) et les perspectives d’avenir de notre économie fossile n’en proposent plus aucun, autre qu’une crise qui s’annonce plus grave encore que celle que l’on connaît. La force de Rifkin est de proposer une vision, là où les autres n’en ont plus, là où la crise les détruit toutes. Et c’est en cela que la perspective qu’il dessine est stimulante : il nous propose un avenir, un avenir où les écosystèmes doivent succéder au marché, où la distribution et la coopération doivent supplanter la centralisation et la compétition. Comment peut-on ne pas désirer y adhérer ?

La collaboration plutôt que la compétition, la cocréation plutôt que le caporalisme

Pour Rifkin, notre avenir repose sur la coopération et la cocréation. Et c’est cette vision-là, trop rapidement esquissée dans le livre, que nous pouvons avoir envie de développer. Rifkin nous invite à faire de l’innovation sociale partout, à développer la participation effective de chacun à cet avenir. A refuser la centralisation. Il repousse ainsi les projets de réseaux intelligents centralisés, comme le développent les grands acteurs de l’électricité – mais sa critique pourrait certainement s’étendre aux projets du même type que l’on peut avoir pour l’avenir de la ville, des transports, etc. Notre avenir repose sur des réseaux intelligents distribués. L’électricité ne doit pas aller du producteur aux consommateurs, mais de tous à chacun, comme les mailles d’un réseau pair à pair.

Solar Flower
Image : Une fleur solaire, un robot solaire photographié dans les environs de Rio par Trey Ratcliff.

“La relation antagonique entre vendeurs et acheteurs cède la place à une relation coopérative entre fournisseurs et usagers. L’intérêt personnel est subsumé par l’intérêt commun. La propriété intellectuelle de l’information est éclipsée par un nouvel accent sur l’ouverture et la confiance collective. Si l’on préfère aujourd’hui la transparence au secret, c’est pour une raison simple : quand on accroît la valeur du réseau, on ne s’appauvrit pas personnellement ; on enrichit tout le monde, car les acquis de tous sont des nœuds égaux dans l’effort commun. (…) Par conséquent, l’accès aux vastes réseaux mondiaux devient une valeur aussi importante que les droits de propriété privée aux XIXe et XXe siècles.”

Cela n’est pas sans conséquence, bien sûr. Nous avons à réaffirmer le rôle de nouveaux biens communs, insiste Rifkin. “Nos idées sur la propriété sont si indissociables des notions traditionnelles de possession et d’exclusion qu’on a du mal à imaginer qu’il existait un droit de propriété plus ancien dont les gens ont joui pendant des siècles : le droit d’accéder à une propriété détenue en commun – par exemple celui de naviguer sur un fleuve, de fourrager dans une forêt locale, de marcher sur un sentier de campagne, de pêcher dans un cours d’eau voisin et de se réunir sur la place publique. Cette idée plus ancienne de la propriété comme droit d’accès et d’inclusion a été progressivement marginalisée à l’époque moderne, où les relations de marché ont dominé la vie et où la propriété privée a été définie comme « la mesure de l’homme ». (…) Lorsqu’une grande partie de la vie économique et sociale se déroule dans des communaux en source ouverte, la propriété intellectuelle devient, à toutes fins pratiques, une convention démodée qui ne sert à rien.”

C’est notre modèle de société que nous devons changer

Au-delà de la transition économique et énergétique qu’il propose, le propos de Rifkin est éminemment politique. Pour lui, il nous faut réformer nos structures et nos modes de pensée. Ce n’est pas tant un défi économique que nous devons réussir, qu’une transition civilisationnelle. Nous devons passer d’une société centralisée à une société collaborative. Changer de régime énergétique suppose de changer la structure même de l’organisation politique et sociale de nos sociétés.

Sans le dire aussi clairement (ce sera peut-être le sujet de son prochain livre ?), Rifkin distille l’idée qu’il nous faut changer les formes de représentation et de participation des citoyens. A le lire, on a plutôt envie de nourrir la vision que nous propose Rifkin, en exemples stimulants qui reposent sur la coopération et la cocréation de notre futur, plutôt que sur le fait d’attendre des solutions venues d’en haut.

Le plus grand défi de la vision de Rifkin, n’est pas que la société ne la partage pas, n’est pas de ne pas obtenir un large consensus sur les objectifs et les finalités de sa vision, mais que nos représentants politiques et économiques ne cessent de s’en défendre au nom de leurs intérêts. Et c’est finalement ce qu’il raconte en évoquant, longuement, ses discussions avec les grands de ce monde et ses difficultés à convaincre certains de nos gouvernants de changer de modèle. Or passer de la centralité qui leur profite à une répartition plus “latérale”, déportée, acentrée… est une perspective qui n’enchante pas tous les dirigeants de ce monde, tant s’en faut. Comme il le souligne longuement : “ceux qui se sont nourris au robinet de l’énergie fossile” sont prédisposés à fonctionner de manière centralisée. “Si l’ère industrielle mettait l’accent sur les valeurs de discipline et de travail acharné, l’autorité hiérarchique, l’importance du capital financier, les mécanismes du marché et les rapports de propriété privée, l’ère coopérative privilégie le jeu créatif, l’interactivité pair-à-pair, le capital social, la participation à des communaux ouverts et l’accès à des réseaux mondiaux.” Autant dire qu’il y a un monde pour passer de l’un à l’autre.

D’ailleurs, ce qui surprendra certainement le plus un lecteur français de ce livre, c’est l’absence de nos représentants politiques et industriels de ce débat. Alors que Rifkin dresse une apologie de l’Europe, le seul français évoqué dans les 300 pages de l’essai de Rifkin est Claude Lenglet, qui était directeur de recherche pour les programmes européens de Bouygues immobilier, et qui a visiblement depuis quitté la société. Où sont les dirigeants d’EDF ? De Renault ? De Total ? De France Télécom ? … Où sont les hommes politiques français ? Au contraire des Allemands, aucun n’était représenté aux tours de tables des grands de ce monde qu’évoque Rifkin. Aucun n’a adhéré à la Troisième révolution industrielle proposée par Rifkin. Pourquoi ?

Comme il le dit lui-même, très sobrement, dans une interview au Figaro : “La France est un pays centralisé. Cet atout du passé se retourne contre elle au moment d’aborder la troisième révolution industrielle : il lui faut passer au modèle collaboratif nécessaire pour réussir la transition. L’Allemagne est beaucoup mieux outillée : c’est un pays décentralisé, une fédération de régions. Ce serait paradoxal que la France, qui a créé l’échelle pertinente pour la troisième révolution industrielle, à savoir l’Union européenne, échoue. Mais un basculement de la réflexion politique est nécessaire.”

Une évolution d’autant plus difficile si on regarde de plus près le “côté burlesque dans l’infâme système du « tourniquet », où cadres supérieurs des entreprises privées de l’énergie et hauts fonctionnaires de l’État changent de chapeau et de bureau dans une sorte de tourbillon”, ironise Rifkin. L’avenir n’est plus tant à la compétition, au caporalisme d’Etat qu’à la collaboration et à la cocréation. Il y défend une “société latérale”, c’est-à-dire une société où le pouvoir est partagé entre tous ses membres et pas au seulement au profit de quelques-uns.

Bien sûr, Rifkin va peut-être un peu loin quand il évoque, un peu béatement, l’empathie (qui était le thème de son précédent livre Une nouvelle conscience pour un monde en crise). Il a quelques envolées lyriques un peu faciles sur l’amour que nous avons à nous porter les uns les autres. Comme si d’un coup la société latérale allait tous nous jeter dans les bras les uns des autres dans un vaste élan de générosité désintéressée.

“La lutte entre les vieux intérêts du pouvoir hiérarchique de la deuxième révolution industrielle et les intérêts naissants du pouvoir latéral de la troisième crée un nouveau clivage politique, reflet des forces rivales qui se disputent la maîtrise de l’économie. Un nouveau récit s’écrit sous nos yeux, et, lorsque nous pénétrerons plus avant dans l’ère nouvelle, il va refondre l’idée même que nous nous faisons de la politique”, avance le prospectiviste en opposant “les personnes et institutions qui pensent en termes de hiérarchie, de barrières et de propriété, et celles qui pensent en termes de latéralité, de transparence et d’ouverture.”

La pensée organisationnelle et hiérarchique n’est pas adaptée à la transformation nécessaire. C’est pour cela qu’elle échoue depuis plusieurs années à apporter des solutions aux crises que nous vivons et à celles qui s’annoncent.

Cela signifie que ce futur, c’est à nous tous de le défendre, de le porter. Sortir d’une position de consommateur et de spectateur de la politique, pour aller vers une position d’acteur. Et Rifkin a raison, l’internet nous en donne certainement les moyens, mais il ne se suffit pas.

Nous avons à nouveau un futur, mais, à en voir les déclarations des candidats a l’élection présidentielle, personne pour le défendre. Personne, parce que ce futur remet en cause la raison même de leur candidature. Ce futur ne cherche pas tant un président figure tutélaire du fonctionnement hiérarchique de notre société, qu’une organisation plus latérale, où toute action publique serait enfin plus partagée, pour être mieux portée et plus acceptée par la société tout entière. Rifkin nous redonne bel et bien un futur, mais un futur qui, comme tous les futurs, nécessite une révolution des mentalités pour devenir un projet de société.

Hubert Guillaud

Rétroliens

  1. Intelligence Collective | Pearltrees
  2. futur | Pearltrees
  3. Jeremy Rifkin / Energy, 3rd revolution | Pearltrees
  4. « Regarde Zean-Pierre… z’en veux une de Renault ZE ! » « Vous tombez pile
  5. AFIA – Informatique Agricole - AFIA
  6. Articles | Pearltrees
  7. Prospective | Pearltrees
  8. Autres énergies | Pearltrees
  9. LA CROISSANCE AUTREMENT » Blog Archive » Yannick Rumpala : reconfiguration politique

15 commentaires

  1. Et, soudainement, on peut se remettre à espérer…

  2. par alter

    J’invite les lecteurs intéressés par le problème du pic pétrolier, et qui souhaitent voir cette question évoquée par nos politiques a lire, signer et distribuer largement l’URL suivante, qui reprend un appel “oecuménique” publie sur lemonde.fr la semaine dernière :

    http://tribune-pic-petrolier.org/
    Signataires :

    - Pierre René Bauquis, ancien directeur de la stratégie et la planification du groupe Total
    - Yves Cochet, député européen
    - Jean-Marc Jancovici, ingénieur consultant
    - Jean Laherrère, ancien patron des techniques d’exploration du groupe Total ;
    - Yves Mathieu, ancien chef du projet ressources pétrolières mondiales à l’Institut français du pétrole

  3. par Miguel

    Sans vouloir faire de prosélytisme, je signale juste que Corinne Lepage défend ces idées : http://www.corinnelepage.fr/index.php/vers-la-troisieme-revolution-industrielle-lavenir-a-portee-de-main/

  4. Bonjour,
    Merci beaucoup pour cette synthèse et cet avis éclairé sur ce formidable modèle d’avenir qu’on soit d’accord ou pas.
    Je conseille fortement la lecture de ce livre pour changer de point de vue et sortir la tête de l’avalanche quotidienne médiatique et peut-être avoir le plaisir de ressentir qu’on peut devenir acteur.
    Au moins il y a un souffle et une vision éminemment politique. Une saine politique.

    Frédéric

  5. par lilian

    Tout a fait d’accord avec Rifkin: le modèle de fonctionnement distribué en réseau et est le futur.

    A ce sujet les travaux de Jean-Francois Noubel sont particulierement pertinents.

    Il étudie comment le système monétaire actuel, lui aussi centralisé, façonne nos interactions de groupe et la possibilité d’avoir des monnaies multiples et distribuées pour favoriser de nouvelles formes d’interaction plus coopératives (et sans besoin d’envolées lyriques :)

  6. par tcrouzet

    Rien de neuf. Rifkin vulgarise les idées dans l’air du temps. Même en France des gens pense ça et le disent et l’écrivent depuis longtemps :-)

  7. Ce n’est pas à toi Thierry qu’on apprendra que l’originalité n’est pas de ce monde. ;-). A mon avis, Rifkin va plus loin que la vulgarisation néanmoins. Il organise un récit du temps, comme bien d’autres effectivement, mais il le fait bien et certainement au bon moment.

    Signalons d’ailleurs que la Technology Review publie un intéressant article sur les travaux relatifs aux avancées du stockage de l’Hydrogène en Allemange : “Si l’Allemagne souhaite répondre à ses objectifs ambitieux d’obtenir un tiers de son électricité à partir d’énergie renouvelable d’ici 2020 et 80 pour cent d’ici à 2050, elle doit trouver un moyen de stocker d’énormes quantités d’électricité afin de compenser l’intermittence des énergies renouvelables”. Siemens vient d’annoncer avoir mis au point une méthode de stockage de l’hydrogène par électrolyse. Et l’Allemagne travaille à mettre au point des procédés de pompages-turbinages de l’eau…

  8. Vive la biopolitique ! Vive l’écologie !

  9. par Pierre

    Maginfique message d’espoir! Quand est-ce qu’on commence?
    Une piste pour débuter: mettre en place davantage de Fab Labs en France. (Au fait: connaissez-vous un candidat à la présidentielle qui sache ce qu’est un Fab lab????).

  10. par Pierre

    Magnifique message d’espoir! Quand est-ce qu’on commence?
    Une piste pour débuter: mettre en place davantage de Fab Labs en France. (Au fait: connaissez-vous un candidat à la présidentielle qui sache ce qu’est un Fab lab????).

  11. par idlt

    Cela fait du bien de lire théorisées ces pratiques que l’on voit émerger ici et là, sous une forme ou une autre, qui reposent sur la coopération, le troc, la mise en réseau, la confiance réciproque… Et cela fait du mal de voir confirmées et explicitées les résistances très fortes des structures institutionnelles classiques et politiques françaises auxquelles on se heurte si vite, si souvent. On a du pain sur la planche…

  12. Un article du Monde illustre très bien la division européenne sur la question des objectifs en terme d’énergie renouvelable qui s’arc-boutte sur le choix entre énergie renouvelable et énergie atomique.

  13. L’économiste Jean Gadrey livre une intéressante critique de la “Troisième révolution industrielle” de Jeremy Rifkin. Pour lui, rappelle-t-il, Rifkin, bien qu’il valorise le pouvoir latéral, il ne s’adresse pas aux indignés, mais avant tout aux grands de ce monde : pour faire avancer sa cause, il emploie exclusivement des méthodes verticales, ce qui est une véritable contradiction de fond. “Internet existe depuis plus de 20 ans, l’informatique depuis 40 ans, et l’on n’a pas observé de recul du pouvoir de l’oligarchie, au contraire”. Au contraire, les nouvelles configurations techniques poussent un capitalisme toujours plus dérégulé et toujours moins partagé. Dans le second billet – http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2013/05/12/jeremy-rifkin-le-gourou-du-gotha-europeen-2/ – Gadrey explique que les 5 piliers de la troisième révolution industrielle reposent sur un fort déterminisme technologique. Pour Rifkin, la technologie est l’unique déterminant du changement écologique. Or, la fée techno ne mène pas au partage du pouvoir. Le réalisme de Rifkin est à mille lieu de celui des scénarios de NegaWatts… Et dans son scénario, Rifkin oublie de prendre en compte la disparition des matières premières, minerais et terres rares indispensables au futur technologique qu’il envisage. Or, à cause de cela, l’énergie ne deviendra pas gratuite, comme l’estime Rifkin. Enfin, dans la 3e partie de cette critique – http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2013/05/13/jeremy-rifkin-le-gourou-du-gotha-europeen-3/ – Gadrey estime que la 3e révolution industrielle de Rifkin est avant tout hypermatérielle, hyperconsumériste et hyperproductiviste. Elle s’appuie sur le pari hasardeux de ruptures technologiques à venir. 

  14. Pretty nice post. I just stumbled upon your weblog and wished to say that I have really enjoyed surfing around your blog posts. In any case I’ll be subscribing to your feed and I hope you write again very soon