A lire ailleurs du 12 au 18 octobre 2012

Revue de web le 18/10/12 | 1 commentaire | 495 lectures | Impression

. Les robots peuvent-ils apprendre à cuisiner ? – The Atlantic
Pour Gary McMurray du Georgia Tech Research Institute, les robots vont acquérir les connaissances tacites nécessaires pour désosser un poulet, comme le fait déjà un robot de Georgia Tech – http://www.myfoxatlanta.com/story/18853823/deboning-robot-developed-at-georgia-tech?clienttype=printable. C’est pourtant loin d’être simple. La coupe intelligente nécessite au robot de résoudre de nombreux défis d’adaptation, car chaque poule dispose d’une structure musculaire différente, d’un poids et de segments articulaires différents. Un boucher est capable de découper jusqu’à 1000 poulets à l’heure ce dont n’est pas encore capable le robot. Mais ce n’est qu’une question de temps, estime leur concepteur. Si l’automatisation ne semble pas déranger la plupart des chefs, ceux-ci estiment que les robots auront toujours du mal à prendre des décisions fondées sur le jugement personnel, qui est un élément clef de la cuisine.

. L’avenir de la cartographie des émissions de carbone – The Atlantic
Hestia – http://hestia.project.asu.edu/index.shtml -utilise de nombreuses sources de données pour modéliser et cartographier à haute résolution les émissions de carbone, permettant de discerner les fluctuations horaires des émissions de carbones sur un site spécifique. Le prototype développé pour Indianapolis permet de nombreux formes d’analyses de ces données.

. Il n’y aura plus de révolutions industrielle – NYTimes
L’économiste Robert J. Gordon a récemment publié “Est que la croissance économique américaine est terminée ?” – http://faculty-web.at.northwestern.edu/economics/gordon/Is%20US%20Economic%20Growth%20Over.pdf. Selon l’auteur, les innovations sont derrière nous. Pour lui, les 3 révolutions industrielles (la vapeur, l’électricité et l’ordinateur) ont engendré des périodes de croissances économiques de plus en plus courtes. En fait, estime-t-il, les 250 dernières années pourraient bien avoir été uniques dans l’histoire de l’humanité. La montée des inégalités, la mondialisation, la perte des avantages concurrentiels des Etats-Unis (éducation…) pourraient bien avoir raison de l’innovation.

. Pourquoi l’ère de Google pourrait prendre fin ? – Business Insider
Pour la première fois depuis longtemps, la recherche d’information sur l’internet a atteint un seuil. Les recherches de bases ont diminué de 4 % en volume le mois dernier, ce qui une première depuis 2006, estime Ben Schachter de Macquarie Securities. Le taux de croissance des requêtes sur les moteurs de recherche ont décéléré depuis février 2012. C’est la conséquence du passage du web aux applications mobiles.

. Comment les jeux vidéos changent Disney ? – Wired
Les nouveaux héros des parcs d’attraction Disney ne sont pas des personnages de films, mais des personnages de jeux vidéos comme le crocodile Swanpy de Where’s my water – http://www.wired.com/gamelife/2012/06/wheres-my-water-e3/ – un jeu pour smartphones et tablettes. Si Disney s’est lancé dans la licence de ses personnages dès les années 1980 pour développer avec plus ou moins de succès des jeux vidéos éponymes, Swanpy est un modèle inverse. C’est un personnage créé pour un jeu, qui est en train de conquérir d’autres médias.

. Champs libres – Vacarme
Hervé le Crosnier revient pour le numéro de l’hiver 2010 de la revue Vacarme sur l’histoire des Biens communs, où comment ceux-ci sont devenus des propriétés collectives, mais d’Etat. Peut-on inventer de nouveaux modes de gouvernance pour gérer nos biens communs ? Ceux-ci n’existent qu’à travers une communauté qui se fixe des règles et se donne les moyens de les appliquer. C’est le cas notamment des connaissances où il est nécessaire que la communauté en garantisse l’accès pour lutter contre les privatisations qui tendent de les limiter. Pour cela, il est nécessaire de valoriser les externalités positives de cette autre forme économique, pour que la connaissance demeure libre.

. MakerPlane.org
L’aviation, en modèle Open Source.

. Open data : Deux ans d’action publique en Aquitaine [Rapport] – AEC
“AEC dresse un bilan d’étape de deux ans d’action publique en Aquitaine en faveur de l’open data.”

. Une culture, mais à titre exceptionnel – Owni.fr
“Si notre culture mérite une exception, alors que celle-ci soit appliquée au régime – devenu démentiel – du droit d’auteur plutôt qu’en en faisant une arme limitant au maximum sa diffusion au public. Ce ne serait que du bon sens et un juste retour à sa justification première.” Laurent Chemla

. Ceux qui téléchargent illégalement sont aussi ceux qui achètent le plus – Zdnet
Une nouvelle étude confirme que ceux qui téléchargent le plus sur l’internet dépensent en moyenne 30 % de plus que ceux qui consomment uniquement de la musique légalement.

. Square en Europe : quel device et quel business model pour une zone EMV ? – Nicolas Guillaume
Le modèle de Square – https://squareup.com – le petit appareil qui transforme tout terminal mobile en terminal de paiement – n’est pas tout à fait adapter à l’Europe, où la lecture d’une carte bancaire se fait par lecture d’une puce et d’un code, alors qu’aux Etats-Unis, il se fait par lecture d’une piste magnétique et une signature. Une différence qui renchérit considérablement le coup de développement d’un appareil, même si la fraude est réduite. Cela n’empêche pas plusieurs modèles d’être annoncés sur le marché, même si les processus de certification demeurent complexes, comme mPowa – http://www.mpowa.com. La saisie du code PIN directement sur la tablette ou le smartphone du commerçant demeure prohibée tant qu’une fonctionnalité de virtualisation ne sera pas native dans les systèmes d’exploitation afin de garantir la sécurité (pas avant 2 à 3 ans, estime Nicolas Guillaume). En fait, l’obstacle semble surtout culturel, car le client devra pouvoir distinguer une vraie application d’une fausse… Ce qui implique de développer des éléments de certification… Le coût d’un terminal adapté à l’Europe sera plus élevé qu’il ne l’est aux Etats-Unis.

. Le Sombre social : et si notre histoire du web était fausse ? – The Atlantic
Alexis Madrigal nous rappelle que le web social, incarné par Facebook ou Twitter, n’est pas né avec lui. Ils n’incarnent que la pointe de l’iceberg visible du partage social. Ce qui se partage via le mail, la messagerie instantanée n’est pas mesurable, car nos outils d’analyses d’audience ne nous le permettent pas. Or, 70 % des références viennent de “l’obscurité sociale”. La majorité du trafic social est invisible aux programmes d’analyse : liens tapés directement dans le moteur de recherche, trafic en provenant de signets… En fait, la plupart du temps, quelqu’un fait passer d’une manière ou d’une autre un lien à un autre qui le conduit jusqu’à vous. Or, le trafic en provenance de ce social obscure est deux fois celui de Facebook en moyenne. Les sites sociaux n’ont pas créé le web social et l’action de visibilité ne peut ni ne doit se réduire à eux ! Un nombre plus vaste de personne partagent des liens en dehors des sites sociaux, en dehors des données personnelles que ceux-ci récupèrent en contrepartie !

. Pigeons et mobilisations à l’heure du numérique – Spintank
Nicolas Vanbremeersch analyse le mouvement des pigeons #geonpi en pointant sur la difficulté, pour le politique, de répondre à ce type de mouvements.

. Comment combattre la désinformation ? – Scientific American
La désinformation est difficile a éradiquer, mais les scientifiques travaillent à des techniques pour rétablir la vérité, notamment, la dépolarisation. Nombre d’efforts pour lutter contre la désinformations ont souvent l’effet inverse et tendent à la renforcer, estime le psychologue Stephan Lewandowsy de l’université de Perth en Australie. La réaction de persévérance à la croyance consiste à maintenir votre opinion malgré les données accablantes qui viennent les contredire. Obama a eut beau publier son extrait de naissance, les gens qui ne veulent le croire disent que c’est un faux… Lors que les croyances invalidées par les faits sont des éléments clés de la manière dont nous nous racontons nos vies, il est très difficile de changer d’avis. Il est plus difficile d’avouer qu’on s’est trompé quand les croyances en question remettent en question votre conception de soi et votre vision du monde. Et ce d’autant plus que nous avons tendance à croire vrai une déclaration si elle confirme nos propres biais (c’est ce qu’on appelle le biais de confirmation). La désinformation est amplifée par la diversification des sources d’informations, estiment les chercheurs. Pour les chercheurs, la meilleure lutte contre la désinformation doit venir d’une meilleure formation des journalistes et politologues !

. “On n’a pas trouvé mieux que l’humanisme pour faire du fric” – Le Cercle Les Echos
Travailler autrement ? C’est le principe de la FAVI, une PME de 600 salariés de la Somme spécialiste de la sous-traitance automobile, un secteur pourtant sinistré… Ici, pas de hiérarchies, pas de pointeuse, pas de service du personnel, pas de contrôleurs chronométreurs et pas de syndicat… Chacun est un peu son patron, travaillant en direct pour son client. Video : http://www.filmsdocumentaires.com/films/836-favi

. Numérique : renouer avec les valeurs progressistes et dynamiser la croissance – Terra Nova
Terra Nova le think tank progressiste vient de remettre un rapport sur le numérique pour renforcer les solidarités et valeurs collectives avec le numérique. Parmi les principales propositions du rapport (qui en compte 123), le think tank du PS propose de poursuivre le développement des Pôles de compétitivité en garantissant au moins 30 % des aides aux PME. De soutenir les organisations mutualisées d’innovation collective comme les Cantines. Créer des guichets régionaux pour simplifier les démarches administratives des entrepreneurs…

. Le marché des tablettes pour enfants se structure avec Bic Education – Terminaux Alternatifs.fr
Frédéric Cavazza revient sur les innombrables offres de tablettes pour enfants, d’éveil comme éducatif… Sans regarder les applications, leurs ouvertures ou leurs limites…

. L’open data et le grand public : on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre | données ouvertes
Simon Chignard revient sur 3 ateliers (des infolabs éphémères) réalisé récemment autour des données ouvertes, qui invitaient les gens à tout à fait autre chose et leur proposait de contribuer sans qu’ils touchent d’objets électroniques… Utiliser des exemples concrets et accessibles, qui mobilisent les gens. Faire une vraie médiation. Evacuer la technologie pour se concentrer sur l’essentiel : rendre des services.

. Google Open Source Blog : Rendre une pièce vivante grâce aux espaces interactifs
En juillet, Google a publié une API permettant à des développeurs de mettre au point des applications pour les espaces physiques…

. “Observer la loi”, l’appli iPhone pour dénoncer ses voisins – BFM TV
Une application développée par un site proche de l’extrême droite permet de dénoncer sur une carte ceux qui n’observent pas la loi, notamment ses voisins bruyants, les véhicules mal garés, les femmes qui portent le voile intégral… De la coconstruction de la délation…

. Le comportement violent ne peut pas être prédit avec certitude – Fas.org
Un rapport du Defense Science Board pour le secrétariat américain à la Défense – http://www.fas.org/irp/agency/dod/dsb/predicting.pdf – sur la prédiction des comportements violents explique qu’en l’état des connaissances scientifiques actuelles, la physiologie et la neurologie ne sont pas capables de fournir des systèmes fiables pour prédire la violence ciblée. S’il existe des indicateurs “prometteurs” comme les comportements anormaux, les troubles de la personnalité, la toxicomanie, etc. La science n’arrive pas à déterminer entre les faux positifs et les faux négatifs. Et le rapport conclut que la prévention, plus que la prédiction, devrait demeurer l’objectif premier du ministère de la Défense. A bon entendeur !

. IFA : le système de traçage de l’iPhone iO6 – Business Insider
Avec la nouvelle version de son système d’exploitation pour mobile, Apple a introduit un “identifiant pour les annonceurs” (IFA), un numéro anonyme attribué à chaque utilisateur et appareil. Quand vous naviguez sur le web ou appelez une application, votre présence génère un appel pour une annonce, qui passe par un serveur publicitaire et par ce numéro pour vous servir une publicité spécifique. Ce numéro permet aux annonceurs de suivre l’utilisateur pour voir s’il passe à l’achat, ce qui était impossible avec le système précédent. Si le système ne vous identifie pas personnellement, il fournit suffisamment de données pour que les annonceurs puissent cibler leurs annonces. Activé par défaut, le désactiver est assez compliqué explique Jim Edwards pour Business Insider.

. Imprimantes 3D : la bataille contre la copie d’objets a commencé – Numerama
“Après le premier procès en contrefaçon intervenu l’an dernier, voici le premier DRM proposé aux industriels qui veulent vendre sur Internet des fichiers de modèles 3D à imprimer chez soi, ou à faire imprimer par un prestataire.” La Technology Review rapporte que des chercheurs ont déposé un brevet portant sur des DRM applicables aux fichiers des modèles 3D utilisés pour créer des objets physiques : http://www.technologyreview.com/view/429566/nathan-myhrvolds-cunning-plan-to-prevent-3-d/ La guerre de l’impression 3D ne fait que commencer !

. Facebook : son nouvel d’algorithme, son ciblage, et notre ligne éditoriale – Rézonances
Sur le Monde.fr, Michaël Szadkowski et Flavien Hamon détaillent le nouveau fonctionnement de l’EdgeRank (l’algorithme de Facebook) sur les pages et leur administration. En moyenne, vous avez 16 % de chance de voir une information publiée sur une page… Hormis si vous avez des critères de matching plus fort avec la publication en question (âge, sexe, historique des likes, formation, lieu de résidence, langue parlée…). Même constat chez Cavazza : http://www.mediassociaux.fr/2012/10/12/facebook-penalise-les-contenus-non-engageants-pour-ameliorer-lexperience-utilisateur-et-satisfaire-les-actionnaires/ : De moins en moins de fans verront vos publications et plus vous aurez de fans, plus il sera difficile de communiquer avec eux !

. La «bulle» Obama – Mediapart
“La perte de crédit d’Obama n’est pas la conséquence d’un déficit de communication, d’un défaut de marketing mais bien au contraire doit être imputée aux excès du marketing politique, à une stimulation émotionnelle trop puissante des audiences, assaillies de toutes parts, et de ce fait de moins en moins fidèles, de plus en plus rétives ou dispersées.”

“L’esprit du web ne s’accorde pas avec celui des administrations politiques. Le rythme survolté des campagnes ne résiste pas longtemps à l’enlisement des décisions quotidiennes, à la résistance des lobbies, à l’obstruction des partis d’opposition. La foi dans le changement attisée par d’habiles communicants ne s’accommode pas facilement du statut quo imposé par tous les contre-pouvoirs.” Christian Salmon

Sur ces mêmes sujets