A lire ailleurs du 30 novembre au 6 décembre 2012

. From “hyper” to “in” : on visibility – Cyborgology
L’autre face de « la peur de manquer quelque chose » (fear of missing out, Fomo) est « la peur d’être manqué » (fear of being missed, Fobm) : http://thesocietypages.org/cyborgology/2012/10/22/fear-of-being-missed/, estime Jenny Davis. La Fobm capteur la peur d’être ignoré, oublié à l’heure de l’hyperconnectivité. Fomo et Fobm évoquent notre difficulté à disparaître des réseaux sociaux. Tiana Bucher évoquait récemment la peur de l’invisibilité – http://nms.sagepub.com/content/14/7/1164 – en expliquant que les algorithmes produisent une menace de pénurie de visibilité, comme c’est le cas du nouvel EdgeRank de Facebook qui rend les moins visibles encore moins objets d’interactions. Pourtant, notre visibilité, si elle est limitée par les algorithmes, n’est pas déterminé par eux, estime Jenny Davis. Enfin, la visibilité n’est pas un état omniprésent, mais plutôt quelque chose de rare. En fait, estime Davis, l’hypervisibilité et l’invisibilité ne sont pas mutuellement exclusives. Les gens s’inquiètent du narcissisme, de la surveillance, des invastions de la vie privée tout en trouvant du plaisir au partage et à la micro-célébrité.

. Les imprimantes 3D promettent de grandes choses – Wired
De grosses imprimantes 3D pour créer de gros objets ? L’imprimante Objet 1000 pourra créer des objets de 100 x 80 x 50 cm, comme un cadre de vélo par exemple !

. L’inculture informatique des dirigeants pénalise les grandes entreprises – LeMonde.fr
Selon une enquête auprès des directeurs des systèmes d’information des grandes entreprises, l’informatique est toujours perçu comme un poste de dépenses plutôt que comme un moyen d’améliorer les performances de l’entreprise. Pire, le manque de culture numérique des comités de direction des entreprises a des conséquences directes sur la compétitivité.

. Ces villes qui expérimentent les services publics gratuits – BastaMag !
23 réseaux de transports urbains (sur 290) ont fait le choix de la gratuité totale pour les usagers (dont 4 communes de plus de 40 000 habitants). Il faut dire que la vente de ticket ne couvrent que 20 % des besoins de financement d’un réseau. Certaines communes expérimentent la gratuité de l’eau. La gratuité de l’eau vitale, des transports en commun urbains, de la restauration scolaire, des services funéraires comme des services culturels, permet selon Paul Ariès de repenser nos projets de société.

. Le droit à l’oubli sur Internet : une idée dangereuse – Libération
Pour le psychanalyste Serge Tisseron, le droit à l’oubli que porte la Défenseure des enfants est-il une bonne mesure ? Si chacun peut faire disparaître ce qui lui déplait, que devient la liberté d’expression et l’attention à ce qu’on y publie ? « L’éducation, la vraie, ne consiste pas à guider et à protéger l’enfant, mais à lui apprendre à s’autodiriger et à s’autoprotéger.

. La mission Lescure plaide pour un réaménagement du droit d’auteur – LeMonde.fr
La mission Lescure dresse le premier bilan de ses auditions et recommande des dispositifs de soutien à la numérisation, des mécanismes de régulation pour soutenir nos acteurs nationaux et en faire émerger de nouveaux. Elle recommande de réaménager le droit d’auteur, rejette la légalisation des échanges non marchands, comme la riposte graduée. Elle souhaite mieux responsabiliser les hébergeurs, réduire la visibilité de l’offre illégale et assécher les sources de revenus des sites contrefaisants.

. Animer l’open data, mille possibilités | données ouvertes
Simon Chignard propose une grille d’animation pour l’opendata.

. Pic pétrolier : l’alerte d’un expert du FMI [interview] | Oil Man
« L’effet des prix du pétrole sur le PIB peut être non-linéaire. Cela signifie qu’au-delà de, mettons, 200 dollars le baril, beaucoup de secteurs pourraient être incapables de faire face. On peut penser aux transports : le fret routier, les compagnies aériennes et toute l’industrie automobile souffriraient très gravement d’un prix aussi élevé. Et puis il y aurait un effet domino sur d’autres secteurs de l’économie.

Notre modèle envisage une adaptation relativement douce, dans laquelle les industries parviennent à ré-allouer leurs investissements en direction d’autres sources d’énergie. Il n’est pas évident à mes yeux qu’il s’agit là d’un scénario correct », estime Michael Kumhof co-responsable de la modélisation au sein du Fonds monétaire international (FMI).

. La France ne gagnera la bataille de la compétitivité que par la qualité – LeMonde.fr
« Si l’on souhaite développer une compétitivité par la qualité, il nous faut sortir d’une vision de la politique industrielle centrée sur la recherche et développement (R & D). Une telle conception conduit à se focaliser sur les industries intenses en R & D, comme l’aéronautique ou la pharmacie, et à négliger d’autres secteurs très innovants comme le numérique. Le succès des voitures allemandes à l’exportation n’est-il pas dû tout autant au design, à la force de la marque, à la qualité de fabrication et du service après-vente qu’à la R & D et aux brevets ? » estiment les professeurs Emmanuel Combe et Jean-Louis Mucchielli.

. Le SMS a 20 ans – PC INpact
« Il y a tout juste 20 ans, le premier SMS était échangé entre deux ingénieurs télécoms. Aujourd’hui, le tout-puissant service de messagerie connaît un léger déclin, menacé sur son trône par des applications gratuites et offrant bien plus de possibilités. »

. Les pôles de compétitivité français sont trop nombreux et pas assez innovants – LeMonde.fr
L’Institut de l’entreprise a récemment tiré le bilan critique des Pôles de compétitivité – rapport http://www.institut-entreprise.fr/index.php?id=1670 – qui ont reçus 4,5 milliards de financement publics entre 2005 et 2011 pour ne produire que 1,5 % des brevets français et créér que 5 % de start-ups. 1 projet sur 4 débouche sur une innovation. L’Institut propose de réduire le nombre de Pôle à 10 ou 15 (plutôt que 71 actuellement) et se concentrer sur les secteurs à fort potentiel (l’Allemagne ne compte que 15 clusters et le Royaume Uni que 7). Sur les 85 technologies d’avenir identifiées par le ministère de l’industrie – http://www.industrie.gouv.fr/tc2015/ – seules 13 sont correctement couvertes par les Pôles. L’Institut recommande de renforcer la capacité des Pôles à accompagner les objets jusqu’à leur mise sur le marché. Les grandes entreprises ont peu bénéficié des Pôles alors qu’elles représentent 62 % de la recherche et 53 % des exportations. Et le privé ne participe pas assez au financement des structures. Face à ce maigre bilan, il faudrait démanteler des pôles comme le recommande le rédacteur en chef des Echos, Daniel Fortin : http://www.lesechos.fr/opinions/edito/0202428802056-touche-pas-a-mon-pole-517437.php Et ce alors que selon le dernier classement des champions européens de l’innovation de Thomson Reuters, se distinguent 13 entreprises françaises : http://www.challenges.fr/economie/20121205.CHA3846/plus-d-entreprises-francaises-en-2012-qu-en-2011-parmi-les-champions-mondiaux-de-l-innovation-thomson-reuters.html grâce à ses grands groupes et aux instituts de recherche publics. Si les Pôles sont reconduits pour 3 ans, ils vont devoir désormais se focaliser sur les retombées économiques, l’industrialisation et la diffusion des innovations dans les produits et service, rappelle le gouvernement : http://www.usinenouvelle.com/article/les-poles-de-competitivite-doivent-desormais-meriter-leur-nom.N187300

. Serge Tisseron, la culture numérique – Culture Mobile
« Je crois que la culture numérique est ce qui est en train d’affranchir la culture des écrans de la référence du livre », explique le psychologue Serge Tisseron au magazine Culture Mobile. « Le numérique est en train de nous ôter ce boulet au pied qu’était cette culture de l’image soi-disant authentique (…). Ce qui s’ouvre, c’est un territoire d’invention, d’improvisation, de création. Le changement de statut de l’image, c’est aussi un changement de statut du spectateur qui devient créateur… »

. Interview de Jeni Tennison, CTO de l’Open Data Institute – Data Publica
A l’occasion du lancement de l’Open Data Institute – http://www.theodi.org – un organisme à but non lucratif britannique fondé par Tim Berners Lee et Nigel Shaldbot dont le but est de valoriser les données publiques, Data Publica livre une intéressante interview de Jeni Tennison sa directrice technique de l’organisation, qui explique comment l’Institut va fonctionner.

. Le mouvement des Mooc n’est pas un indicateur de l’évolution de l’éducation – Radar O’Reilly
Pour Andy Oram, le succès des cours en ligne massivement ouverts n’est pas un indicateur de l’évolution de l’éducation. C’est une technologie de transition qui ne doit nous faire oublier les progrès des laboratoires et cours à faire soi-même, ni ceux des échanges d’informations entre pairs. Dans le domaine de l’éducation, beaucoup de modèles mixtes peuvent trouver leur place.

. pixeliose – le film
Pixeliose de Romain Graf est un film sur un homme qui a un problème de vu : il voit sa vie en pixel. Une réflexion sur la « nouvelle esthétique » chère à James Bridle.

. Censure vs liberté d’expression, les négociations sur l’avenir d’Internet se durcissent – Le Monde Informatique
« A l’occasion de la Conférence mondiale sur les télécommunications internationales, l’Union internationale des télécommunications souhaite renégocier le règlement des télécommunications internationales. Gouvernements, associations et entreprises annoncent leurs craintes pour l’avenir du web. L’UIT se veut rassurant. » Voir aussi : http://readwrite.com/2012/12/03/free-and-open-world-governments-talk-internets-future-behind-closed-doors

. L’éclairage, grand oublié de la révolution énergétique – Usine Nouvelle
Que faire pour optimiser l’éclairage ?

. Et si la grande distribution accélérait la consommation partagée ? – OuiShare.net
À contre courant des clichés selon lesquels la grande distribution constituerait un frein à la consommation collaborative, Neal Gorenflo, éditeur de Shareable.net envisage un scénario où la distribution jouerait un rôle central dans le passage à l’échelle de l’économie du partage. Pourquoi, parce que les distributeurs expérimentent et prennent la consommation collaborative au sérieux, même si leurs initiatives sont encore timides, notamment parce que leurs modèles économiques ne leur permet pas de mutation rapide. « Imaginez que lorsque vous réalisez un achat, votre article soit automatiquement enregistré dans un inventaire sécurisé, qui recense en un lieu unique l’ensemble des achats que vous avez réalisés, quel que soit le magasin. À chaque article inventorié serait attaché l’ensemble des informations le concernant (date d’achat, valeur, mode d’emploi), ainsi qu’une référence unique permettant de l’identifier et un lien vers des forums utilisateurs. Imaginez maintenant que vous puissiez en seul clic partager n’importe lequel des articles de votre inventaire sur une place de marché en ligne.

Dans mon scénario idéal, chaque article recensé dans mon inventaire personnel pourrait être connecté à une place de marché en ligne, administrée par une coalition de distributeurs – intégrant des distributeurs locaux, des indépendants –. Cette place de marché me permettrait bien sûr de publier la liste des articles que je souhaite vendre, louer ou échanger. De cette manière, j’aurais un contrôle total de la gestion de mes biens. Et je payerais volontiers une petite commission sur chaque transaction pour ce service… »

. Fabrique Paris Métropole
Paris Métropole, syndicat d’études regroupant plus de 200 collectivités d’Ile-de-France dans leur diversité politique et territoriale, propose actuellement de participer à un grand débat en ligne sur le thème « Demain, quel Grand Paris ? »

. Labos pharmaceutiques : libre accès aux recherches ? – Framablog
« La recherche sans entraves et librement accessible constitue un bien commun qui génère bien plus de valeur ajoutée au profit de tous que le profit rapide qu’on extorque des consommateurs en les faisant payer à l’entrée comme à la sortie », s’indigne Cory Doctorow en prônant une recherche pharmaceutique complètement en accès ouvert. « La raison pour laquelle on devrait exiger que les laboratoires pharmaceutiques publient leurs résultats, ce n’est pas qu’ils ont reçu des subventions sur fonds publics. C’est plutôt parce qu’ils demandent une certification de l’état qui garantisse que leurs produits sont propres à la consommation, et qu’ils demandent aux organismes de régulation d’autoriser les docteurs à rédiger des ordonnances prescrivant ces produits-là. Nous avons besoin qu’ils publient leurs recherches, même si cette action induit des pertes de profit, car sans cette recherche, nous ne pouvons pas savoir si ces produits sont propres à la consommation. » Les produits ne devraient pas être autorisés sur le marché sans cette exposition publique.

. Vie privée à l’horizon 2020 (.pdf) – Cnil
La Cnil publie le premier numéro de son cahier de prospective sur le thème de l’avenir de la vie privée, avec les contributions de nombre d’experts. Passionnant !

. Libérer nos médias captifs du matériel ? – Framablog
« Le matériel devrait être séparé du logiciel. Le logiciel devrait être séparé des services », clame haut et fort Terence Eden. « Je ne veux pas être bloqué ni devoir utiliser un mauvais produit parce que c’est le seul à offrir un certain service. »

. Nassim Nicholas Taleb : le futur ne sera pas cool – Salon.com
Nassim Nicholas Taleb, qui publie un nouveau livre, « Antifragile : comment vivre dans un monde qu’on ne comprend pas ou comment les choses gagnent de leur désordre », revient dans une tribune -extraite de son dernier livre – pour Salon.com sur notre incapacité à imaginer l’avenir. Nous avons tendance à prendre le présent comme point de référence puis de produire une spéculation en y ajoutant des nouvelles technos et des produits. Nous nous représentons toujours la société selon notre utopie du moment, attribuable à nos désirs. Nous avons donc tendance à sur-technologiser le futur et sous estimer le fait qu’il évolue en fait bien faiblement. Le passé est un bien meilleur professeur des propriétés de l’avenir que du présent.

La technologie est bien meilleure quand elle est invisible, estime d’une manière iconoclaste Taleb. Elle est plus utile quand elle déplace le délétère, le contre-nature, l’aliénant et plus encore la technologie fragile précédente. Le numérique contre-nature enlève encore des éléments précédents qui étaient contre-nature. Par exemple, l’absence de documents physiques rend la bureaucratie plus acceptable qu’elle ne l’était à l’époque des dossiers en papier. De plus en plus, estime Taleb, « nous utilisons la technologie pour inverser la technologie ». Nos tablettes nous permettront-elles demain d’à nouveau écrire à la main ?

. Internet des objets : 9 innovations présentées par France TV (LeWeb12) – Meta-media
Eric Scherer, directeur de la prospective à France Télévisions, revient dans un billet sur les innovations proposées par France TV à LeWeb. Parmi celles-ci, la Li-Fi, un système utilisant la lumière pour transmettre des données numériques.

. Fact checking : Les mythes sur les jeux video – Psy&Geek
Yann Leroux répond à l’article de Claire Gallois sur le Point, « Jeux vidéo, permis de tuer », véritable charge partisane contre le jeux vidéo, en démontant chaque argumentaires avec des références scientifiques. Non, faire semblant de tuer n’est pas tuer. C’est le stress lié à la compétition qui est à la source de l’agressivité dans les jeux vidéo. Non, les jeux vidéos ne conduisent pas les joueurs au meurtre. Ce qui transforme un adolescent en vengeur ce sont les humiliations et la recherche d’attention médiatique. Ces adolescents trouvent plus leurs modèles dans la société, que dans le jeu vidéo. Les chercheurs, jusqu’à présent, n’ont trouvé aucun lien de cause à effet entre un média et des actes criminel. Nul n’est dépendant à la violence. Non, le temps passé à jouer n’explique pas le désengagement social…

. Ancien Monde, Nouveau Monde… – Zdnet
« Pendant la même semaine, la dernière de novembre 2012, des acteurs industriels de l’informatique comme Amazon et Google ont baissé le prix de leurs services de clouds de 30 % alors que Microsoft annonçait de nouvelles de versions de logiciels anciens tels qu’Office ou Exchange avec des augmentations de prix qui pouvaient atteindre jusqu’à 38 % pour Sharepoint ! ». Deux mondes s’opposent, constate Louis Naugès.

. Une ampoule pour transformer son bureau en écran tactile – Technology Review
Nathan Linder, étudiant au MIT, a modifié son projet LuminAR : http://fluid.media.mit.edu/projects/luminar Désormais, il permet de transformer n’importe quelle lampe en objet augmentant une surface d’interactions. Il suffit de changer l’ampoule de votre lampe de bureau !

. La morale, prochaine frontière de la conception homme-machine – Technology Review
John Pavlus pour la Technology Review revient sur l’édito de Gary Marcus sur les dilemmes éthiques soulevés par l’arrivée prochaine de la voiture sans conducteurs : http://www.newyorker.com/online/blogs/newsdesk/2012/11/google-driverless-car-morality.html Il ne croit pas que les machines morales verront le jour et pense que, plus prosaïquement, les voitures ne seront jamais totalement strictement autonomes… Les questions éthiques ne seront pas des abstractions, mais des problèmes pratiques, que les concepteurs devront résoudre.

. Tchatter avec Obama – Nettuts+
Daniel Ryan, l’un des directeur de la campagne numérique d’Obama, revient dans une interview plutôt technique sur les difficultés rencontrées durant la campagne par son équipe et son organisation. La plus grosse difficulté, estime-t-il, a été de parvenir à traiter le volume des demandes, d’organiser le processus (notamment par des tests pour mesurer la performance).

. Le logiciel, boulet de l’informatique verte – LesEchos.fr
Les « obésiciels » sont la nouvelle cible de la bataille de l’efficacité énergétique. Après l’optimisation des matériels, il est tant d’optimiser les performances énergétiques des logiciels.

. Peut-on vous mettre en concurrence avec vos collègues ? | Rue89 Eco
La Caisse d’épargne Rhône-Alpes vient d’être condamnée pour avoir mis en place une benchmark de ses employés sans objectif et générant une concurrence permanente. Jusqu’où peut-on mesurer l’activité des salariés ? La question est posée.

. Comment réinventer l’éducation avec le numérique ? – Econoblog
« La technologie en elle-même n’est pas transformative. C’est l’école, la pédagogie, qui est transformée par le numérique. » Tanya Byron

. 6 raisons pour comprendre pourquoi les API refaçonne votre modèle d’affaire – Slideshare
FaberNovel publie une nouvelle excellente présentation sur les API et leur impact sur les modèles d’affaires du web.

. Une ampoule augmentée pour tranformer votre bureau en tablette – Mashable
Le projet Luminar du MIT – http://fluid.media.mit.edu/projects/luminar – un projet de lampe robotisée qui utilise caméra et rétroprojecteur pour augmenter n’importe quel espace de travail – vidéo : http://vimeo.com/52899256# -propose désormais une simple ampoule pour transformer n’importe quelle lampe en appareil augmenté. Des étudiants de l’université de Wellington ont lancé le projet Pinokio : http://www.journaldugeek.com/2012/12/03/pinokio-la-lampe-de-pixar-en-vrai/ Une lampe expressive qui ne projette rien mais qui suit son utilisateurs : http://www.ben-dror.com/index.php/projects/lamp/

. Notre-Dame-des-Landes : résistance, mode d’emploi – Libération.fr
Libération revient sur le fonctionnement alternatif de Notre-Dame-des-Landes… Lieu d’expérimentation de solution collaboratives : http://ouishare.net/fr/2012/11/zad-notre-dame-des-landes-mode-vie-collaboratif/

. Et si les collectivités locales favorisaient le crowdfunding ? – OuiShare.net
Au pays de Galle, le comté de Lacashire a lancé une plateforme – http://www.creativelancashire.org – permettant aux citoyens et à la collectivité (à hauteur de 20 % pour elle) de financer des entreprises locales. La finance participative peut-elle s’appliquer au local ? Les dirigeants de Funding Circle – https://www.fundingcircle.com – une plateforme de financement participatif négocient avec d’autres villes pour lancer des projets similaires.

. Mangé ou être mangé ? – O’Reilly Radar
Mike Loukides revient sur l’article de Marc Andreessen, « Pourquoi le logiciel mange le monde – http://online.wsj.com/article/SB10001424053111903480904576512250915629460.html – et explique que l’assertion n’est peut-être pas vraiment exacte. Le logiciel n’est pas un fin en soi, mais une composante de systèmes plus vastes. « Le logiciel est peut-être ce qui les fait fonctionner, mais il n’est pas une fin en soi. » C’est une combinaison matérielle (toujours moins cher) et logicielle qui changent le monde. Si demain le logiciel sera un composante de tout ce que nous faisons et achetons… Demain, par quoi le logiciel sera-t-il mangé ?

. Un drone pour tous – Technology Review
Nous entrons dans l’ère du drone personnel. Lehmann Aviation vient de lancer un drone civil pour 990 euros.

. La DARPA teste un système qui combine vision humaine et vision de l’ordinateur – Technology Review
La fusion mentale avec la machine est-elle pour demain ? La Darpa teste un système de détection de danger qui combine imagerie assistée par ordinateur et capacités du cerveau humain pour « augmenter » les sentinelles, c’est-à-dire leur permettre de mieux porter attention à ce que l’un ou l’autre détecte.

. Comment Google prévoit de trouver l’introuvable – Technology Review
Google travaille à améliorer son service de recherche mobile en prévoyant de vous délivrer l’information que vous n’aviez pas penser à chercher ! Pour cela, il étudie des utilisateurs et leur demande ce qu’ils voudraient chercher à l’instant. L’idée est de fournir une cartographie des besoins des gens selon leur localisation exacte. Aurions-nous tous besoin des mêmes choses au même endroit ? Autre sujet sur lequel travaille Google, faciliter l’information. En partenariat avec un campus universitaire, Google va installer des panneaux d’information pour connaître le temps d’attente aux restaurant et pousser sur des applications mobiles, la rencontre avec des gens avec lesquels nous devons travailler…

. Youtube lance des studios d’enregistrement accessibles gratuitement et va bouleverser l’industrie, bientôt en France ! – {niKo[piK]}
Des Youtube Space ?

. Toute ma vie sur internet – Envoyé spécial – France2
Nos données personnelles sont sur le net.

. La connaissance, « nouveau produit innovant » ? – LeMonde.fr
Pour Marco Zito, physicien des particules, les coupures de budget de l’Europe à la recherche sont certes dommageables, mais la volonté des chercheurs de transformer la connaissance en services n’est pas plus stimulante. La compétitivité accrue de la recherche fait des ravages dans les laboratoires. « Toutes les inventions de la science ne sont rien si elles ne profitent pas à toute la société : un quart de la population renonce aux soins faute de moyens. La destruction programmée des services publics, notamment de la santé, risque de réduire à néant les effets du progrès scientifique. Européen convaincu, je crois que la politique actuelle de l’UE nous mène à l’abîme. Malheureusement, (croire en une) conception d’une science isolée de la société ne me semblent pas à la hauteur de la situation. »

. Les villes se rêvent uniques – LeMonde.fr
Alors que les villes doivent sans cesse se réinventer, se bricoler une identité pour échapper à l’uniformisation dans un contexte d’hyper-compétition, elles sembles de plus en plus neutres et consensuelles. Les mêmes promoteurs, les mêmes architectes, les mêmes enseignes commerciales, les mêmes mobiliers urbains, les mêmes signalétiques… les font se confondre. Les évènements, la modernisation des quartiers semblent se juxtaposer… Comment la réinventer sans cesse ?

. « La notion d’auteur doit être remise en cause »- Ecrans.fr
Pierre Lescure à la tête de sa mission sur la culture à l’heure d’internet, chahuté par des juristes à Aix en Provence : La notion d’auteur doit être remise en cause, et la nature juridique d’une œuvre également. « La sacralisation du droit d’auteur n’est plus possible », estime le bonhomme… On verra en mars, date de remise du rapport.

. Comment les hommes bougent ? – Chronos
« Comment les hommes bougent ? Une question pour deux explorations : l’une sur le changement des pratiques de mobilité, l’autre sur les moyens de l’accompagner. À l’heure où la transformation des mobilités s’accélère, ces notions sont intimement liées. Cet ouvrage prend appui sur neuf projets innovants repérés à travers le monde. L’analyse de ces initiatives sert à la fois à illustrer de grandes tendances dans l’évolution des mobilités et à incarner des points méthodologiques sur l’accompagnement du changement. »

. Ouverture des données publiques et participation : quels enjeux démocratiques ? (.pdf)
Décider Ensemble publie son rapport sur les enjeux démocratiques de l’open data. « Le nouveau fossé numérique à combler est certainement celui-ci : faire de la donnée administrative un outil de la participation et de la décision. »

. L’avenir du numérique – Business Insider
Business Insider a récemment mis en ligne un diaporama intitulé « The Future of Digital » plein d’enseignements et bourré de graphiques évocateurs, explique Jean-Michel Salaun : http://blogues.ebsi.umontreal.ca/jms/index.php/post/2012/11/30/Le-num%C3%A9rique-partag%C3%A9-entre-quatre-%C3%A9crans.

– Seulement 1/3 de la population mondiale est connectée à Internet, mais il s’agit de la partie la plus riche et donc de la plus solvable.
– Depuis l’année dernière, les ventes de smartphones ont dépassé celle des ordinateurs et les tablettes font la croissance du marché des ventes d’ordinateurs, tandis que la vente d’ordinateurs personnels stagne.
– Le marché US de smartphone est arrivée à maturité, les gains sont à aller chercher sur le marché chinois encore dans l’enfance.
– La vente de contenu numérique est en train d’exploser, portée par Itunes, Netflix, Kindle et Zynga.
– La télévision fait encore le principal du marché publicitaire (42 %), le numérique vient juste derrière (37 % dont 23 pour le seul Google).

À lire aussi sur internetactu.net

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *