Sortir de la tyrannie du présent

Par le 05/02/13 | 10 commentaires | 4,095 lectures | Impression

La quantité massive de données dont nous disposons sur tous les sujets, des sciences sociales aux systèmes environnementaux, nous laisse espérer la possibilité de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Mais les arbres ne cachent-ils pas la forêt ? Le mathématicien Samuel Arbesman (@arbesman) affirme dans Wired qu’il nous faut désormais compléter ces big data par les “long data” : des informations sur les phénomènes lents, se développant sur le très long terme. Pour cela, nous devons collecter et surtout interpréter des données s’étendant sur plusieurs siècles, voire des millénaires.

Un exemple de ce genre de travail, cité par Arbesman, est l’oeuvre Jared Diamond, auteur de Guns, Germs and Steel (traduit en français sous le titre De l’inégalité parmi les sociétésWikipédia). Pour Diamond, les seules raisons pour lesquelles certaines civilisations se sont développées pour créer des institutions complexes (ce qui ne signifie pas meilleures) sont à chercher dans les conditions matérielles aux origines de l’Histoire. Ainsi le développement des pays de la zone eurasiatique s’expliquerait, entre autres, par leur situation sur un axe est-ouest (grosso modo l’itinéraire de la “route de la soie”) sur lequel les techniques d’élevage et d’agriculture peuvent aisément transiter. En effet cet axe ne connait pas de différences climatiques majeures (les transferts se déroulent à peu près sous la même latitude), ce qui évite une acclimatation trop difficile des plantes et des bêtes. Au contraire, l’Afrique et l’Amérique du sud sont structurées sur un axe nord-sud, qui rend les communications et le transfert de technologies plus difficile. Pour Diamond, prendre en compte ces aspects matériels est la seule manière d’éviter une vision raciste de l’histoire, comme lorsqu’on imagine que certaines cultures ont bloqué l’innovation. Dans cette vision à très long terme, les différences culturelles se voient gommées et on ne perçoit plus qu’une humanité unique en relation avec son environnement.

Si ces “long data” peuvent présenter un grand intérêt pour les historiens, sont-elles vraiment importantes pour qui cherche à envisager le futur ?

De fait, se concentrer sur le présent est susceptible d’introduire certains biais dans notre analyse, notamment la “déviation du standard”, (shifting baseline). Autrement dit, combattre notre tendance à considérer que notre état présent est le mètre étalon avec lequel nous pouvons juger l’évolution d’un phénomène. Pour exemple, Arbesman cite la baisse constante de la population de cabillauds de Terre-Neuve. Les effets de la surpêche ont été tellement lents qu’il a été impossible pour les pêcheurs d’en réaliser les conséquences. A leurs yeux, la situation qu’ils vivaient était toujours “normale”, même quand elle ne l’était plus…

De plus, précise le mathématicien, les “long data” ne nous servent pas qu’à évaluer les évolutions lentes. Ils servent aussi à contextualiser les transformations rapides. Ils nous permettent de comprendre la mécanique des changements brutaux, d’observer la fréquence de ces derniers au cours de l’histoire, et prédire – peut-être – leur développement.

Mais si les “big data” décollent aujourd’hui, c’est parce que nous disposons des outils nécessaires pour les recueillir, ce qui n’est pas forcément le cas des données historiques. Comment travailler sur les “long data” ? Arbesman cite deux exemples de textes présentant et exploitant ces données, comme l’article de Michael Kremer pour le Quarterly Journal of Economics “La croissance de la population et le changement technologique : d’il y a 1 million d’années à 1990″(.pdf) ou le livre de Tertius Chandler, 4 siècle de croissance urbaine : un recensement historique. En France, on peut bien sûr citer le classique d’Emmanuel Leroy-Ladurie, “L’histoire du climat depuis l’an mil”.

Parmi les outils disponibles, citons par exemple Google Ngrams, qui permet de tracer l’historique de l’usage d’un mot depuis l’an 1500, grâce à une analyse des livres numérisés par Google Books. Évidemment, cela ne commence qu’à l’invention de l’imprimerie, et le fonds n’est pas exhaustif. Mais c’est un début qui a lancé un nouveau champ d’études, la culturomique, reposant sur une analyse quantitative des termes étudiés. Le premier article du domaine a été publié en 2011 (.pdf) (voir “Quand Google Books permet de comprendre notre génome culturel“).

Vers la psychohistoire – et au-delà !

Finalement tout cela est-il bien neuf ? Les historiens ont déjà remarqué, notamment avec Fernand Braudel, le rôle du temps long, et de la différence entre la temporalité du politique et celle des mentalités.

Mais la manipulation des “long data” vise autre chose qu’une simple compréhension des phénomènes historiques. Il s’agit de découvrir dans les évènements des constantes mathématiques qui nous permettent de repérer des patterns, des modèles, des structures indépendantes de ces évènements.

Ce qui, après la culturomique, nous amène à un autre néologisme, la cliodynamique. Voici ce qu’en dit son fondateur, l’écologiste et historien Peter Turchin :

“Qu’est-ce qui a causé la chute de l’Empire romain ? Plus de 200 explications ont été proposées, mais il n’existe pas de consensus sur celles qui sont plausibles et celles qui doivent être rejetées. La situation est aussi risible que si, en physique, la théorie du phlogistique et la thermodynamique existaient simultanément. Cet état de choses nous empêche d’avancer… Nous avons besoin d’une science sociale historique, car les processus qui agissent sur de longues durées peuvent affecter la santé des sociétés. Il faut que l’histoire devienne une science analytique, et même prédictive”

.

On retrouve dans ce discours le fantasme de la psychohistoire, imaginée par l’auteur de Science Fiction Isaac Asimov dans sa série Fondation consistant à étudier les motivations psychologiques des évènements historiques pour les prédire, et qui hante depuis quelque temps les sciences de la complexité (voir par exemple les travaux de Dirk Helbing et Bar-Yam que nous avions évoqué) et dont la cliodynamique n’est qu’un nouvel avatar.

Le premier essai d’Arbesman consacré explicitement à l’histoire (.pdf) porte sur la naissance et la disparition des empires. Son texte est assez mathématique et difficile à suivre, mais heureusement pour nous, il en a donné un résumé dans un article paru originellement dans le Boston Globe (mais accessible ici). Le titre pose une question tout à fait d’actualité : “Combien de temps l’Amérique va-t-elle durer ?”

Arbesman a analysé les durées de vies de 41 empires qui se sont succédés au cours de l’histoire et a projeté les résultats sur une courbe. Il constate que leur longévité moyenne est de 215 ans. Rappelons que l’actuel empire américain en compte quelque 225 depuis l’adoption de sa constitution en 1787. Doit-on le considérer en fin de vie ? Non, car cette “moyenne” ne permet en aucun cas d’effectuer la moindre déduction. En effet, la courbe dessinée par Arbesman correspond à ce qu’on appelle une “distribution exponentielle” en statistique. La caractéristique de cette distribution est qu’elle est “sans mémoire”. Autrement dit, les chances qu’a un empire de s’effondrer dans un avenir proche sont les mêmes, qu’ils aient persisté 80 ans, comme celui d’Attila, ou 1000, comme celui d’Elam. “C’est assez différent de la durée de vie humaine, pour laquelle plus on est vieux, plus on a de chances de mourir. La possibilité pour un empire de disparaître est la même chaque année.” Imaginez une population d’individus immortels, mais dont la majorité décèderait à 80 ans des suites d’accidents divers…

“Cela perturbe notre manière de concevoir les choses – comment la force des institutions crée une puissante fondation susceptible de garantir la stabilité ; ou comment, dans le passé, la longue histoire d’une dynastie pouvait lui conférer une légitimité qui la mettait au rang des dieux”.

Et ce n’est pas tout. Les empires ne sont pas les seuls à connaître cette distribution. C’est également le cas pour les espèces animales et pour les entreprises.

Quelle est la cause de cette disparition brutale ? Elle semble liée pour Arbesman au phénomène darwinien dit de la “Reine Rouge”, en hommage au personnage qui, dans Alice de l’autre côté du miroir, court pour pouvoir rester à la même place. Autrement dit, ces structures s’effondrent, car elles ne savent pas s’adapter assez rapidement aux changements du milieu.

“Peu importe à quel point un empire est adapté à un environnement et aux civilisations voisines, celles-ci essaient aussi de faire plus ou moins la même chose. Au final, la probabilité de survie ne change pas. Pour citer les brochures des fonds de pension, la performance passée n’indique rien des résultats futurs”.

Il est évident que de tels travaux ne sauraient être déduits des “big data” centrées sur le présent. Seul un travail comparatif portant sur plusieurs millénaires peut permettre d’arriver à ce genre de conclusions.

Un changement de perception du temps

Au-delà des possibilités prédictives de ces long data, leur usage nous permet de nous débarrasser de la maladie court-termiste propre à nos civilisations. On est tenté de mettre en rapport la thèse d’Arbesman avec l’école contemporaine de la big history, menée notamment par l’Australien David Christian, qui veut synchroniser l’ensemble de l’histoire humaine avec celle de notre planète et de l’univers. Ainsi, dans son livre Maps of Time, Christian raconte notre histoire depuis le big bang. Un autre exemple – fameux – de big history est la chronologie cosmique de Carl Sagan, qui compresse sur une seule année l’histoire de l’univers. Si le big bang s’est produit le premier janvier à minuit, alors les dinosaures ont disparu le 29 décembre l’être humain moderne apparaît à 23 h 58. Quant à Christophe Colomb, il n’a atteint les Amériques qu’une seconde avant le début de l’année suivante…

Paradoxalement le goût pour la big history n’est pas forcément incompatible avec une certaine concision, puisque David Christian a entrepris à Ted de raconter l’histoire du monde en… 18 minutes. Cela n’est finalement pas étonnant : lorsque nous envisageons d’aussi grandes périodes, les détails perdent de leur importance tandis que les patterns importants apparaissent, ce qui permet en fait au final une description “accélérée”…

Arbesman conclut son article par une référence à la Long Now Foundation (@longnow) créée par Stewart Brand, l’un des personnages les plus influents de la deuxième moitié du XXe siècle, dont la biographie a été récemment traduite en français par C&F éditions sous le titre Aux sources de l’utopie numérique.

L’expression “long maintenant” (Long now) a été forgée le musicien Brian Eno, qui avait remarqué – notamment chez les New-Yorkais – la tendance à réduire leur “ici” à l’environnement immédiat (voire les quatre murs de leur appartement) et leur “maintenant” aux dernières excitations secouant l’actualité. “Je veux vivre dans un grand ici et un long maintenant” avait alors pensé Eno. Une idée reprise par Brand, qui projette de nous rendre conscients du lent passage du temps en faisant construire une horloge qui tinterait tous les 10 000 ans. Le choix d’une telle perspective temporelle permet de relativiser notre recours à la technologie. L’horloge, conçue par Danny Hillis (inventeur multi-casquettes, et notamment pionnier du web sémantique avec Freebase), sera ainsi uniquement composée de pièces mécaniques. Pourquoi ? Parce que l’équipement électronique s’use plus vite et, à terme, s’avère plus vulnérable aux avaries. Bref, les bons vieux mécanismes d’horlogerie sont plus efficaces.

Certaines habitudes se sont développées chez les adeptes du “long maintenant”, comme précéder les dates d’un chiffre. Ainsi, nous serions en 02013, et la Révolution française aurait eu lieu en 01789. Cette simple astuce sémantique permet de s’apercevoir que des dates qui semblent éloignées sont en réalité assez voisines (01789 paraît plus proche de 02013 que 1789 de 2013). Pour Brand, la vision du “long maintenant” nous libère de l’idéologie du court terme, et de croyances comme la Singularité, concept que Brand n’apprécie guère…

La Fondation Long Now propose différents séminaires et articles nous proposant une remise en question de nos habitudes mentales, comme cette intervention de Steven Pinker sur la violence, qui explique que nos sociétés n’ont jamais été aussi peu violentes qu’aujourd’hui, alors même que notre peur de la violence n’a jamais été aussi forte. Sur le blog de la fondation, on découvre de multiples recherches sur le temps long, comme par exemple (en réaction d’ailleurs à l’article de Samuel Arbesman), une analyse sur plusieurs siècles des cycles d’activité solaire, ou une histoire de la déforestation. On y apprend que cette habitude de détruire l’environnement forestier, loin d’être une nouveauté due à l’industrialisation, est présente depuis les débuts de l’histoire et pour cause. L’homme des anciennes civilisations détestait les forêts, endroits dangereux et mystérieux par excellence. Certes, notre capacité à la destruction s’est considérablement accrue aujourd’hui, mais il est intéressant de comprendre que les racines de nos comportements remontent aux origines de l’humanité…

Autre projet intéressant mentionné sur le blog de la fondation, l’expérience du journaliste Paul Salopek qui a décidé de refaire à pied et en sac à dos les 60 000 km parcourus jadis par nos ancêtres, séparant l’Éthiopie de la Patagonie, et qui se fait l’apôtre d’un “journalisme lent”.

“L’énorme volume d’informations générées par les journalistes professionnels ou citoyens, des tweets aux blogs ou que sais-je encore, ne peut qu’entraîner un échec. C’est un tsunami d’informations, qu’on ne peut quasiment pas traiter. Nous n’avons pas besoin de plus d’informations, nous avons besoin de plus de sens… Il faut beaucoup ralentir pour comprendre comment les grandes histoires globales contemporaines, comme le changement climatique, les conflits, la pauvreté, ou les migrations de masse se retrouvent interconnectées”, explique-t-il.

Comment entrer soi-même de plein pied dans la perception de ce temps long, ce “vaste ici et ce long maintenant” ? Le blog de la Long Now nous présente pour cela le travail d’un artiste allemand, Lorenz Potthast, qui a mis au point un système de “réalité ralentie”. Il s’agit d’un simple casque en aluminium contenant des lunettes 3D reliées à une caméra qui enregistre l’environnement qui n’arrive à l’oeil du spectateur qu’une fois considérablement ralenti…

The Decelerator Helmet – A slow motion for Real Life from Lorenz Potthast on Vimeo.

Pas sûr que cela nous suffise… Mais c’est déjà ça.

Rémi Sussan

Rétroliens

  1. Sortir de la tyrannie du présent « InternetActu.net | Association Concert Urbain
  2. Sortir de la tyrannie du présent « Silvae veille
  3. l’histoire longue | Gilles en vrac…
  4. Un cours ? Un MOOC ? Non, un ‘classe-MOOC’ ! « Prodageo

6 commentaires

  1. par davyka

    “Pas sûr que cela nous suffise… Mais c’est déjà ça.” Magnifique, la chute ! Elle me console du “long maintenant” que j’ai du gaspillé à passer en revue ces enfonceurs de porte ouverte et autres pollueurs d’attention, avec leur “phénomène darwinien dit de la “Reine Rouge” “. Non mais là sérieux merci de respecter les lecteurs et d’abréger la rubrique “intuitions à demi formulées de pseudo-penseurs” pour ne pas user notre attention. Vous nous avez quand même habitués à du plus consistant.

  2. par liso

    Merci pour cet article, c est très intéressant et très enthousiasmant aussi. On peut espérer le meilleur des recherches qui combineraient la big et long data.

    Juste une remarque a propos de la conférence Ted.
    Au début, David Christian présente l univers comme allant de l ordre vers le désordre se basant sur la seconde loi de la thermodynamique. Mais j ai l impression que c est pas possible.
    Selon wikipédia, le principe d entropie tiré de la seconde loi de la thermodynamique ne pourrait pas s appliquer à l univers. Mais seulement à un système interagissant avec son milieu extérieur. Si l univers est tout, alors il n y a pas de milieu extérieur, alors il n y a pas d échange de chaleur, alors il n y a pas de modélisation de l entropie selon la seconde loi de la thermodynamique… non? Et puis si l univers n est pas tout alors, je ne sais plus :// Si un(e) physicien(ne) est parmi nous, je serais curieuse de son avis..
    Sinon la suite de la conférence est très intéressante. –> langage vecteur de la connaissance collective.

    Merci Internet Actu !

    entropie wiki : http://fr.wikipedia.org/wiki/Entropie_(thermodynamique)

  3. par Rémi Sussan

    liso,

    Il y a trop de maths pour moi pour commenter l’article de la wikipedia!
    Mais d’après le peu que je connais, il me semble que le second principe de la thermodynamique fonctionne pour un système fermé -et l’univers, étant “tout”, est effectivement un système fermé. Au contraire, dans un système ouvert, il peut y avoir un afflux d’énergie avec l’extérieur, et donc la création de poche de “néguentropie”, d’ordre, comme c’est le cas de la vie sur terre. Mais cet accroissement local de la néguentropie se fait au détriment du système dans son ensemble: par exemple un système vivant accroit sa complexité, son ordre, mais en émettant de la chaleur et des déchets- c’est à dire “du désordre”. D’après mes faibles connaissances, l’idée que l’univers soit soumis à l’entropie est assez “classique” et acceptée. Mais je vous le répète, je ne suis pas physicien…

  4. par liso

    hm d accord. C est vrai que j ai déjà entendu parler de l univers comme soumis à l entropie, mais cette fois je me suis posée la question. D autant plus qu il passe tout le reste de sa conf à montrer l inverse. Mais peut être que ca s explique avec le principe de neguentropie, que je ne connaissais pas .
    Par contre la question de l entropie appliquée à l univers me turlupine quand meme. parce que l entropie S est exprimée par ” le rapport Q/T (où Q est la quantité de chaleur échangée par un système à la température T) ” pour qu il y ai entropie il faut que le système échange de la chaleur. Mais si l univers est tout seul, il peut pas échanger avec un autre système… Bon.

    En tout cas c est très intéressant, je vais chercher un peu sur cette question. Si j ai des news, je les post-commentairerai

    Merci en tout cas !

  5. par gotama

    ““C’est assez différent de la durée de vie humaine, pour laquelle plus on est vieux, plus on a de chances de mourir. La possibilité pour un empire de disparaître est la même chaque année.” Imaginez une population d’individus immortels, mais dont la majorité décèderait à 80 ans des suites d’accidents divers…”

    soit il va falloir mieux se relire la prochaine fois, soit il faut prendre des cours de probabilité!

    tres bon article en dehors de ca

  6. par Rémi Sussan

    oops…