Le futur du travail dans l’entreprise (2/2) : … sans l’entreprise ?

Par le 18/07/13 | 17 commentaires | 5,185 lectures | Impression

Le numérique sape les fondements historiques de “l’entreprise”. Hors de celle-ci, point de travail ? L’entreprise n’a pourtant pas toujours existé en tant que telle ni dans sa forme actuelle, c’est une construction sociale… dont le numérique déstabilise les fondations. Car, aujourd’hui, les “nouvelles technologies” ne sont plus seulement des outils à son service, elles constituent aussi de nouveaux moyens de production, de mesure de la valeur et de rétribution. Est-ce au point de déconnecter radicalement le travail de l’entité “entreprise” ? Cette question était au coeur des échanges sur l’avenir du travail, lors du dernier festival Futur en Seine.

Avec le numérique, tout s’automatise progressivement, ou presque : les caissières de supermarché s’effacent, les ouvriers se font rares, les voitures sans conducteurs et articles écrits par des robots deviennent une réalité… Cette rapidité du progrès technologique nous conduit à repenser en profondeur les notions de “travail” et de “salaire”

Les machines prennent-elles le travail ?

Une récente étude de McKinsey sur les technologies de rupture qui vont bouleverser nos économies et nos vies laisse craindre que cette automatisation généralisée n’augmente le chômage et ne creuse le fossé entre les plus qualifiés et ceux qui n’auront pas bénéficié de la formation suffisante pour bien vivre ce changement. Plusieurs auteurs contemporains comme Marc Andreesen (et son célèbre “le logiciel dévore le monde”), ou John Evans (et son “Une fois que votre travail aura disparu”) partagent ce point de vue : les technologies détruisent l’emploi.

Deux chiffres édifiants appuient cette vision :

Bien sûr, les activités et productions de Kodak et Instagram ne sont pas vraiment comparables, pas plus que General Eletric ne l’est avec les géants de l’internet. Reste que ces entreprises sont les symboles de leur époque et des formes d’organisation du marché – et du marché du travail notamment.

Benjamin Tincq de OuiShare
Image : Benjamin Tincq de OuiShare, lors de l’atelier Digiwork de la Fing à Futur en Seine, via L’Atelier de l’emploi.

Nous n’aurions encore rien vu des tensions sociales qui pourraient se dessiner à l’avenir : le modèle de la start-up pour tous et des individus entrepreneurs d’eux-mêmes, ces radieux freelances planétaires… ne serait qu’un rêve de nantis, de “bobos”… Cette vision pessimiste est même revendiquée par Henri Seydoux, qui craint que nous n’ayons plus rien d’”utile” à créer – utile au sens de “répondant à des besoins primaires”. Dans ce monde “d’artistes” (voir notre précédent billet), tout le monde n’aura pas une place.

oDesk
Image : Page d’accueil d’oDesk, l’une des nombreuses plateformes pour travailleurs freelances disponibles en ligne, à l’image de Fievrr, qui sont autant encensées que critiquées.

Travail et salariat : des notions obsolètes ?

Cette destruction engendrée par le numérique préfigure-t-elle une grande phase de création d’emplois, comme le veut la théorie de la destruction créatrice de Schumpeter ? De nouvelles Trente, Quarante ou Cinquante glorieuses sont-elles devant nous, comme nous y invitait Philippe Lemoine ? De nouveaux emplois – aujourd’hui encore inconnus, ou presque – se substitueront-ils à ceux qui sont aujourd’hui balayés par les technologies et la mondialisation ? Les économies “industrialisées” n’auraient-elles pas muté en basculant dans une ère d’abondance matérielle (ou plus précisément “immatérielle”) qui, par nature, rendrait notre conception du travail archaïque ? La crise financière, qui a mis tant de gens au chômage et dans la rue, est-elle le symptôme de la fin d’un monde, du début d’un grand chaos qui défie notre capacité à bâtir un Nouveau Monde sur les ruines de l’ancien ? Quand certains redoutent le néant, d’autres tentent de se projeter dans ce monde qui ne se dévoile qu’en clair-obscur, entre l’ombre des usines qui ferment et le pâle soleil de la Silicon Valley

La marchandisation de soi

Tous les emplois pourront-ils être remplacés par des données ? Certains le pensent, qualifiant même le Big Data de “nouvel or noir”.


Infographie : “les données sont le nouvel or noir” par EMC, spécialiste du Big Data en entreprise, via Frenchweb.

Le numérique porte en lui une marchandisation de soi inédite, qu’elle soit explicite – on vend ses services comme on vend sa voiture sur Le Bon Coin (aujourd’hui deuxième site emploi de France), on tweete pour se faire remarquer des recruteurs (le personal branding, le marketing de soi, devient même une capacité à cultiver) – ou implicite (toute information devient monétisable, tous nos comportements sur le web sont susceptibles d’être “trackés” et dévoilés à des fins de vente…).

Dans ce Nouveau Monde où même la vie privée devient marchande émergent les problématiques du travail “caché”, “invisible” ou “gratuit” – selon les appellations. Pour Antonio Casilli, spécialiste de la sociologie des réseaux à Télécom Paris Tech, ce sont “de nouvelles formes d’exploitation du travail” qui prennent forme aujourd’hui avec le Digital Labor. A l’ère du weasure (contraction de work et leasure, travail et loisir), le travail est partout : nous produisons constamment de la donnée “en nous amusant”, sans être rémunérés. Une nouvelle forme d’exploitation tout simplement, mais débarrassée de la conscience de la servitude : “au XIXe siècle, l’exploitation c’est beaucoup d’aliénation pour peu d’efficacité ; au XXe, c’est peu d’aliénation pour beaucoup d’efficacité”.

Pour autant, parce qu’il permet notamment de faire du loisir un travail, et vice-versa, le numérique a rendu possible la construction collective de biens communs à l’échelle internationale, sans rémunération, dont Wikipedia est le meilleur exemple.

De nouvelles conceptions de la création de valeur peuvent désormais être explorées :

Les solutions des architectes du Nouveau Monde

Ces nouvelles formes de contributions ont-elles vocation à être rémunérées ? Si oui, comment ? Par un salaire ? Une rétribution symbolique ? Autre chose ?…

Plusieurs acteurs du numérique proposent de nouveaux modèles de mesure de la valeur et de la rémunération, qui visent davantage une maximisation du bonheur et de la justice sociale, que “la croissance pour la croissance” :

Mais qui dominera le futur ?

Who Owns the FutureA qui appartient le futur ?, interroge Jaron Lanier, quand Antonio Casilli décrit “une lutte pour se voir réattribuer la valeur créée”. Dès lors, en érigeant de nouvelles normes de la valeur du travail et de la rémunération, les architectes du Nouveau Monde vont-ils créer les conditions du bonheur et de l’égalité pour tous ? Rien n’est moins sûr, prévient Alain d’Iribarne, chercheur au CNRS, car “le bien commun est commun pour le groupe social qui le considère comme tel”.

Selon lui, les nouveaux modèles nés de la transformation numérique ne font pas exception : à l’instar du modèle de l’entreprise, ils sont le produit d’une construction sociale. Alors, le numérique va-t-il faire émerger une inédite organisation mondiale des coopérations individuelles ou, à l’inverse, de nouveaux modèles de domination à une échelle tout aussi spectaculaire ? Quel film de science-fiction sera notre réalité demain, pouvons-nous encore écrire son scénario ?

L’Atelier de l’emploi

L’atelier de l’emploi est un blog de tendances, décryptages, analyses et solutions pour l’emploi édité par Manpower Group. Ce double compte rendu des ateliers et conférences portant sur l’avenir du travail organisés dans le cadre de Futur en Seine 2013 est publié en partenariat avec l’expédition Digiwork de la Fing.

Rétroliens

  1. Le futur du travail dans l’entreprise (2/...
  2. Le futur du travail dans l’entreprise (2/...
  3. Le futur du travail dans l’entreprise (2/2) : … sans l’entreprise ?
  4. Le futur du travail dans l’entreprise (2/...
  5. Le futur du travail dans l’entreprise (2/...
  6. Le futur du travail dans l’entreprise : &...
  7. Le futur du travail dans l'entreprise (2/2) : &...
  8. Le futur du travail dans l’entreprise (2/...
  9. Le futur du travail dans l'entreprise (2/2) : &...
  10. Le futur du travail dans l’entreprise (2/...
  11. LE FUTUR DU TRAVAIL DANS L’ENTREPRISE (2/2) : … SANS L’ENTREPRISE ? | Agillys
  12. Revue de presse Juillet - Août 2013 | Agnes Menso Coaching & Consulting
  13. LE FUTUR DU TRAVAIL À L’ÈRE NUMÉRIQUE, ENTRE NOUVELLE ORGANISATION MONDIALE DES COOPÉRATIONS INDIVIDUELLES ET NOUVEAUX MODÈLES DE DOMINATION | les kipp

4 commentaires

  1. par PhilKer

    Assez d’accord sur les différents points, massification du chomage, notion de salariat, etc… Une réflexion que j’avais essayé de résumer dans un billet qui date un peu mais qui aborde les mêmes aspects sous un angle un peu différent.

    http://www.kerignard.com/blog2/2009/03/le-monde-du-travail-dans-20-ans.html

    ma vieille plateforme blog sur laquelle on ne peut plus laisser de commentaires sorry :-(

  2. par pierre olivier gros

    l’espérance de vie des salariés a désormais dépassé l’espérance de vie des entreprises. C’est donc l’entreprise qui va devenir le klenexx pour les futurs talents de demain…A moins que…http://management-post-moderne.fr/

  3. La marchandisation de soi n’est-elle pas une belle utopie? Si tout un chacun tente de vendre ses services sur internet comment pourrions nous savoir qui choisir? Les entreprises aujourd’hui de moyenne et grande taille ont une réputation régionale ou mondiale mais les petites entreprises souffrent en général d’un manque de visibilité. Comment dès lors permettre à 6 milliards de personnes de se vendre hormis de manière locale? S’il existe une solution, il s’agit d’un nouveau paradigme économico-social.

  4. @PhilKer,
    Très intéressant, riche et bien documenté, merci ! A compléter peut-être par les travaux de l’institut Aspen avec son livre blanc “The Future of Work” que l’Atelier de l’emploi a épluché :
    - http://www.manpowergroup.fr/the-future-of-work-le-monde-du-travail-au-21eme-siecle/
    - http://www.manpowergroup.fr/the-future-of-work-ii-comment-la-technologie-transforme-le-travail/

    Nous remarquons que, avec votre “l’entreprise sera “jetable” dans son activité produits”, vous rejoignez Pierre-Olivier Gros et son commentaire sur “l’entreprise qui va devenir le klenexx pour les futurs talents” !

    @Pierre-Olivier Gros : “les forces vives du maintenant pour bâtir demain…”, joli !

    @Bertrand G,
    Comment savoir qui choisir ? Sur odesk, le site spécialisé dans la “location” de freelances, les freelances sont évalués par les entreprises qui ont eu recours à leurs services. Plus généralement, c’est la problématique à laquelle tentent de répondre, pour les entreprises, les différents comparateurs de prix. Pour ce qui est des individus, les systèmes de notation sur covoiturage.fr (désormais appelé “Bla Bla Car”) ou sur EBay, par exemple, pour évaluer la fiabilité d’un offreur (de service / de bien) fournissent déjà des pistes d’évaluation. Pensons aussi aux évaluations des hébergements/individus sur des sites tels que airBnB, booking.com, hostelworld ou tripadvisor.

    Les marchés du travail, désormais mondialisés, se structurent autour de dynamiques à la fois globales et locales. Le prisme local est souvent négligé, c’est pourquoi l’Atelier de l’emploi insiste dessus (“l’emploi est intrinsèquement ancré dans les territoires”, témoignait récemment un responsable syndical. Voir notre dossier : http://www.manpowergroup.fr/dossier/territoires/).

    Il ne nous semble donc pas que se vendre “seulement” en local soit un champ d’action au rabais.

    Merci de vos commentaires !