Ouf, la France est écoutée par la NSA

Alors comme ça, on est espionné par les Américains. On le savait depuis juin, mais depuis hier matin et les révélations du Monde, c’est une certitude : l’énorme système de surveillance révélé par documents fuités grâce à Edward Snowden s’étend à la France. Ça ne concerne pas seulement les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, le Brésil, la Chine, le Mexique, des pays d’Amérique Latine, des pays arabes, et même des institutions internationales, etc. Ça concerne aussi la France. Aussi stupéfiant que cela puisse paraître, le système PRISM, contrairement au nuage de Tchernobyl, ne s’est pas arrêté à nos frontières.

Ma réaction à cette nouvelle est de plusieurs natures :

  • étant donné la liste des pays surveillés (liste qui contient aussi bien des alliés que des adversaires déclarés des E-U) il aurait été très humiliant de ne pas y figurer. Imaginez que les Américains aient écouté tout le monde sauf nous, on aurait pu en conclure que nous avions terminé notre relégation à l’arrière-ban du concert des nations. Donc, à la place du gouvernement, je m’enorgueillirais que les E-U dépensent encore du temps et l’argent à savoir ce qui se passe chez nous.
  • la NSA nous surveille. Le gouvernement français réagit, convoque l’ambassadeur des E-U à Paris, le président Hollande appelle le Président Obama. Ce qui choque le gouvernement, c’est d’être espionné par un allié, mais qu’en est-il du simple fait qu’un Etat surveille des citoyens, ce qui me choque plus que l’espionnage d’un Etat à l’autre ? Dans L’Espion du Président, les journalistes Olivia Recassens, Christophe Labbé et Didier Hassoux racontaient les outils à disposition de la DCRI (la Direction centrale du renseignement intérieur) pour nous surveiller, nous, citoyens français : valise captant toutes les conversations téléphoniques à 50 mètres à la ronde, logiciels permettent de siphonner un disque dur à distance, de nous regarder via votre webcam, et j’en passe… Sachant par ailleurs que les technologies françaises sont à la pointe dans ce qu’on appelle le DPI (Deep PAcket Inspection) qui permet d’aller intercepter des informations à l’intérieur des paquets qui circulent sur internet. Les responsables, qu’ils soient politiques ou administratifs, affirment que la France ne pratique pas d’écoute massive. Mais le Monde révélait en juillet dernier l’existence d’un PRISM à la française récoltant massivement des données sur les réseaux de communication français, en dehors de tout cadre légal. Qui croire ?

La question est : que fait-on maintenant, nous, les citoyens ? Je vois au moins trois solutions :

  • On utilise le seul levier à notre disposition pour lutter : la loi. On lance, à l’échelle internationale, un vaste mouvement pour l’encadrement de la surveillance sur les réseaux. Une sorte d’équivalent du droit de la guerre. Mais on voit bien, même en le disant, les nombreux obstacles auxquels se heurterait un tel mouvement. Le premier étant que l’espionnage s’inscrit toujours en marge du droit de la guerre (ce qui fait qu’on espionne aussi ses alliés) et que le renseignement intérieur est par essence en contradiction avec la démocratie.
  • On prend acte, on arrête de pousser des cris d’orfraie et on se met au travail. On quitte les gros réseaux, on se met au logiciel libre, on migre vers des réseaux cryptés. Ils existent, ces réseaux. Ça ne garantit pas de tout, mais ça complique le travail des surveillants. Il faut apprendre, ça prend du temps, de l’énergie, mais après tout, conduire une voiture aussi ça s’apprend.
  • On décide de s’en moquer. On se dit que 70 millions de données téléphoniques enregistrées en un mois, c’est une masse gigantesque, que, même avec des algorithmes très élaborés, ce qui sort doit être grossier, que l’espionnage et la surveillance ont toujours existé, qu’il y a dans ces systèmes de récoltes massives de données une sorte de croyance naïve qu’il sort une vérité de ces données.

A titre personnel, j’oscille continuellement entre ces trois positions. Et me demande si elles ne comportent pas chacune une part de vérité.

Xavier de la Porte

Retrouvez chaque jour de la semaine la chronique de Xavier de la Porte (@xporte) dans les Matins de France Culture dans la rubrique Ce qui nous arrive à 8h45 et sur son blog (RSS).

L’émission du 26 octobre de Place de la Toile était consacrée au secret, que ce soit le secret stratégique comme celui qui relève de notre intimité et comment le numérique en affecte sa nature et sa vulnérabilité… Une émission qui s’inspire du dernier numéro de Medium et qui conviait autour du micro, François-Bernard Huyghe (@HuygheFB), directeur de recherche à l’Institut des relations internationales et stratégiques et coordinateur de cette édition, ainsi que Louise Merzeau (@lmerzeau), maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à Paris Ouest-Nanterre-la-Défense et contributrice de ce numéro de Medium.

À lire aussi sur internetactu.net

9 commentaires

  1. J’apprécie la position franche de l’article. Sans vouloir faire dans la sinistrose – je pense qu’il y a de grosses chances pour que la « 3ème prophétie » se réalise (celle du « on s’en moque ») – c’est mm déjà un peu le cas non ? Je penche perso pour la deuxième solution – le libre – Pour cela, il s’agirait peut-être d’enseigner « le libre » à l’école non ? Et de favoriser ce genre d’organisation au maximum.. En bref – on a du pain sur la planche

  2. 4 éme réaction:
    On se dit de c’est bien et qu’enfin, comme ils savent tout et que ce sont des gentils, les paradis fiscaux, le blanchiment d’argent vont enfin disparaitre et que tous les voleurs font finir en prison.

    J’ai raison, là ?
    J’ai comme un doute.

  3. La Nsa a réussi là ou la démocratie a échoué.
    à savoir la transparence des hommes politiques.

    là aussi j’ai encore un doute.

  4. C’est justement l’un des contre-arguments qui ressort de plus en plus souvent par rapport au big brother: s’il doit y avoir transparence complète au nom de la sécurité, cela veut dire des caméras partout, y compris donc dans les postes de police et batiments d’état. Il n’y a pas de raison que le « je n’ai rien à cacher on peut me surveiller à volonté » ne s’applique qu’à une certaine partie de la population.

  5. Bon c’est vrai, c’est super que la France soit écoutée par la NSA. Mais cela ne me suffit pas: suis je écouté, moi? Ca me rassurerait tellement d’attirer l’attention de gens importants…

  6. Les Etats-Unis … police du monde. Finalement tout cela ne m’étonne pas. Se mêler des choses qui ne les regarde pas, aller où ils ne sont pas forcément invités, cacher la vérité, … se sont des choses dans lesquelles les américains excellent. Après que cela puisse servir nos intérêts, j’ai comme un doute. Mais ce que américain veut, dieu le veut non ? (…)

  7. Et si on s’obfusquer une fois qu’on se sera offusqué ?
    Spy Engines Obfuscation => déréférencement naturel (http://fr.wikipedia.org/wiki/Obfuscation).
    Etre soi, et soie, et soi, et eux… devenir adepte du bourrage de mou : vous en vouliez, en voilà, c’est pas moi, c’est mon Moi, et ‘est Lui, et un autre moi…
    « Conservons un peu d’ignorance, pour conserver un peu de modestie et de déférence à autrui. »
    Joseph Joubert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *