A lire ailleurs du 18 au 30 octobre 2013

. Chéri, achète de la lessive et imprime un porte-clé – Slate.fr
Les imprimantes 3D arrivent dans nos supermarchés…

. De quoi Prism est-il le nom ? – Techn0polis
« Avec le drone militaire, il n’y a plus de champ de bataille, plus de symétrie entre belligérants. Le drone change les lois de la guerre. Avec la surveillance numérique, il n’y a plus de limite au terrain d’exercice de la surveillance, plus de relation entre surveillant et surveillé. La surveillance numérique change les lois de la surveillance » explique Amaelle Guiton.

Nous avons besoin de Facebook libres et nous nous y précipiterons pour autant qu’il soit aussi fluide que le Facebook actuel… C’est au libre d’aller à l’utilisateur ! En attendant, estime Amaelle, il va nous falloir nous habituer à la transparence, dont le seul avantage est qu’elle touche tout le monde…

« Au bout du compte, je ne sais évidemment pas à quoi nous avons vraiment affaire. Les catégories d’analyse classiques me semblent décidément impuissantes à décrire les nouveaux appareils de surveillance (ou bien je manque d’outils critiques). Cette surveillance à la fois omniprésente et sans pression véritable, déréalisée, abstraite, pour la majorité de ceux qui la subissent. Cette surveillance à laquelle participent, de manière de moins en moins inconsciente, les surveillés. Cette surveillance qui n’a potentiellement de limites ni dans l’espace, ni dans le temps. Comme le réseau, c’est à la fois une idée, et des paquets de données. »

. La prospective urbaine dans tous ces états – Vers un renouveau territorial
Benjamin Taveau oppose la prospective locale réglementaire (qui s’exprime via les Scot et les PLU) à la prospective consultative et participative telle qu’on la voit paraître à Nantes – http://www.mavilledemain.fr – à Saint- Nazaire – http://www.destinations2030.org – Laval – http://laval2021.carticipe.fr – Strasbourg – http://strasbourg2028.carticipe.fr – ou Amiens 2030 : http://www.bazarurbain.com/editions/amiens-2030/ … Vers des habitants experts ?

. Comment la Suède est parvenue à tripler les chances de survie à un arrêt cardiaque grâce à un simple service de SMS – Express.be
La coproduction de services publics c’est concret. SMSlivräddare gère un réseau de 9600 volontaires qui ont suivi une formation en réanimation cardio-respiratoire. Lorsqu’un habitant de Stockholm appelle le 112 pour une urgence cardiaque, un SMS est envoyé à tous les membres se trouvant dans un rayon de 500 mètres de la victime du malaise pour lui porter secours et lui faire un massage cardiaque rapidement. Alors que les ambulances peuvent arriver en 8 minutes en moyenne, les volontaires sont plus rapides. Grâce à ce système, le comté de Stockholm a fait progresser le taux de survie après un arrêt cardiaque de près de 3 % à 11 %… en 10 ans.

. e-Commerce : Google lance le label « Marchands de confiance » en France – Zdnet.fr
Olivier Chicheportiche revient en détail sur le nouveau label de confiance pour les sites de e-commerce que lance Google.

. Nous sommes tous des ayants droit – Mediapart
Ivre Laurent Chemla souhaite tous nous mettre sous la coupe d’une Société civile des ayants droit. Et oui, les Gafa exploitent des données qui ne devraient pas leur appartenir. Pas sûr pourtant que le remède proposé soit meilleur que nos maux actuels…

. Ce que les politiques savent de l’immigration et ne disent pas – Slate.fr
Rappeler la réalité statistique est le meilleur des contrepoisons pour lutter contre des perceptions erronées ou déformées, rappelle Daniel Vernet.

. La fin des Captcha – Mashable
Vicarious AI – http://vicarious.com – a cassé les captcha, leur permettant d’être lus dans une machine avec 90 % de réussite. Pas pour aider les spammers, mais pour faire progresser l’intelligence artificielle…

. A quoi ressemblera l’avenir des voitures sans conducteurs – The Atlantic Cities
Le Centre ENO pour les transports publics américains a publié un rapport qui chiffre l’apport à venir des voitures autonomes… https://www.enotrans.org/store/research-papers/preparing-a-nation-for-autonomous-vehicles-opportunities-barriers-and-policy-recommendations Il faudrait environ 10 % de voitures autonomes pour commencer à changer les choses.

. J’ai été hacké – PandoDaily
Le journaliste Adam Penenberg, rédacteur en chef de PandoDaily a été hacké… a sa demande. Son but, montrer combien nous sommes vulnérables.

. Ne soyez pas stupides ! Verrouillez et cryptez votre smartphone ! – Wired
Crypter et verrouiller son smartphone est très simple. Alors pourquoi personne ne le fait ?

. Faire-simple.gouv.fr
Seulement 230 idées pour simplifier l’administration française… Est-ce à croire que tout va bien ?

. Crowdfunding et collectivités : exemples de succès en France – Le blog de communes.com
Retour sur des exemples de financement participatif portés par les collectivités en France.

. L’homme est une pub comme les autres – Affordance.info
Demain, toute confidentialité sera supprimée. Pour endosser la publicité, nous devrons tous être exposés pour pouvoir être retrouvés… Le but, prendre le contrôle de nos clics afin que nous devenions les premiers prescripteurs des écosystèmes que nous peuplons.

. Les Google Cars vs les transports publics – My heart’s in Accra
Ethan Zuckerman habite très loin de là où il travaille… Il te faudrait une Google Car pour pouvoir travailler tranquillement dans ta voiture, lui proposent ses amis. Non, répond Zuckerman, il me faudrait un train ! Pourquoi aux Etats-Unis soutenons-nous des technologies spéculatives et les considérons-nous comme plausibles alors que nous ne sommes pas mêmes capables de développer des technologies simples et courantes ? s’énerve Ethan Zuckerman… Qu’importe si les solutions du marché privé atteignent souvent un niveau d’efficacité bien inférieur aux solutions publiques. Les Etats-Unis ont un problème avec les biens publics, rappelle le chercheur, qui sont au final proposés par des acteurs privés, sans que ce soit des biens publics. Nous n’avons pas d’influence sur les services que proposent Google.

. Pourquoi les pure players de l’eCommerce sont morts ? – FrenchWeb.fr
On annonce encore la mort du e-commerce, alors qu’il ne s’est jamais aussi bien porté ? Parce que ce n’est qu’un canal de vente et qu’il ne pourra jamais dépasser qu’une partie du commerce de détail… Le maillage physique est indispensable pour réussir, estime l’expert en marketing Gregory Pouy.

. Apporter le « bon sens » à l’analyse de texte – MIT News Office
Luminoso – http://www.luminoso.com – est un logiciel qui tente de comprendre le contexte dans lequel les mots sont employés. Son produit ressemble à un moteur d’analyse graphique capable d’analyser des ensemble de texte pour en tirer du sens en analysant les sentiments associés aux termes. Le but, comprendre ce que vos clients apprécient et n’apprécient pas sur vos produits.

. Et si la Sécu cherchait les fraudeurs sur Facebook ? – Numerama
La fin justifie-t-elle les moyens ? La société Teradata, qui aide déjà la sécurité sociale italienne, souhaite convaincre la sécu française d’espionner les bénéficiaires sur Facebook, pour détecter les fraudeurs qui déclarent de faux arrêts maladie. Mais nul ne sait l’efficacité du système déployé en Italie… La fraude par les particuliers ne représente qu’une faible part de la fraude sociale. Vaut-elle la mise en surveillance de la société via Facebook ?

. Viens chez moi, j’habite chez mon patron – LeMonde.fr
Aider ses employés à trouver un logement voir leur en proposer un devient de plus en plus une solution pour attirer et conserver un personnel de qualité…

. Fidbacks – Le profil de confiance
Un service pour agréger ses commentaires sur les sites de commerce en ligne et renforcer la confiance… par la démonstration de sa fiabilité.

. PAT, le Siri des sans-abris – RFID Journal
Pat – http://www.catalystproject.org.uk/content/patchworks – est un prototype de bracelet RFID pour les sans-abris qui leur permet d’avoir accès à leurs données personnelles et de les imprimer facilement… leur permettant d’avoir accès à des rappels de rendez-vous ou de numéros facilement… Pas sûr que le bracelet soit une très bonne idée pour ma part quand on sait que ce type de produits a toujours du mal à être accepté, notamment par les populations les plus dépendantes !

. Candy Crush Rehab – Libération
« Chasteté, idiotie et gratuité sont les conditions de possibilité de la globalisation de la dépendance », estime la philosophe Beatriz Preciado en évoquant Candy Crush, le jeu planétaire. « Candy Crush est une discipline de l’âme, une prison immatérielle proposant une stricte temporalisation du désir et de l’action : L’objectif de Candy Crush n’est pas d’enseigner quoi que ce soit à l’usager, mais bien de capturer la totalité de ses capacités cognitives pendant un temps donné et de s’approprier ses ressources libidinales en faisant de l’écran une surface masturbatoire subrogée. Sur Candy Crush, le joueur ne gagne jamais rien : quand il termine un niveau, c’est l’écran qui orgasme. » Pour Yann Leroux, Candy Crush remporte autant de succès parce que les joueurs trouvent à satisfaire avec lui des besoins psychologiques de base : le besoin de compétence, celui d’autonome et celui de relation… http://www.psyetgeek.com/pourquoi-jouer-a-candy-crush-saga

. Les algorithmes d’autocomplétion de Google, les stéréotypes et les responsabilité – Sociostrategy
Anna Jobin revient sur la campagne de sensibilisation de l’ONU sur le droit des femmes qui montrait des visages de femmes silencieux et les résultat d’une recherche Google listant des lieux communs et sexistes sur les femmes. La campagne de sensibilisation a été un succès pour prendre conscient du sexisme des requêtes… Mais nous ne savons rien de l’algorithme d’autocomplétion de Google qui affiche ces résultats. Combien de personnes ont tapés ces questions stéréotypées ? Représentent-ils une majorité de la population ou pas ? L’autocomplétion affiche sur les mots que vous commencez à inscrire les requêtes « utiles » des utilisateurs… mais que signifie le terme « utile » ? L’autocomplétion n’est pourtant pas totalement automatisé, mais au contraire est personnalisé et parfois censuré. « Google n’est pas le miroir objectif qu’il prétend être » et la campagne montre bien que la manière dont il affiche des résultats à un impact direct sur nous. Google n’est pas innocent, la responsabilité n’est pas une option binaire. Si nous, en tant que société, ne voulons pas que des stéréotypes négatifs (sexistes, racistes, discriminatoires…) l’emportent, comment pouvons-nous agir ? Quand les algorithmes ne sont pas responsables, qui l’est ?

. Bientôt de « vrais » Gifs- The Atlantic
Des Gifs en impression à la demande, grâce à la vieille technique de l’impression lenticulaire… Tel est le projet de GifPop : http://www.kickstarter.com/projects/sha/gifpop-custom-gif-cards-for-everyone?ref=live

. Tout peut être perdu : du risque de mettre toutes nos connaissances dans les mains des machines – The Atlantic
Nicholas Carr se fait à nouveau le Cassandre de l’internet. Nous comptons sur nos ordinateurs pour faire voler nos avions, pour concevoir des bâtiments, pour auditer des entreprises, pour trouver des cancers… Mais que se passe-t-il quand l’ordinateur tombe en panne ? L’utilisation des pilotes automatiques dans les avions érode les compétences des pilotes et émoussent leurs réflexes. S’il a incontestablement contribué à l’amélioration de la sécurité des vols, il déqualifie l’équipage. Tant et si bien que de nouveaux types d’accidents sont relevés… L’administration fédéral de l’aviation américaine a récemment demandé aux compagnies d’obliger les pilotes à voler plus souvent en manuel…

A mesure que les ordinateurs effectuent des tâches toujours plus complexes, qu’ils effectuent un travail d’analyse et de prise de décision, le logiciel réduit notre horizon et notre attention. L’automatisation ne se contente pas de supplanter l’activité humaine, elle la change. L’automatisation nous transforme en observateurs, inhibant le développement de nos compétences. Dans de nombreuses entreprises, nous prenons des décisions à partir de systèmes qui nous aident, au risque de moins comprendre les risques. L’exemple le plus marquant qu’utilise Carr provient de la petite ile d’Igloolik en Nunavut. Chez les jeunes Inuits, l’adoption de la technologie GPS a été très forte ces dernières années, mais les accidents de chasse grave se sont multipliés.

. Play-i, les robots qui apprennent le code aux enfants – Hack Things
Play-i – https://www.play-i.com – sera peut-être l’un des jeux de Noël pour les plus jeunes (5 ans et +). Il consiste en deux robots programmables depuis un smartphone ou une tablette permettant d’apprendre la programmation. Basés sur scratch, le célèbre langage de programmation pour les enfants, il permet très simplement de programmer les robots. Play-i c’est Scratch, version physique !

. Open Data Census – OKFN
L’Open knwoledge Foundation a lancé un index des pays les plus ouverts à l’Open Data.

. Facebook, Twitter… la dictature de l’ego – marianne.net
« C’est normal, explique Bénédicte Vidaillet, maître de conférences en sciences des organisations et psychanalyste. Nous sommes, par définition, des êtres flottants, incertains, pleins de doute. Toute une part de nous-mêmes, souvent sombre, nous échappe… L’évaluation de soi par les chiffres permet d’échapper à ce flou existentiel. Cela donne une définition de soi très précise. » Et Bruckner de confirmer : « Le chiffre rassure. C’est un baume, une consolation. L’inscription objective d’un sentiment de nous-mêmes qui est fluctuant. Cela a toujours existé. Autrefois, au Moyen Age, on achetait des indulgences pour accéder au paradis. Plus on en possédait, plus grandes étaient les chances d’y entrer… » Aujourd’hui, avec 1 million de followers, vous entrez dans un autre éden, le paradis laïc des gens qui comptent (qui sont comptés surtout) et qui savent qu’avec un tel following ils « valent » quelque chose. L’expression « qu’est-ce que je vaux ? » n’a jamais pris un sens aussi littéral.  »

. Qu’est-ce que votre liste d’amis sur Facebook révèle de votre vie amoureuse ? – Quartz
Lars Backstrom de l’université de Cornell et Jon Kleinberg ont analysés comment, sur Facebook, les couples étaient reliés par les amis qu’ils ont en commun. Par l’analyse de la dispersion de votre réseau relationnel, les chercheurs ont montré qu’une relation qui montre des niveaux élevés de dispersion est plus susceptible de persister. En d’autres termes, les gens qui introduisent leurs épouse ou mari à une grande diversité de relation ont une plus forte propension à rester ensemble… En observant 400 000 utilisateurs en couple, les chercheurs ont regardé que ceux qui avaient des relations dispersées conjointes étaient significativement moins susceptibles d’avoir changé leur statut de vie matrimonial 60 jours plus tard ! Est-ce qu’un jour Facebook pourra nous dire avec qui dans nos amis d’amis devrions-nous nous marier pour optimiser notre relation ?

. Immersion, un outil qui cartographie votre vie à partir des mails que vous envoyez – TED Blog
Voir son réseau social : https://immersion.media.mit.edu/

. Canon, Nikon, Sony, BlackBerry même combat ? – Derrière la caméra
« La photographie conversationnelle tue-t-elle la photographie ? Nos smartphones les appareils photos ?… Ou suscite-t-ils de nouveaux adeptes ?

. Gros fauteuil, gros tricheur – Harvard Business Review
Andy Yap – http://www.andyjyap.com – et ses collègues ont étudié l’impact de l’ergonomie de nos environnements sur notre éthique… Est-ce que nos postures ont un rôle sur notre honnêteté ? Visiblement, oui, estime le chercheur. Les gros fauteuils, les espaces de travail trop grands, ceux qui encouragent des postures expansives, relâchées nous conduisent plus facilement à tricher ! La taille du siège du conducteur d’une voiture a visiblement un impact sur notre propension à mal nous garer en ville ! Pour le chercheur, lorsque les espaces sont plus grands, nous avons tendance à nous étendre et à nous sentir plus puissants… Et c’est ce sentiment de puissance qui modifie notre comportement. Attention tout de même, prévient le chercheur, l’étude portait sur la capacité à tricher. Le pouvoir ne corrompt pas toujours : si vous êtes honnête et éthique, le pouvoir peut vous rendre plus éthique encore.

. Google et son ‘data center pirate’ : vers une extraterritorialité fiscalement optimisée ? – Antonio A. Casilli
Le sociologue Antonio Casilli revient sur le projet de Google de créer un datacenter aquatique flottant… Mais à quoi cela pourrait servir, hormis refroidir les serveurs ? Profiter d’une législation extraterritoriale pour les données et les fiscalité…

. Idée reçue (1) : « le niveau baisse » – L’instit’humeurs
« Compte tenu du rôle autrement symbolique qu’avaient acquis l’orthographe, les dates de l’histoire de France et la liste des départements dans le processus de scolarisation, le sentiment d’une baisse générale de niveau se répand ainsi dans l’opinion publique. Si l’on change de critères, tout indique au contraire que le niveau a augmenté. De nombreuses connaissances nouvelles ont été introduites : géométrie et, désormais, langue vivante à l’école primaire, biologie, histoire contemporaine, géographie économique, approche linguistique de la littérature, sciences économiques et sociales, etc. (…). Certains critères d’évaluation sont devenus plus exigeants. Dans les années 30, par exemple, il suffisait qu’un élève sache déchiffrer à haute voix un texte simple et répondre à quelques questions de vocabulaire pour être jugé bon lecteur à la fin du primaire. Aujourd’hui, un élève n’est reconnu lecteur à l’entrée en sixième que s’il peut répondre par écrit à des questions montrant qu’il a compris le sens d’un texte après l’avoir lu silencieusement »

. «A Paris, le niveau de mixité est de loin le plus élevé» – Libération
« Ce que crée la mixité, c’est une coprésence dans l’espace public, c’est tout, et ce n’est pas rien. L’espace public crée des liens faibles, il ne résout pas les problèmes d’inégalités de revenus, de chômage, de redistribution des biens privés.

Ces liens faibles sont pourtant fondamentaux car ils rendent la société visible à elle-même dans toute sa complexité. L’exposition à l’altérité multiplie les chances de trouver des choses que l’on ne cherche pas, ce qui est essentiel pour la connaissance et fait reculer la fatalité sinistre qui annonce aux pauvres que, sauf s’ils trafiquent ou s’ils deviennent footballeurs professionnels, leur destinée transgénérationnelle est de rester confinés dans la relégation. Cet horizon progressiste ne se réduit pas à une redistribution de biens privés, mais suppose la production conjointe de biens publics par chaque individu et par la société dans son ensemble. Parmi ces biens publics, il y a l’urbanité, ce mélange de densité et de diversité qui se révèle plus efficace que les options géographiques alternatives, en matière de productivité, de cohésion sociale et de protection de l’environnement. Et ce bien est si précieux qu’il appelle des politiques publiques déterminées, par exemple pour éviter que les logiques des prix de l’immobilier ne minent la mixité. Il serait bon de placer le pilotage de la diversité sociale au cœur des politiques du logement. » Jacques Lévy, géographe.

. Le vrai problème de la confidentialité – Technology Review
Faut-il répondre à la surveillance massive par de nouvelles lois pour protéger la confidentialité ou par des mécanismes de rétribution adaptés ? Nous avons besoin d’une solution civique, estime Evgeny Morozov, de stimuler la démocratie afin de rééquilibrer les lois et les mécanismes du marché. Car en fait, il s’agit de répondre à la convergence des entreprises de technologie et des intérêts politiques. Tout le monde souhaite prévenir les problèmes plutôt que de faire face à leur conséquences… Mouler et ajuster les comportements individuels à l’intérêt général devient la nouvelle norme. « Le traitement apparaît de plus en plus comme le moyen idéal pour adapter un individu à un comportement normalisé prédéterminé qui vise à le conformer au modèle idéal de consommateur, de contribuable, de salarié, de citoyen… » Plus nous révélons de données sur nous-mêmes, plus dense devient le fil de fer barbelé invisible de notre vie intellectuelle et sociale. Pour dépasser le paradoxe, nous devons comprendre que la vie privée ne peut plus être synonyme du droit à décider où et quand nos données doivent être accessibles. Le contrôle des données par les individus (via des lois plus sévères ou un régime de propriété plus affirmé) n’est pas une solution viable, estime Morozov. Pour résoudre le paradoxe, nous devons politiser le débat, nous devons aussi saboter le système et nous devons exiger des services numériques plus provocants, capables de nous montrer les dimensions cachées des effets du partage d’information »Nous avons besoin d’applications capables de nous dire combien de personnes vont perdre leur assurance maladie si l’industrie de l’assurance dispose d’autant de données que la NSA ».

Bien que toujours stimulant, pour une fois, Morozov ne me semble pas si clair…

. Comment une méthode d’enseignement radicale pourrait faire éclore une génération de génie- Wired.com
Au Mexique, Sergio Juárez Correa s’est inspiré des expériences sur l’auto-apprentissage de Sugata Mitra pour transformer une école primaire du bidonville de Matamoros. Le principe : « Que voulez-vous apprendre ? »

« Notre système éducatif est ancré dans l’ère industrielle. Il valorise la ponctualité , l’assiduité et le silence avant tout. » Quand l’improvisation, l’engouement et le partage deviennent les bases de l’éducation… Stimulant ! Surtout quand les résultats sont au-rendez-vous !

. 42, l’école qui casse les codes – nouvo.ch
Reportage dans la piscine… A compléter avec d’autres plongées : http://www.franceculture.fr/emission-les-pieds-sur-terre-plongee-dans-la-piscine-de-l-ecole-42-2013-10-24

. Un concours européen de hacking pour tromper la sécurité des systèmes de reconnaissance biométrique – 01.net
Le consortium européen Tabula Rasa – http://www.tabularasa-euproject.org – a réalisé un concours de hacking pour tromper les systèmes biométriques et les systèmes de reconnaissance faciale. Plein d’idées : http://www.youtube.com/channel/UCoHA9lGDrtEUim_mdtPwQ6w?feature=watch

. Comment la NSA vous surveille (expliqué en patates) – LeMonde.fr
Simple, claire, pédagogique.

. Camera Fantasia – BiTS, le magazine des cultures geek | Arte
Le second numéro de Bits revient sur le cinéma virtuel, où ce qu’il se passe quand la caméra disparaît.

. Impôts : et pourtant, ils baissent… depuis 30 ans ! – Jean Gadrey
L’économiste Jean Gadrey montre que contrairement à ce que l’on pense, le taux global d’imposition en France baisse depuis 30 ans… et ce surtout pour les plus riches… Le ras-le-bol fiscal n’est-il pas plutôt un ras-le-bol de l’injustice fiscale ?

. Dogs of NYC | WNYC
Improbable cartographie des chiens de New York…

. Roms, fraudes au RSA, montant des aides sociales… Dix clichés sur les pauvres | YOUPHIL
Youphil, s’inspirant du livre publié par ATD Quart Monde « En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté » dégomme 10 clichés sur la pauvreté… Non, les pauvres ne coûtent pas chers, non, ils ne sont pas les plus fraudeurs, non, en proportion, les pauvres paient plus d’impôts que les riches, etc. Une lecture qui rafraichit les neurones !

. L’État d’exception est là pour rester : Big Brother is watching you. And you too – À la Maison-Blanche
Elisabeth Vallet revient sur la transformation des Etats-Unis à l’heure de la surveillance massive et, suite au travail de la journaliste du Washington Post Dana Priest, souligne que l’Etat d’exception mis en place par les Etats-Unis est là pour rester. « Les États-Unis ont redéfini le monde à l’aune de leurs craintes » et pour cela ont redéfini la nature même de leur système constitutionnel et notamment des pouvoirs du président américain et de l’Exécutif sur le système politique.

. Consultation CNIL : droit à l’oubli ou effet d’oubli ? – Antonio A. Casilli
« L’approche consistante à faire porter la responsabilité de la vérification et de la gestion des information personnelles exclusivement aux individus directement concernés ne doit pas se transformer en une artifice pour déresponsabiliser les autres acteurs dont l’engagement est nécessaire pour garantir le respect de l’intégrité de la sphère privée de chaque citoyen et l’effectivité de son droit à l’oubli. »

. Quartiers nord : leur meilleur profil – LeMonde.fr
« Dans les quartiers nord, on joue les caïds, mais on poste sur Facebook les photos de ses petits frères en poussette, de ses neveux joufflus au biberon. » Ariane Chemin propose une autre plongée dans les « Cartier » Nord de Marseille, en ligne.

. Une application de consommation collaborative pour prendre le pouls de l’économie mondiale – Technology Review
Premise – http://www.premise.com – est une start-up qui cherche à collecter les prix dans des magasins physiques comme dans un nombre toujours plus grand d’applications de commerce afin de les agréger pour pouvoir mesurer l’inflation avant les indicateurs nationaux et internationaux et prévenir les crises alimentaires à venir dans les pays émergents…

. L’avenir du commerce : des rayons qui tracent l’âge et le genre des consommateurs – FastCompany
L’inventivité marketing pour mesurer le placement de produit n’a pas de limite. Chariots qui pèsent vos produits pour savoir ce que vous y placez, étagères qui surveillent qui passe dans les rayons et qui s’arrête où…

. L’histoire sans fin : les souscriptions sont-elles l’avenir du financement participatif ? – Pandodaily
Le financement participatif a déjà presque 4 ans… Et de nouvelles plateformes tentent sans cesse de le réinventer. La dernière mode est aux plateformes par abonnement…

. Dans quels secteurs les humains batteront-ils toujours l’ordinateur ? – The Atlantic
Pour Rob Miller, professeur d’informatique au MIT, il y aura toujours des secteurs où les êtres humains seront meilleurs que les algorithmes. C’est notamment le cas du « crowd computing », l’informatique par la foule, que permet le Mechanical Turk d’Amazon par exemple ou Wikipédia d’une autre manière. Les algorithmes savent mieux chercher que nous un tarif compétitif pour un voyage en avion, mais ils sont beaucoup moins forts que les humains quand le voyage s’avère complexe. Dans le domaine de la compréhension sociale et culturelle, les hommes sont toujours meilleurs que les machines. A l’avenir, nos jobs ne seront pas tant remplacés par des ordinateurs, que complémentaires aux ordinateurs. Les outils qui combinent l’apport d’une communauté humaine avec des algorithmes sont assurément l’avenir, à l’image de Cobi – http://projectcobi.com -, un logiciel qui permet d’organiser des conférences en prenant en compte les contraintes des chercheurs. Soylent – http://projects.csail.mit.edu/soylent/ – permet de faire relire ses documents à une foule anonyme… Adrenaline – http://www.youtube.com/watch?v=9IICXFUP6MM – permet de trouver la meilleure image d’une vidéo en faisant sélectionner l’image par une foule de gens… Pour Rob Miller, l’avenir où la machine dépasse l’homme est une fiction, le vrai avenir est à la symbiose et à la complémentarité entre l’homme et la machine. Qu’importe si pour cela il nous faut transformer les hommes en robots…

. La carte de France des sports les plus pratiqués, commune par commune – Slate.fr
Le football des pauvres de la campagne, le tennis des riches de la ville.

. La liste des projets du Media Lab (.pdf)
79 pages de projets du Media Lab du MIT par labo et chercheurs à la date d’octobre 2013. C’est un peu brut, un peu sans images et sans liens et ce n’est certainement pas la meilleure façon de se plonger dans les innombrables projets du MIT, mais la masse impressionne !

. Laisser les contenus des ados « privés » sur Facebook, ne les protégera pas – Time.com
La sociologue danah boyd qui publie « It’s Complicated : The Social Lives of Networked Teens » réagit dans une tribune pour le Time a la volée de bois vert des associations de défense des enfants face à l’annonce que Facebook voulait introduire pour les jeunes de 13 à 17 ans la possibilité de partager des contenus avec tout le monde, publiquement, et pas seulement avec leurs amis. « Mais pourquoi les jeunes ne devraient-ils pas être autorisés à participer à la vie publique ? » questionne danah boyd. C’est justement l’un des enjeux de l’adolescence : apprendre à être confronté et à participer à la vie publique. Pour eux, Facebook n’est pas et n’a jamais été un lieu privé. La décision de Facebook ne vise pas à exposer les jeunes à danger supplémentaire, mais à leur faire prendre conscience que le site est un espace public comme un autre. Plutôt que de chercher à protéger les jeunes par devers eux, imaginons plutôt les moyens de les intégrer de manière plus constructive à la vie publique. Et pour y parvenir, la clé n’est pas de créer des technologies limitatives, mais de fournir aux parents et aux adolescents les informations et les mécanismes nécessaires pour prendre des décisions sains.

. Quand vous embauchez, testez avant de passer à l’entretien – Harvard Business Review
L’entretien d’embauche n’est pas efficace, estiment 4 spécialistes du management (dont deux éditeurs de ce types de test, chez SHL : http://www.shl.com/fr/) pour la Harvard Business Review. De courts tests psychométriques sur le web permettent de réduire les coûts de l’embauche et de sélectionner des candidats plus adaptés.

. Vive l’ennui ! – New Yorker
L’impitoyable Evgeny Morozov nous rappelle que le seul antidote aux distractions constantes et à l’énergie frénétique de la vie moderne est l’ennui radical ! Et que celui-ci n’est pas sans vertu ! Or, la connectivité permanente nous empêche de ne jamais nous ennuyer… « La surcharge d’information peut tout autant nous ennuyer que la sous-charge d’information… Mais cette forme d’ennui nous donne juste envie d’accéder à encore plus d’information afin de supprimer ce sentiment d’ennui » explique Morozov en expliquant que c’est un ennui très difficile à distinguer, car il est masqué par la rhétorique de la nouveauté permanente. Or, la rêverie stimule la créativité et nous conduit à approfondir notre pensée et prendre du recul sur nos existences. Et de faire référence au livre de l’urbaniste Malcolm McCullough « Ambient Commons : Attention in the Age of Embodied Information » qui en appelle à un urbanisme responsable soutenant que l’information dessert l’environnement en créant des espaces urbains sans connexions. Faudra-t-il envisager de créer des spécialistes de l’information environnementale dans nos villes, comme le suggère David Levy, chargés de réguler les distractions et surcharges d’information des espaces publics ? Assurément, les espaces de déconnexion vont se multiplier à mesure que l’information va nous envahir parie Morozov.

. Selfie, mon beau selfie – The Atlantic
L’autoportrait d’aujourd’hui élevé au statut d’art. Bienvenue à la National Selfie Portrait Gallery : http://nationalselfieportraitgallery.tumblr.com Voir également l’analyse de Jenna Wortham pour le NYTimes qui le voit comme le nouveau journal de nos existences : http://www.nytimes.com/2013/10/20/sunday-review/my-selfie-myself.html?ref=technology&_r=1&&pagewanted=all

. Qu’est-ce que ça signifie pour les Etats-Unis de « perdre le contrôle de l’internet » ? – The Atlantic
Les révélations d’Edward Snowden ont ouvert un conflit dans les instances de gouvernance de l’internet. L’Icann, l’Ietf, le W3C, l’InternetSociety et les 5 registres régionaux ont signé une déclaration qui appellent à ce que les gouvernements nationaux deviennent partie prenante de l’Icann… Une vieille velléité pour laquelle nul n’a jamais vraiment fournit de grands efforts. Portera-t-elle ses fruits ? Rien n’est moins sûr. Si pays et citoyens sont mécontents de la surveillance américaine, force est de constater que les récriminations, pour l’instant, demeurent de façade…

. Le montant de vos impôts en accès libre sur Internet – Economie Matin
Pour la Cnil, le fichier Svair, le service de vérification de l’impôt sur le revenu, désormais accessible en ligne n’est pas assez protégé et permet trop facilement de vérifier les revenus d’un individu.

. Comment supporte-t-on les rames bondées ? – Métropolitiques
Le trafic quotidien dans le métro a augmenté de près de 25 % en 11 ans. Si les incivilités ont explosées, les voyageurs continuent d’affluer. En fait, pour supporter ces conditions de transports difficiles, nous ne cessons de négocier avec les autres, notamment lors des contacts physiques non négociés, par l’intermédiaire de mimiques à la recherche d’assentiments visuels, permettant de négocier toutes les atteintes à nos territoires personnels. Les émotions faibles sont-elles la réponse aux grands réseaux ?

. L’économie du partage sape les droits des travailleurs – Evgeny Morozov
Derrière leurs beaux discours, les startups de l’économie du partage ne poursuivent pas vraiment des agendas altruistes ou révolutionnaires. La qualité de la vie ou l’épanouissement de l’homme n’est pas leur fer de lance. La rhétorique utopique suffit…

. Vie privée : le « Do Not Track » dans l’impasse. Pour de bon ? – Zdnet
« Sur les 43 membres du groupe de travail du W3C sur le DNT, 20 critiquent le résultat, dont 17 proposent de jeter l’éponge. Acteurs de la publicité et défenseurs de la vie privée ne parviennent pas à s’entendre sur une solution de compromis. »

. Les 10 inventions les plus prometteuses de 2013 – Bilan.ch 18 Oct 13
La James Dyson Foundation a sélectionné 20 projets pour remettre sa récompense annuelle… L’impression 3D pour remplacer les plâtres qui encombrent nos fractures, un mini générateur de courant éolien pour recharger nos appareils électroniques, un dispositif qui atténue le bruit qui vient de l’extérieur, un dispositif pour indiquer aux malentendants qui lisent sur les lèvres dans quelle direction une personne parle… http://www.jamesdysonaward.org/Projects/projects.aspx

. L’activisme politique est toujours aussi fort, mais il est devenu numérique – et passionné – Guardian
Pour Ethan Zuckerman, le rejet de la participation politique dans les systèmes politiques par les plus jeunes est souvent interprété comme de l’apathie, mais c’est mal comprendre que les jeunes participent autrement à la vie civique… L’activisme en ligne a un impact, mais qui se situe en dehors de la politique traditionnelle.

. Zeynep Tufekci sur les mouvements de protestation et la capacitation – My heart’s in Accra
Ethan Zuckerman revient sur une présentation de la sociologue Zeynep Tufekci – http://technosociology.org – spécialiste des mouvements sociaux. Elle commence par évoquer l’Everest. De plus en plus de gens tentent de grimper l’Everest, mais si on leur permet d’accéder au camp de base en installant des échelles aux endroits difficiles, très peu peuvent grimper jusqu’au sommet faute d’une préparation qui ne se fait pas en quelques heures… Pour atteindre le sommet de l’Everest, désormais, il faut déjà montrer qu’on a réussi à grimper 7 autres sommets. Et la sociologue de dresser l’analogie avec les protestations physiques et en ligne. Si l’internet et l’action collective facilite la coordination et la création d’une communauté, il nous manque la conscience de l’altitude, l’endurance pour aller plus loin. Plutôt que de nous intéresser à comment les médias sociaux alimentent les mouvements contestataires, il nous faut nous intéresser à comment ils renforcent les capacités des gens pour qu’ils puissent dépasser le camp de base. Et de filer l’analogie avec la contestation du parc Gezi et de la place Taksim en Turquie. Ce qu’à permis l’internet en Turquie, c’est de briser la censure des médias turcs, soutenir une contre-narration des événement et facilité la coordination des gens sur place. Mais ni les manifestations, ni l’internet n’ont permis de créer des structures pour un engagement à plus long terme. Ils n’ont permis que de submerger la capacité de l’Etat turc à réprimer les effets des manifestations. Si l’internet nous donne de nouvelles capacités, celles-ci nuisent à d’autres. Si nous nous retrouvons plus facilement au camp de base, l’ascension demeure toujours aussi difficile. Si nous pouvons rendre les manifestations de rues plus spectaculaires, l’internet ne permet pas de construire un mouvement plus organisé pour renverser ou contester un gouvernement.

. Les données des élèves sont le nouveau pétrole des systèmes d’apprentissage – HackEducation
Dans une présentation pour l’université de Columbia, Audrey Watters d’HackEducation est revenue sur les données des élèves et comment les nouveaux systèmes d’apprentissage les utilisent pour rendre leur systèmes apprenants. Knewton – http://www.knewton.com – une société spécialisée dans les tests de niveaux, se sert des immenses données récoltées sur les élèves pour identifier leurs forces et faiblesses et proposer des apprentissages adaptés. Ces données ne sont pas seulement des notes, elles concernent aussi la participation, le temps passé… Mais les écoles et universités disposent de bien plus de données encore : les passages que les élèvent annotent dans leurs manuels électroniques, les mails qu’ils envoient ou recoivent sur leurs boites mails universitaires, leur activité en ligne… Autant de données qui permettent de porter un nouveau regard sur l’étude de la manière dont les étudiants apprennent. Mais si ces données sont de la valeur, comment faire en sorte que les technologies de l’éducation ne se résument pas seulement à extraire de la valeur, mais également à en apporter ? Qui protégera les données des élèves ? Eux-mêmes seront-ils conscients de la manière dont leurs données seront utilisées ? Les élèves sont déjà le produit du système éducatif… Si nous considérons les élèves comme du pétrole, qui va les exploiter ? Qui va en profiter, en bénéficier ? Et surtout qui va en pâtir ?

. L’analyse de l’empreinte digitale numérique, plus développée qu’on ne le pense – L’Atelier
L’utilisation de l’empreinte digitale numérique pourrait devenir un enjeu primordial de sécurité dans le futur proche, estime une étude à paraître de KU Leuven-iMinds : http://www.kuleuven.be/english/news/several-top-websites-use-device-fingerprinting-to-secretly-track-users. Ces sytèmes utilisent Flash ou le JavaScript pour identifier les machines des utilisateurs, permettant d’identifier très précisémment qui se connecte par l’analyse des caractéristiques de la machine qui se connecte (programmes installés, analyses des plug-ins, des fonds d’écran, etc.) qu’envoient chaque machine qui se connecte au serveur auquel elle se connecte. Une technique qui rendrait caduque le Do Not Track, puisque permettant de passer outre. Les chercheurs de KU-Leuven ont développé un outil permettant de vérifier l’existence de tels systèmes de traque : http://homes.esat.kuleuven.be/~gacar/fpdetective/

. Les téléphones cryptés ne sont plus réservés aux élites politiques – France24
Dans un monde post-Snowden, les téléphones sécurisés se démultiplient. Après le Teorem de Thalès (construit exclusivement pour l’Etat), CryptoFrance, le Knox de Samsung, Bull lance Hoox. Davfi lance également un smartphone sécurisé. « La sécurité est en train de devenir un argument de vente ».

. Un modèle statistique permet de prédire le succès d’une campagne de financement participatif – Ars Technica
Où comment, pour les chercheurs de l’EPFL, l’analyse de Twitter permet de prédire si une campagne de financement participatif sera un succès ou pas… http://sidekick.epfl.ch

. Un fond dédié au financement des startups des Big Data – NYTimes.com
Big Data Elite : http://www.data-elite.com

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *