A lire ailleurs du 12 au 19 décembre 2013

. Apprendre/désapprendre. Sur la ligne de crête des apprentissages numériques – Digital Society Forum
La nouvelle édition du Digital Society Forum, auquel est associé InternetActu.net, est consacré aux nouvelles formes d’apprentissages à l’heure du numérique. Qu’est-ce qu’apprendre ? Qu’est-ce que les TICE changent à l’apprentissage ? Et le cerveau dans tout ça ?

. Affinités prédictives (.pdf) – Meta-Media
La dernière livraison du cahier de tendances médias de France Télévisions est en ligne et s’intéresse aux algorithmes et à leur utilisation par les médias.

. Leweb 2013 : politiques et épilogue – OEzratty.net
Olivier Ezratty revient sur LeWeb 2013… avec un dossier en plusieurs parties sur la conférence internet qui se déroule en France.

. Une épaulière anti-surveillance – Graphism.fr
L’excellent James Bridle imagine une épaulière anti-surveillance, un dispositif qui détecte l’éclairage infrarouge des caméras de surveillance pour avertir le poteur de l’épaulière par une décharge électrique de faible intensité.

. Les foules ont-elles la sagesse de s’auto-organiser ? (.pdf) – SMGWorld
Intéressant article de recherche qui a observé si les équipes auto-organisées en ligne étaient plus efficaces que les équipes coordonnées et organisées. Au final, estiment les chercheurs, les équipes auto-organisées en ligne fonctionnent mieux et se révèlent plus efficaces et plus performantes (sans que la taille de ces équipes ne joue vraiment).

. A partir de janvier 2014, vous devrez déposer un double de vos clés en mairie – JCFrog Blog
La meilleure façon de comprendre combien la technologie est folle est toujours de la projeter dans le monde d’avant. C’est ce que fait Jérôme Choain avec la loi de programmation militaire et avec beaucoup d’humour. Une lecture indispensable !

. Classement : ces Français qui ont fait fortune à 30 ans avec leur start-up – Challenges
Derrière cette galerie de fortune ou de portraits terriblement franchouillarde, l’impression, étrange, de ne pas connaître ce web là et donc le web, puisque ce sont eux qui le font !

. L’informatique portable et l’automatisation – O’Reilly Radar
Connecter son capteur Jawbone UP à un système du type If This Then That… C’est possible. Et on peut donc imaginer connecter son capteur de sommeil à sa lampe (via une prise connectée de type Belkin) pour qu’elle s’allume doucement quand vous vous réveillez ou s’éteigne quand vous vous endormez… Comme les données du capteur sont très accessibles, on peut aussi imaginer envoyer un message automatiquement à son épouse pour lui dire qu’on n’a pas assez dormi (et donc que notre humeur ne sera pas idéal…). Notre corps devient le pointeur.

. En tant qu’ingénieurs, nous devons considérer les implications éthiques de notre travail – theguardian.com
Pour l’ingénieur Abbas El-Zein, les technologies de surveillances de la NSA ont été mises au point par des hommes. Savaient-ils à quoi serviraient leurs algorithmes ? Ont-ils tenu compte du potentiel d’abus dans leur conception ? Doivent-ils être tenus comme responsables ou ont-ils simplement fait leur travail ? La question est la même quand les ingénieurs développent du matériel pour la défense (même si en fait, il sert surtout a son contraire). Pourtant, quand les médecins utilisent leur savoir pour faire le mal, nous les condamnons sans ambages… Pourquoi la société n’applique-t-elle pas les mêmes normes pour les ingénieurs ?

L’ingénieur est devenu le modèle du salarié d’industrie, et l’inconvénient est la perte de leur autonomie. Leur éthique est devenue technique, explique Abbas El-Zein : ils conçoivent pour que les systèmes fassent ce qu’ils sont censés faire, pas pour la façon dont ils doivent être utilisés. Les ingénieurs conduisent des projets complexes techniquement, mais n’ont pas une grande connaissance de la complexité sociale de la technologie. Il est tant que la profession commence à s’engager sur des questions éthiques, politiques et sur les ramifications sociales de leurs inventions…

. Un spécialiste des données a passé un an à l’intérieur du New York Times, voici ce qu’il a découvert – Contently
Brian Abelson – http://brianabelson.com – a passé un an au New York Times en ayant accès à toutes les données du journal. Sur son blog, il a publié plusieurs des résultats de ses enquêtes… Pour lui, pour savoir ce qui marche et ne marche pas, il suffit de lancer une expérience bien conçue. Mais attention, quand on ne sait pas ce que l’on veut optimiser, le risque est de ne faire que de l’optimisation d’audience, comme le font certains médias tels BuzzFeed, Huffington Post… L’important est de se demander, comment mieux donner aux gens le contenu qu’il est important pour eux de voir.

. SkyJack – autonomous drone hacking
SkyJack est un hack qui permet à un drone de prendre les contrôles d’une autre à distance pour créer une armée de drones zombies… Un drone pour les gouverner tous.

. Comment Netflix va transformer la culture de masse – New Republic
Netflix est-il seulement le prochain HBO, s’interroge Tim Wu… Ou le changement de mode de visualisation des programmes va-t-il plus loin que la naissance d’un nouveau diffuseur ? Netflix et ceux qui prennent son chemin comme Amazon Studios, ne visent-ils pas à reprogrammer les Américains, et après eux, notre culture de masse elle-même ? La télévision a été l’endroit où les produits les plus populaires ont souvent été les plus rentables. En se lançant dans la production de série, Netflix a pris moins de risques que d’autres, estime Tim Wu, car ils connaissaient mieux que d’autres réseaux leur public et qu’ils ont choisi Kevin Spacey et David Fincher tout à fait conscient de leur popularité sur les réseaux. Mais fort de ses données de consommation et de sa grande connaissance des publics, Netflix a depuis lancé la production de séries cherchant àt toucher des publics qui ne se recoupent pas nécessairement. En bouleversant la chronologie des médias, Netflix tente de changer les habitudes des téléspectateurs. Mais surtout, si la culture populaire américaine a été construite sur le pilier central du divertissement grand public, Netflix s’apprête à la remplacer par une infrastructure très différente, s’appuyant uniquement sur des cultures secondaires, relativement étanches les unes aux autres. Les fans d’une série ne seront peut-être pas les fans d’une autre. Après la culture de masse, nous voici à l’orée de l’explosion des cultures de niches.

. L’imagerie comme GPS – Technology Review
Prendre des images des espaces intérieurs sur le modèle de Street View, permettrait de localiser les téléphones mobiles avec plus de précision que ne le fait le GPS (qui a du mal dans les bâtiments), estiment des chercheurs de Berkeley. Utiliser la caméra des smartphone, leur orientation et une considérable base de donnée d’images serait donc la solution pour nous orienter dans les bâtiments…

Est-on sûr que le côté invasif de la solution vaille la précision qu’elle apporte monsieur le chercheur ?

. Le modèle du routage de l’internet appliqué au monde physique – Technology Review
Si on acheminait le gaz en Europe sur le modèle du routage décentralisé de l’internet, est-ce que cela pourrait réduire la crise de l’énergie ? Oui, estiment les spécialistes de la complexité.

. Quand les drones deviennent intelligents… grâce aux smartphones – Technology Review
Le SmartCopter – https://www.ims.tuwien.ac.at/projects/smartcopter – est un drone autonome qui utilise un smartphone comme ordinateur de bord, lui permettant de naviguer par lui-même. Si SmartCopter préfigure l’internet des objets de demain, alors à l’avenir nos objets ne seront pas pilotés par des smartphones, mais en seront tous dotés pour devenir pleinement autonomes !

. Le ministère britannique du coup de pouce – NYTimes.com
Katrin Benhold pour le New York Times est allé rencontrer David Halpern et le psychologue Alex Gyani, les patrons de l’unité Nudge du gouvernement britannique, mise en place en 2010 par David Cameron. Parmi ses réalisations : un programme pour aider les gens à payer leurs impôts dans les temps, isoler leur grenier, favoriser le don d’organe, arrêter de fumer pendant la grossesse, donner aux organismes de charité… Une réussite que fait que désormais, chaque fonctionnaire britannique a un cours de formation en science du comportement. Dans le cadre du paiement de l’impôt, l’équipe a établit des tests avec différentes lettres de rappel sur des populations qui ne le payaient pas ou avec retard. Mais l’expérimentation la plus intéressante porte sur le retour à l’emploi consistant à proposer à ceux qui cherchent un emploi un exercice expressif, afin de créer une forme d’engagement et qui a produit des résultats plutôt étonnants. Autre exemple pour favoriser l’isolation du grenier, l’équipe a trouvé une astuce pour passer par un tout autre moyen : son débarrassage et nettoyage. L’équipe Nudge compte désormais 16 membres et a organisé plus de 50 expériences… Son exemple intéresse l’Australie et le Danemark et les Etats-Unis s’apprêtent à relancer leur politique…

. Amazon et la résolution de problème avancée – Harvard Business Review
Il y a quelques années, Andy Jassy a été chargé de comprendre pourquoi Amazon mettait trop de temps à développer ses projets logiciels et a mis au point une méthode d’analyse des problèmes lui permettant de créer AWS par exemple. Pour cela, Andy Jassy propose 8 niveaux de résolution des problèmes, allant du niveau 0 (vous ne pouvez pas voir le problème) au niveau 8 (qui permet d’aller au-delà de la prévention du problème).

. L’avenir des modèles d’affaires – Slideshare
Jeremiah Owyang vous propose de comprendre l’avenir des business models des marques – rien de moins. Bouleversé par l’économie du partage, les gens seraient à la recherche de sens et veulent des marques leur proposant des buts, des valeurs… explique-t-il en montrant plein d’exemple… Pas forcément très convainquant. Bienvenue au ValueWashing !

. Analytics 3.0 – Harvard Business Review
Thomas Davenport publie les bonnes feuilles de son nouvel ouvrage « Big Data at Work ». Si l’Analytics traditionnelle marquait l’ère de l’intelligence du monde des affaires, celle de demain signe l’ère des offres enrichies par les données.

. Les petites entreprises aussi auront besoin du Big Data – Harvard Business Review
Les dirigeants de petites entreprises ne ressentent pas le besoin d’investir dans les données de leurs clients, alors que leurs concurrents, eux, le font. Or, les petites entreprises pourraient tout autant que les grosses bénéficier des données, estiment deux chercheurs. Leur problème demeure de ne pas avoir les ressources et l’expertise pour traiter les données. Une agence régionale du gouvernement britannique a offert à 7 entreprises, qui fournissent des produits à Tesco, des informations provenant des cartes de fidélité de Tesco, le géant des supermarchés. Des données qui leur ont permis de voir les magasins où ils vendaient le mieux leur produit, leur saisonnalité, ce que les gens qui achetaient leurs produits achetaient également, etc. Des ateliers et des données qui leur ont permis de mieux comprendre la concurrence, d’envisager des innovations, de mieux comprendre leurs clients. Un producteur de yahourt s’est ainsi rendu compte que les personnes âgées étaient le marché clé de ses produits et a changé sa stratégie commerciale pour cibler les plus âgés plutôt que les plus jeunes, ce qui a amélioré la productivité de ses événements. « Les Big Data menacent de créer un profond fossé entre ceux qui disposent des données et les autres », c’est aux gouvernements et aux universités de jouer un rôle pour réduire la fracture de la connaissance et de l’expertise. Voir l’étude : http://isb.sagepub.com/content/early/2013/09/29/0266242613502691.full.pdf+html

. Espionnage : Les Français plus forts que les Américains – Courrier international
Le Wall Street Journal se moque de nous. Après nous être offusqués des pratiques de la NSA, la loi de programmation militaire promet de dépasser largement les Américains en matière de surveillance numérique…

. La professionnalisation du personnel politique devenue massive en France – Lagazette.fr
« La professionnalisation s’impose désormais à l’ensemble du milieu politique » et « est davantage une activité différenciée, spécialisée, permanente et rémunérée  »

. Le FBI peut activer la webcam en toute discrétion – Numerama
Souriez vous êtes filmé, et n’en savez rien !

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *