A lire ailleurs du 23 au 31 janvier 2014

. Ne vous en prenez pas aux médias sociaux si votre ado est asocial. C’est votre faute ! – Wired.com
Clive Thompson revient sur le livre de danah boyd « C’est compliqué : la vie sociale des adolescents en réseau ». Si les adolescents passent trop de temps sur l’internet, c’est parce que la société des adultes ne les laisse pas se socialiser en face à face avec leurs amis. « Les adolescents ne sont pas accros aux médias sociaux, ils sont dépendants les uns des autres ». Du fait de la panique morale qui s’est emparée de nos sociétés, ils ne sont plus autorisés à sortir de la façon dont leurs parents l’ont fait. C’est ce qui explique qu’ils aient déménagés en ligne. Les enfants aiment les matchs de foot ? C’est parce qu’ils peuvent s’y rencontrer en contexte non structuré… En fait, c’est nous parents, avec nos peurs de l’étranger et du danger qui avons façonné Facebook… vous savez, ce site imaginé par un garçon timide pour draguer des filles qu’il n’osait pas aborder…

. Tout ce que j’avais besoin de savoir sur le management je l’ai appris en jouant à Donjons & Dragons – Quartz
Et après on s’étonne ;-)

. La fin de l’âge d’or des études supérieures – Clay Shirky
Pour Clay Shirky, quand on parle d’études supérieures, on parle souvent de l’école des élites. Or, ce n’est pas la réalité de l’enseignement supérieur américain. La plupart des étudiants sont inscrits dans une école de banlieue, pas pour accumuler des connaissances, mais pour acquérir une formation et un certificat d’employabilité. Un sur trois ne finira pas ses études et deux sur trois finiront endettés par celles-ci. L’enjeu est donc bien d’améliorer la qualité de l’éducation sans en augmenter le prix, de parier sur une éducation à faible coût et à grande échelle.

. Quand le marketing des Big Data devient de la surveillance – Scientific American
La chercheuse Kate Crawford revient sur Turnstyle – http://www.getturnstyle.com -, une entreprise qui a placé des centaines de capteurs le long des rues commerçantes de Toronto pour identifier les téléphones des passants afin de fournir des études marketing aux commerces locaux (cf. http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702303453004579290632128929194). Et la chercheuse de s’inquiéter de la collusion entre le secteur public et privé pour promouvoir une collecte de donnée sans limite pour maximiser les possibilités d’affaires. Pour Kate Crawford, les entreprises de marketing ont bien lancé une charte de bonnes pratiques, mais cette charte pose de nombreux problèmes. D’abord parce que toutes les données sont devenues personnelles. Parce que l’opt-out pour indiquer qu’on ne désir pas être tracé est trop complexe. L’autorégulation de ce secteur ne sera pas suffisant, clame la chercheuse. Pour ces entreprises, les individus doivent agir comme des entreprises, négocier leur information au meilleur prix dans un marché sans friction où tout le monde comprend comment fonctionne la techno et les ramifications du partage de données. Mais ce modèle ne reflète pas une seconde la profonde inégalité de situation à laquelle nous sommes confrontés. Ceux qui détiennent les outils d’analyses ont beaucoup plus de pouvoir que les autres. Dans le débat sur la vie privée, la focalisation sur la responsabilité individuelle ne suffit pas. Car le problème dépasse l’individu. Il est systémique. Nous sommes maintenant confrontés à des expériences à grandes échelles où les gens sont dans un état de participation forcée, sans réelle capacité à en négocier les termes. Nous avons besoin d’un débat sur l’éthique de la fouille et de la collecte de données.

. La technologie ne nous sépare pas malgré tout – NYTimes.com
En septembre 2008, deux étudiants de l’université Rutgers sous la direction de Keith Hampton, ont voulu refaire l’expérience du sociologue William Whyte, The Street life project, consistant à filmer la rue pour voir et comprendre les interactions humaines et renouveler l’urbanisme par l’observation. L’occasion de regarder si nos technologies nous isolent, comme le clament nombre de livres…. Hampton et ses étudiants ont ainsi découvert que les passants n’aiment vraiment pas les espaces très larges et ouverts, qui semblent désolés voir dangereux. Ils préfèrent les chaises aux bancs, notamment parce qu’ils peuvent les déplacer et se faire face. Les passants aiment les fontaines qui ne sont pas closes pour y tremper leurs pieds. Hampton a comparé les films de Whyte et ceux d’aujourd’hui pour regarder si les gens faisaient moins attention aux autres à l’heure des téléphones mobiles. Son étude montre que l’utilisation du mobile est plus répandue chez les gens qui se promènent seuls. L’utilisation du téléphone dans l’espace public s’est avéré beaucoup plus faible que prévu (seulement 3 % des personnes aperçues en utilisaient un), pour beaucoup, c’est un moyen de passer le temps quand on est seul ou quand on attend quelqu’un. Mais il a aussi constaté que les gens trainent, flânent plus facilement que dans les films de Whyte. Mais notre tendance à interagir avec d’autres a augmenté. En 79, 32 % des passants étaient seuls, alors qu’en 2010, seuls 24 % des passants étaient seuls. Autre surprise, en 2010, il y a beaucoup plus de femmes dans la rue qu’en 1979. L’histoire des lieux publics ne nous raconte pas la solitude ou la distraction numérique, mais plutôt celle de la montée de l’égalité des sexes… Passionnant !

. Qui lit encore l’information ? – The New Yorker
Des chercheurs de Microsoft Research ont étudiés 1,2 millions d’internautes américains pour constater que seulement 50 000 (4 %) étaient des lecteurs actifs d’information (par lecteur actif, les chercheurs parlent d’une personne qui a lu au moins 10 articles de presse – mis de côté, ce qui relève du divertissement comme le sport, la météo… – et 2 articles d’opinion dans une période de 3 mois !). Si vous supprimez les tribunes, le nombre de lecteurs régulier passe à 14 %. Un résultat très différent des études du Pew (39 % des sondés disent avoir lu des news en ligne la veille du sondage), souligne Tim Wu. L’addiction de certains à l’information est-elle une sous-culture ?

. #mariagepourtous : Twitter et la politique affective des hashtags – Recherches au féminin en Sciences de l’information et de la Communication
Retour sur les échanges autour du #mariagepourtous sur Twitter au printemps 2013, pour montrer que le débat en ligne n’a pas tant consisté à exprimer des singularités, qu’à inscrire les contributions dans une entreprise de construction et d’indexation collective des tensions sociales. Indexer pour affecter !

. Coursera bannit des étudiants de Cuba, du Soudan et d’Iran – ZDNet.com
Les Moocs ne sont donc pas pour tout le monde.

. Sous-traiter la protection sociale au détriment des plus vulnérables ? Atos au Royaume-Uni – Observatoire des multinationales
« Dans le cadre de sa politique d’austérité budgétaire, le gouvernement britannique sous-traite désormais la gestion des évaluations d’aptitude au travail des handicapés à la firme française de services informatiques Atos. Avec pour objectif quasi avoué de réduire drastiquement le nombre des bénéficiaires des minima sociaux. Depuis, l’entreprise se retrouve sous le feux des critiques pour le traitement implacable qu’elle semble réserver aux handicapés britanniques.

. Le libéralisme secret d’Uber & Airbnb – Salon.com
L’économie du partage est passé du partage collaboratif à la déréglementation et à la précarité de l’emploi… Et cela est certainement une conséquence directe du financement via le capital risque et les impératifs de croissance rapide qui viennent avec ce type de financement, estime Tom Slee pour Salon.com.

. Doorman le nouveau livreur de San Francisco – Business Insider
Doorman – http://www.doorman.it – est un livreur qui livre jusqu’à minuit. C’est encore un peu tôt, non ?

. Les investissements directs étrangers en France s’effondrent – LeMonde.fr
Les nouveaux investissements directs étrangers (IDE) en France ont chuté de 77 % en 2013, pour tomber à 5,7 milliards de dollars, soit 4,1 milliards d’euros, selon les données publiées mardi 28 janvier par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), alors qu’ils ont crû de 11 % sur l’ensemble de la planète. Depuis 2012, les IDE sont plus importants dans les pays en voie de développement que dans les pays développés : http://unctad.org/en/PublicationsLibrary/webdiaeia2014d1_en.pdf

. Le design suédois, version politiques publiques – La 27e Région
Le nouveau management public (cette « société de l’audit », du management par objectif, de l’orientation vers les résultats…) cherche à bâtir un système de contrôle intégré et n’obtient en retour que des « rituels de rationalité », c’est-à-dire une expansion encore plus grande de la bureaucratie et une attitude de dédain du politique qui préfèrent alors l’éviter pour gouverner. Ce système se fond sur le contrôle, la séparation des tâches, les résultats, la compétition, là où nous aurions besoin de confiance, d’approches systémiques, de coopération, d’apprentissage et d’innovation, estime Bengt Jacobson, chercheur à l’université de Södertorn et membre de la Public Administration Academy suédoise. Pour les hauts fonctionnaires, le problème ne réside jamais dans le système, mais dans le fait qu’il n’est pas encore suffisamment mis en place !

. Conseil d’ami : réservez vos billets d’avion entre minuit et 6 heures – Rue89.com
Mathieu Cantorné pour Rue89 revient sur le rapport de la Cnil et de la Direction générale de la concurrence sur les pratiques des sites de vente en ligne de billets de transports et montre les faiblesses des algorithmes et comment les contourner. En réservant en dehors des heures pleines pour éviter des tarifs de réservations indus. En sélectionnant un retour a un moment de creux, pour bénéficier d’un tarif totalement avantageux sur l’aller (et inversement)…

. L’impact des loisirs des adolescents sur les performances scolaires – Les Cahiers pédagogiques
Le département de l’évaluation, de la prospective et de la performance de l’Education nationale publie les résultats d’une enquête sur les loisirs adolescents menée auprès de 27 000 adolescents de 3e. Leurs loisirs préférés : l’écoute de musique et téléphoner ou s’envoyer des SMS, devant la communication sur l’internet. Comparés à leurs résultats scolaires, l’étude montre que la lecture impacte favorablement ceux-ci, mais elle n’est pas du tout une activité préférée. Le jeux vidéo semble n’avoir pas d’impact… En fait, c’est le visionnage très fréquent des programmes de téléréalité qui a l’impact le plus négatif sur les performances cognitives et scolaires. Mais ne serait-ce pas plutôt là un symptôme (celui d’appartenir à un milieu social peu éduqué) qu’une cause ?

. Suède : Mon voisin le tueur – Courrier international
La Suède a lancé lexbase.se un site qui permet de connaître le domicile et les noms de gens ayant fait l’objet d’une condamnation. Une initiative très critiquée par les avocats, qui soulignent que les lois sur la transparence sont destinées à protéger les citoyens contre les abus de l’Etat et non permettre de faire de l’argent sur le dos de gens qui ont commis des crimes et purgés leur peine. Certes, les verdicts des tribunaux sont publiés depuis longtemps… Mais est-ce la même chose d’en faire une base de donnée interrogeable ?

. La mort de l’économie et du travail – Minorités.org
« Comment les humains vont-ils survivre à la mort du statut social associé au travail, à la fonction structurante et rassurante de la tâche régulière ? »

. Les polices européennes veulent une télécommande pour stopper les véhicules – 01net
Un groupe de travail de la plateforme européenne d’échange entre les services de police des Etats membres de l’Union souhaite utiliser les technologies pour perfectionner ses méthodes de travail et d’investigation. Parmi les projets high tech que ce groupe de travail souhaite développer en priorité figure « l’arrêt à distance des véhicules », une télécommande d’arrêt d’urgence.

. Des millions de mauvais managers tuent la croissance de l’Amérique – JDN Management
Le patron de Gallup, Jim Clifton, suite à son étude longitudinale sur l’Etat des lieux de travail, s’énerve contre le management. Sur 100 millions d’employés à temps plein des Etats-Unis, 70 % ne s’estiment pas impliqués dans leur travail. A qui la faute ? Aux managers, estime le patron de Gallup, au 10 millions de managers (1 pour 10 employés) et notamment à 7 millions d’entre eux. Pour Gallup, les entreprises doivent mieux sélectionner leurs managers, doivent veiller à ce qu’ils encouragent l’évolution des employés et prendre appui sur leurs forces. Et Gallup de proposer un test d’évaluation de ses managers qu’il propose d’élargir à toutes les entreprises… IBM propose d’analyser la masse de données échangées notamment sur les réseaux sociaux pour optimiser les process de recrutement ou de gestion de carrière : http://pro.01net.com/editorial/612986/le-big-data-au-service-des-rh-avec-ibm/

. NSA-observer : un site français recense les programmes de la NSA – Zdnet.fr
Un site pour recenser les 71 programmes de surveillance de la NSA… https://nsa-observer.laquadrature.net

. Synchronicité – MakerCities
MakerCities est un jeu massivement multijoueur qui vise à prtotyper l’avenir des villes en lançant chaque semaine aux participants des défis différents. Le premier porte sur la synchronicité. Parmi les idées proposées, une mise en réseau des maisons de retraites et des salles de concerts, la possibilité pour les citoyens d’accéder aux données des capteurs urbains pour qu’ils puissent faire des requêtes dessus et pourquoi pas proposer des solutions d’économies…

. Les lunettes passent à l’impression 3D | Ze Small Factory
Des lunettes imprimées en 3D ? Eyewear a lancé un concept de personnalisation de la forme des lunettes pour qu’elles s’adaptent parfaitement aux visages des clients : http://www.youtube.com/watch?v=dfH1_pyx1Ak Mais Eyewear ne fabrique pas le verre qui doit être fait selon des méthodes traditionnelles et adapté aux montures. Une société hollandaise, LuXeXcel, elle, développe une technologie d’impression 3D lui permettant d’imprimer monture et verres : http://www.youtube.com/watch?v=MZPTJ8-i9Kw

. Qui va gouverner Internet ? Deux ans pour trouver ! – Meta-media
Alors que monte l’inquiétude sur la surveillance mise en place par les gouvernements et les entreprises, 2 think tank occidentaux ont lancé à Davos un collectif chargé de déterminer, en 2 ans, comment internet doit être piloté et protégé… https://www.ourinternet.org

. Reconcilier le lifestreaming et la vie privée : faciliter les négociations technologiques – Jonathan Zittrain
Sur son blog, Jonathan Zittrain s’interroge, comment gérer l’intimité et la vie privée à l’heure de la diffusion en continue de nos vies sur l’internet ? On peut interdire les GoogleGlass dans certains endroits, mais que se passera-t-il quand les objets seront plus petits, moins visibles ou détectables ? Et si on permettait aux gens de diffuser leurs attentes ? D’émettre leurs préférences afin que les systèmes soient capables de les prendre en compte. Un « Je ne veux pas être filmé » vous floutera sur la prise de vue de l’appareil de quelqu’un d’autre.

. IP Tracking : suite et histoire sans fin des pratiques de variations des prix sur Internet – Économie numérique
L’IP Tracking est une pratique supposée, mais pas vérifiée, estime la Cnil et la DGCCRF… Sauf que l’IP n’est jamais utilisée seule, mais croisée avec d’autres éléments de connexion. Comme le souligne la députée européenne Françoise Castex en réaction, le problème des pratiques de profilage qui génèrent à la fois une concurrence déloyale et un détournement des données personnelles reste entier. Reste que la CNIL et la DGCCRF pointent du doigt la modulation des tarfis en fonction du site internet précédemment consulté par l’utilisateur ou celles du yeld management…

. Faire moins chiant, but premier du nouveau journalisme – Meta-media
De retour de la conférence DLD, Erich Scherer revient sur les recettes gagnantes de nouveaux sites d’information à succès, traitant l’actualité non seulement avec des formes nouvelles, mais en s’attardant surtout sur des actualités positives, capables de concurrencer les photos du déjeuner, les bébés et les chats qu’on échange sur Facebook… Et pour cela, l’une des meilleures recettes, c’est de faire faire l’information par des personnes qui ont l’âge de ceux qui la consomme.

. Les communautés dans la fabrique des services collaboratifs – Chronos
Chronos livre une courte et intéressante étude sur l’économie collaborative en analysant 8 services pour comprendre leurs impacts et mettre à jour la complexité des modèles de services possibles. Quelle densité de liens les services génèrent-ils ? Sont-ils engageants ou ouverts ? Comment articulent-ils le online du offline ? A quel territoire nous relient-ils (hyperlocal, monde…) ? Quel est leur degré de flexibilité (usage prescrit, détournement ou flexibilité) ? Quel est leur mode de gouvernance (participation, implication, coconception) ?

. Création de l’Observatoire des libertés et du numérique – Zdnet.fr
La ligue des droits de l’homme, le syndicat des avocats de France, le syndicat de la magistrature, le Centre d’études citoyenneté, informatisation et libertés et le Creis-Terminal ont lancé l’Observatoire des libertés et du numérique pour sensibiliser et alerter l’opinion publique, défendre les droits et les libertés et encourager les oppositions aux projets liberticides.

. Première traversée des Etats-Unis en voiture électrique – Autopia | Wired.com
Grâce au réseau Supercharger de Tesla, un couple vient de traverser les Etats-Unis d’Est en Ouest en une semaine, 71 stations… et pour 0$.

. Nous sommes au bout du modèle fordiste, il faut passer à un modèle contributif – Without Model
Pour Bernard Stiegler : « On entre dans un nouveau stade de l’automatisation, de nature différente du précédent. C’est la poursuite de ce qui a commencé il y a 200 ans, mais l’automatisation change de régime. Dans beaucoup de secteurs, la main d’œuvre n’est plus nécessaire, ou sera superflue à très court terme. Amazon a annoncé récemment travailler dans cette direction, l’élimination de tous les emplois et leur remplacement par des machines.

Actuellement, les éléments sont réunis pour que l’automatisation passe à un nouveau stade, seuls les coûts des robots limitent sa progression. On peut penser que lorsque des acteurs comme Amazon annoncent s’y attaquer, l’écosystème industriel va se mobiliser pour produire les économies d’échelles qui rendront les robots moins coûteux que les hommes. Quand cela arrivera, le modèle fordiste sera mort. Car sans emplois, pas de pouvoir d’achat et il n’y aura plus personne pour consommer ce que les robots auront produits. On sera dans une crise majeure, violente et systémique. Si on ne change pas les règles maintenant, on aura de grandes difficultés à y faire face. »

. Afficher sur sa porte les objets que l’on souhaite partager – SoonSoonSoon
Pumpipupe – http://www.pumpipumpe.ch – vous propose de petits autocollants pour indiquer à vos voisins les objets que vous êtes prêts à leur prêter…

. Du social graph au work graph – Entreprise20.fr
La collaboration sociale, via les fameux réseaux sociaux d’entreprise, est une pratique peu couru dans les entreprises françaises. Certes, imposer des modules sociaux ne suffit pas à faire collaborer les gens. Mais trop souvent on a proposé aux entreprises un réseau social d’employés, plutôt qu’un réseau social d’intérêts. Comme l’explique Wired – http://www.wired.com/opinion/2013/10/its-time-to-focus-on-the-work-graph-not-social-networks-at-work/ – une bonne partie de nos journées de travail ne sont pas consacrées au travail, mais à des tâches connexes. Dans ce contexte, les réseaux sociaux d’entreprises ne sont d’aucune utilité, car ils ne permettent pas de réduire le nombre de réunions ou d’e-mails. La raison est que le social graph est souvent développé à la place du work graph, consistant à mettre en relation un réseau d’entités en rapport avec le quotidien des employés (idées, taches, objectifs, processus, clients…), des informations à propos de ces unités de travail (documents, conversations, statuts, données…) ainsi que les interactions qui vont avec (alertes, commentaires, notifications…). Pour Cavazza, l’entreprise a surtout besoin d’outils complémentaires…

. Un vice-président de Ford : ‘Nous savons tout sur vous » – Express.be
Au dernier CES, le vice-président de Ford a fait mauvaise impression en affirmant « Nous connaissons tous ceux qui enfreignent la loi, nous savons quand vous le faites. Il y a un GPS dans votre voiture, nous savons donc ce que vous faites. Au fait, nous ne fournissons pas ces données à des tiers. » Il a bu tenter de se rétracter (nous ne suivons pas les clients sans leur approbation ou leur autorisation…), force est de constater qu’il n’a pas convaincu. La cause de cette surveillance ? Les boites noire qui équipent désormais toutes les voitures vendues aux Etats-Unis et bientôt dans le reste du monde. Les véhicules recueillent donc une grande quantité d’information, et sans protection, nous pouvons nous attendre à toute sorte d’abus, souligne un représentant de l’Electronic Privacy Information Center. En fait, selon un récent rapport, les fabricants n’informent pas vraiment leurs clients de ces collectes ni à qui elles sont destinées. Aucun des constructeur automobile ne permet à ses clients qu’y accéder, de les rectifier ou de les supprimer. Les consommateurs n’ont donc aucun pouvoir sur l’usage qui en est fait. Reste que cela n’incite pas forcément les gens à changer de comportement (comment faire, d’ailleurs quand c’est devenu la règle pour tous les véhicules ?). Pour le professeur de droit Dorothy Glancy, cela est aussi du au fait que les gens ont du mal à comprendre les implications de cette collecte, ni avec qui elle est partagée… Que se passera-t-il quand ils se rendront compte que ces données peuvent servir à les classer dans la catégorie des chauffards qui requièrent une surveillance accrue de la police ?

. La NSA espionne aussi les applications des smartphones – France Info
La NSA utilise les données requises par certaines des applications de nos smartphones pour fonctionner pour nous espionner… Soit disant sans l’accord des éditeurs des applications en question. Une révélation qui tombe le jour même où Facebook annonce que son application va désormais lire nos SMS : http://tony.calileo.com/fb/ La collusion entre les grands opérateurs d’internet et les services de renseignements semble chaque jour un peu plus forte…

. Des preuves d’entente accablent Steve Jobs et Eric Schmidt – Numerama
« Dans les années 2000, plusieurs grandes d’entreprises de la Silicon Valley se sont entendues pour ne pas démarcher leurs salariés en vue de les recruter, afin de ne pas faire monter les prix des salaires. Les preuves révélées par la justice américaines accablent en particulier Steve Jobs, l’ancien patron d’Apple, et le président de Google, Eric Schmidt… celui qui vient de déclarer à Davos qu’il faut relancer la croissance par une hausse des salaires de la classe moyenne… Méritocratie ?

. Le scandale des caisses «non enregistreuses» – Le Parisien
Et oui, les caisses enregistreuses, elles aussi, sont piratables. Un petit programme, et hop, on supprime X % des recettes payées en espèces…

. Google vous dit si votre Internet rame sur YouTube (et ce n’est pas anodin) – Slate.fr
Périodiquement, les utilisateurs de YouTube se plaignent de leur mauvaise réception : vidéo qui ne se charge pas ou trop lentement, qualité dégradée, etc. La réponse de Google consiste alors à renvoyer la balle aux opérateurs avec un service en ligne qui identifie le coupable. http://www.google.com/intl/fr-CA/get/videoqualityreport Mais derrière l’outil, Google ne cherche-t-il pas à avoir un traitement de faveur pour ses vidéos ? Sous prétexte de neutralité, Google n’introduit-il pas le loup dans la bergerie ?

. #LPM, l’arrière-grand-père et l’arrière-petit-fils disent non – ITEANU Blog
« Mais notre arrière-grand-père aurait il accepté que de manière permanente et à son insu, on puisse légalement pénétrer son domicile, fouiller sa table de chevet, son secrétariat, y consulter sa correspondance, en prendre copie ?

Aurait-il admis que son épicier, son boulanger, son médecin, son marchand de journaux soient enjoints de noter ses jours et heures de passages, ses achats, ses paroles prononcées ?

Notre arrière-petit-fils admettrait-il que, dans un geste naturel et habituel puisqu’exigé par Loi, chaque intermédiaire auquel il aurait recours, enregistre et conserve comme prêt à être mis à disposition, toutes « informations et documents » le concernant.

Supporterait il de vivre avec la crainte que ces intermédiaires, leurs collaborateurs et partenaires, ne soient tentés de les consulter pour eux-mêmes ou pour d’autres et pour des motifs très divers ou qu’ils n’aient pas pris les mesures nécessaires pour en assurer la sécurité et interdire à des tiers non autorisés d’y accéder ?

Tout ce qui vient d’être décrit est en place par la Loi n°2013-1168 de programmation militaire, dite LPM, du 18 Décembre 2013.

En son article 20, la LPM vise à généraliser une surveillance obligatoire et très intrusive de la société en vue de donner aux services de l’Etat des pouvoirs d’enquêtes colossaux, sans que des garanties sérieuses n’aient été données au citoyen en contrepartie. »

. Si vous doutez que les médias sociaux changent le monde, regardez en Ukraine – Forbes
Pour Greg Satell, les manifestations actuelles en Ukraine semblent une continuation de la révolution Orange de 2004. Les différences entre les deux permettent peut-être de comprendre l’impact des médias sociaux sur les soulèvements politiques. Durant ce type d’évènement, vous êtes tout le temps à la recherche d’information sur ce qu’il se passe et sur ce qu’il faut éviter. L’information divulgué sur les réseaux sociaux sur la corruption des oligarques et politiciens a incontestablement alimenté la colère. Le contrôle des médias, pilier des régimes autocratiques, est devenue une chimère à l’ère des réseaux sociaux. Reste que s’ils permettent de perturber le jeu politique, ils ne permettent pas de l’organiser au-delà. Pour cela, la hiérarchie, l’organisation sont prépondérantes.

. Facebook va perdre 80 % de ses utilisateurs – TIME.com
La croissance de Facebook se terminera par une fin rapide, à l’image d’une maladie infectieuse qui se propage rapidement et meurt subitement affirment les chercheurs de Princeton dans une étude : http://arxiv.org/pdf/1401.4208v1.pdf Il devrait perdre 80 % de ses utilisateurs entre 2015 et 2017. Reste, au-delà du modèle, à en comprendre pourquoi. Dan Tynan l’explique très bien : http://www.yahoo.com/tech/what-my-teenagers-taught-me-about-facebook-73322507875.html Les enfants sont fatigués d’être sur le même réseau social que leurs parents, qui favorise leur surveillance.

Des petits malins se sont amusés à appliquer les principes de l’étude à d’autres objets, comme sur les publications de Princeton… et montrent que d’ici 2018, l’université aura perdu la moitié de ses effectifs et que d’ici 2021, elle n’en aura plus du tout… ;-). https://m.facebook.com/notes/mike-develin/debunking-princeton/10151947421191849

. LIDAR avec Led pour moins de 100$ – HackADay
Vous avez besoin d’un capteur de distance pour un projet ? Jusqu’à présent vous aviez deux options : un capteur à ultrason peu cher mais à la performance limitée ou de coûteux capteurs lasers comme le Lidar. Voici Lidar-lite – http://www.dragoninnovation.com/projects/32-pulsedlight-single-board-range-finder-minimodule -, qui utilise une simple Led comme laser, détecte des objets à 40 mètres avec une réelle précision.

. #FIC2014 : ces administrations françaises qui livrent ce que vous avez de plus intime à des tiers … #Google, #Xiti, … : Reflets.info
reflets.info a regardé le code source de quelques sites… Comme la page IVG du site du ministère de la Santé, le site IVG adresses de l’Agence régionale de la Santé d’Ile de France, le site impots.gouv.fr… Et qu’est-ce que Reflets.info y a trouvé ? Du code qui renvoit vers Google Analytics ou Xiti… Des outils de mesure d’audience, rien de bien méchant a priori… Sauf que ces outils de mesure d’audience peuvent ainsi savoir si la page en question vous intéresse, si vous repéré un site où faire une interruption de grossesse, si vous payez vos impôts en ligne ou pas. Quand est-ce qu’on remet les choses un peu à plat ?

Un lecteur a fait une petite enquête sur les 17858 page d’accueil de sites publics référencés par Data.gouv.fr, presque 8000 utilisent des outils de Google…

Une critique qui pose des questions sur comment s’émanciper des acteurs de l’internet, sur comment mettre en place des outils respectueux de la vie privée en ligne… Mais qui paraissent bien désuet, quand on regarde comment les opérateurs en savent encore bien plus sur vous juste en analysant vos déplacements.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *