A lire ailleurs du 20 au 27 février 2014

. Les technologies que l’on porte comme un droit de l’homme – Technology Review
Pour la fille de Steve Mann “pourquoi les immeubles ont-ils le droit de porter des caméras tout le temps, mais pas les gens ?” Pour Mann, qui porte depuis des années des technologies de ce type, donnons la possibilité et le droit à tous de porter une caméra sur soi.

Pour ma part, j’aurais plutôt tendance à dire que c’est le droit des immeubles à porter caméra qui devrait être revu.

. Comment avoir un job chez Google – NYTimes.com
Google a arrêté d’embaucher des gens en regardant uniquement l’excellence de leurs résultats scolaires, rappelle l’économiste Thomas Friedman qui est allé rencontrer Laszlo Bock, responsable du management chez Google. Aujourd’hui, 14 % des employés de Google n’ont pas de diplômes. Google a 5 attributs d’embauche. Sur les rôles techniques, la capacité à codé est testée. Mais Google recherche avant tout “la capacité cognitive générale”, c’est-à-dire “la capacité de traiter à la volée”, de “rassembler des éléments d’information disparates”. Google recherche également le leadership, mais surtout le “leadership émergent”, c’est-à-dire comment face à un problème, vous prenez le lead ou le laissez face à quelqu’un qui propose une meilleure solution que la vôtre. Google s’intéresse aussi à l’humilité, seule manière d’apprendre de ses échecs. Par contre, Google semble de moins en moins intéressé par l’expertise, qui ne permet pas suffisamment d’imaginer des solutions différentes, il lui préfère la capacité à aimer apprendre et réapprendre. Pour Bock, un diplôme n’est pas un indicateur de votre capacité à faire n’importe quel travail.

Reste que ce nouveau regard de Google sur l’emploi divulgue un autre message fort : l’éducation, c’est fini. Votre diplôme ne vous assure plus de rien.

. Quel rôle pour les villes dans la transition énergétique (.pdf) – La Fabrique de la cité
Comment les villes peuvent-elles contribuer à enrayer l’augmentation de la demande énergétique mondiale ?

. It’s Complicated – danah boyd
Le livre de danah boyd “C’est compliqué, la vie sociale des adolescents connectés” est disponible en libre téléchargement.

. Faire ses 35 heures sur quatre jours, c’est possible (et c’est bien !) – Le nouvel Observateur
Bienvenue chez Yprema, une société qui propose les 35h en 4 jours et des postes polyvalents en binômes ou trinômes contribuant à développer le “travailler ensemble”.

. Comment la pratique du coworking s’est répandue dans le monde depuis 1995 – FrenchWeb.fr
Une infographie sur l’évolution et l’histoire du coworking depuis 1995.

. Marc Andreessen sur la neutralité du net et la compétition · Storify
Intéressante capture de Tweets entre le financeur Marc Andreessen et des discutants sur Tweeter, réagissant à l’accord Comcast/Netflix, ou celui-ci explique que la neutralité du net n’est pas une fin en soi, pire, qu’elle risque, si on l’a prend au pied de la lettre, de tuer toute innovation. Pour l’investisseur, la neutralité du net ne doit pas proposer de discrimination sur le type ou les contenus, mais seulement sur les volumes…

. Ma Silicon Valley va craquer ! – lemouv.fr
LeMouv.fr revient avec un dossier assez riche sur les difficultés liées à la gentrification de la Silicon Valley.

. Ce qui n’est pas mesurable existe quand même – Volle.com
Pour beaucoup d’économistes, estime Michel Volle, ce qui n’est pas mesuré n’existe pas.

. Les enfants jouent plus avec des gadgets qu’avec des jouets – Cnet.com
Les enfants de 12 ans et moins joueraient plus avec des écrans qu’avec d’autres formes de jouets… http://mcgrc.com/wp-content/uploads/2014/02/MCGRC_Digital-Kids-Presentation_0220142.pdf

. Des citoyens connectés, dans des villes déconnectées de la réalité d’Internet – Zdnet.fr
Frédéric Charles de GreenSI s’énerve contre le label “Ville Internet”… qui ne distingue que quelques bons élèves dans un désert d’initiatives numériques. Il n’y a qu’à Paris que les candidates évoquent le numérique comme facteur d’attractivité du territoire, comme moyen d’accès aux données, comme moyen de faciliter la participation citoyenne…

. L’arbitrage au service des multinationales – Courrier international
“De plus en plus d’entreprises contestent des politiques publiques devant des juridictions privées. Les tribunaux nationaux, eux, n’ont pas leur mot à dire. ”

. Apple construit son prochain business et personne ne semble l’avoir remarqué – Business Insider
Le prochain business d’Apple ? Le commerce sécurisé, estime Jim Edwards pour Business Insider, grâce à le scanner TouchID, qui transforme l’iPhone en un objet de paiement mobile parfait.

. Les surprises de la carte du monde selon les connexions à Internet – Rue89.com
Carte isomorphique du monde en fonction de la part de leur population connectée à l’internet.

. Crowdfunding : 1 million d’euros pour les start-up – Challenges.fr
“Le gouvernement a révélé la réforme du financement participatif. Principale mesure : les start-up, PME et autres acteurs pourront lever jusqu’à un million d’euros sur les plateformes.”

. Mettre en partage une marque : la Wikimedia Foundation montre que c’est possible – S.I.Lex
La Wikimedia Foundation éclaircit l’usage de sa marque…

. L’holacratie : et si on se passait des chefs ? – JDN Management
“Briser la logique pyramidale pour établir un modèle égalitaire : c’est le pari de l’holacratie”, la démocratie en entreprise… enfin, presque.

. Ethnographie et usage de l’énergie – Ethnography Matters
Dan Lockton du Royal College of Art de Londres a conduit une étude ethnographique autour de la mesure des usages de l’énergie. L’exhortation à réduire notre consommation énergétique passera-t-elle par les compteurs intelligents ? Est-ce que montrer le prix de l’énergie qu’on consomme suffira à inciter les gens à réduire leurs dépenses ? Pas si sûr, estime le chercheur, qui s’est intéressé à pourquoi les gens utilisent de l’énergie et ce qu’ils en font réellement. Les gens tentent de rendre leurs maisons confortables de multiples manières : en préparant le repas, en laissant la radio allumée quand ils ne sont pas là pour prévenir les voleurs ou tenir compagnie aux animaux domestiques, en allumant le chauffage de leur grand-mère parce qu’ils s’inquiètent pour elle. Autant d’aspect largement ignorés par les recherches sur l’énergie. Certes, tout le monde souhaite voir l’énergie qu’ils utilisent. Mais ne peut on pas regarder la question du chauffage par la température intérieure, mais du point de vue du sentiment de confort des gens ou de celui d’avoir un contrôle sur leur environnement ? Les ethnographes mettent l’accent sur la conception des produits qu’on utilise. L’étude a montré que la difficulté à programmer son chauffage (effort physique parfois et cognitifs surtout, liés au manque de simplicité des interfaces) conduisent les ménages à dépenser 15 % d’énergie en plus que les autres. Les factures d’électricité sont compliquées et demeurent déconnectées de toute réalité, arrivant bien trop tard après leur consommation. La plupart des gens ne savent pas ce que son ! t les kilowatt-heure. Pourrait-on ajouter des informations qualitatives à ces informations quantitatives ? La hausse des big data énergétique est une occasion idéale pour permettre une meilleure conception des données qui sont rendues aux gens et imaginer des produits et services mieux adaptés à la vie quotidienne des gens.

. Dropbox : pourquoi les nouvelles conditions d’utilisation contribuent à exploiter votre digital labor – BodySpaceSociety
Le sociologue Antonio Casilli revient sur les nouvelles conditions d’utilisation de Dropbox qui, comme tout changement de CGU, suscitent la colère des utilisateurs du fait de leur nature arbitraire. Une condition a particulièrement retenu l’attention du sociologue, celle de l’interdiction du recours collectif (class action), alors que ces recours sont à ce jour les outils les plus efficaces des usagers pour se faire entendre des grandes plateformes. En interdisant aux utilisateurs de s’organiser pour mener une action coordonnée de protection de leurs droits, on revient au niveau de l’entrave syndicale du siècle passé. Les conditions d’utilisation sont désormais l’un des lieux des conflits sociaux du numérique. En Europe, une telle interdiction conventionnelle ne serait pas valide.

. Les hackathons, symboles de la transformation des informaticiens ? – TechCrunch
Avec la mode des mégahackathons universitaires – http://www.mhacks.orghttp://2014s.pennapps.com ou http://www.hacka2thon.com – la majorité des étudiants en informatique auront désormais participé à un hackathon avant l’obtention de leur diplôme. Mais ils ne sont qu’une part de la transformation à venir de l’enseignement informatique, estime Danny Christon pour TechCrunch. La faute aux employeurs, qui veulent surtout des ingénieurs qui ont déjà une expérience significative du logiciel plutôt que des théoriciens. Derrière cette révolution éducative, qui les hackathons montrent surtout aux étudiants que la programmation ne suffit pas : le dialogue, la conception en équipe est aussi ! primordiale. Dans les écoles d’ingénieurs, les hackathons sont en train de tuer les salons de l’emploi. Peut-être une occasion pour résoudre la crise du manque d’ingénieur ?

. Logotomisé – Libération.fr
Dans son livre-manifeste – “Face au brand territorial” – le designer Ruedi Baur s’attaque aux stratégies de communication de l’espace public des marques d’entreprises ou de territoires, comme l’avait fait l’excellent Logorama : http://vimeo.com/10149605. Ruedi Baur dénonce notamment la misère symbolique des représentations des collectivités territoriales. “D’avoir transposé les stratégies de représentation d’entreprises vers des territoires, des villes, des nations, fait qu’il n’y a plus de discours politique, que l’image remplace la réalité.” Pour le designer, nous avons besoin de systèmes graphiques qui font apparaître les différences, qui symbolise la richesse et la diversité, à l’heure où les territoires se vendent ! comme des fictions économiques et cosmétiques dans une logique de concurrence, par des symboles normalisés.

. Gargl : un outil pour créer une API pour n’importe quel site – Joe Levy
Gargl (Genric API recorder & generator lite) est un outil simple d’accès pour permettre à chacun de créer des API pour ses contenus… enfin, pas que les siens si j’ai bien compris.

. Partage Cet Article Si Toi Aussi T’es D’Accord Avec Le Titre – Slate.fr
Facebook a ramené en décembre 2013 3,5 fois plus de trafic sur les sites de presse américains que Google. Tant et si bien qu’optimiser les mots-clefs de ses articles pour Google n’a plus aucun sens, même si les entreprises d’optimisation des mots-clés sur Google contestent ces résultats (les moteurs apporteraient 41 % de l’audience contre 16 % pour les réseaux sociaux). Pour les nouveaux sites d’info (ces cites de bitinfo, comme Buzzfeed ou Upworthy), les réseaux sociaux sont devenus des canaux de distribution prioritaire – mais cela est certainement dû au caractère émotionnel de ces infos. D’ailleurs, il n’est pas nécessaire d’avoir lu ces contenus pour les partager, le titre suffit parfois, à l’image des blagues du Gorafi. Upworthy a d’ailleurs montré que les contenus parcourus à 25 % (des vidéos) son ! t plus partagés que ceux qui le sont à 75 %. Sur Facebook, le partage n’est pas tant un signalement que la réappropriation du contenu (“j’ai ressenti ça”, ça me fait penser que”…) : les articles qu’on y partage parlent avant tout de nous, avant que de parler de l’article lui-même. On partage sa réaction à l’article. Sur Twitter, on partage de l’actualité, alors que Facebook, on partage des informations intemporelles… Sur Facebook, les jeunes urbains actifs imposent leur mode de vie aux sites d’info, comme la France rurale a imposé le menu du 13h à Jean-Pierre Pernaut. Une réappropriation de l’information comme support de conversation… dont les likes sont le décompte.

. Le paradoxe de la domotique – O’Reilly Radar
Les êtres humains sont malpropres, bêtes, illogiques… Nous devons créer des systèmes qui attendent de nous d’être humain, pas de nous punir quand nous le sommes, estime Scott Jenson pour O’Reilly Radar. Nos maisons sensibles à notre présence nous promettent une vie plus facile, mais ces scénarios simplistes ne risquent-ils pas surtout de s’avérer déshumanisant ? Et Scott Jenson de rappeler les principaux enseignement de l’intelligence artificielle, le paradoxe de Moravec : il est facile de faire que les ordinateurs jouent aux échecs, mais il est plus difficile de leur donner les compétences d’un enfant d’un an en ce qui concerne la perception et la mobilité. La domotique est du même ordre. Des capteurs de mouvements pour éclairer vos pièces ? Alors que se passe-t-il quand vous marcher dans votre chambre et que votre épouse dort ? Mettons les capteurs sur le lit. Mon chien dort sur le lit et les lumières de la pièces ne s’allument pas ! Automatiser nos maisons ne signifie pas que nous allons les automatiser correctement. Le vrai problème de la domotique n’est pas la connectivité, l’internet des objets, mais le système de contrôle ! Or beaucoup de scénarios sur l’avenir de la domotique sont intolérants aux défauts. Comment leur apprendre l’humilité de s’arrêter, de reconnaître qu’ils ne peuvent pas s’activer car la situation n’est pas adaptée ? Faut-il vraiment chercher à se passer de boutons, d’énoncés ou de gestes pour allumer nos lumières ?

. Data Therapy
Datatherapy est un projet du MIT visant à permettre à des gens ne maîtrisant par les compétences de traitement de la donnée, à en comprendre les enjeux et à jouer avec. Le MIT copie le programme InfoLab de la Fing… http://fing.org/ ?-Infolab-

. OpenKnit : une imprimante de vêtements open-source – Numerama
OpenKnit est un métier à tisser open-source, qui permet d’imprimer des vêtements à la demander, et de partager ses créations grâce à un format standard.” http://openknit.org

. Twitter est-il plus polarisé qu’on le pensait ? – Quartz.com
Une étude de Twitter portée par le Pew Research Center et la Fondation de recherche sur les médias sociaux souligne que sur Twitter la séparation politique est forte et les visions politiques opposées ont peu d’interconnexion entre elles. Bienvenue à l’ère des foules polarisées ! Les chercheurs ont mis à jour plusieurs formes de polarisation des débats… : la polarisation politique, les foules serrées, les grappes communautaires (qui ont des connexion modérées), les pôles de marque (les marques et célébrités sont examinées par des utilisateurs peu connectés), les réseaux de diffusion (où les gens influents exercent leur pouvoir) et les réseaux de soutiens. Voir aussi : http://www.pewinternet.org/2014/02/20/mapping-twitter-topic-networks-from-polarized-crowds-to-community-clusters/

. Politique des algorithmes : parfois, c’est le politique qui gagne – Affordance
Google contraint à modifier l’ordonnancement des résultats de recherche pour laisser une place aux services concurrents, aux “liens rivaux”. C’est la première décision politique obligeant un moteur à caler ses exigences et routines algorithmiques sur un cadre économie (libre concurrence) édicté et décidé par le politique, estime le chercheur Olivier Ertzscheid. Preuve que la politique a un rôle à jouer, même sur la 2nde plus grosse capitalisation boursière de la planète.

Le politique est sans cesse contraint de naviguer entre réflexion législative et usages. Et de rappeler que les règlements ne peuvent se substituer à la loi, mais que le point de bascule n’est pas toujours évident à trouver.

. 21 technologies pour décentraliser le monde – Shareable.net
Outils pour créer des réseaux maillés, réseaux sociaux alternatifs, kits pour l’internet des objets, cryptomonnaires et systèmes cryptographiques décentralisés…

. Minority Report est-il raciste ? – TheVerge.com
La police de Chicago estime que ses ordinateurs peuvent dire qui deviendra un criminel violent… Dans le cadre d’un programme expérimental, la police de Chicago est désormais capable de produire une liste de 400 personnes à surveiller. Mais les critiques estiment que ce n’est rien d’autre qu’un profilage racial. Une des personnes inquiétée vivait dans un environnement violent mais n’avait jamais eu affaire à la police ou à la justice. Comme le souligne l’avocat de l’EFF, des gens se retrouvent sur cette liste parce qu’ils vivent dans des quartiers de merde et côtoient des fauteurs de trouble. La police est allé prévenir 60 des 400 personnes listées comme quoi elles étaient désormais surveillées… Effectivement, c’est certainement le meilleur moyen pour développer leur violence !

. Les principales barrières à l’achat en ligne – Smart Insights Digital Marketing Advice
Intéressante infographie synthétique sur les écueils à l’achat en ligne : http://www.smartinsights.com/wp-content/uploads/2014/02/Consumer_Psychology_Infographicvouchercloud-550×5061.png : le temps d’attente, le visuel (avec la montée de la vidéo du produit), les commentaires, et l’écueil du panier (notamment l’abandon du fait de charges imprévues et de la nécessité de s’enregistrer)

. Human API
Human API agrége quelques 50 sources de données de santé… On ne sait pas d’où elles viennent, mais le produit existe… Voir : http://gigaom.com/2013/06/17/startup-human-api-wants-to-bring-quantified-self-data-into-the-mainstream/ et leur blog : http://blog.humanapi.co

. La loi Duflot ne changera pas grand-chose aux pratiques des syndics – Slate.fr
Anne de Coninck revient sur la loi Alur sensée permettre de rééquilibrer les relations entre copropriétaires et syndics professionnels si décriés… Le principal grief envers les syndics : l’opacité et l’arbitraire ! Si les sanctions pour faute de gestion existent dans la loi, elles nécessitent des procédures longues et complexes pour les propriétaires. Ce dont on aurait besoin, faciliter la répression des abus… Et surtout mettre un peu de transparence. Un compte bancaire par immeuble c’est bien… Mais l’accès ouvert aux prestations serait certainement la meilleure des garanties. A quand un Open Data des pratiques des syndics ?

. La high-tech européenne poursuit son lent déclin – LesEchos.fr
“Une étude du cabinet AT Kearney dresse un portrait alarmiste du secteur en Europe. Après le rachat de Nokia (mobiles), seuls 8 groupes européens figurent dans le Top 100 mondial.”

. Google annonce le projet Tango, un smatphone qui peut cartographier le monde autour de lui – TheVerge.com
Le projet Tango – http://www.google.com/atap/projecttango/ Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=Qe10ExwzCqk#t=38 – est un smartphone capable de cartographier en 3D son environnement afin de permettre de mieux rechercher un objet, une personne, de faire le point sur une photo, créer des jeux de réalité augmentés plus réalistes… Le but, donner aux mobiles une compréhension de l’espace et du mouvement, explique Johnny Lee, le responsable du projet chez Google. Une caméra, des capteurs de mouvement et de profondeur permettent de construire des cartes 3D de l’environnement où il est utilisé. Des capacités surprenantes, mais qui laissent plus de questions que de réponses… Google va pouvoir ranger son programme street view, les utilisateurs le feront pour lui. Et la NSA pourra enfin voir exactement où vous habitez. Qui n’en veut ?

. Les autres facteurs qui favorisent la diffusion des idées – Harvard Business Review
Pour Julianne Wurm (qui termine une étude sur la viralité des conférences TEDx), l’étude de comment les idées se partagent se sont beaucoup intéressé aux émotions et à la mise en forme des contenus pour favoriser leur viralité… Mais n’oublions nous pas le rôle de celui qui la délivre ? En étudiant comment les idées se diffusent dans la communauté TEDx et au-delà, elle souligne le rôle du transporteur, de celui qui raconte l’idée, qui la rend accessible. La narration, la capacité narrative, joue un rôle bien sûr, mais pas seulement. Les gens qui l’écoutent veulent aimer le transporteur d’idées. Et quand ils se sentent bien, ils veulent partager ce moment. Les gens veulent également se voir dans l’idée. Les gens qui rejettent le travail des “transporteurs d’idées” (qui n’en sont pas forcément à l’origine, bien au contraire), sous prétexte qu’il n’y a rien de nouveau, manquent l’essentiel. Toutes les idées sont sur les épaules de ceux qui les ont eu avant, mais les transporteurs d’idées créent un nouvel espace dans l’imagination populaire. Le plus important, estime Wurm, est de montrer aux gens comment se projeter dans l’idée. “Toutes les forces dans le monde ne sont pas aussi puissantes qu’une idée dont le temps est venu”, disait Victor Hugo.

. Bienvenue dans la prison algorithmique – The Atlantic
Pour Bill Davidow, des millions d’Américains sont incarcérés dans des prisons algorithmiques. “Certains ne peuvent plus obtenir de prêts ou émettre de chèques (…). D’autres ont du mal à trouver un emploi en raison de leurs profils sur internet. D’autres peuvent avoir des difficultés à acheter des biens, des assurances vies ou automobiles…” Ils n’agissent pas que dans l’espace réel. Ils déterminent aussi face à quels produits nous serons exposés, ils analysent nos intérêts et jouent un rôle actif dans ce à quoi nous accédons quand nous nous rendons sur un site web. Il est devenu facile et peu coûteux de construire des prisons algorithmiques et nous devons nous attendre à une forte augmentation. Le problème est que les utilisateurs ne voient pas les barreaux de la prison. Ils ne ! savent pas pourquoi leur candidature est systématiquement rejetée par des employeurs ou leur demande de prêt par une banque. Face à ces nouveaux défis, les protections des consommateurs en place ne suffiront pas.

. Droit d’auteur et corruption de la démocratie – S.I.Lex
Face au lobbying, pourquoi nous faut-il repolitiser la question de la propriété intellectuelle ?

. Moins d’innovation, plus d’inégalités – NYTimes.com
Pour le prix Nobel d’économie Edmund Phelps, directeur du Centre sur le capitalisme et la société de l’université de Columbia – http://capitalism.columbia.edu – la relation entre l’inégalité et l’innovation n’est pas celle que l’on croît. Depuis les années 70, l’innovation américaine n’est pas au beau fixe, hormis dans quelques secteurs (Silicon Valley, biotechnologies, énergie renouvelable…) et depuis les années 70, les écarts de salaires entre les plus démunis et les plus avantagé n’a cessé de se creuser. Pour Phelps, il faut réintroduire de l’innovation partout, pas par des grands programmes, mais par une réforme du secteur financier et des entreprises afin de les inciter à ne pas regarder une rentabilité &a ! grave ; court terme.

. Les pionniers des données nous regardent travailler – FT.com
Le Financial Times revient sur Evolv, une société pionnière dans l’analyse des données des employés. Pour les centres d’appels et les banques qui utilisent ces conseils, les effets semblent immédiats. Bank of America a mis en place des pauses collectives permettant d’augmenter de 23 % la performance et faisant chuter le stress de ses employés de 19 %, après avoir constaté que les travailleurs les plus productifs étaient ceux qui prenaient des pauses ensemble, leur permettant de se défouler et de partager des conseils pour mieux gérer les clients difficiles. Le contrôle et la mesure peuvent-ils devenir libératoires si les objets contrôlés et mesurés changent ?

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *