2040 : la fin du mariage

Comme l’a rappelé le débat sur le mariage pour tous, nombre d’entre nous aspirons à un même idéal, partageons une même représentation sociale normative : celle du couple, de la sacro-sainte famille nucléaire. La plupart d’entre nous aspirent à cet idéal : s’unir à quelqu’un et lui promettre de passer notre vie avec lui. Toutes nos références culturelles nous renvoient sans cesse cette image du couple (homme et femme, femme et femme, homme et homme, qu’importe…), sacralisée par des dispositifs juridiques et économiques qui le favorisent au détriment d’autres formes de vie sociale (le célibat ou les formes de vies communautaires, le plus souvent particulièrement condamnées). Et pourtant, l’on sait depuis plusieurs dizaines d’années que ce modèle bat de l’aile. Sera-t-il encore le modèle social dominant à la fin du siècle ? Rien n’est moins sûr…

Le mythe de la famille nucléaire

En fait, nos réalités sociales ne sont pas celles-ci, pour autant qu’elles l’aient jamais été. Pour l’éditorialiste, George Monbiot (@georgemonbiot), l’histoire de la famille a toujours été déformée par les conservateurs. Le mythe de la famille nucléaire, tel qu’idéalisé aujourd’hui, a été créé par les victoriens, rappelle-t-il. Son développement a plus été le fait de questions économiques que spirituelles, affectives ou morales, et a évolué à mesure que la révolution industrielle a rendu la fabrication, c’est-à-dire la production artisanale ou agricole au sein du ménage (ceux qui partageaient un même toit, sans que ces personnes soient nécessairement unies par des liens de parenté), non viable.

L’historien John Gillis dans son livre Un monde de leur propre fabrication : mythe, rituel et quête des valeurs familiales rappelle lui aussi que la famille nucléaire est une invention contemporaine. Jusqu’au 19e siècle, la famille désignait tous ceux qui vivaient dans la même maison, souvent sous l’autorité d’un « père » de famille, qui, la plupart du temps, n’avait pas de relation de parenté avec la plupart des gens qui dépendaient de son autorité. Les enfants appartenaient comme domestiques, apprentis et ouvriers à d’autres maisons que celle de leurs parents biologiques, qui eux-mêmes ne formaient pas un ménage en tant que tel. Dans son livre, Une histoire de l’enfance, Colin Heywood rapporte que le taux d’abandon d’enfants dans certaines villes de l’Europe du 19e était stupéfiant, pouvant atteindre jusqu’à un tiers ou la moitié de ceux-ci. Jusqu’au 19e siècle, le mariage n’était pas l’institution que l’on pense souvent. Même les naissances hors mariage étaient communes et ne portaient en fait pas à controverse. « La tradition familiale que les conservateurs invoquent est imaginaire. Le passé qu’ils invoquent est le résultat de leurs anxiétés et de leurs obsessions. Mais il n’a rien à nous offrir », conclut Monbiot.


Image : Un tweet récent qui souligne le décalage entre les propos moraux des hommes politiques et la réalité (de leur vécu, comme de ceux de leurs concitoyens).

Vers une société post-familiale

Une étude du géographe Joel Kotkin (Wikipédia), rapportée par le magazine canadien Maclean’s souligne le déclin de la famille dans les sociétés les plus développées. Le vieillissement de la population et le déclin de la fécondité prennent leurs sources dans le déclin du mariage et de la famille, et non le contraire, explique-t-il. Nous vivons dans un monde post-familial estime-t-il dans un récent rapport (.pdf). La raison ? Le développement du travail des femmes et de notre société de consommation qui nous fait préférer une vie solitaire et sans attaches. D’ici 2030, 1/3 des hommes japonais âgés de moins de 50 ans ne sera pas marié. 70 % des femmes qui vivent à Washington vivent déjà sans enfants.

divorcebelt
Image : La géographie des statuts relationnels Américains publié récemment par Flowing Data propose une remarquable cartographie du mariage, du divorce et du célibat.

London-relationship-status
Image : Dans London : The Information Capital, le livre de cartographie sur Londres publié par James Cheshire et Olivier Uberti, on trouve une cartographie des statuts matrimoniaux des habitants de Londres, montrant que le centre de la capitale britannique compte surtout des célibataires, et que les couples mariés ont tendance à s’éloigner du centre ville, tout comme les couples avec enfants parisien s’exilent en banlieue.

913b32dfe
Image : Richard Florida et ses équipes se sont également intéressé à la cartographie du célibat américain rapportait récemment CityLab qui vient de passer à 51,2 % de la population américaine. Les célibataires représentent désormais plus de 50 % de la population américaine et 6 ménages sur 10 dans les métropoles américaines.

L’idéal familial normatif dont tout le monde nous parle (la pression sociale à la vie de couple qu’évoquait un récent article du Monde Magazine, à celle de l’enfantement qu’évoquait le documentaire de Colombe Schneck « Femmes sans enfant, femmes suspectes »…) vole déjà en éclat.

2040 : la fin du mariage

L’aspiration à la famille n’est pas morte, mais les conditions de vie moderne la rende plus difficile, estime Kotkin. Le développement de la vie en appartement fait que beaucoup de couples renoncent à avoir des enfants – même si ce n’est pas la seule raison… Sans un endroit convenable pour les élever, de nombreux couples renoncent tout simplement à en avoir. Pour lui, pour remédier à la crise de la famille, il est plus que nécessaire de nous intéresser au logement. Les insoutenables banlieues pavillonnaires (insoutenables économiquement, écologiquement… socialement) sont en fait bien souvent les derniers refuges de la famille et de la fécondité.

Le sociologue américain Philip N. Cohen (qui tient le blog Family Inequality, @familyunequal, Wikipédia) et qui vient de faire paraître le livre La famille, diversité, inégalité et changement sociaux, va plus loin encore. Selon lui, le mariage décline dans le monde entier. Tant et si bien qu’il annonce, tout à fait sérieusement, sa fin prochaine.

CohenMariageUS

Quand on regarde les courbes des femmes de 25 à 49 ans mariées par Etats américains (en rouge les Etats républicains, en bleu les démocrates) aux Etats-Unis, on constate le même effondrement. Le mariage a vécu.

Depuis les années 50, le mariage s’est effondré, et depuis les années 80 cette tendance s’est encore accélérée. Si nous ne faisons que continuer les courbes de tendance (sans imaginer de rebonds ou de paliers), le mariage devrait disparaître d’ici… 2040.

Ce ne devrait pas être totalement le cas, car le déclin du mariage a considérablement ralenti chez les femmes diplômées de l’enseignement supérieur, mais ce ralentissement risque d’être insuffisant et risque de demeurer marginal par rapport à la tendance de fond, explique le sociologue.

mariageUSCohen02

La panique morale de la fin du mariage !

En 1996, la Hoover Institution, un think tank de Stanford, proche du Parti républicain, a publié les actes d’un symposium qui s’intitulait « Le gouvernement peut-il sauver la famille ? ». Pour remédier au déclin du mariage, les spécialistes réunis suggérèrent d’arrêter l’aide aux mères célibataires, de supprimer le divorce par consentement mutuel, de supprimer les pénalités fiscales aux couples mariés et de « fixer » la culture, c’est-à-dire de faire du lobbying auprès d’Hollywood pour que films et publications continuent à valoriser l’image du couple.

En 2012, 16 ans plus tard, le rapport de l’Etat des Unions (.pdf), fait toujours la même série de recommandations : « Les leaders de notre Nation, le président inclus, doivent engager Hollywood dans une conversation sur les idées de la culture populaire sur le mariage et la formation de la famille, incluant des critiques constructives et des idées positives pour faire changer la description du mariage et de la parentalité par les médias. »

Je laisserais à chacun d’entre vous juger si cette oeuvre morale a été accomplie ou pas. Mais à mon sens, l’échec de cette politique, l’illusion qu’il entretient sur la réalité du mariage et ses difficultés, n’aide certainement pas à en redorer le blason. Il serait certainement plus constructif de mettre de côté le mythe du mariage éternel, du prince ou de la princesse charmant, de l’accomplissement fusionnel qu’il représente pour mieux coller à la réalité… et permettre aux gens de mieux affronter une situation qu’on présente comme idyllique et qui se révèle en fait, à la grande déconvenue de beaucoup, beaucoup plus complexe à gérer qu’autre chose. Nous sommes élevés avec des représentations qui nous présentent le couple d’une manière souvent passionnelle ou fusionnelle, plus que dans sa conjugalité quotidienne, dans sa difficulté à évoluer et à se transformer. L’hégémonie de la représentation du mariage, de la passion amoureuse, la consécration de sa fusion, comme seule figure du couple n’aide finalement pas beaucoup à en comprendre la complexité. Et cette image semble pourtant d’autant plus forte dans notre culture que les réalités vécues par les gens s’en éloignent. Nous n’avons jamais autant célébré un idéal du couple alors qu’il n’existe plus.

Pour soutenir le mariage, il faut soutenir le célibat !

« Aussi peu de réflexion pour un bilan aussi calamiteux – c’est assez pour croire que l’augmentation du mariage n’est pas le principal objectif de ce mouvement », ironise Philip N. Cohen en analysant ces mêmes rapports.

Pour stopper l’hémorragie, estime le sociologue, il faut réduire les inconvénients touchant ceux qui ne sont pas mariés. « Au cours des deux derniers siècles, nous avons largement remplacé les fonctions de la famille telles que la production alimentaire, la santé, l’éducation et les soins aux aînés avec une combinaison d’interventions de l’État et du marché. En conséquence – même si les résultats sont, pour employer un euphémisme, inégaux – notre bien-être collectif a été amélioré plutôt qu’il n’a diminué, même si les familles ont perdu beaucoup de leur emprise sur la vie moderne. »

Si l’on en croit le livre des sociologues Kathryn Edin et Timothy Nelson, auteurs de Faire du mieux que je peux, un livre consacré à l’étude de la paternité, les politiques visant à améliorer la sécurité des personnes pauvres et de leurs enfants ont également tendance à améliorer la stabilité de leurs relations. En d’autres termes, le soutien aux personnes célibataires soutient bien plus le mariage que les dispositifs de soutien au mariage et aux couples.

Se défaire du mariage comme modèle de société

Pour tout observateur lucide, il est évident que nous ne pouvons plus compter sur le mariage – nous ne pouvons plus construire notre système de protection social autour de l’hypothèse que tout le monde est ou devrait se marier.

C’est pourtant ce que signifient des prestations sociales, des avantages fiscaux, ou un droit du travail favorisant les familles en couples sur les autres, alors qu’on devrait peut-être plutôt accompagner ceux qui ont des enfants plus que ceux qui sont mariés. Le mariage est-il, doit-il demeurer un des objectifs de la société ? Pourquoi devrait-il l’être ? Peut-on continuer à le promouvoir, à faire comme s’il était la règle de la société, alors qu’il ne l’est plus et qu’il l’est de moins en moins ? L’élargir aux couples homosexuels n’est-il pas un leurre pour nous faire croire qu’il est toujours le modèle alors qu’il ne l’est plus ?

Car ce n’est plus le cas. Isabel V. Sawhill, chercheuse associée à la Brookings Institution et auteur de Generation Unbound : Drifting Into Sex and Parenthood Without Marriage, dans le New York Times, le souligne très bien. Le mariage disparait. Aux Etats-Unis, 40 % de celles qui deviennent mères ne sont pas mariées. Si elles cohabitent avec leur compagnon au moment de la naissance de l’enfant, la moitié de ces couples se seront séparés avant les 5 ans de l’enfant.

La plupart des jeunes adultes « dérivent dans la parentalité involontairement ». Le mariage, avant l’enfantement, est de plus en plus réservé aux jeunes les plus éduqués de la société, alors que deux tiers des familles qui ont un enfant ne l’ont pas planifié. Face à ce constat, il est temps de produire une nouvelle éthique de la responsabilité parentale, estime Isabel Sawhill. « Si nous pouvions revenir en arrière, à l’époque du mariage des années 70, avant la forte hausse des divorces et le développement des familles monoparentales, le taux de pauvreté des enfants serait de 20 % inférieur à ce qu’il est maintenant ». Jusqu’aux années 70, le développement économique a transformé les normes sociales et a ancré de nouvelles valeurs dans notre culture. Les familles monoparentales sont devenues plus communes et socialement plus acceptables qu’elles ne l’étaient par le passé. Les chercheurs qui étudient ces familles ont montré que les femmes de ces communautés ne pensent plus qu’il est réaliste de compter sur les hommes dans leur vie. Elles ont vu ou vécu trop de divorce, d’infidélité, voire de violences pour savoir qu’elles ne doivent pas compter sur un partenaire.

Faciliter la contraception pour favoriser le mariage ?

Aux Etats-Unis, les libéraux soutiennent qu’il faut accepter cette nouvelle réalité et soutenir les parents isolés par des services de garde, de soin, d’aide alimentaire et au logement adapté. Malgré ces efforts, les enfants qui vivent dans des familles monoparentales connaissent un taux de pauvreté quatre fois plus important que les autres. Pour Isabel Sawhill, cette éthique est incompatible avec une politique publique qui valorise l’autonomie. Pour les conservateurs, la restauration du mariage est le meilleur moyen pour réduire la pauvreté et les inégalités. Mais comment faire ? Ni les incitations fiscales, ni les incitations morales, ni les prestations n’ont jusqu’à présent eu d’effets.

Pour Isabel Sawhill l’une des solutions est de faciliter l’accès à la contraception des femmes, en les rendant plus diverses, plus facilement accessibles et de plus longue durée. Plus que la pilule, nous devrions favoriser des contraceptifs réversibles de longue durée d’action… (voir à ce sujet le remarquable article de Marc Zaffran aka l’écrivain Martin Winckler@MartinWinckler – qui signe une charge terrible à l’encontre des pratiques de bien des gynécologues-obstétriciens en réponse aux édifiantes protestations féminines qui s’agrégèrent depuis quelques semaines sous le hastag #PayeTonUterus).

C’est le meilleur moyen de voir diminuer les grossesses non désirées, estime Isabell Sawhill. Retarder l’âge de la naissance des premiers enfants est un moyen pour faire que les femmes soient mieux préparées à l’élever. « Parce que la conversation porte trop lourdement sur le mariage, nous avons perdu de vue que c’est la qualité de la parentalité qui compte vraiment, pas seulement la structure de la famille. » Et la sociologue d’inviter à élargir l’accès aux formes les plus efficaces de contrôle de naissances. « Si nous pouvions mettre à la disposition des femmes des formes plus efficaces de contrôle des naissances, nous n’aurions pas seulement des enfants plus sains et une chute de la pauvreté des enfants, nous pourrions aussi limiter l’étendue de l’aide gouvernementale d’assistance dans ces processus. »

Pour Isabel Sawhill nous avons également besoin d’une nouvelle éthique de la responsabilité parentale. Pour la sociologue, cela passe par des systèmes de gardes d’enfants de meilleure qualité, par un salaire minimum plus élevé, ainsi que par un accompagnement plus adapté pour ceux qui ont du mal à s’occuper de leur famille. Pour elle nous devons remplacer l’ancienne norme sociale « ne pas avoir d’enfant en-dehors du mariage » par une nouvelle norme « ne pas avoir d’enfant tant que vous n’êtes pas prêts à être parents ». « Les démocraties qui fonctionnent bien sont fondées sur l’hypothèse que le gouvernement a l’obligation de promouvoir le bien-être général. Mais les citoyens aussi. Plus ont soutien ceux qui sont à la dérive, moins la dérive devient commune. »

Dépasser l’idéal du mariage

Depuis la fin du 19e siècle, nos sociétés occidentales sont bâties sur la représentation du couple et de la famille monoparentale autour de laquelle nous avons construit des normes sociales, des règles économiques et fiscales pour favoriser cette forme d’existence sur toutes les autres. Force est de constater que ce modèle n’a pas marché. Qu’aujourd’hui, ce modèle détruit plus qu’il ne porte. Nos bonheurs, passent-ils par cette morale, cette norme, cette survivance, cette illusion que la société impose à tous, alors qu’elle n’existe plus ?

Il est tant de mettre à mal cet idéal. De montrer que nos vies se résolvent de moins en moins dans cette projection et que d’autres manières de vivre sont possibles. Que le couple est une fiction sur laquelle on a batit une société.

De partout, les structures sociales craquent. La morale, les juges, les services sociaux, la politique, la culture de masse… tentent de perpétuer cette illusion, sans parvenir à contenir la réalité. Nous ne pouvons pas bâtir notre société sur un mensonge, sur des institutions (banque, assurances, marché du travail, logement, imposition…) qui ne souhaitent pas ouvrir les yeux sur la réalité de la vie des gens en favorisant un modèle de société qui n’existe plus nulle part.

La société ne devrait pas être une barrière morale, mais au contraire, un espace qui vient au secours à ceux dont la vie change, se transforme. Au lieu de ça, elle s’ingénie à les punir, comme l’exprimait parfaitement l’écrivain Virginie Despentes dans sa puissante réponse aux opposants au mariage pour tous. La société s’ingénie à projeter une illusion dans laquelle elle-même implose.

La fin du mariage annonce une nouvelle société, de nouvelles formes et normes de vies… pour l’instant, elles s’inscrivent beaucoup dans la solitude et le célibat… mais aussi, d’une manière plus timide dans le développement de nouvelles formes communautaires, de vies en cohabitation, en colocation, en communauté, en nouvelles utopies d’habitats groupés… pour autant que la société favorise et valorise ces nouvelles formes de vies en commun. Un défi certainement plus essentiel que celui, moraliste, de sauver le mariage.

Hubert Guillaud

À lire aussi sur internetactu.net

17 commentaires

  1. Article très intéressant. Mais je ne comprends pas les raccourcis du genre « Force est de constater que ce modèle n’a pas marché. » Ca fait plus de 2 millénaires que ce modèle fonctionne. Pourquoi pas changer, mais pour aller vers quoi de mieux ?
    On peut aussi se poser les questions suivantes :
    Aujourd’hui, ça prend 1 an pour se marier :
    – réserver la salle, le traiteur et le dj 1 an à l’avance
    – faire la déco, les invites, les plans de tables pendant 1 an
    – 10 minutes à la mairie le jour J
    – puis faire la fête pendant 24h
    Où est-ce qu’on apprend ce que c’est le mariage ? Combien de personnes ont conscience de leur engagement (ex : article 212 du code civil : « Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance. ») ? Que fait-on pour entretenir notre engagement une fois marié ?

  2. Cet article va faire du bruit s’il est posté sur le blog intenetactu du Monde.fr

    Je ne comprends pas bien la citation de Monbiot au début de l’article. Une structure de « famillle-maison » peut avoir des traditions sans être nucléaire. De plus je doute que la majorité des conservateurs soit conservatrice au point de revendiquer la conservation de l’ensemble des valeurs près-victoriennes (sauf les paléo-conservateurs chasseur-cueilleurs et quelques royalistes bien sûr :p).

    Très classe le tweet.

  3. @Denis : « Ca fait plus de 2 millénaires que ce modèle fonctionne. » Et bien, relisez ce que nous dit George Monbiot… et bien des historiens de la famille, le modèle de la famille (homme/femme et leurs enfants) est un modèle bien plus récent qu’on ne le croit.

  4. @ M. Guillaud : Je souhaite préciser ma pensée. Certes, le mariage a sans doute beaucoup évolué depuis sa première institutionnalisation (je laisse les spécialistes étudier la question). Cependant, je ne comprends pas cette mode de vouloir toujours tout réinventer, alors que des générations et des générations d’hommes et de femmes ont trouvé leur équilibre dans ce modèle là.
    Je suis personnellement convaincu que l’augmentation des échecs du mariage est due à une mauvaise connaissance des engagements qu’il induit, et non à son incompatibilité avec la société d’aujourd’hui. Pourquoi ne cherche-t-on pas à redécouvrir ses bienfaits, à trouver des solutions pour éviter ses écueils ?

  5. Beaucoup de choses ici ….

    Il me semble que le mariage apparaît avant les victoriens (dans l’histoire avec les mariages des rois, ou en peinture ou en littérature dans les récits arthuriens).
    Je suis d’accord avec le côté économique du mariage mais surtout sur un point fondamental : l’héritage, la transmission.
    Et là dessus, il y a une sacrée différence entre les enfants « légitimes » et les enfants naturels (« bâtard » est quand même connoté négativement). Et, de même, toute la domesticité n’est pas sur le même plan en termes d’héritage que les enfants, quand bien même elle habite sous le même toit.

    De même, le mariage me semble être plus large que les victoriens : il est (et était) pratiqué aussi dans d’autres grandes civilisations (Chine, Inde, Japon) ni victorienne, ni même judéo-chrétienne.

    Je trouve que M Monbiot est un exemple du relativisme ambiant (très présent « au Monde », notamment, d’ailleurs ;-P) en opposant les « quelques dernières dizaines d’année » aux siècles précédents.

    Par ailleurs, la famille dont on nous annonce partout la fin est aussi, je crois, pointée comme le dernier refuge pour bien des gens.

    Enfin, à un niveau plus personnel et subjectif : j’ai constaté que le mariage n’est PAS tant en désuétude que cela : les félicitations, les cadeaux, la joie d’y assister me semblent montrer qu’il a de la valeur aux yeux de gens.

    Enfin, puisque vous parlez du mariage pour tous : la pugnacité gouvernementale (absente sur bien d’autres sujets), malgré l’opposition très forte ne montre-t-elle pas l’importance du mariage aux yeux de beaucoup (dont les militants pour-mariage pour tous) ?

    Bigben

  6. J’ajoute un ou deux trucs au com précédent : pour avoir une autre preuve de l’ancienneté du mariage, il suffit de demander à l’oncle de la famille qui s’occupe de la généalogie : ils vous montrera jusqu’à quand ça remonte …

    D’abord, sur le terme « conservateurs » : je pense qu’il faut se méfier des étiquettes : sont conservateurs ceux qui ne veulent pas qu’on touche à l’institution du mariage. Est-ce que ceux qui refusent qu’on touche à d’autres institutions (« service public », éducation nationale, sécurité sociale) sont conservateurs ?

    Je regrette ensuite qu’on trouve même sur ce super blog cette bien-pensance actuelle, pourtant déjà bien relayée par les médias mainstream : « l’écologie, c’est bien », « les OGM, c’est mal », les délocalisations, la sous-traitance, c’est mal (mais pas en informatique : là, personne n’en parle, mais c’est un autre sujet), la gauche est progressiste et la droite conservatrice, etc ..
    (Attention, je ne dis pas que je ne suis pas d’accord mais que c’est trop rabâché).
    Ce qui est triste, c’est que cette lecture du monde commence à date (1968, j’ai l’impression (j’avoue, je l’ai lu chez Authueil). Il s’est quand même passé bien des choses depuis (par exemple, la chute du mur, internet) qui ont plus changé le monde que cette révolte des enfants gâtés).

    Pour revenir au mariage, je constate quand même que les gens mariés sont plus heureux que ceux qui divorcent (je ne pense pas que ce soit juste une histoire de pression sociale). Du coup, je trouve dommage que vous les medias passiez autant de temps à montrer des couples qui vont mal (hommes politiques, show-biz) plutôt que de promouvoir ce qui rend un mariage durable (dialogue, échanges, partage).

    a+
    Bigben

  7. @Bigben : je partage vos inquiétudes sur la bien-pensance des médias en ce moment. En fait c’est sûrement pas nouveau mais maintenant les journalistes s’appuient de plus en plus sur des études scientifiques/sociologiques afin de s’adapter au relativisme et au nihilisme ambiants. Le problème est que ça éclipse les raisons idéologistes pour lesquelles on pourrait avoir une position progressiste (ce qui est mon cas).

    Exemples (liste non exhaustive):
    – la théorie des jeux montre que la coopération et l’altruisme sont plus efficaces que la compétition pure
    – on apprend mieux avec des récompenses qu’avec des punitions
    – il n’y a pas de races au sens scientifique
    – le cerveau des hommes et des femmes sont identiques
    – il n’y a pas de fatalité génétique car presque tout est construction sociale
    – les régimes végétariens sont bons pour la santé
    – les énergies renouvelables devraient créer plus d’emplois que le nucléaire
    – les inégalités sont mauvaises pour l’économie globale (idem pour le niveau éducatif global)
    – l’immigration est bonne pour l’économie
    – les animaux ont une conscience

    Maintenant on peut rajouter :
    – la contraception favorise la bonne santé du couple

    Cool. Manifestement la science va systématiquement dans le sens de l’histoire, moi qui croyais qu’elle était neutre. Le risque étant que puisque la science produit des thèses réfutables, on construit nos argumentations sur des châteaux de cartes qui peuvent s’écrouler à tout moment.
    Personnellement je n’ai pas besoin d’études scientifiques pour me prononcer en faveur de la contraception, pour l’accueil des réfugiés politiques ou contre les discriminations raciales.

    Au passage, deux études qui ont peu de chance de faire la une de nos journaux :
    http://www.upenn.edu/pennnews/news/penn-team-s-game-theory-analysis-shows-how-evolution-favors-cooperation-s-collapse
    http://psycnet.apa.org/?&fa=main.doiLanding&doi=10.1037/1076-8971.11.2.235

  8. @Bibben : merci pour vos commentaires. Monbiot évoquait surtout le mythe de la famille nucléaire… comme étant assez récent, pas le mariage, comme vous l’avez précisé. La confusion que vous faites me fait dire que je n’ai peut-être pas été assez claire moi-même sur la distinction entre l’un et l’autre. C’est le mariage qui recule, pas la famille, ni le couple, qui eux existent, se décomposent et se recomposent bien au-delà des barrières légales et morales.

  9. Un article du New York Times publié hier tente d’expliquer le récent recul du divorce aux Etats-Unis. Si le taux de divorce est moins fort que dans les années 70 et 80, c’est aussi parce que le taux de mariage est plus faible, que les gens se marient plus tard et que le mariage devient l’apanage des plus diplômés au détriments des autres populations qui ne se marient plus. CQFD : le taux de divorce devrait continuer à diminuer dans les années à venir… mais le taux de mariage, lui, peut continuer à s’effondrer.

  10. On pourrait aussi en discuter autour d’un jeu comme par exemple la nouvelle extension « Drones et clones » de Democracy3.

  11. Je reste sur ma faim à la fin de cet article. Dommage…

    -avec les dernières lois économiques (réductions des « niches » familiales; plafond créés ou abaissés), les familles biparentales sont de plus en plus défavorisés fiscalement par rapport aux parents seuls ou concubains. Le seul réel avantage restant est la protection du conjoint lors du décès. La famille attire pour une autre raison! (cf dernier point)

    -lier complètement bien-être et confort économique fait fi de la solitude et de la détresse qui touche de plus en plus de personnes.

    -même s’il y avait un réel avantage économique à se marier, tout le monde ne devrait pas pour autant se marier. Il y a des aides pour créer des startups high tech; cela signifie-t-il qu’il faut qu’on crée tous des startups high tech? Il s’agit de soutenir des services (parfois futurs) rendus.

    -la société a favorisé en occident la famille biparentale. Ce modèle éclate, oui. Ce modèle « détruit ». C’est lapidaire. Des faits? Ce modèle détruit? ou l’absence de cet ancien modèle détruit?
    Plus personne ne supporte personne. La société se délite. On ne vit en couple qu’à mi-temps. On débat entre-soi. Est-ce le progrès à poursuivre? La famille est le premier lieu d’apprentissage de la vie en société.
    La famille biparentale stable, favorisant la stabilité des 2 conjoints et des enfants est-elle encore possible? Comment? Sinon, que va-t-il arriver?
    On voit déjà les coûts financiers et humains des familles monoparentales, des placements en institutions, des arrivées en prisons.

    -Au-delà des modèles de société, il y a nos désirs profonds. Ceux qui sont ou vivent avec des famille décomposées ou recomposées voient bien que le rêve inital de bonheur en famille biparentale est reporté de projet conjugal en projet conjugal.
    Projet déplacé mais pas modifié!

  12. Dans Libé, intéressant article sur la diminution globale de l’homogamie en France (c’est-à-dire le mariage avec une personne de même classe sociale que soi)… sauf chez les diplômés des grandes écoles : « A l’instar des inégalités économiques, il semble que les tendances séparatistes soient le fait des élites, plutôt que de l’ensemble de la société française. »

  13. Bonjour,

    Pourquoi mon second commentaire est-il toujours en attente de modération depuis 24h ? Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *