Demain, des lieux qui se transforment

Via cet article d’OpenMind, je découvre le projet lieux de vie et de travail du groupe de travail Changing Places dirigé par Kent Larson du MIT. Les projets City Home (vidéo) et City Office (vidéo) proposent d’améliorer la fonctionnalité de nos lieux de vie et de travail, grâce à des murs et mobiliers robotisés permettant de moduler l’espace selon les besoins de ceux qui le partagent.

Dans l’appartement du futur, quelques gestes suffisent à ce que l’espace s’adapte aux besoins : l’appartement se réarrange selon les besoins pour dormir, travailler, cuisiner ou faire du sport. Si l’internet des objets est pour l’instant limité aux lumières et au thermostat, demain, il s’étendra aux lits, aux murs, aux tables. Les éléments de la pièce s’adapteront à la lumière, à la température et à l’activité humaine.

Dans le bureau robotisé de demain, l’openspace s’adapte aux gens présents. Des cloisons apparaissent et disparaissent. Les bureaux s’adaptent aux usages. Les éléments (imprimante, café, chargeurs…) viennent aux travailleurs et les bureaux de réunion s’assemblent seuls avant qu’elle ne commence. Votre table de travail se lève quand le système estime que vous devez vous mettre debout et vous conduit à votre tapis de marche…

À lire aussi sur internetactu.net

2 commentaires

  1. C’est surtout dû au fait que l’explosion des loyers , du prix des appartements explose .
    A google city avec un smig vous vous retrouvez à la rue à mendier , à hong kong aussi .
    Ce n’est pas du futur dans le sens où celà est innovant .C’est juste obligatoire .
    Pas besoin d’utiliser de l’électrécité pour faire ce que nous montre la vidéo à part faire exploser la facture .De la bonne mécanique suffit et limite les risque d’incendie par la même occasion .
    Une autre vidéo du même style :
    https://www.youtube.com/watch?v=DQM7a5Yjp9g

    J’ai une question par contre , quelle est la durée de vie d’une centrale nucléaire en électronisant tout ?
    ( Logique que le prix au KWH augmente puisqu’il faut compter par conséquence l’usure accélérée, l’entretien des centrales )

  2. Plutot de courir dans une folle marche en avant vers nulle part, à coup d’énergie par milliards, de dommages pour les plus nombreux qui ne peuvent pas suivre…
    Une simple innovation sociale évite tous ces besoins : que la spéculation ne soit plus l’outil qui oriente les choix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *