Vidéosurveillance : où avons-nous failli ?

La lecture du livre du sociologue Laurent Mucchielli (@lmucchielli), Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance, m’a profondément déprimé. Elle m’a profondément déprimé parce qu’elle montre que ceux qui n’ont cessé de dénoncer l’inutilité de la vidéosurveillance n’ont absolument pas été entendus. Ils ont été laminés par le bulldozer d’une désinformation sans précédent… alors même que les constats initiaux sur l’inefficacité de la vidéosurveillance (voir notamment les articles de Jean-Marc Manach de 2009 et 2010 ou encore le dossier que consacrait déjà en 2010 Laurent Mucchielli sur son blog) n’ont cessé d’être confortés par les rares évaluations qui ont eu lieu. Après des années de développement, la vidéosurveillance, rapportée à son coût, ne sert toujours à rien et pourtant, elle s’est imposée partout. Elle est devenue si banale désormais, qu’on s’étonne plutôt quand une collectivité locale n’en est pas équipée. Pourtant, ces années d’équipements, ces ces centaines de millions d’euros dépensés, n’ont pas changé le constat initial, celui pointé depuis très longtemps par les chercheurs : à savoir que la vidéosurveillance sur la voie publique ne produit rien. Le retour sur investissement de cette technologie est scandaleux. Le taux « d’utilité » aux enquêtes comme le taux de « participation » à l’élucidation de voies de fait est quasiment inexistant. Elle ne parvient même pas à combattre le sentiment d’insécurité que les caméras promettaient de résoudre comme par magie.

La vidéosurveillance : un programme politico-industriel massif

Dans son livre, Mucchielli rappelle que la vidéosurveillance municipale consiste à surveiller la voie publique, la rue, pour gérer un risque protéiforme et difficilement prévisible appelé selon les moments délinquance, insécurité, terrorisme voire incivilités…

Depuis l’origine (la « télésurveillance » naît après la 2de guerre mondiale, mais prend son premier essor dans les années 70 avec l’enregistrement par cassettes analogiques et les premiers programmes de vidéosurveillance publique, notamment à Time Square à New York dès 1973), la vidéosurveillance pose la question de son efficacité en regard des questions de libertés publiques et d’autres choix politiques sécuritaires possibles, mais son efficacité même est pourtant rarement interrogée. En fait, sa raison d’être n’est pas là. Son déploiement est tout entier lié à la montée de l’idéologie sécuritaire. Ses phases de progression sont d’ailleurs liées à la fois à l’essor des politiques conservatrices et au développement de crises sécuritaires, notamment les attentats de 2001 aux États-Unis ou de 2015 en France. Les dispositifs mis en place n’auront pourtant pas réellement d’impacts ni pour prévenir, ni pour dissuader, ni pour résoudre les actes de terrorisme.

En France, le sociologue décèle trois étapes dans son déploiement. Un premier temps à la fin des années 90, à l’initiative de communes plutôt conservatrices qui s’accélère et s’élargit avec les élections municipales de 2001 qui font de la sécurité un enjeu local majeur. La seconde phase correspond à une accélération du déploiement à un niveau national liée à l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007, qui instaure une politique de financement et d’équipement massive. Les enjeux avancés alors visent à protéger les bâtiments et lieux publics, réguler le trafic et les infractions, prévenir les atteintes à la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le terrorisme et diminuer le sentiment d’insécurité. Une nouvelle phase, plus invisible, se déploie depuis les attentats de 2015, sous couvert d’État d’urgence et de terrorisme, dans les petites communes et les villages, où le risque est très faible et où l’efficacité encore plus problématique. Tant et si bien que les villes les plus vidéosurveillées de France aujourd’hui, c’est-à-dire celles où le ratio caméra par habitant est le plus fort, sont avant tout de petites villes et des villages. Le traumatisme des attentats a fait de la vidéosurveillance la première des technologies de sécurité.

Mucchielli estime qu’aujourd’hui il y aurait environ 1,5 million de caméras filmant des lieux publics et des voies publiques, dont environ 150 000 à l’initiative des communes (soit le triple des estimations officielles). Seulement 5 des 60 plus grandes villes françaises ne sont pas équipées. Début 2018, 88 % des villes de 15 000 à 150 000 habitants sont pourvues d’équipement ou de programmes. La moyenne serait de près de 52 caméras par ville en 2016, un chiffre qui a doublé depuis 2010. 80 à 90 % des communes en zones urbaines sont vidéosurveillées et l’extension se poursuit depuis 2015 en direction des petites villes et des territoires périurbains et ruraux. La vidéosurveillance s’est imposée partout !

Pourquoi la vidéosurveillance a-t-elle si bien marché ?

Les critiques à l’encontre de la vidéosurveillance ont plus interrogé le coût des dispositifs que leur efficacité ou que leurs effets discriminatoires (à l’encontre des jeunes et des « minorités visibles » notamment, ou leur développement dans des quartiers qui ne sont pas toujours les plus criminogènes…). Ses partisans par contre ont promu le caractère irréfutable de la preuve de l’image, notamment via le « vidéo-flag », le flagrant délit capturé par la vidéo qui permettrait de confondre sans erreur possible les délinquants par l’image, mais qui n’existe quasiment pas dans les faits (même si les rares exemples sont très relayés par les médias). « A contrario, ne sont jamais mentionnées les procédures dans lesquelles la présence de caméras n’a pas aidé les enquêteurs de police ni celles dans lesquelles l’existence d’images enregistrées a permis d’innocenter les personnes suspectées par les forces de l’ordre ».

La principale raison du succès de la vidéosurveillance n’est pas à chercher du côté de son efficacité, mais tient purement d’un couplage entre une injonction politique et des incitations financières. Depuis 2007 notamment, l’État et les collectivités locales ont développé des modalités de financement public pour aider les communes à s’équiper. 150 millions d’euros ont été investis par l’État entre 2007 et 2013 (213 millions entre 2007 et 2017 selon le ministère de l’Intérieur) auquel il faut ajouter presque autant de la part des aides provenant des collectivités ainsi que les dépenses des communes elles-mêmes. Si le financement public s’est un peu réduit à partir de 2012 (mais sans être remis en question), le coût pour les communes a été considérablement réduit par ces aides, rendant le coût de l’équipement « acceptable ». Enfin, il faut compter sur les efforts marketing et le lobbying des industriels du secteur (Thales, Safran, mais également Eiffage, Cofely, SPIE… et Anaveo, leader français des systèmes de « surveillance intelligente »…), des associations (notamment l’Association nationale des villes vidéosurveillées, née en 2004, devenue Association nationale de vidéoprotection en 2011) et des lobbies comme le Conseil des industries de la confiance et de la sécurité (CICS, né fin 2013, qui se présente comme l’interlocuteur industriel de l’État dans un domaine qui revendique 125 000 emplois et 21 milliards d’euros de CA en 2017). Le marché mondial de la vidéosurveillance a doublé de volume dans les années 90. Et cette tendance s’est amplifiée avec un taux de croissance à deux chiffres depuis les années 2000. Aux marchés initiaux, qui se développent jusque dans les pays en développement, il faut ajouter l’entretien et le renouvellement du parc (la durée de vie d’une caméra est de 5 à 8 ans) ainsi bien sûr que la surveillance humaine des écrans et des enregistrements, c’est-à-dire le coût de fonctionnement (opérateurs et lieux dédiés). Politisation, médiatisation et commercialisation expliquent largement le succès.

Un autre facteur, et non des moindres, explique encore le succès sans précédent de la vidéosurveillance : son relai jusqu’aux politiques locales ! Si on constate des clivages politiques entre droite et gauche dans son déploiement initial (la droite a adhéré plus rapidement à ces dispositifs et engagé plus lourdement les budgets), depuis, les élus de gauche se sont alignés sur le modèle. Mucchielli montre que la vidéosurveillance s’impose par contagion et sous la pression citoyenne qui voit dans les promesses de la vidéosurveillance une solution pour réduire le sentiment d’insécurité réel comme ressenti. Mucchielli pointe la crédulité des édiles qui suivent la pression politique, médiatique, marketing. Mais également la pression des assurances qui l’exigent de plus en plus souvent, de la police locale qui y voit un moyen d’accroître sa légitimité… Une pression de conformité s’exerce sur les élus qui subissent également des demandes précises de leurs administrés (commerçants, populations politisées ou âgées). La vidéosurveillance est utilisée comme une réponse pour calmer colère et inquiétude. Elle permet de mener une action concrète et visible. « Le calcul politique n’est rentable qu’à court terme, d’une part parce que la demande de caméras risque d’être sans fin, d’autre part parce qu’il ne semble pas que le sentiment d’insécurité soit réellement impacté par l’installation de la vidéosurveillance », rappelle le chercheur. Les maires ont effectivement une responsabilité de sécurité et de prévention alors que dans la réalité leur rôle en la matière est assez limité. La vidéosurveillance leur permet d’exister, de s’affirmer dans ce domaine. Beaucoup concèdent qu’ils sont cernés par les pressions qu’elles viennent d’élus, des politiques des communes avoisinantes, des demandes de certaines catégories de citoyens. Face à la pression globale de conformité, bien peu parviennent à résister. « La vidéosurveillance est un symbole visant à donner l’impression d’une action sur le thème de la sécurité ».

La vidéosurveillance ne sert à rien !

Reste que le coeur de la démonstration du sociologue repose sur l’inefficacité de la vidéosurveillance. La vidéosurveillance ne protège personne. Elle n’arrête ni les délinquants, ni les terroristes, ni les incivilités. Pire, elle n’a que peu d’effet sur la résolution des enquêtes. Le rapport coût/efficacité est si dérisoire, qu’il explique de lui-même pourquoi l’évaluation de ces équipements a été si inexistante.

Aujourd’hui, on a l’impression que les citoyens sont devenus les premiers demandeurs de vidéosurveillance. Pourtant, rappelle Laurent Mucchielli, ce n’est pas si exact. D’abord, quand on livre des informations concrètes sur les coûts et l’efficacité, on constate qu’ils en comprennent très bien les limites, à l’exemple d’une commune du Lot-et-Garonne de 7000 habitants qui fin 2011 avait réalisé un référendum consultatif sur l’utilité de la vidéosurveillance (au plus fort de son engouement) et qui l’a clairement rejeté (à 59 %). De même, quand on interroge d’une manière plus ouverte la population, la vidéosurveillance n’est pas la réponse préférée de la population en matière de sécurité. Souvent, ils valorisent d’autres politiques : la lutte contre l’échec scolaire, la prévention et l’aide aux familles en difficulté ou le recrutement des policiers viennent devant l’installation de caméras.

Les rares études d’évaluation montrent pourtant que l’utilité de la vidéosurveillance est faible, pour ne pas dire dérisoire. Elles soulignent également qu’il n’y a pas de corrélation systématique entre la densité de caméras sur un espace et leurs supposés effets préventifs. Quant à la thèse du déplacement de la délinquance, là encore, les études estiment qu’elle est difficile à évaluer. Les rapports des Cours des comptes régionales sur ces questions, par exemple à Saint-Étienne en 2010, montrent combien l’efficacité est dérisoire. Pour un coût de 1,3 million d’euros annuels, le taux de faits « repérés ou élucidés » culmine à 2 % sur l’année. À Lyon, à la même époque, un autre rapport montrait que pour un coût de 2,7 à 3 millions par an, c’est seulement 0,7 à 1,6 % des faits délictueux sur la voie publique qui ont recours aux images de vidéosurveillance. Nice (ville emblématique puisque grande ville la mieux équipée avec une caméra pour 600 habitants), le taux de participation à l’élucidation serait de 1,2 %, pour un coût en constante augmentation qui devrait dépasser les 17 millions d’euros annuels en 2018 !

Dans la seconde partie de son ouvrage, le sociologue enfonce le clou en rendant compte d’études sur l’efficacité de ces dispositifs sur des communes très différentes en taille et ampleur d’équipement. Les trois enquêtes vont dans le même sens. « La contribution de la vidéosurveillance aux enquêtes est bien trop réduite » pour avoir un impact sur la délinquance. Même les responsables de la police municipale semblent sans illusion : beaucoup d’agents conviennent finalement que les caméras ne servent pas à grand-chose. Dans la plus petite commune étudiée, les problèmes relèvent plus d’incivilités (nuisances sonores, dégradations légères de véhicules, tags, agressivité verbale, conduite automobile, problème de salubrité, encombrements sur la voie publique…) que de délinquance. Tant et si bien que la vidéosurveillance semble surtout instrumentée pour transformer les incivilités en délits. Le sentiment d’insécurité n’est pas tant lié à une délinquance qui dans les chiffres est plutôt basse, qu’à d’autres problématiques : fragilités individuelles, isolement, individualisme, intolérance à la vie sociale… La vidéosurveillance semble une politique sécuritaire qui se développe à la place d’une offre de sociabilité et de cohésion sociale, de loisirs et de vivre ensemble, d’une politique de prévention ou d’accompagnement des populations en difficulté qui seraient peut-être plus utiles pour développer un sentiment de sécurité et une meilleure sociabilité. Mais les budgets pour la prévention de la délinquance sont partis dans la vidéosurveillance et celle-ci n’a eu aucune action sur le vivre ensemble, au contraire : elle semble plutôt en aiguiser l’intolérance. L’activité fondamentale des opérateurs de vidéosurveillance relève plus de la gestion urbaine de proximité que de la lutte contre la délinquance, souligne le chercheur. Les images ne visent pas tant à visualiser une infraction ou un délit sur le fait, qu’à prouver une présence de véhicule sur les lieux, qu’à pointer une incivilité… Même constat sur la plus grande ville (Marseille, même si elle n’est pas nommée explicitement) qu’étudie le sociologue. Là encore, on compte environ une demande d’image par caméra en moyenne sur l’année. En fait, elles sont déjà surtout utilisées pour la vidéoverbalisation plus que pour lutter contre la délinquance. La taux d’élucidation grâce aux images est très faible. Et l’utilité des images aux enquêtes (une notion déclarative assez floue) est également très moyenne. Mucchielli estime le taux d’élucidation par vidéosurveillance à, « au mieux », 3,5 % des réquisitions d’images !

Au final, Laurent Mucchielli pose clairement la question qui fâche : celle de l’intérêt de ces investissements au regard de leur coût financier et en comparaison avec d’autres investissements possibles pour développer la sécurité. Certes, pour la police, cette élucidation même minimale est toujours bonne à prendre. Reste qu’en terme d’efficacité, la vidéosurveillance semble surtout un exemple édifiant de gabegie. Elle n’est ni déterminante ni décisive. Elle est « utile » dans 1 à 2 % du total des enquêtes en moyenne, « décisive » pour 0,5 % des enquêtes pour infractions sur la voie publique ! Elle n’a pas d’impact sur le niveau global de délinquance sur la voie publique. « La vidéosurveillance n’est pas un outil majeur de lutte contre la délinquance », conclut-il dans son livre.

La vidéosurveillance : paradigme du techno-solutionnisme

En lisant le livre de Mucchielli, je me faisais la réflexion que la vidéosurveillance est certainement l’emblème du technosolutionnisme, proposant une réponse technologique à un problème de société. Et que, comme le dénoncent tous ceux qui pointent les limites des solutions purement technologiques, elle ne marche ABSOLUMENT PAS.

Mais les dénonciations de leur inefficacité n’ont servi à rien. L’opposition aux caméras de surveillance sur la voie publique est restée marginale : elle est demeurée l’oeuvre de groupuscules, certes actifs, mais sans moyens et sans relais. Le discours dominant, lui, a fait son oeuvre, s’est imposé dans toute sa simplicité. Le marketing et la technostructure proposant une solution technique à un problème social ont tout balayé. Même les collectifs plus structurés de consommateurs ou de citoyens contribuables, toujours à la chasse des dépenses publiques inconsidérées n’ont pas été très actifs sur le sujet, certainement mal à l’aise avec la question de la sécurité. La vidéosurveillance s’est développée sans faillir. Les contre-discours, même ceux construits de faits et de chiffres, qui démontraient le non-effet de la vidéosurveillance n’ont pas été entendus. La solution technique s’est imposée par-devers toute réalité, démultipliant les promesses à mesure qu’elle n’en tenait aucune. À croire que la promesse de la vidéosurveillance était une fake news avant les fake news : une dépense sacrificielle sur l’autel de l’irrationalité sécuritaire.

Le développement des caméras de surveillance sur la voie publique – que je me permets de qualifier à l’aune de ses résultats de surréaliste – montre combien la technique s’impose à nous toujours comme une solution et pointe le fait qu’il y a quelque chose que nous n’arrivons pas à prendre en compte dans la réalité technicienne. Comme me le confiait Laurent Mucchielli : « outre les enjeux industriels et politiques, il faut prendre en compte l’imaginaire des technologies dans nos sociétés modernes. Aujourd’hui, ce qui reste de croyance dans le progrès se situe tout entier dans la technologie. La technologie, c’est forcément bien en soi. » Nous demeurons enfermés dans une forme de crédulité vis-à-vis de la technologie que l’on pense par principe plus efficace que l’humain. « Mais d’où vient cette croyance que la caméra serait plus efficace que le policier sur le terrain ? », interroge le chercheur sans obtenir de réponse.

L’autre grande question qui naît à la lecture de ce livre est de comprendre pourquoi, à l’heure où la moindre dépense est sommée de démontrer son efficacité, la vidéosurveillance échappe à cette loi d’airain. Ici, souligne le sociologue, il faut rappeler que les questions de sécurité échappent souvent plus que les autres aux démarches évaluatives. La politisation des questions de sécurité en fait un enjeu sensible. Les questions de surveillance, de sécurité, leurs implications dans des enjeux de démagogie politique et régalienne, liés aux questions militaro-industrielles, expliquent pourquoi elles sont dispensées d’évaluation. Il souligne combien son essor ne se soumet pas à la raison ni aux réalités, mais se développe pour et par lui-même. Appuyée par un discours politique et marketing, simple, voire simpliste, la vidéosurveillance s’est imposée à la société, sans évaluation ni réelle concertation. À l’heure où pourtant toutes les actions publiques sont mesurées à l’aune de leur productivité, comment expliquer que la vidéosurveillance échappe à cette loi d’airain quand celle-ci s’abat jusqu’à ceux qui sont chargés de faire manger et de laver nos anciens dans les maisons de retraite ?

Vidéoverbalisation et vidéosurveillance intelligente : nouvelles promesses de productivité des caméras

Reste qu’on peut espérer que la question puisse demain se poser avec plus d’éléments d’évaluation à disposition et, en cela, le travail de Laurent Mucchielli est essentiel. Mais ce n’est pas si certain, tant les audits indépendants se révèlent rares… Tant finalement l’évitement de la question de l’évaluation des politiques de vidéosurveillance demeure tabou. Comme souvent, la nouvelle génération d’outils de vidéosurveillance se développe sur de nouvelles promesses, alors même que les promesses précédentes n’ont rien produit. Avec la vidéoverbalisation, la vidéosurveillance promet enfin la rentabilité. Avec la reconnaissance faciale et l’analyse automatique des images, elle promet une plus grande efficacité. Pourtant, il est probable que ces nouvelles promesses de productivité des caméras ne soient pas plus magiques que les précédentes.

Comme nous le confie le sociologue, « la mise à jour des promesses est un grand classique de la propagande des technologies ». Avec la vidéoverbalisation, il concède pourtant que les caméras pourraient se révéler plus efficaces qu’elles ne le sont aujourd’hui. « Les machines sont plus performantes quand elles doivent réaliser des tâches simples ». Et un opérateur peut ainsi produire du procès-verbal au kilomètre. Reste à savoir s’il est plus efficace que celui qui verbalise sur place. Surtout, cette nouvelle fonction est bien différente de la précédente et il n’est pas sûr qu’elle soit aussi bien acceptée que la vidéosurveillance. La loi de décembre 2016 a ouvert la question. Elle élargit la possibilité de vidéoverbaliser à toute infraction routière et pas seulement le stationnement. Mais ces infractions du quotidien promettent un détournement majeur des objectifs initiaux des caméras. Ce nouvel usage, même s’il est profitable aux recettes, paraîtra certainement beaucoup moins légitime aux populations et risque de faire monter la contestation. En tout cas, pour l’instant, ce nouvel enjeu ne s’affiche pas beaucoup dans le discours politique. Il faut dire que cet enjeu de répression sera beaucoup moins consensuel que la promesse de sécurité initiale.

Quant à la surveillance intelligente, expérimentée dans les aéroports depuis les années 2000, les études pointent surtout son inefficacité à prévenir le risque et le fait qu’elle renforce des pratiques de discrimination. En 2017, lors du carnaval de Notting Hill qui attire chaque année un million de personnes fin août à Londres, la police a déployé un système d’analyse des images afin d’identifier des personnes recherchées par la police. À 35 reprises, le programme a cru reconnaître une personne. Le programme s’est trompé 35 fois ! Outre les sérieux problèmes de libertés publiques que pose la surveillance intelligente, les biais de la détection automatisée et son taux d’erreur (qui, même faible, est démultiplié par le déploiement des caméras et la foule) risque surtout de générer plus de bruit que de signal, de dépense que d’efficacité.

Peut-on lutter contre la vidéosurveillance ?

Malgré ces constats, timidement énoncés depuis longtemps, la vidéosurveillance et le contrôle qu’elle instaure continuent d’être convoqués pour résoudre les tensions de la société. Dans le contexte de démagogie sécuritaire où nous sommes plongés, au final, on se sent bien dépourvu pour lutter contre cette gabegie d’argent public qui met à mal les libertés publiques sans avoir démontré son efficacité et qui n’améliore ni ne restaure le sentiment de sécurité ou le lien social. De plus en plus souvent convoquée pour lutter contre les incivilités (à l’exemple des annonces récentes de Martin Hirsch patron de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP)), les caméras produisent un contrôle improductif, enregistrent les tensions plus qu’elles ne les résolvent, criminalisent les incivilités plutôt que de les apaiser… Elles illustrent comment on produit de la réponse technologique à tout problème, sans que cette réponse technologique n’ait démontré son efficacité. On remplace les besoins par la mesure de leurs lacunes. La caméra est devenue la réponse rationnelle à l’irrationnel, alors qu’elle est une réponse irrationnelle au rationnel.

Comment expliquer aux gens que la vidéosurveillance ne marche pas quand on la leur a tant vendue ? Comment expliquer qu’elle n’est pas la réponse qu’ils attendaient ? Tout discours d’opposition à la vidéosurveillance semble toujours plus inaudible, même étayé de chiffres. Même en pointer les limites en terme d’utilité ou de performance semble n’être audible par personne, tant nous sommes sur des questions où le discours est disjoint des faits.

Les citoyens disposent de peu de moyens d’action face au rouleau compresseur de la vidéosurveillance. Aujourd’hui, « la seule façon d’arrêter la vidéosurveillance est la limite budgétaire », pointe Laurent Mucchielli. C’est ce qui se produit déjà en Angleterre, où, la crise financière des collectivités et les coupes drastiques de budgets ont contraint des villes à faire des choix stricts, comme arrêter des systèmes ou ne plus en assurer la maintenance. Mais la vidéosurveillance est d’autant plus difficile à arrêter que la démagogie et le marketing ont conditionné l’opinion publique et fabriqué une revendication à la sécurité, où chacun estime avoir droit à sa caméra. C’est là un engrenage infernal dans lequel les élus sont de plus en plus piégés. Comment ré-élargir le champ de réponse sécuritaire, par la proximité, par la prévention, par la lutte sur d’autres terrains que la répression quand toutes les politiques publiques semblent s’être cristallisées sur une réponse unique ? Il y a là certainement un défi capital : montrer que d’autres politiques sont possibles et peut-être plus efficaces. Rouvrir le champ des politiques de sécurité et de prévention au-delà de la seule réponse qu’apportent les caméras et le contrôle.

Comment nous défaire du « terrorisme feutré » de la technologie

Reste une dernière question, qui s’adresse à nous tous en tant que société et à chacun en tant que citoyens, ainsi bien sûr qu’à la communauté de la technologie qui est l’angle sous lequel nous interrogeons le monde à InternetActu.net. Celle que nous posions dans le titre de ce long édito : où avons-nous failli ? Comment expliquer que nous acceptions l’évaluation de toutes les politiques publiques, comme le soin aux personnes âgées, et pas dans la sécurité ? Comment expliquer que notre réponse par la seule technologie produise finalement des résultats aussi pauvres, mais autant acceptés ? Comment expliquer que la technologie nous ramène si souvent,  si pauvrement et si uniquement à des questions de surveillance et de contrôle ?

L’échec de la vidéosurveillance montre que nous devons poser un autre regard sur la technologie, que nous devons trouver des limites à notre fascination technique et à la volonté de contrôle qu’elle induit. Pourtant, nous n’y parvenons désespérément pas. Jacques Ellul, nous le disait déjà clairement dans Le Bluff technologique (1988). Il y dénonçait notamment le bluff de la productivité, mais aussi, rappelons-nous « le terrorisme feutré » de la technologie, c’est-à-dire notre fascination pour la réalisation de la technologie pour elle-même, son côté inéluctable, irrécusable, sans alternative. Il nous expliquait pourtant que la technologie ne pouvait être absoute. Qu’elle devait aussi apprendre à rendre des comptes de ses impacts sociaux, psychologiques, écologiques, politiques, économiques !

Nous voyons bien que la surveillance n’est pas une bonne réponse, mais nous ne savons pas pour autant nous en défaire et ce d’autant qu’elle est bien souvent intrinsèque au fait technologique. Au contraire, aux errements des technologies de contrôle, nous avons tendance à répondre par encore plus de technologies de contrôle. Le risque est de les rendre de moins en moins soutenables à mesure qu’elles ne se développent sous couvert d’une efficacité absente, en tout cas ni démontrée ni démontrable.

Le philosophe Michaël Foessel dans son petit livre, État de vigilance, critique de la banalité sécuritaire (2010) le disait autrement : la banalité sécuritaire résulte non seulement d’une désillusion à l’égard du libéralisme, mais d’un éloignement de la démocratie. Il soulignait que la technologie ne peut pas se cantonner à nier l’émancipation sociale, sous prétexte de contrôle et d’optimisation. La sécurité ne crée aucune confiance, au contraire, elle isole ceux qui s’en revendiquent. La sécurité ne peut pas être la seule finalité du politique et de l’économique. Elle ne peut pas non plus être la seule finalité de la technologie.

Hubert Guillaud

À lire aussi sur internetactu.net

4 commentaires

  1. Bonjour. Un point m’interpelle. Le texte dit que la vidéosurveillance « met à mal les libertés publiques sans avoir démontré son efficacité ». Si elle a un tel niveau d’inefficacité sur le plan de la sécurité, met-elle vraiment à mal les libertés publiques ?

  2. La «sécurité est la première des libertés», martèlent les missionnaires de la vidéosurveillance (si tant est que l’on puisse donc aussi l’envisager comme une « croyance »).

    En détournant jusqu’à 70% des fonds (notamment) qui étaient censés « prévenir la délinquance », la vidéosurveillance a donc aussi contribué à ne pas résoudre les problèmes qu’elle était censée résorber, accentuant, paradoxalement, le sentiment d’insécurité (au point qu’on a vu des maires installer des caméras dans des endroits qui n’en nécessitaient pas, mais pour « rassurer » ceux qui y vivaient).

    L’atteinte aux « libertés publiques » ne relève pas d’une hypothétique atteinte à la vie privée (très rarement documentée), mais de l’atteinte aux droits fondamentaux (dont celui d’être protégé, en sécurité), aux politiques publiques, au vivre ensemble.

    Non contente de promouvoir des politiques publiques irrationnelles, la vidéosurveillance exacerbe les tensions sociales et les politiques sécuritaires… qui s’en prennent aux libertés publiques. C’est un pharmakon, voire une drogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *