Une analyse des technologies « déstabilisatrices » et de leur appropriation