Les « réseaux invisibles » se développent en Grande-Bretagne