Le « National Lambda Rail », nouvelle frontière américaine des réseaux

Le consortium Internet2, en collaboration avec 8 réseaux régionaux de la recherche et Cisco, lance la « plus ambitieuse initiative dans les réseaux de l’éducation et de la recherche depuis l’Arpanet et le NSFnet », qui ont donné naissance à l’internet d’aujourd’hui : le National LambdaRail.
Le National LambdaRail (NLR) est un réseau national tout-optique, capable de fournir un débit de bout en bout atteignant 10 Gb/s. Il a pour objet d’expérimenter de nouvelles méthodes de communication et de nouveaux services de réseaux à très haute performance, basés sur les technologies IP. Pour la première fois, les centres de recherche se dotent de leur propre infrastructure nationale de « fibre noire », qu’ils sont en mesure d’exploiter à leur guise au profit de la recherche et de l’innovation sur toutes les « couches » des réseaux, ainsi que sur des applications novatrices. La philosophie du projet est très proche de celle que développe depuis plusieurs années le réseau canadien Canarie (http://www.canarie.ca/canet4_f/index.html  ; voir aussi une présentation de Canarie sur le site de la Fing : http://www.fing.org/index.php?num=2627,2).
Le NLR « doit rendre possible l’émergence à grande échelle d’une nouvelle génération de cyber-infrastructure à très haute performance pour la science et la recherche, qui migrera à terme vers des usages professionnels et commerciaux » – suivant en cela le chemin qu’ont parcouru les réseaux ancêtres de l’internet.
Ce projet très ambitieux, aux ambitions également mondiales, signe le retour au premier plan des Etats-Unis dans la recherche appliquée sur les réseaux de nouvelle génération.

Carte du réseau National Lambda Rail
National LambdaRail : http://www.nationallambdarail.org
Internet 2 : http://www.internet2.edu

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *