VeriSign et SiteFinder : perspectives alternatives

Après avoir tenté d’ignorer pendant quatre semaines les protestations qu’avait occasionné la création de SiteFinder, un « service » destiné à accueillir les internautes qui taperaient un nom de domaine erroné en .com, .net ou .org (voir : http://www.fing.org/index.php?num=4048,2), Verisign a donc – au moins provisoirement – reculé devant les menaces de l’ICANN.
Victoire de la régulation collective de l’internet ? Pas si simple, commentent certains iconoclastes.
Jean-François « Jefsey » Morfin, qui se présente lui-même comme « co-grand père » du système des noms de domaine, fait ainsi un bilan moins lumineux du débat et de sa conclusion :
« 1. Ce service est simplement rendu (temporairement) à Microsoft à qui il avait été ainsi soustrait (NDLR : le navigateur Internet Explorer possède en effet une fonction – qui peut être désactivée – qui lance une recherche sur le moteur de MSN en cas de nom de domaine erroné).
« 2. C’est un coup de semonce aux ccTLD qui l’utilisent ou qui veulent l’utiliser (NDLR : les ccTLD sont les gestionnnaires des noms de domaines « pays », par exemple l’Afnic pour le .fr. Plusieurs d’entre eux mettent en oeuvre un service similaire à SiteFinder sur leur propre espace).
« 3. C’est aussi une vieille affaire Verisign/Microsoft qui tourne autour de RealNames et des mots clés (NDLR : RealNames était un service de recherche dont l’une des modalités consistait à s’intégrer aux navigateurs web pour permettre de substituer l’utilisation de noms propres ou communs – achetés par les éditeurs des sites – aux noms de domaines. Après avoir pris une part du capital, Microsoft a interrompu sa collaboration avec RealNames, qui a par la suite déposé son bilan. Verisign était également actionnaire de RealNames).
« (…) 5. On verra dans trois semaines si SiteFinder n’était pas une monnaie d’échanges pour WLS (NDLR : WLS est un service de « liste d’attente » que Verisign a proposé à l’ICANN en 2002, qui permettrait à un acteur intéressé par un nom de domaine déjà déposé de « réserver » ce nom de domaine si d’aventure, celui-ci devenait à nouveau disponible. La proposition soulève également de nombreuses protestations : http://forum.icann.org/wls/).
« 6. Les données engrangées sur 10 jours sont sans doutes significatives pour étudier l’impact du service et les erreurs usuelles. Ils vont en tirer un nouveau service qui reviendra au même (on a tous la même idée – ou alors ils ne sont pas malins ce que je ne crois pas :-) Il est également probable que pas mal de données sur le spam et d’informations anti-terroristes ont aussi été réunies. »
JFC Morfin est aussi l’un des animateurs du consortium dot-root, un projet alternatif d’organisation décentralisée et sécurisée du système de nom de domaine : http://dot-root.com
De son côté, le journaliste Dan Gillmor considère que Verisign est loin d’avoir perdu la bataille : l’entreprise « a persuadé les journalistes que SiteFinder est un service alors que c’est un abus de monopole » et ne cache pas son intention de réintroduire SiteFinder aussi vite que possible : http://weblog.siliconvalley.com/column/dangillmor/archives/001394.shtml
Mark McLaughlin, l’un des dirigeants de Verisign, considère en effet que la décision de l’ICANN, qui a contraint son entreprise à suspendre SiteFinder, est mal fondée et aura pour conséquence de ralentir l’innovation sur l’internet : « Il s’agit d’un test important pour la communauté internet, parce que si celle-ci ne parvient pas à introduire de nouveaux services tout en cherchant la solution aux problèmes techniques susceptibles d’émerger, l’infrastructure de l’internet ne s’améliorera jamais. »
L’info : http://news.com.com/2010-1071-5086769.html
Enfin, le Berkman Center de l’université de Harvard publie un document – en évolution constante – qui répertorie les réponses techniques des fournisseurs d’accès destinées à désactiver SiteFinder. Un document qui aide à comprendre le fonctionnement interne de l’internet, et qui pourra probablement servir dans l’avenir : http://cyber.law.harvard.edu/tlds/sitefinder

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *