Quand les clients possèdent le réseau, tout le monde y gagne !

« Comme General Motors ne possède pas les routes, les compagnies de câble et de télécom ne devraient pas posséder l’infrastructure », tel est le verdict de Lawrence Lessig dans un récent édito qu’il livre à Wired. Alors que la municipalité de Burlington (40 000 habitants), dans le Vermont, construit son propre réseau municipal à haut débit en fibre optique, Lawrence Lessig reprend l’idée de l’économiste Alan McAdams pour lequel les infrastructures de réseau à haut débit sont des « monopoles naturels » (http://www.fing.org/index.php?num=3550,2). S’il est privé et non régulé, un tel monopole peut permettre à son détenteur de pratiquer les prix et d’offrir les services qu’il désire, sans qu’il soit possible à un concurrent d’espérer pendre place sur le marché. L’idée la plus courante consiste alors à confier la propriété de ces monopoles naturels à la puissance publique. Lessig imagine une autre approche : faire des clients les propriétaires de l’infrastructure, et les laisser la réguler, y attirer la concurrence et des services.
L’info : http://slashdot.org/article.pl?sid=03/11/23/0454237 et http://www.lessig.org/blog/archives/001590.shtml
L’édito de Lawrence Lessig, « La fibre aux utilisateurs » : http://www.wired.com/wired/archive/11.12/view.html?pg=5
Alan McAdams, économiste à l’université de Cornell, dirige l’AFN (Advanced fiber network) Institute qui promeut le déploiement de réseaux de fibre avancés « auto-gérés » : http://afn.johnson.cornell.edu/institute.php et particulièrement : http://afn.johnson.cornell.edu/referencedocuments.php
L’approche de Burlington, un réseau haut débit municipal dans le Vermont : http://afn.johnson.cornell.edu/publish/BurlingtonNetwork/BurlingtonNetwork.php

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *