Les TIC porteuses d’une évolution sociale d’ensemble selon les enseignants français

Une enquête du ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche dont les résultats ont été dévoilés en décembre dernier révèle quelques résultats contrastés quant à l’utilisation des TIC par les enseignants des premier et second degrés. 500 écoles primaires, 720 collèges et 180 lycées ont constitué le panel de références. Si 39 % des sondés n’utilisent jamais les TIC en classe, près de la moitié (45 %) le font en présence de leurs élèves, ces chiffres étant fortement dépendants de la discipline et du cycle d’enseignement. Qu’ils fassent ou non manipuler les élèves, les enseignants du primaire utilisent les TIC en classe au moins une ou deux fois par mois dans la plupart des cas et au moins une fois par semaine pour la moitié d’entre eux. Ces proportions sont moindres en lycée et en collège où la fréquence d’utilisation des TIC se limite, le plus souvent, à une fréquence d’une ou deux fois par trimestre.
Autre confirmation d’importance : près de 90 % des enseignants utilisent l’ordinateur en dehors de la classe, notamment chez eux. Une enquête du Centre régional de documentation pédagogique (Crdp) Languedoc-Roussillon (février 2003) estimait le pourcentage d’enseignants équipés de PC à domicile à 88 %, celui des abonnés à l’internet s’élevant à 71 %. Les enseignants sont probablement la catégorie socio-professionnelle la plus fortement équipée de France.
Concernant les facteurs incitant à l’utilisation des TIC, le souhait de participer à une évolution sociale d’ensemble est perçu comme prioritaire par 80 % des enseignants du primaire et 75 % des professeurs des lycées et collèges.
Enfin, si la connexion à l’internet est en progression constante dans les établissements, les carences en terme de formation sont parmi les freins les plus fréquemment mis en avant par les enseignants (63 % des enseignants dans le premier degré et 61 % dans les collèges et les lycées). La déficience en matière d’assistance et de maintenance exprimée par plus de la moitié des sondés va également dans ce sens.
« Les attitudes des enseignants vis-à-vis des technologies de l’information et de la communication », Note d’évaluation de la Direction de l’évaluation et de la prospective (.pdf) : ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/noteeval/ne0304.pdf
L’enquête du Crdp Languedoc-Roussillon (.pdf) : http://www.ac-montpellier.fr/crdp/services/lesdocs/enquetenseign0203.pdf
Dans un éditorial du Café Pédagogique, François Jarraud met en lumière les limites, mais aussi les principaux enseignements de cette étude : http://www.cafepedagogique.net/disci/archives.php3?numero=44&discipline=edito

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *