Lutte contre le spam : peu de résultats apparents

La liste « Do-not-spam », principal volet du Can Spam Act (ensemble de mesures prise par la Federal Trade Commission visant à réduire le flot de pourriels aux Etats-Unis), est construite sur le modèle de la liste « Do-Not-Call », sur laquelle les américains désireux de ne pas être démarchés par téléphone peuvent s’inscrire. Mais ses résultats sont plutôt mitigés.
Selon une étude menée par l’institut Ipsos (http://www.ipsos.com/), les résultats en matière de marketing téléphonique sont plutôt encourageants : 45 % des sondés se sont inscrits à cette sorte de « liste orange » (en tout, plus de 57 millions de numéros de téléphone) et 74 % d’entre-eux estiment en percevoir les effets (ils reçoivent moins d’appels de ce type).
En revanche, concernant le spam, l’étude menée par Ipsos en coordination avec Associated Press révèle qu’environ sept personnes sur dix estiment que la loi n’a rien changé. Une personne sur dix prétend même que le volume de spam a augmenté depuis la promulgation de la loi !
Des chiffres à tempérer par le fait que la loi américaine contre le spam n’a que deux mois d’existence, contre cinq pour la « Do-Not-Call List ».
L’info : http://www.journaldunet.com/0402/040227spamus.shtml et http://apnews.myway.com/article/20040220/D80R3V9G0.html
Les modalités du « Can Spam Act » : http://www.fing.org/index.php?num=4351,4
L’étude d’Ipsos sur la baisse du « marketing téléphonique » : http://www.ipsos-na.com/news/pressrelease.cfm?id=2060
La liste « Do not Call » : https://www.donotcall.gov/default.aspx

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *