Trop de protection tue-t-elle la création ?

Dans un long rapport, le Comité pour le développement économique (CED), une organisation américaine composée de chefs d’entreprises et d’universitaires, demande un moratoire de deux ans sur toute initiative concernant la protection de la propriété intellectuelle dans le monde numérique, au profit de la recherche de nouveaux modèles économiques pour les industries culturelles.
« Si la copie et le téléchargement représentent bien une menace pour les intérêts économiques des fournisseurs de contenus, l’étendue réelle du problème n’est pas encore claire. Les législateurs et les acteurs doivent réaliser que des lois et des règles conçues dans l’urgence pourraient avoir des conséquences inattendues et ralentir le rythme d’innovation et de croissance économique », écrivent les auteurs.
Le rapport se concentre sur l’importance du domaine public comme facteur de création et d’innovation.
Se fondant sur les exemples passés du phonographe, de la radio et des cassettes vidéo, que les industries culturelles avaient refusés avant de s’y adapter et d’y trouver des sources de croissance, le CED considère que « la priorité doit être donnée à la recherche et l’expérimentation de nouveaux modèles d’affaires pour les entreprises de contenu ». En dehors de ces recherches, le CED est favorable à l’expérimentation de systèmes privés de gestion des droits numériques (DRM), mais sans évolution rapide du cadre réglementaire.
L’info : http://news.com.com/2100-1027_3-5167121.html
Le rapport « Promoting Innovation and Economic Growth : The Special Problem of Digital Intellectual Property » (.pdf) : http://www.ced.org/docs/report/report_dcc.pdf

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *