Quand la Chine s’isolera…

Tandis que Paris vient d’honorer la littérature chinoise au Salon du livre, le pays fait l’actualité dans un autre domaine, celui de la technologie.

En apparence, la Chine semble résolue à s’isoler, faisant naître de nouvelles frontières là où l’on croyait qu’elles avaient disparu.

Par exemple, en fermant purement et simplement deux communautés d’hébergement de blogs, rendant brutalement aphones quelques 15 000 blogueurs chinois (et inaccessibles les centaines de milliers de pages web correspondantes).

Ou, dans un autre secteur, après avoir défini sa propre version d’un protocole de sécurité (Wapi) destiné à renforcer le standard Wi-Fi, en refusant l’importation d’ordinateurs ou d’équipements sans fil qui n’y seraient pas conformes. Avec les conséquences que l’on imagine pour les équipementiers, qui doivent soit modifier leur matériel au prix de coûteuses adaptations, soit s’interdire d’accéder à ce gigantesque marché. (1)

Et l’on peut multiplier les exemples, comme la « norme » chinoise EVD, un format de disque vidéo destiné à concurrencer – voire supplanter – le très international DVD. Ou les « puces Dragon », une alternative aux processeurs Intel, qui commencent à équiper des serveurs made in China.

La Chine est bel et bien en train de définir ses propres « standards », et l’on pourrait conclure qu’elle cherche juste à contrer l’hégémonie états-unienne par une forme d’isolement technologique. (2)

Certains peuvent même voir d’un bon oeil l’arrivée d’alternatives chinoises aux technologies américaines. Après tout, c’est aussi cela la mondialisation et rien ne prédispose le plus grand pays du monde à consommer – ou subir – sans fin les technologies occidentales. On pourrait s’en réjouir, donc, s’il ne s’agissait précisément de la Chine, ce pays dont l’élite à elle seule constitue un marché d’une taille supérieure à celui de l’Europe, dont les ingénieurs sont aussi qualifiés et plus nombreux que les nôtres, pour lequel les droits de l’homme font figure de détail, et qui affiche un coût du travail parmi les plus bas au monde.

Car, à n’en pas douter, derrière cet isolement technologique apparent se cache un véritable réveil de la Chine. Et comme le pressentait Napoléon, le monde a des raisons de trembler.

Après son marché intérieur, on peut facilement imaginer que d’autres pays d’Asie – Malaisie, Philippines ou Indonésie en tête – succomberont aux technologies chinoises. Avec deux scenarii possibles. Au mieux, l’apparition d’une nouvelle frontière – ou fracture -, une « muraille de Chine virtuelle », non plus économique mais technologique, séparant Orient et Occident. Au pire, un marché technologique contrôlé et dominé par la Chine, jusqu’aux couches basses – et opaques – du cryptage équipant les composants électroniques. Et dans les deux cas, une Europe cantonnée au rang de spectateur d’une guerre technico-commerciale sino-américaine. (3)

Mais qui s’en soucie ? L’affaire des blogs censurés a suscité un communiqué rageur de Reporters sans frontières (4), repris avec candeur par quelques centaines de blogueurs dans le monde. Et puis après ? Côté Wi-Fi/Wapi, on note l’indignation polie des industriels concernés, Intel en tête. Mais on peut douter de sa portée, et arguer que le Wi-Fi en Chine sera Wapi ou ne sera pas. Les enjeux commerciaux pour les entreprises occidentales qui se ruent (à juste titre) vers la Chine sont trop importants pour que l’on ose protester, en tout cas trop violemment.

Et, finalement, on en vient à se demander s’il y aura quelqu’un, à Tienanmen ou ailleurs, pour arrêter les chars de la « dénormalisation chinoise ».

Cyril Fiévet

(1) http://news.com.com/2100-1006-5175837.html
(2) http://weblog.siliconvalley.com/column/dangillmor/archives/001580.shtml
(3) On notera qu’aujourd’hui la balance commerciale entre les deux pays penche très en faveur de la Chine, qui exporte près de six fois plus vers les Etats-Unis qu’elle n’importe, en valeur.
(4) http://www.rsf.org/article.php3?id_article=9544

Tandis que Paris vient d’honorer la littérature chinoise au Salon du livre, le pays fait l’actualité dans un autre domaine, celui de la technologie.

En apparence, la Chine semble résolue à s’isoler, faisant naître de nouvelles frontières là où l’on croyait qu’elles avaient disparu.

Par exemple, en fermant purement et simplement deux communautés d’hébergement de blogs, rendant brutalement aphones quelques 15 000 blogueurs chinois (et inaccessibles les centaines de milliers de pages web correspondantes).

Ou, dans un autre secteur, après avoir défini sa propre version d’un protocole de sécurité (Wapi) destiné à renforcer le standard Wi-Fi, en refusant l’importation d’ordinateurs ou d’équipements sans fil qui n’y seraient pas conformes. Avec les conséquences que l’on imagine pour les équipementiers, qui doivent soit modifier leur matériel au prix de coûteuses adaptations, soit s’interdire d’accéder à ce gigantesque marché. (1)

Et l’on peut multiplier les exemples, comme la « norme » chinoise EVD, un format de disque vidéo destiné à concurrencer – voire supplanter – le très international DVD. Ou les « puces Dragon », une alternative aux processeurs Intel, qui commencent à équiper des serveurs made in China.

La Chine est bel et bien en train de définir ses propres « standards », et l’on pourrait conclure qu’elle cherche juste à contrer l’hégémonie états-unienne par une forme d’isolement technologique. (2)

Certains peuvent même voir d’un bon oeil l’arrivée d’alternatives chinoises aux technologies américaines. Après tout, c’est aussi cela la mondialisation et rien ne prédispose le plus grand pays du monde à consommer – ou subir – sans fin les technologies occidentales. On pourrait s’en réjouir, donc, s’il ne s’agissait précisément de la Chine, ce pays dont l’élite à elle seule constitue un marché d’une taille supérieure à celui de l’Europe, dont les ingénieurs sont aussi qualifiés et plus nombreux que les nôtres, pour lequel les droits de l’homme font figure de détail, et qui affiche un coût du travail parmi les plus bas au monde.

Car, à n’en pas douter, derrière cet isolement technologique apparent se cache un véritable réveil de la Chine. Et comme le pressentait Napoléon, le monde a des raisons de trembler.

Après son marché intérieur, on peut facilement imaginer que d’autres pays d’Asie – Malaisie, Philippines ou Indonésie en tête – succomberont aux technologies chinoises. Avec deux scenarii possibles. Au mieux, l’apparition d’une nouvelle frontière – ou fracture -, une « muraille de Chine virtuelle », non plus économique mais technologique, séparant Orient et Occident. Au pire, un marché technologique contrôlé et dominé par la Chine, jusqu’aux couches basses – et opaques – du cryptage équipant les composants électroniques. Et dans les deux cas, une Europe cantonnée au rang de spectateur d’une guerre technico-commerciale sino-américaine. (3)

Mais qui s’en soucie ? L’affaire des blogs censurés a suscité un communiqué rageur de Reporters sans frontières (4), repris avec candeur par quelques centaines de blogueurs dans le monde. Et puis après ? Côté Wi-Fi/Wapi, on note l’indignation polie des industriels concernés, Intel en tête. Mais on peut douter de sa portée, et arguer que le Wi-Fi en Chine sera Wapi ou ne sera pas. Les enjeux commerciaux pour les entreprises occidentales qui se ruent (à juste titre) vers la Chine sont trop importants pour que l’on ose protester, en tout cas trop violemment.

Et, finalement, on en vient à se demander s’il y aura quelqu’un, à Tienanmen ou ailleurs, pour arrêter les chars de la « dénormalisation chinoise ».

Cyril Fiévet

(1) http://news.com.com/2100-1006-5175837.html
(2) http://weblog.siliconvalley.com/column/dangillmor/archives/001580.shtml
(3) On notera qu’aujourd’hui la balance commerciale entre les deux pays penche très en faveur de la Chine, qui exporte près de six fois plus vers les Etats-Unis qu’elle n’importe, en valeur.
(4) http://www.rsf.org/article.php3?id_article=9544

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *