Terry Nicklin : « Il n’y a aucune raison que l’on soit incapable de produire des écrans de plus de 50 pouces »

Terry Nicklin est directeur marketing de Cambridge Display Technology (CDT), l’entreprise anglaise qui a découvert – et breveté – la technologie PLED (voir notre dossier sur « Les écrans d’après-demain« ). Il nous explique en quoi ces nouveau écrans constituent une étape majeure.

InternetActu.net : Les technologies OLED et PLED sont connues pour avoir de multiples avantages. S’il n’y en avait qu’un, quel serait-il ?

Terry Nicklin : C’est une question difficile, car elle dépend de quel point de vue on se place.
Pour l’utilisateur final, l’avantage le plus évident est le caractère attirant des écrans. Ceux-ci ont des temps de réponse très rapides, sont très contrastés, présentent une large gamme de couleurs et un angle de vue très large. Ce sont de très beaux écrans, qui en plus sont très peu épais, ce qui permet d’imaginer des designs plaisants. Donc pour l’utilisateur final, ce sont surtout des atouts de nature « optique » ou visuelle, offrant une meilleure qualité.
Pour ce qui est du point de vue du fabricant, les avantages de la technologie sont principalement son coût. Il sera plus facile de fabriquer ces écrans que des écrans LCD (qui sont rétroéclairés) et lorsque les volumes de production seront équivalents, ils seront bien moins chers à produire. La technique « d’impression à jet d’encre » appliqué à la fabrication des écrans permet d’attendre des processus de production bien plus simples.

InternetActu.net : Mais cela suppose-t-il de modifier auparavant, en profondeur, les chaînes de production existantes, voire de monter de nouvelles usines spécifiquement adaptées aux technologies xLED ?

Terry Nicklin : Il faut noter que beaucoup des proccess nécessaires pour fabriquer un écran restent identiques, qu’il s’agisse de LCD ou de PLED. Cela veut dire qu’il n’est pas nécessaire de transformer entièrement des usines existantes. Une technologie de type « impression à jet d’encre » nécessite l’installation d’un équipement en plus (ou remplaçant d’un équipement existant), qui devient juste une étape (supplémentaire ou non) du processus. De toute façon, le but est davantage de simplifier le processus de fabrication que de le complexifier.
Tous les gens qui étudient aujourd’hui la possibilité de produire des écrans basés sur cette technologie sont d’accord pour dire qu’il s’agit probablement de la prochaine évolution majeure, donc font tout ce qui est nécessaire pour être prêt pour la production de masse.
D’ailleurs, si les grands constructeurs sont en train d’adapter leurs propres chaînes de production, il existe des moyens plus simples, et nous proposons par exemple un dispositif « sur étagère », permettant de démarrer très rapidement la production d’écrans PLED de petites et moyennes tailles.

InternetActu.net : En termes d’applications, on peut prédire trois grands changements : des écrans de très grande taille (et potentiellement d’un prix abordable), des écrans omniprésents (y compris sur les vêtements et les emballages), et de nouveaux systèmes d’éclairage. Partagez-vous cette vision ? Et selon vous, quel sera le marché dominant ?

Terry Nicklin : Il y a probablement un quatrième marché, qui concerne surtout les écrans de petites et moyennes tailles, pour les téléphones, les PDA, les lecteurs de DVD… A court terme, c’est le marché qui se développe et la plupart des écrans basés sur la technologie PLED commercialisés aujourd’hui sont de petite taille, ce qui permet d’ailleurs aux fabricants d’expérimenter la production, avant de passer à des tailles supérieures.
Mais à long terme, vous avez raison, et les trois domaines que vous mentionnez sont bien ceux qui généreront de la valeur.
Si l’on parle du marché de l’éclairage, on voit qu’il n’y a que peu d’activité aujourd’hui. La plupart des grands acteurs ne semblent pas y consacrer beaucoup d’attention pour le moment. On peut prédire que l’utilisation de technologie PLED ne conduira pas à des éclairages globaux pour une pièce entière, mais plutôt à des éclairages ponctuels, ou « architecturaux ». Il est probable que l’éclairage pourra être intégré dans autre chose, par exemple dans le sol. On voit aussi déjà apparaître des applications dans les voitures, avec des éclairages directionnels destinés aux passagers mais ne gênant pas le conducteur. Ce sont des marchés de niche, mais prometteurs.

Ecran soupleMontre TVEcran sur emballage

InternetActu.net : Quand cette révolution se produira-t-elle ?

Terry Nicklin : Plusieurs fabricants importants ont annoncé l’année 2007 pour le lancement de leurs écrans TV. C’est le cas de Seiko Epson, qui a produit un prototype de 40″, fabriqué avec un procédé de type « impression à jet d’encre », donc constituant une bonne preuve de faisabilité (qui permet en outre d’envisager la production d’écrans beaucoup plus grands). Philips s’est également engagé sur des dates autour de 2007 ou, disons, entre 2006 et 2008. Et d’autres font également allusion à des périodes similaires.
Mais d’ici là, nous allons voir apparaître des produits de plus petite taille.

InternetActu.net : Qu’en sera-t-il du prix ? Ces écrans seront-ils « abordables », ou seront-ils proposés au début comme des produits très haut de gamme, comme ce fût le cas pour les écrans Plasma il y a quelques années ?

Terry Nicklin : Pour le consommateur, je crois que la qualité et les spécificités de ces nouveaux écrans en feront des produits d’exception, et ils ne seront donc pas proposés – au début – à des prix bas. Les fabricants y verront une opportunité pour ajouter de la valeur au produit, augmentant sa qualité, et les consommateurs seront d’accord pour payer le prix.
A plus long terme, quand les volumes augmenteront, le coût de production baissera significativement, comme ce fût le cas pour les écrans LCD, donc les prix de détail se feront plus agressifs.
Tout cela est très difficile à prévoir avec précision. Mais PLED est une technologie plus simple, qui devrait donc être moins cher. Ce qui veut dire que soit les marges des constructeurs augmenteront, soit les prix de ventes diminueront.

InternetActu.net : On lit parfois que les technologies xLED pourront conduire à des écrans de taille considérable, mais aussi dont le prix deviendrait négligeable, au point d’envisager des écrans « jetables ». Qu’en est-il réellement ?

Terry Nicklin : Sur le premier point, oui clairement. Il n’y a en principe aucune raison que l’on soit incapable de produire des écrans de plus de 50″. On ne sait pas encore si l’on pourra le faire mais, par exemple, certains de nos partenaires étudient les possibilités de production en « roll-to-roll« , ce qui conduit à une toute autre logique que celle de la taille prédéfinie que nous connaissons aujourd’hui. Nous ne savons pas jusqu’où cela pourra aller, mais on peut imaginer de pouvoir pousser cette logique à l’infini.
Pour ce qui est des écrans jetables, il faut rester réalistes. La réduction des coûts de production que nous imaginons sera entre 20 et 40 %. Cela ne permet pas vraiment d’envisager un téléviseur tellement bon marché qu’on puisse le jeter après emploi…
Ceci dit, pour des écrans plus petits, par exemple sur des appareils portables, on peut imaginer, à long terme, qu’on parvienne à des prix négligeables autorisant la production d’écrans ayant une espérance de vie très courte. Nous travaillons sur quelques projets dont on ne peut pas parler aujourd’hui, mais qui conduiraient à proposer au consommateur des produits ne coûtant que quelques dollars et dont la durée de vie serait courte et définie à l’avance.

InternetActu.net : Quelque chose du genre « journal imprimé équipé d’un écran vidéo », souvent décrit dans les oeuvres de science fiction ?

Terry Nicklin : Oui, cela pourrait être quelque chose du genre. Certains fabricants ont aussi mis au point des « emballages intelligents » basés sur PLED. Nous avons également fait la démonstration d’une boite de DVD qui intègre un écran. On comprend le potentiel d’une telle application, permettant par exemple de visionner une partie du film sur la boîte avant de l’acheter en DVD.
Notre monde devient de plus en plus visuel, et les écrans jouent un rôle croissant dans nos vies. Cela va continuer.

InternetActu.net : En matière d’industrialisation, que reste-t-il à faire ? Quels sont les points d’achoppement, ou les problèmes à régler avant de produire en masse ces écrans ?

Terry Nicklin : Il faut bien voir que tout cela est arrivé très vite. La découverte de ces technologies ne date que de 15 ou 16 ans, et quand on regarde où nous en sommes aujourd’hui, il faut souligner combien c’est impressionnant. Tout cela est très rapide, surtout comparé à d’autres inventions, et au temps nécessaire pour parvenir à l’étape de leur commercialisation.
D’un autre côté, il reste des choses à faire, notamment en termes de performances des matériaux utilisés. Le point-clé aujourd’hui est la fidélité des couleurs et la durée de vie des écrans.
En termes de couleurs, PLED est satisfaisant aujourd’hui, pour les différentes applications existantes. Cela peut encore être amélioré, mais c’est déjà bon en terme de fidélité des couleurs.
Pour la durée de vie, beaucoup de travaux ont été menés dans les dernières années, et nous avons accompli des progrès spectaculaires. Pour donner quelques chiffres significatifs, on peut souligner par exemple qu’en mai dernier, nous avions annoncé avoir atteint une durée de vie de 35 000 heures pour l’émission de bleu. C’était environ quatre fois plus que ce à quoi nous étions parvenu deux ans auparavant. Aujourd’hui – nous allons l’annoncer au Japon la semaine prochaine – la durée de vie a été portée à 70 000 heures. Nous avons donc doublé la durée de vie, en quelques mois. Et le bleu est la couleur la plus difficile à produire sur la durée. Si l’on parle du rouge ou du vert, nous sommes déjà dans des espérances de vie de 200 000 heures.
Le rythme de progression est donc très élevé, et d’ores et déjà une large gamme d’applications sont envisageables.

Propos recueillis par Cyril Fiévet

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. BONJOUR JE SOUHAITE JOINDRE LA SOCIETE Future Sound Technology MR MARTIN GUERRIN SVP. AURIEZ VOUS LEUR COORDONNEES CAR J Y AI TRAVAILLE IL Y A 3/4 ANS ET JE SOUHAITE REPRENDRE CONTACT.
    MERCI PAR AVANCE
    MLLE CORREA06 66 21 82 06
    angeliquecorrea@hotmail.com

Répondre à CORREA Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *