De "l’espace du proche" à "l’espace public"

En donnant à lire une très intéressante étude signée Fabien Labarthe sur "Les usages du tchat chez les jeunes des classes populaires" (.pdf), Claude Henry, président de Vecam, pointe du doigt une des modalités de l’appropriation des outils numériques :

"Intervenir dans un réseau exige de passer de « l’espace du proche à l’espace public ». Ce passage n’a rien d’évident. Tous ceux qui décident d’utiliser les réseaux numériques pour une pratique collective ont l’habitude de l’espace virtuel « du proche », que symbolise parfaitement le mail  ; la rapide réussite mondiale du mail montre bien l’aisance de transposer vers le numérique la « conversation » à deux, ou avec un petit groupe. Mais l’intervention dans des collectifs, dont la taille et la fonction dépassent celles du groupe d’amis, relève de l’intervention dans une autre sorte d’espace. Aller dans cet espace public virtuel constitue pour beaucoup une nouveauté. Dit autrement, au-delà de la prise en main des matériels et logiciels (dont on sait bien qu’ils comportent aussi un certain nombre d’obstacles cognitifs à franchir), la pratique de l’espace numérique comporte des obstacles relationnels d’un nouveau type.
[…] La distinction entre « prise en main » et « mise à l’épreuve » peut être appliquée à toutes sortes de situations dans lesquelles des membres de collectifs variés (je pense à des membres d’association) entrent dans des pratiques collectives d’Internet. Cette distinction constitue sans doute un élément précieux de la réflexion que nous devons avoir sur les types d’espaces publics que nous fabriquons avec nos réseaux et sur les différentes manières de s’y engager et d’y être acteur  !"

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *