L’initiative pour la recherche européenne… de Microsoft

Concomitamment au lancement par Viviane Reding, commissaire européenne à la société de l’information et aux médias, du programme i2010 destiné à améliorer la compétitivité des TIC européennes, qui prévoit un développement significatif de la recherche dans les nouvelles technologies, Bill Gates a annoncé, le lancement d’une initiative en faveur de la recherche européenne. Ce programme, qui s’étale sur plusieurs années, repose sur le principe du partenariat public-privé. Outre des bourses d’études, des prix et des ateliers scientifiques, Microsoft Research investira de manière significative dans un réseau de « centres d’excellence » (CoEs) reliés aux institutions de recherche européennes, en échange de quoi l’entreprise récoltera une part de la propriété des brevets déposés.

Le premier centre de recherche cofinancé par Microsoft sera créé au sein de l’université de Trente en Italie et se concentrera sur l’utilisation des outils informatiques pour les biologistes et autres spécialistes des sciences de la vie de mieux comprendre et prévoir les processus complexes des systèmes biologiques. D’autres CoEs de Microsoft Research seront inaugurés dans les mois qui viennent.

Baptisé dans un premier temps EuroScience, le programme devrait prochainement changer de nom puisqu’une association de chercheurs européens qui offrent de leur temps pour soutenir la recherche européenne existe déjà sous ce nom (Via BBC Technology).

Signalons que l’initiative a été lancé le jour même de la relance par la Commission européenne de l’Agenda de Lisbonne, le programme de réforme économique de l’UE engagé en 2000, qui visait à « faire de l’Europe l’économie de la connaissance la plus compétitive au monde » d’ici 2010. Reconnaissant que l’Europe est encore loin de l’objectif, la Commission demande notamment aux États membres de l’Union d’accroître le financement consacré à la recherche et au développement (R&D). Elle annonce également la création d’un institut technologique européen en mesure de rivaliser avec l’institut technologique du Massachusetts (MIT) aux États-Unis (Via Cordis News).

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *