Le commerce électronique en route vers la rentabilité

La synthèse sur « Les acteurs du commerce électronique » publiée par l’Insee (Insee Première, n° 999, janvier 2005) – et qui porte sur les chiffres de 2003 – révèle que plus de la moitié des commerçants en ligne qui vendent aux particuliers, toutes catégories confondues, considèraient dès cette année que leur site était rentable.

Les « entreprises de services », au premiers rangs desquels on trouve les voyagistes et les chaînes hotellières, se taillent la part du lion dans les ventes et quatre sur cinq estime avoir atteint le seuil de rentabilité – malgré de lourdes dépenses marketing, qui représentent 32 % des charges. Viennent ensuite les entreprises déjà installées dans la vente à distance, qui réalisaient 12 % de leur chiffre d’affaires via l’internet. La moitié des pure players, ces entreprises qui ne vendent que sur l’internet, serait également rentable. Selon l’Insee, les trois quarts des entreprises concernées (en dehors de quelques leaders tels qu’Amazon) sont de toute petite taille et n’emploient aucun salarié. Enfin, les entreprises « clic et magasin » recherchent plus à valoriser leur enseigne et à fidéliser leur clientèle, qu’à maximiser le chiffre d’affaires de leurs sites.

Après l’univers du voyage, les produits les plus vendus en ligne restent les produits informatiques et électroniques. En revanche, l’habillement, le bricolage et l’équipement de la maison prennent une part de plus en plus importante, alors que les disques et DVD ne représentent plus que 12 % des ventes en 2003, contre 48 % en 1999.

Perspectives de rentabilité des e-commerçants
Perspectives de rentabilité de l'e-commerce - Source : Enquête sur le commerce électronique (2004), Insee

Par ailleurs, la Fédération des entreprises de vente à distance (Fevad) présente son évaluation de la vente à distance aux particuliers et son « bilan e-commerce » pour 2004. A 11,9 milliards d’euros, l’ensemble de la vente à distance aux particuliers croît d’un niveau record de 13 % en 2004, essentiellement grâce à la croissance de 53 % des ventes sur l’internet. On pourra également compléter les chiffres 2003 de l’Insee par la plaquette « Les chiffres clés » de la Fevad, qui décrit dans le détail le développement de l’e-commerce en 2003.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *