Mythes sur le volontariat virtuel

Jayne Cravens est connue pour avoir dirigé le Projet de volontariat virtuel et le Service de volontariat en ligne des Nations Unies. Les volontaires virtuels traduisent, écrivent, conseillent, montent des sites web et des bases de données pour des organisations bien réelles qui oeuvrent au développement. Cette spécialiste du volontariat virtuel a décidé de tordre le coup aux nombreux mythes et idées reçues qui planent sur le sujet. Non, les volontaires virtuels ne sont pas tous jeunes et Américains : 40 % viennent de pays en voie de développement. Non, la plupart des volontaires virtuels ne le font pas pour des organisations qu’ils découvrent pour l’occasion, mais la plupart du temps pour des associations avec lesquelles ils travaillent déjà ou dont ils sont géographiquement proche. Une belle manière de mettre en valeur ces combattants de l’ombre.

Via WorldChanging.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *