ProspecTIC 2010 : Les communications

Lire et commenter le troisième chapitre de ProspecTIC 2010 : les communications (1ère et 2nde parties).

En synthèse

  • Grâce à l’intégration sans couture des niveaux de réseau (handover vertical et diagonal), les réseaux – corporels, locaux, distants… – deviennent « pervasifs », omniprésents. Le sans fil se généralise, en concurrence ou en complément des réseaux filaires. La complexité et la diversité du paysage technologique ne se réduit guère, mais devient moins perceptible aux yeux des utilisateurs.
  • A tous les niveaux, les débits cessent progressivement d’être un goulot d’étranglement. La différence entre zones denses et zones rurales subsiste cependant.
  • La concurrence et la complémentarité entre technologies et plus encore, entre modèles d’organisation des réseaux, redéfinit progressivement les rôles des acteurs des réseaux et leurs relations.
  • IP reste la base des réseaux – probablement dans sa version IPv6 qui offrira automatiquement des adresses à chaque objet intelligent. Au-delà de 2010, d’autres scénarios sont en cours d’élaboration (NGN, Stp/Sp…).

Extraits

« Les objets ont des besoins différents des humains lorsqu’il s’agit de communiquer entre eux. Le débit requis est généralement moins important, tandis que la consommation électrique devient un paramètre essentiel. On aura ainsi fréquemment recours à des puces « passives » (qui ne disposent pas d’une pile et qui sont alimentées en énergie, sans contact, par l’appareil qui les lit), ou bien dont la consommation électrique est suffisamment faible pour que la pile vive aussi longtemps que l’objet lui-même. » (…)

« L’échelon suivant permet de relier un lieu (maison, entreprise) au reste de l’internet. On parle également de premier ou de dernier kilomètre suivant que l’on prend le point de vue de l’utilisateur ou de l’opérateur. Entre les réseaux locaux à haut débit et les cœurs de réseau, les réseaux de desserte constituent encore aujourd’hui le principal goulot d’étranglement du débit. Cependant, la perspective d’une bande passante illimitée – au sens où celle-ci ne contraindrait jamais les usages – devient aujourd’hui techniquement et économiquement réaliste. » (…)

« Mais l’impact des réseaux sans-fil pourrait s’avérer plus profond que cela. A terme, c’est l’architecture même des réseaux sans fil, et l’équilibre entre réseaux locaux sans fil et réseaux cellulaires traditionnels, qui pourraient se trouver bouleversé. »(…)

« Mais la réelle difficulté que rencontrent les cœurs de réseau pour acheminer le trafic réside dans le routage, et non dans la transmission. »(…)

Les technologies d’accès vont-elles vraiment disparaître pour l’utilisateur ? La perspective d’une bande passante illimitée est-elle techniquement et économiquement réaliste ? Le relatif équilibre entre réseaux locaux sans fil et réseaux cellulaires traditionnels tiendra-t-il longtemps ? Un nouveau réseau, reposant sur de nouvelles technologies, est-il réellement envisageable ou indispensable à terme ?

Venez réagir et collaborer à PropecTIC 2010, l’exercice de prospective de la Fing et de l’Irepp.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *