M2M : un dossier pédagogique

Le site de France Télécom R&D publie un dossier simple, pédagogique et illustré d’exemples clairs sur les enjeux du Machine To Machine ou M2M.

Dans le monde industriel, les machines communiquent entre elles par réseaux de données depuis des dizaines d’années. Mais grâce à l’explosion des réseaux et des technologies mobiles, à la miniaturisation toujours plus poussée des capacités de traitement, de stockage et de transmission de données, il est devenu possible de disséminer des capteurs/actionneurs dans un nombre toujours plus important de machines (appareils électroménagers, automobiles, robots,…) et de les rendre communicantes quel que soit l’endroit où elles se trouvent.

De fait, la nature des besoins qui peuvent être satisfaits s’élargit : des systèmes simples – recueillir des informations de localisation (véhicules, matériel onéreux,…) ou de statut (distributeurs automatiques, bouteille de gaz,…) – seront bientôt complétés par des systèmes autonomes plus complexes et diversifiés permettant d’agir sur l’état des machines ou des objets. On pourra ainsi modifier à distance sans intervention humaine le mode d’action de ces machines sur leur environnement (régulation automatique de l’irrigation, de la consommation de gaz ou d’électricité,…).

(…) Les progrès en logiciels embarqués, systèmes informatiques distribués, actionneurs, autonomie énergétique… vont renforcer le caractère « actif » ou « réactif » de tous ces systèmes M2M : les systèmes de paiement automatique (barrières de péage sur les autoroutes) utilisent déjà ces capacités, mais un photocopieur ou une chaudière domestique pourront très bientôt en bénéficier.

(…) Le M2M couvre ainsi des usages aussi divers que le transport (suivi d’une livraison, tracking, supply chain ou géo-localisation), la santé (un patient équipé d’un stimulateur cardiaque est relié à son médecin), la sécurité (supervision, surveillance), les problématiques environnementales (cartographie du bruit, niveaux de pollution, alertes en cas de crues, de feux de forêts…), ou encore l’immotique (gestion d’équipements d’immeubles ou de zones industrielles,…).

Mais rappelle fort à propos le dossier : si le marché commence à se développer pour les applications d’entreprises, l’avancée est loin d’être aussi nette sur le marché grand public et le M2M reste embryonnaire pour des usages de télésurveillance ou de pilotage d’appareils domestiques.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *