Le commerce électronique 2.0 : tous vendeurs ?

Christophe Routhieau du Groupe Reflect a raison de souligner l’importance du lancement de Zlio et de Yahoo Shoposphere, non pas pour leur concomitance ou la particularité des services qu’ils proposent, mais bien parce qu’ils disent quelque chose de l’avenir du commerce en ligne.

Dans sa « Shoposhère », Yahoo ! permet à ses abonnés de sélectionner les produits qu’ils apprécient et de partager leurs « pick lists » (listes « choisies ») avec leurs amis, ou avec le monde entier. L’abonné touche bien sûr une commission sur les ventes qu’il a aidé à réaliser. La liste peut être publiée au format RSS, et donc incluse, par exemple, dans un blog. A terme, comme le signale Rob Solomon de Yahoo cité par TechCrunch, avec Shoposphere, le blogueur pourra rémunérer son conseil en invitant ses lecteurs à acheter directement les produits qu’il a recommandés.

Le concept de Zlio, lancé par Jerémy Berrebi fondateur de Net2one, semble un peu bâti sur le même modèle, si l’on en croit 01net. Il permet de transformer sa liste de cadeaux en véritable boutique, un peu sur le modèle d’un blog (voir par exemple la boutique de Florian Gazan) chaque produit pouvant être commenté et donnant accès à une liste de cyberboutiques partenaires. Zlio permet aux internautes de gagner de l’argent en recommandant aux personnes de leur entourage leurs services et produits favoris. Le modèle de Zlio ajoute une dimension pyramidale en permettant de parrainer des internautes et de toucher une commission sur leurs ventes. Pour Jerémy Berrebi : « Nous avons voulu transposer le modèle de la vente Tupperware directement sur Internet. L’idée est de développer des réseaux de prescripteurs de produits et services sur le Web ».

Ces sites s’appuient sur la vogue des « logiciels sociaux » pour renouveler le concept de Consumer to business (CtoB), voire de blog-commerce (B2C, Blog-to-Consumer), que certains désignent volontiers comme le nouvel eldorado du commerce électronique.

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. A ma connaissance, Yahoo ne paye rien du tout aux utilisateurs. C’est juste une pick list…

    Le coeur de Zlio par contre, est bien de rémunérer les utilisateurs

  2. au sujet de la rémunération des utilisateurs même si la fonctionnalité est pas présente, elle est bien prévue. Je cite l’interview de Rob Solomon, Yahoo’s GM of Shopping via techcrunch :

     » The second upcoming feature is revenue sharing. Yahoo expects many users to promote their Pick Lists and some will generate significant traffic. Yahoo Shopping earns revenue a number of ways from its shopping platform – clicks to vendors, overture ads, etc. They plan to share some of these revenue streams with Pick List publishers, giving publishers a bigger incentive to publicize these on their websites.  »

    Hubert tu peux donc dé rayer la ligne en question 😉

  3. Oui Christophe mais ce n’est pas encore le cas 🙂

    Hubert ne doit donc pas dire que Yahoo rémunére…les gens seraient déçus 🙂

  4. Bonjour,

    Nous lançons à ce propos un service nommé Blog Shopping qui permet donc de recommander des produits et services sur son blog tout en étant commissioné. Je vous invite à le découvrir sur http://www.monblogshopping.com.

    Comme nous sommes en béta, j’attends avec impatience votre retour.

    Merci

    Florent

  5. J’avoue que je teste depuis trois mois les services de Zlio. C’est à mon sens révolutionnaire : donner la possibilité à chacun de devenir entrepreneur en quelues clics sans avoir besoin de stock. Il faut bien évidement se lancer dans le marketing de son site pour le faire décoller « décoller » (à savoir que Zlio rémunère aux clics également)…et savoir trouver des marchés de niches…
    A près tous auteurs, tous vendeurs…
    Quelques exemples :
    http://dora.shopmarking.com
    http://toutlenumerique.shopmarking.com
    et depuis peu ZLIO s’est ouvert aux Etats Unis…

Répondre à Rémy Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *