Google Trends : la « base de données des intentions »

Didier Durand

« Quand j’ai lu le livre de John Battelle The Search (voir l’excellente revue de ce livre sur Innovation Tribune), j’ai été frappé par le sujet sur lequel John Battelle insiste longuement au début dans son préambule : ce qu’il appelle « la base de données des intentions » (Francis Pisani en donne ici une analyse détaillée).

En deux mots, c’est la base de données qui stocke, chez Google, l’ensemble des requêtes posées au moteur (mots-clés, par qui, quand, depuis où, etc….). Elle représente pour Battelle une base de données d’une valeur commerciale énorme puisqu’elle décrit finalement d’une manière assez transparente (en tout cas pour ceux qui y ont accès…) […] les intentions à un moment donné des habitants de cette planète.

Pour les spécialistes du marketing en ligne, du e-commerce, cette base de données des questions est finalement plus importante que les réponses elles-mêmes : elle affiche les sujets d’intérêt du moment !

[…]

Jusqu’à présent, Google avait entrouvert une fenêtre minuscule sur cette base de données en publiant mensuellement le ZeitGeist sur google.com (la version de google.fr est ici) soit la liste des requêtes les plus fréquentes sur un mois donné.

[…]

Clairement, le Zeitgeist n’est pas suffisant pour l’industrie du SEO (« Search Engine Optimisation » – amélioration du positionnement « organique » dans les résultats de recherche) et celle du SEM (« Search Engine Marketing »).

Google à travers sa publicité pay-per-click Adwords vit à 99 % du SEM. Sachant que ce marché SEM croît maintenant trop lentement pour Google, Google Trends donne au SEM les moyens de se développer en offrant à ses adeptes de nouveaux moyens de rechercher plus finement comment ils doivent annoncer (i.e., quels mots-clés) sur Google Adwords pour capturer un maximum de trafic.

Didier Durand, explorant les potentialités de Google Trends, un nouveau service de Google qui permet d’afficher le nombres de recherches effectuées sur un mot-clé et de le comparer à d’autres mots.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *