Nanotechnologies d’hier, informatique omniprésente de demain

Où nous mèneront donc les innovations en préparation dans le domaine de l’informatique « omniprésente » ? Vers… :

  • des éclairages urbains à LED « intelligents » ;
  • des écrans géants interactifs en lieu et place des vitrines pour personnaliser la publicité, et, sans même avoir à entrer dans les magasins, pouvoir découvrir sinon acheter ce qui y est entreposé ;
  • des RFiD pour rendre le commerce plus transparent, sinon « invisible« , tout en améliorant la traçabilité des produits ;
  • des interfaces translucides permettant aux motards notamment de voir de nuit ou encore d’anticiper les risques d’accident ;
  • des voitures « intelligentes » qui s’adaptent à l’état du conducteur, et en améliorent les réactions, quitte à prendre le contrôle de la véhicule à sa place ;
  • des vêtements et implants eux aussi « intelligents » afin de surveiller la condition physique de celui ou celle qui les portent, voire d’effectuer des diagnostics médicaux à distance…

Les innovations présentées par Cenamps, un « centre d’excellence » et incubateur financé par le Royaume-Uni et des fonds européens, n’ont rien de très révolutionnaire, pour qui s’intéresse à la prospective en matière de technologies numériques, et lit régulièrement InternetActu. Tout y est lisse, « intelligent » et au service des gens. La vidéo n’en reflète pas moins le « technoptimisme » ambiant, et sera donc probablement encore plus appréciable d’ici quelques années, quand les « désordinateurs« , le design « avec coutures« , les blogjets » et « blobjets » auront produit tous leurs effets…

Les nanotechnologies vues de 1994

A ce titre, ce qui fut probablement l’un des tous premiers documentaires consacrés aux nanotechnologies, diffusé en 1994 sur PBS (Public Broadcasting Service, la télévision publique américaine) et dont on trouve un extrait de la VF sur YouTube, est éclairant. Eric Drexler, considéré comme un des pionniers des nanotechnologies, s’inquiétait déjà : « ce qui m’effraie le plus dans cette nouvelle technologie, c’est la perspective qu’on l’utilise comme n’importe quelle autre découverte, qu’on progresse peu à peu sans se soucier du lendemain, qu’on s’en serve comme d’une nouvelle base pour la concurrence économique, et qu’on l’applique au domaine militaire ».

On y apprenait également qu' »avec les nanomachines, on pourra créer tout ce que l’on peut décrire avec précision« , de sorte de pouvoir, par exemple :

  • coloniser d’autres planètes en y envoyant, en éclaireur, des nanotechnologies construire des colonies et des jardins bioniques de sorte de pouvoir y débarquer avec le minimum de bagages ;
  • contrôler notre vie dans ses moindres détails, y compris notre apparence physique et l’agencement de notre esprit, et faire disparaître les maladies en moins de 30 ans ;
  • se débarrasser des femmes une bonne fois pour toutes en faisant des bébés en laboratoire…

A l’époque, on pensait que « d’ici 20 ans, on verra des usines miniatures« . J-7 ans.

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. Bonjour,

    le lien vers la 2nde vidéo ne fonctionne pas. Quelqu’un en aurait-il un de secours ?
    (ps : j’ai mis 10 minutes à trouver le bouton pour pouvoir imprimer vos articles. Hum… Bon, ça vient peut-être de moi, hein, moi ce que j’en dis…)
    (pps : pourquoi notez vous à coté de la case mail : « requis, ne sera pas mis en ligne! » pourquoi rendre obligatoire cette information qui me semble inutile ?)

Répondre à pinch Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *