Martin Postler : Scènes de la vie robotique

Comment les hommes et les robots pourraient-ils vivre ensemble ? C’est la question que s’est posé le designer Martin Postler, en résidence à l’université des arts de Kyoto, rapporte We Make Money Not Art. Est-ce que l’humanité et la technologie peuvent travailler en symbiose dans la vie courante aussi bien qu’on le constate parfois en usine ? Comment devrions-nous nous adapter pour nous accommoder aux besoins techniques des robots ? Comment notre vie devrait-elle s’ajuster pour vivre la relation, forcément intime, que nous aurons demain avec les machines ?

Les scénarios développés par le designer s’appuient visiblement sur l’idée d’une population âgée confrontée aux robots de compagnie, comme on nous la présente souvent. En interrogeant notamment les notions d’alimentation et d’hygiène, Martin Postler met en exergue, avec ironie, comment nous serons appelés à nous adapter aux robots pour qu’ils nous assistent mieux. Ainsi, quand Postler scénarise l’hygiène, dans des routines automatisées (lavage des dents, des oreilles, rasage…), l’être humain devient le pendant de son jumeau robotique, comme si nous étions nous-même transformé en robot.

postler01.jpg postler02.jpg

Le designer s’est aussi intéressé à l’alimentation. Pour Martin Postler, les couleurs, les formes, les fonctions et le concept même de cuisine devraient évoluer, tant celle-ci est inadaptée au robot et à ses capacités physiques et sensorielles. Si l’on veut que demain il puisse nous aider à nous nourrir, il faudra imaginer une cuisine fonctionnelle pour lui, où les plats et les éléments nécessaires à l’assistance qu’il nous procurera s’emboîteront comme des Légos.

Un projet artistique qui souligne avec ironie les limites du progrès technique. En choisissant des scénarios réalistes, Martin Postler confronte les protagonistes à leurs propres créations, comme un miroir technologique de ce qu’ils mettent au point. Troublant.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *