A lire ailleurs du 17/01/2011 au 24/01/2011

“L’Internet civilisé”, histoire d’un concept à géométrie variable – LeMonde.fr

D'où vient l'expression d'internet civilisé que promeut la France de Nicolas Sarkozy, et désormais la puissante association américaine de l'industrie du disque ? De Chine… Un programme vers un internet civilisé prévoyait le blocage par les fournisseurs d'accès de sites jugés amoraux ou politiques… 

Bientôt des lunettes pour tout savoir des gens que vous croisez ? – Numerama

Quelles informations publieriez-vous sur Internet si n’importe quel individu dans la rue pouvait vous reconnaître, et y avoir accès ? Hypothétique aujourd’hui, ce scénario paranoïaque pourrait devenir très vite une réalité… augmentée.
Les étudiants de  l’Université d’Aalto, en Finlande travaillent sur un projet baptisé UI-ART dont le but est de fournir à l’utilisateur des informations pertinentes sur son environnement, par un système automatisé de reconnaissance des objets qui l’entourent, et de récupération des données à afficher. Voir la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=gtuGSWDVdQU

Arduino The Documentary (2010)

Tout le monde connait Arduino, l’initiative matérielle open source pour l’internet des objets, imaginée à l’Institut de Design interactif d’Ivrea en Italie. Les gens du Laboratoire d’Art de Gijon, en Espagne, viennent de mettre en ligne un documentaire sur le sujet (30’). A voir…

De quoi les nanomatériaux sont-ils le nom ? – NanoNorma

Stéphanie Lacour et Guillaume Canselier, chercheurs au CNRS, qualifient de “véritable imbroglio institutionnel” la façon qu’ont la Commission européenne et son comité scientifique de chercher à définir scientifiquement ce que sont les nanomatériaux. Après avoir sollicité son comité scientifique, et sans attendre la publication de son avis définitif, la Commission vient en effet de lancer une consultation publique, et donc ouverte aux réactions des industriels et lobbies, “prenant appui sur sa propre définition du terme” : 

La recherche d’une définition opératoire des nanomatériaux est au coeur des préoccupations européennes. Le chassé-croisé des avis exprimés au sujet de cette définition est révélateur des enjeux qui lui sont associés. 
Quel que soit le résultat final, il est à craindre que la procédure adoptée, véritable imbroglio institutionnel à l’échelle européenne, ne serve pas l’avenir de la définition choisie et contribue à égarer encore un peu plus ses destinataires.

Un peu de mauvais esprit à propos de TEDx – Le dernier blog

Avec un peu de mauvaise foi, Jean-Noël Lafargue revient sur la Grand-Messe TEDx Paris qui avait lieu samedi à Paris et appuie là où ça fait mal : "Un point commun à ces conférences c’est leur affirmation redondante que l’on peut rendre le monde plus beau, moins sale, plus digne, sans jamais nuire à la marche du business, et au contraire, qu’il y a plein d’argent à se faire à bien faire. Bref, changer le monde mais surtout, sans rien bousculer"
Beaucoup de conférences sont désormais sur ce modèle, sans peu d’espace pour les saisir.

Pour autant, rappelle Stéphane Distinguin – http://www.persianletters.net/?p=251 – venu défendre TEDx : Ce qui nous manque ce sont justement des “formats” : 
"Cela nous change des tables rondes molles ou chacun “vend sa sauce” sans jamais vraiment écouter l’autre. (…)  Mais cela reste une initiative autonome qui a présenté des idées nouvelles, porteuses de sens pour des millions de personnes." 

Quand Twitter améliore la participation des élèves et leurs résultats scolaires – histoire.lyonelkaufmann.ch

Le professeur Rey Junco – http://blog.reyjunco.com – a montré qu’entre deux groupes d’étudiants, celui qui utilisait Twitter a eut le sentiment d’être plus à l’aise dans leurs échanges d’idées, a montré un meilleur taux d’implication ainsi que de meilleurs résultats finaux.
Voir aussi la présentation du professeur Junco aux petits déjeuner du Berkman Center : http://cyber.law.harvard.edu/interactive/events/luncheon/2009/12/junco 

Transporter son génome sur smartphone – SudOuest.fr

Patrick Mérel, un biologiste bordelais, propose d’inscrire notre génome sur notre iPhone, rapporte Sud Ouest. Objectif : engager le patient dans une attitude active et participative, avec tous les professionnels de la santé. 
« La médecine est sur le point de basculer dans un nouveau mode, celui du diagnostic “in silico”. Transporter son code génétique sur son portable permettra de l’avoir dans sa poche et de consulter les analyses ensemble avec son médecin."

Dans un article intitulé Génome en poche – http://lemonde.fr/technologies/article/2010/12/28/genome-en-poche_1458452_651865.html -, le journaliste Yves Eudes rapporte qu’Oseo a refusé de financer ce projet. Un porte parole du Comité consultatif national d’éthique rappelle que le vrai problème se situe très en amont : puisqu’en France, il est interdit de commander un séquençage génétique sans prescription médicale.
Patrick Mérel tente aujourd’hui de créer sa société, Portable Genomics, aux Etats-Unis. 

Les équipes travaillent mieux quand leurs membres sont géographiquement proches – CollisionDetection

Les équipes travaillent mieux quand leurs membres sont généralement proches géographiquement explique Clive Thompson en pointant vers une étude d'Harvard qui a analysé la proximité géographique de 35 000 articles scientifiques en rapprochant la proximité géographiques des chercheurs avec l'excellent (le nombre de citations) de leurs recherches. Les meilleurs papiers sont le fait d'équipes qui sont géographiquement proches car elle favoriserait une meilleure collaboration, notamment sur des travaux plus difficiles qui nécessitent souvent plus de proximité. 

Comment votre avis (et celui de millions d'internautes) peut ébranler une industrie | ParisTech Review

La raison pour laquelle les commentaires en ligne semblent être appréciés des consommateurs et peuvent être dangereux pour le commerce est la même : ils sont de nature anecdotique, rapporte la ParisTech Review en s'intéressant aux critiques de consommateurs en ligne et à leurs limites.Les analystes sont de surcroit confrontés à un problème difficile à résoudre : comment mesurer les biais sociaux de nos opinions personnelles ?

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *