A lire ailleurs du 28/02/2011 au 07/03/2011

Médias & Révolutions (II) : le mix médiatique – Netpolitique

"Il serait pour le moins téméraire d'affirmer que Facebook et Twitter sont dorénavant les principaux vecteurs médiatiques de notre époque, permettant la propagation d'idées révolutionnaires et de leurs effets – comme il serait téméraire d'affirmer, à l'instar de Morozov ou du sociologue Malcolm Gladwell, qu'ils n'ont qu'un rôle mineur dans ce scénario. A dire vrai Facebok, Twitter, les médias dits traditionnels ou encore les pages Wikipedia importent guère quand ils sont pris isolément. C'est l'inter-relation entre ces sphères qui se révèle intéressante. La capacité de Twitter à propager des informations entre différents groupes, via des liens faibles, n'est que l'étincelle initiale qui permet à des blogueurs et de nombreux journalistes d'exposer les sujets discutés dans l'espace public, tout ceci (avec Wikipedia) constituant le matériau que les utilisateurs Facebook vont partager via des liens forts avec leur proches et amis qui décideront peut-être d'agir à leur tour. 

Cebit : le premier PC portable contrôlé avec les yeux – FuturaSciences

L'oculométrie pour contrôler nos ordinateurs… 

Quelle est l’empreinte carbone d’un ordinateur ? – Terra eco

"il faut donc utiliser 48 ans cette unité centrale (écran non inclus) pour émettre autant de CO2 que les phases de fabrication, transport et fin de vie réunies ! Les économies d’énergie sur la phase d’utilisation (extinction, mise en veille, etc.) ont donc un effet très faible sur la réduction de l’empreinte carbone comparé à l’allongement de la durée d’utilisation."

Alerte : les nanotechnologies se développent sans pilote – Vivagora

Alors que des centaines de nanoproduits sont sur le marché (ciments dépolluants, vitres et peintures autonettoyantes, textiles anti-odeurs, réfrigérateurs aux revêtements anti-bactériens, pansements à l’argent, cosmétiques au nanotitane, aliments renfermant des nanosilices…) leur traçabilité n’est guère assurée, s'alarme Vivagora.

L'association déplore que le gouvernement ne tienne pas les engagements qu'il avait pris dans le cadre du Grenelle de l'environnement pour ce qui est de la procédure de déclaration obligatoire périodique de fabrication, d’importation ou de distribution de « substances à l’état nanoparticulaire » ou « des matériaux destinés à rejeter de telles substances », mais également pour ce qui est de l'information des consommateurs et donc de la gouvernance des nanotechnologies.

The Lifelapse Experiment — Timelapse your life

Le life log pour tous ? Une application, un iphone, un petit sac et le lifelogging est à portée de main !

Du bruit au signal | Socio-informatique et argumentation

Comment trace un axe menant du bruit au signal, en fonction de la quantité d'information accumulée au court du temps par l'activité d'une personne ? Josquin Debaz dresse une intéressante catégorisation du bruit selon l'activité, allant des ImageBoards aux Wikis structurés.

Différences culturelles du Pich – L'Atelier

Quand ils lance un pitch pour présenter leur start-up, les français parlent de technologie, les américains racontent une histoire. Une différence culturelle qui explique peut-être pourquoi les entrepreneurs de l'autre côté de l'Atlantique sont si charismatiques.

L'internet des applications en ses limites – Forrester

Forrester vient de publier un rapport sur l'internet des applications – http://forrester.com/rb/go?docid=58179  – et son succès. Mais pour un de ses consultants, Jeffrey Hammond, le succès à long terme risque d'être plus mesuré. La raison : le développement d'applicatifs coûtecher, et la contre-attaque du web risque d'advenir avec le développement d'un web applicatif (ce que propose Google avec son Chrome OS) et le développement de nouvelles formes d'applications natives optimisées pour le web (via HTML5).

Nantes a-t-elle peur que l'Open Data aide ses entreprises ? – Numerama

La ville de Nantes annonce qu'elle va libérer ses données publiques, mais elle ne souhaite pas que ses entreprises locales puissent utiliser les données pour générer des revenus, sans reverser des revenus à la ville. L'open data n'excluerait pas toute utilisation commerciale, comme le dit Numerama, mais nécessiterait un accord commercial pour se faire. Pour l'association LiberTic, la tarification des données est limitée par la loi : http://libertic.wordpress.com/2011/02/25/pourquoi-la-reutilisation-des-donnees-publiques-a-des-fins-commerciales-doit-etre-gratuite/ . Et d'insister sur le fait que l'investissement est essentiel aux collectivités et que la gratuité génère des bénéfices, comme le soulignait Marc de Vries sur les bénéfices financiers d'un programme d'ouverture des données au Danemark : http://www.a-brest.net/article6579.html 

YouTube – A Dunkerque on apprend twitter à l'école

Twitter en classe dès le CP ! 

Internet, on amasse les copies- Ecrans

 Il n’y a pas de vérité unique, pas d’original, pas de dérivés, juste des versions. » Versions 2010 – http://oliverlaric.com/vvversions.htm – est précisément le titre de l’essai vidéo d’Oliver Laric, artiste autrichien basé à Berlin qui examine la manière dont les images sont utilisées, appropriées et modifiées à l’âge numérique. Il remet en question la hiérarchie entre les images originales et celles considérées comme des dérivées, forcément de second ordre. "Chaque mensonge crée un monde parallèle. Un monde dans lequel il est vrai." La copie et l'appropriation est une pratique immémoriale, qui est aujourd'hui facilité par les outils numérique qui les mettent à portée de tous.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *