image

Le Framablog a eut la bonne idée de traduire un excellent billet de Cory Doctorow revenant sur le rachat de Revolv par Google, une centrale de contrôle pour maison connectée.  Or, comme ce système est en concurrence avec Nest, son thermostat connecté, Google a donc décidé qu’à partir du 15 mai, tous tous les Revolvs, où qu’ils soient, seraient mis hors-service et deviendraient inutilisables.

“Ce n’est pas encore un tremblement de terre, mais une secousse annonciatrice. Qu’il s’agisse de votre voiture, de vos ampoules ou de votre stimulateur cardiaque, les objets que vous possédez reposent de plus en plus sur des logiciels en réseau. Supprimez ces logiciels et ils deviennent des déchets électroniques inutilisables. (…)

Nous venons d’entrer dans une ère où les lave-vaisselle peuvent refuser de laver la vaisselle d’un autre fournisseur, et où leurs fabricants peuvent poursuivre en justice quiconque essayerait de fabriquer de la « vaisselle compatible ». Vous vendre un grille-pain n’avait jamais donné le droit au fabricant de vous dicter le choix de votre pain, pas plus que fabriquer un lecteur CD n’accordait à un fabricant le droit de contrôler le type de disque que vous souhaitez lire.

(…) En vertu de quoi l’expiration d’une garantie donnerait-elle le droit de désactiver le fonctionnement d’un appareil ?”

Désormais, les entreprises ont donc “le droit de pénétrer chez vous et d’y faire ce qu’elles veulent avec le matériel que vous avez payé”. Qui dit que demain, ce ne sera pas le cas de votre ordinateur ou de votre téléphone ?

Il est peut-être temps de se demander quels sont les droits des consommateurs au-delà des garanties et ce d’autant que le DMCA américain “précise que toute personne essayant de créer un système d’exploitation alternatif pour le Revolv commettrait un délit et risquerait jusqu’à 5 ans de prison”. La garantie et le contrat d’utilisation (CGU) ne sont définitivement plus suffisants à l’heure des objets connectés…

MAJ : AlterEco+ revient également sur le sujet – en pointant notamment une récente déclaration d’Apple sur le fait que ses appareils électroniques étaient fabriqués pour durer 3 ans seulement… Une tribune signée
Laetitia Vasseur, présidente et cofondatrice de HOP, Halte à l’obsolescence programmée.

À lire aussi sur internetactu.net