Guerre de l’information made in France

Par le 25/11/05 | 16 commentaires | 12,343 lectures | Impression

La guerre du Golfe fut une guerre où une once de silicium dans un ordinateur a pu avoir plus d’effet qu’une tonne d’uranium“.
Alan D. Campen, The First Information War

Le secteur des technologies de l’information et de la communication doit constituer une priorité nationale, comme le fut en son temps le nucléaire“, déclarait le député (UMP) Bernard Carayon dans son rapport sur le budget 2006 intitulé “Environnement et prospective de la politique de défense“. De même que, sous l’impulsion du général de Gaulle, la France se lança dès 1945 dans la course à la bombe atomique, la France investit aujourd’hui dans la “guerre de l’information“, tant pour ne pas être distancée par les Etats-Unis que pour conforter sa souveraineté nationale, et l’Europe de la défense.

La guerre de l
Centre technique de la guerre de l’information“, le Centre d’électronique de l’armement (CELAR) travaille sur la guerre électronique, les systèmes d’information, télécommunications, la sécurité de l’information et les composants électroniques. Fort d’un effectif de 900 personnes en 2004, il ne dispose pas d’autant de moyens que le pôle défense du Commissariat à l’énergie atomique qui dénombre, quant à lui, 4 500 collaborateurs. En visite au CELAR, en octobre 2004, Michèle Alliot-Marie n’en déclara pas moins que “la guerre de l’information est au premier plan de la guerre moderne. Elle le sera plus encore demain“, ce qui “place le CELAR en première ligne de notre système de défense (…) Il en va de notre capacité à faire valoir notre position voire à prendre l’initiative d’opérations. Plus largement, il en va de la capacité de la France à tenir son rang dans le monde et sa place dans le concert international“.

A l’occasion d’un colloque consacré à la “Guerre électronique en France au XXe siècle” en l’an 2000, Jean-Paul Gillyboeuf, chargé de mission auprès du ministre de la Défense et ancien du CELAR, rappelait pour sa part que “dans le domaine militaire, l’importance de l’information n’est pas une découverte contemporaine : dans son Art de la guerre, Sun Tzu proclame que ” La guerre, c’est l’art de duper “. Ce qui est nouveau, c’est le développement des technologies électroniques, l’explosion de l’informatique, les progrès des techniques de traitement du signal, enfin la conquête de l’espace. Tout cela offre des moyens considérables pour recueillir, traiter, modifier, diffuser l’information : c’est pourquoi on parle de ‘guerre de l’information’“.

Notion parfois fourre-tout, recoupant à la fois les mondes civils et militaires, elle connaît de nombreuses définitions (.pdf). Le Dr John Alger la résume ainsi : “la guerre de l’information est l’ensemble des actions entreprises dans le but d’obtenir la supériorité de l’information, en affectant les informations, le traitement de l’information et les systèmes d’information de l’ennemi, tout en protégeant ses propres informations, traitements de l’information et systèmes d’information“. Pour Gillyboeuf, “la guerre de l’information peut être décomposée comme suit : le renseignement ; la cryptologie ; la guerre électronique, qui permet de dégrader, modifier, détourner les signaux et informations utilisés et transmis par les moyens de communication et les moyens de détection (radars, autodirecteur) ; le piratage des moyens informatiques, qui, au travers d’accès illicites aux ordinateurs, permet de dégrader, de modifier leur fonctionnement, voire de les neutraliser ; la destruction physique des centres de commandement et des moyens de liaison sur le terrain ; les opérations psychologiques, facilitées par l’utilisation des médias, qui permettent d’influencer les populations : elles ont toujours existé pour décourager, pacifier ou perturber les forces adverses.”

Schema de la guerre electronique

Dans le jargon militaire français, on parlait jusqu’ici de C3R (pour “commandement, communications, conduite des opérations, renseignement”) pour désigner le système de forces dont l’”espace militaire constitue une composante essentielle” et qui “a pour objectif de maîtriser l’information (et) vise également à dégrader, leurrer ou détruire si nécessaire les fonctions C3R de l’adversaire“.

Le député (PS) Jean Michel, rapporteur du volet espace, communications, disuassion du budget 2006, relève pour sa part que “depuis l’été 2005, le système de forces C3R a été remplacé par le système « commandement et maîtrise de l’information »“, l’armée française s’étant alignée sur la terminologie anglo-saxonne, qui parle de “Command, Control, Communications, Computers, Intelligence, Surveillance, and Reconnaissance” ( C4ISR), rajoutant les notions d’informatique, de surveillance et de reconnaissance (par l’image) au C3R. Signe de l’importance qui lui est accordé, “le poids budgétaire des systèmes C4ISR (interarmées et différentes armées) est en moyenne de 1,4 milliard d’euros par an, soit environ 9 à 10 % du budget d’équipement“.

“Eh oui, chers amis continentaux, nous vous avons espionnés”

Le siège de la National Security Agency Les Etats-Unis sont encore plus clairs. La célèbre National Security Agency (NSA), l’un des plus puissants des services de renseignements américains (1) définit ainsi son objectif, pour 2009 : “la supériorité des Américains et de leurs alliés en matière d’information“. La NSA est en effet en charge, non seulement de tout ce qui a trait à la cryptographie, et donc à la sécurité informatique, des Etats-Unis, mais aussi de la surveillance, de l’interception et du déchiffrement des télécommunications -téléphone, fax, e-mails, etc., à exception de celles des Américains.

Le plus célèbre des programmes de la NSA est connu sous le nom de code Echelon. Il ne s’agit là que de la partie immergée de l’iceberg des armes et programmes de type C4ISR, mais il n’est pas inutile d’en reparler, ne serait-ce que parce que la France semble vouloir l’imiter. Au sortir de la seconde guerre mondiale, les USA ont passé un accord -encore secret, intitulé UKUSA- avec le Royaume-Uni, puis avec le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande , afin d’y implanter des stations d’écoute des télécommunications. Plusieurs rapports parlementaires européens levèrent le voile sur ce programme à la fin des années 90.

Ce qui est moins connu, par contre, c’est que des journalistes du Village Voice ont dénombré, en 1999, pas moins de 175 stations d’interception disséminées dans plus de 50 pays, dont 10 membres de l’Union Européenne (Danemark, Allemagne, Finlande, Grèce, Italie, Pays-Bas, Norvège, Portugal, Espagne et Suède), et même en Chine (2). Toutes ont fourni la NSA en informations, sans pour autant avoir l’assurance de bénéficier, en retour, de renseignements de la part des USA, contrairement aux signataires du pacte UKUSA, qui bénéficient quant à eux de certaines des informations qualifiées ou déchiffrées par la NSA et ses pairs anglo-saxons.

Une cartographie d\'Echelon

Initialement censé servir à l’espionnage du bloc de l’Est, Echelon ne s’est pourtant pas effondré avec les soviétiques. On assiste au contraire à une progression exponentielle du nombre des interceptions : en France, Bernard Carayon révélait ainsi en 2003 que les interceptions militaires de télécommunications avaient progressé de 400 % en 5 ans. Les attentats du 11 septembre 2001 sont passés par là, les “progrès” -si l’on peut dire- en matière d’écoutes et de surveillance aussi, enfin, le grand public tout comme les autorités ne comprendraient pas que les forces de l’ordre ne profitent pas de tous les moyens technologiques à leur disposition. Au Royaume-Uni, les services de police flirtaient ainsi avec les 500 demandes de placement sur écoute, par an, dans les années 80. La barre des 500 est franchie en 1990, celle des 1000 en 1996, et l’on frôle les 5000 en 2004.

D’autre part, au vu de la guerre économique que se livrent les grandes puissances, de la course aux innovations technologiques dans laquelle elles sont lancées, et du fait que ces dernières sont bien souvent duales, à la fois civiles et militaires, les services de renseignement occidentaux se sont en partie recyclés dans l’intelligence économique. Non seulement parce que les armées ne veulent pas être prises en défaut, mais aussi parce que c’est leur intérêt de voir leurs prestataires leur proposer ce qui se fait de mieux en la matière. Ces prestataires, souvent prescripteurs, embauchant bien souvent d’anciens militaires ou membres des services de renseignement, la frontière entre ce qui relève de la sécurité des Etats et ce qui a trait aux intérêts du secteur tend à s’estomper -sans même parler des collusions, au sein de la présidence Bush, existant entre les faucons et ce qu’Eisenhower appela, pour mieux le dénoncer, le “complexe militaro-industriel” (3).

De nombreux observateurs estiment par ailleurs que l’Advocacy Center, l’organisme américain de soutien au commerce extérieur, permet à un certain nombre d’entreprises privées de bénéficier des analyses et tuyaux de la NSA, entre autres services de renseignement américains. Un questionnaire permet en effet aux sociétés qui voudraient bénéficier de l’aide de l’Advocacy Center de décrire le marché qu’elles veulent conquérir, les acteurs en lice (décideurs gouvernementaux, partenaires commerciaux, compétiteurs étrangers), si certains bénéficient de l’aide de leurs pays respectifs, combien cela pourrait rapporter à l’économie américaine, etc. En contrepartie, les demandeurs s’engagent à ne corrompre, directement ou indirectement, aucun officiel étranger.

Cette volonté de lutter contre la corruption fait écho à la seule reconnaissance officielle qui ait jamais été faite de l’existence d’Echelon. En mars 2000, et en réponse à la polémique ayant suivi la révélation, en Europe, de cette vaste entreprise d’espionnage des télécommunications par les anglo-saxons, James Woolsey, ancien directeur de la CIA , publia un article intitulé “Pourquoi l’Amérique espionne ses alliés” dans le Wall Street Journal Europe : “Eh oui, chers amis continentaux, nous vous avons espionnés parce que vous distribuez des pots-de-vin“. Ce qui n’a d’ailleurs jamais été contesté.

Duncan Campbell, un journaliste britannique à l’origine de la majeure partie des preuves de l’existence du programme Echelon, ajoute qu’il rapporterait, chaque année, 25 milliards de dollars de contrats aux firmes américaines. Mais aussi, et au-delà de cas concrets d’espionnage économique et géostratégiques, qu’il permet aux anglo-saxons de surveiller d’autres cibles qui n’ont pourtant rien à voir avec la corruption, le terrorisme ou les cibles militaires des anglo-saxons, tels que des ONG (Amnesty International, Greenpeace, ou encore Mère Thérésa), des journalistes, la princesse Diana et même des ministres britanniques, espionnés, via UKUSA, par les services canadiens à la demande de Margaret Thatcher, qui les soupçonnait de trahison, mais qui ne pouvait demander aux services anglais de les surveiller.


Extrait d'une vieille brochure de l'armée française destinée à sensibiliser les soldats à la conduite de la guerre électronique

“Frenchelon”

On ne dispose pas, pour la France, de tels exemples concrets d’espionnage électronique. On sait par contre qu’elle s’est elle aussi lancée dans ce type de guerre de l’information. Avant de défendre “le secteur des technologies de l’information et de la communication” militaire, Bernard Carayon s’était fait connaître en 2003 avec un rapport sur l’intelligence économique. Et c’est suite à ce rapport qu’a été créé le poste de haut responsable chargé de l’intelligence économique, confié à Alain Juillet, qui venait, en 2002, d’être nommé n°2 de la DGSE.

Le parcours de ce dernier est pour le moins étonnant, mais révélateur. Selon L’Expansion, après avoir passé sept ans dans les paras, en 1969, tout juste diplômé de la prestigieuse Stanford Business School, il est engagé au service commercial de Pernod Ricard du temps où Charles Pasqua (qui reconnaît “bien le connaître“, mais refuse d’en dire plus) était soupçonné d’y servir de courroie de transmission avec les services secrets. A la fin des années 80, Juillet est chargé de restructurer l’Union Laitière Normande (Mamie Nova, Elle & Vire…), de lancer le camembert Coeur de lion, de redresser France Champignon puis de vendre la branche française de Marks & Spencer… tout en émargeant, clandestinement, au service de la DGSE. Sa promotion, aux plus hautes responsabilités de l’appareil français du renseignement, démontra s’il en fut l’importance accordée par le gouvernement à l’intelligence économique, et la mutation en cours de son appareil de renseignement militaire.

Alain Juillet qui, prenant exemple de l’Advocacy Center, déclara en effet, en mai 2004 : “nous n’avons donc plus le choix, notre pays doit se mobiliser pour développer l’intelligence économique en fournissant aux entreprises les informations stratégiques qu’il possède pour leur permettre de rester dans le grand jeu mondial“, avant de préciser sa pensée : “nous pouvons être amené à renseigner sur le plan technique ou à fournir des données économiques aux entreprises n’ayant pas la capacité de se les procurer directement.”

Si la prise de conscience politique date probablement du rappport de Bernard Carayon (4), le tournant militaire date quant à lui de la première guerre du Golfe. L’armée française, qui ne bénéficiait pas de moyens technologiques à la hauteur de ceux de son homologue américaine, se retrouva en effet en état de dépendance des Etats-Unis, qui refusèrent de partager leurs renseignements, notamment satellitaires. La France décida alors, dès 1992, de lancer ses propres satellites et de se doter d’une Direction du Renseignement Militaire, chargée de planifier, coordonner et conduire les actions jusque-là réparties entre plusieurs unités, sinon inexistantes.

Une Brigade de Renseignement et de Guerre électronique fut ainsi créée en 1993, afin de regrouper les différentes unités en charge de ces questions. La DRM déploya par ailleurs un certain nombre de “détachements avancés des transmissionschargés (.pdf) de la “mise en oeuvre de matériels d’écoute et d’analyse des informations collectées à l’aide de champs antennaires et autres capteurs d’émissions électromagnétiques“. En d’autres termes, d’espionner les télécommunications, à la manière du programme Echelon.

Vue aérienne de la station de Domme La DGSE dispose elle aussi de ses propres stations d’écoute, la plus connue, et la plus importante, étant à Domme, dans le Périgord. Au total, l’armée française disposerait d’une quinzaine de champs d’antenne, de Djibouti à Dakar en passant par la Réunion, la Nouvelle Calédonie et Kourou, en Guyane. Sur la trentaine de pays disposant de tels systèmes d’écoute des télécommunications, seule la France (avec ses DOM-TOM et ses ex-colonies), les Etats-Unis et leurs alliés disposent de territoires répartis dans le monde entier, leur permettant d’écouter la quasi-totalité des télécommunications. Ce que les anglo-saxons ont ironiquement surnommé Frenchelon est cela dit moins puissant qu’Echelon, non seulement parce que la France ne bénéficie d’aucun soutien, ou presque, comparé au nombre de pays participant, directement ou non, au programme anglo-saxon, mais aussi parce que le nombre de satellites espions français est sans commune mesure avec le dispositif américain.

Fin décembre 2004, le site GlobalSecurity.org dénombrait en effet 138 satellites militaires américains, 61 russes, 10 chinois, et une dizaine d’européens. Dans son rapport précité, Jean Michel précise pour sa part que, si les Etats-Unis disposent de 31 satellites de télécommunications, de quinze satellites d’écoute, de sept satellites d’alerte avancée, de trois satellites d’imagerie optique, et trois pour l’imagerie radar, d’un démonstrateur de surveillance de l’espace et de trente autres pour la navigation par satellite, l’Europe ne comptabilise quant à elle que douze satellites de télécommunications, deux satellites optiques, et deux démonstrateurs d’écoute.

“Bâtir ensemble les programmes dont l’Europe a besoin”

Si l’Europe est à la traîne des Etats-Unis, la France fait par contre office de leader européen. Elle est en effet le seul pays de l’Union à bénéficier de satellites d’observation spatiale optique, Hélios 1 & 2, conçus, non seulement pour permettre l’élaboration de plans de frappe nucléaire, mais aussi afin de supplanter le déficit en images que la guerre du Golfe avait révélé. Hélios 2, lancé le 18 décembre 2004, permet ainsi “d’atteindre une très haute résolution, de l’ordre de quelques dizaines de centimètres (…) de prendre des images de jour comme de nuit (et d’) identifier la différence entre un char et un tracteur“.

Les microsatellites Essaim Le même jour, la France lançait également quatre microsatellites “de la taille d’une machine à laver” qui, faisant suite à deux précédents démonstrateurs d’écoutes électromagnétiques, Cerise et Clémentine, lancés respectivement en 1995 et 1999, permettent à la France de rejoindre “les Etats-Unis et la Russie dans le cercle très fermé des pays qui possèdent de tels systèmes“. Essaim, tel est le nom de ce programme, “compagnon de guerre de l’information d’Hélios 2A (…) a pour mission le recueil du renseignement électromagnétique (ROEM) avec pour but de réaliser une cartographie des émetteurs de télécommunication (…) Cette surveillance favorise la détection d’indices d’alerte, telle une crise ou une menace naissante et donc de préparer les interventions pour y faire face.” En juillet dernier, on apprenait que quatre autres microsatellites de renseignement électromagnétique devraient être lancés fin 2009.

Le 28 octobre 2005, Michèle Alliot-Marie inaugurait le “Dupuy-de-Lôme“, nouveau navire-espion de la DRM, “le plus moderne de sa catégorie dans le monde entier“. Pour madame le ministre de la Défense, “la protection de la France ne peut pas être efficace si la surveillance se limite au territoire national. Il faut aller de plus en plus loin dans le renseignement et être capable d’intercepter les communications partout dans le monde“. Le gros avantage de ce bateau est en effet qu’il est en droit de rester dans les eaux internationales, et donc dans les régions non couvertes par les stations d’écoute de la DRM et de la DGSE, “comme en Océan Indien ou dans le Pacifique“.

Le 13 octobre 2005, la France lançait également Syracuse III, “Système de radiocommunications utilisant un satellite” améliorant le débit des transmissions autorisés par ses précédentes versions, mais aussi la sécurité des communications, tant en terme de chiffrement que de résistance au brouillage, et multipliant par 6 le nombre de stations de réception. De plus, Syracuse III “met en oeuvre, pour la première fois dans un système militaire, une solution large bande ADSL (sic) par satellite” issue d’un projet du Centre National d’Etudes Spatiales, Agora, initié en 2003 et qui visait à mettre en orbite un satellite à faible coût pour les zones rurales, montagneuses ou désertiques.

Le MINREM La France et l’Italie auraient à ce titre commencé à négocier le développement futur d’un satellite de télécommunications à usage mixte civil/militaire, Athena, lui aussi basé sur Agora. Un certain nombre de programmes de type C4ISR sont, de même, initiés en coopération avec d’autres pays, notamment européens, à l’instar de plusieurs des drônes de l’armée française, composantes essentielles de la guerre de l’information auxquels elle prête une attention toute particulière. Hélios est pour sa part partagé avec l’Italie, la Belgique et l’Espagne -quand bien même la France, principal bailleur de fonds, et de technologies, accapare la grande majorité des informations. En mai 2004, l’OTAN annonçait ainsi qu’elle préférait l’offre européenne, proposée par la France, l’Italie et le Royaume-Uni, à celle des Etats-Unis, pour fournir, jusqu’en 2019, les nouveaux moyens de télécommunications militaires par satellite (SATCOM) aux 26 nations qui la composent.

Au vu du coût de ce type de technologies, si l’on n’entend plus vraiment parler, comme ce fut le cas en 2001, d’un “grand système de renseignement européen“, l’objectif reste toujours de mutualiser (que ce soit avec le civil, ou les armées d’autres pays) un certain nombre de ces programmes. A l’occasion du lancement des satellites Hélios et Essaim, Michèle Alliot-Marie précisait ainsi que “seule une dynamique européenne permettra de répondre à l’ampleur des besoins (…) Notre effort de recherche nous permettra de donner une impulsion à cette démarche, qui doit être résolument européenne. La France continuera à jouer un rôle moteur dans ce domaine (…) afin de bâtir ensemble les programmes dont l’Europe a besoin“.

Dans son “avis” sur le budget “Environnement et prospective de défense” pour 2006, le député (UMP) Yves Fromion évoque quant à lui, pour ce qui est du recueil du renseignement, “le développement de l’accès au trafic international, notamment à haut débit, et la montée en puissance de l’interception de la téléphonie mobile par satellite. A cela s’ajoutera la poursuite des projets de mutualisation, avec en particulier l’installation du personnel et des antennes d’interception d’un centre situé outre-mer, réalisé en partenariat avec la DRM.”

Yves Fromion estime également que “pour bénéficier d’un dispositif cohérent et complet, les Européens devront s’entendre et maîtriser le couple constitué par l’espace et les drones. Faute de quoi, ils s’exposent à être dominés encore longtemps par d’autres acteurs“. Paul Quilès, qui s’est lui aussi penché sur le sujet, évoque ainsi “la dissymétrie entre des Etats-Unis dont la supériorité en matière spatiale militaire est écrasante et une Europe, nouvel acteur encore balbutiant dans ce domaine, est énorme : comment comparer un Etat qui dépense 18,6 milliards de dollars par an (chiffres 2005) et une union d’Etats qui consacrent, de manière partiellement coordonnée, 1,9 milliard d’euros par an au spatial civil et militaire – dont 500 millions d’euros dépensés par la France pour le seul spatial militaire ? Comparaison d’autant plus délicate quand on sait que les premiers ont augmenté ces crédits de 25 % entre 2001 et 2003“. Ce qui n’empêche pas la délégation générale pour l’armement (DGA) de travailler sur plus d’une vingtaine de programmes de type C4ISR.


Extrait d'une vieille brochure de l'armée française destinée à sensibiliser les soldats à la conduite de la guerre électronique

Vous avez demandé les renseignements militaires ? Ils sont @yahoo.fr

En attendant, toute pionnière européenne qu’elle peut être en la matière (5), la France a encore de nombreux efforts à faire. Ainsi, Bernard Carayon a dénoncé à plusieurs reprises l’infodominance américaine que constitue le monopole de Microsoft, ne serait-ce qu’en termes de sécurité informatique. Alors qu’il en appelle à une utilisation accrue des logiciels libres, la majeure partie des PC militaires fonctionnent sous Windows, et l’on apprenait récemment que la 785e compagnie de guerre electronique faisait encore appel à Microsoft Windows, et Office. Cela n’aurait, en soi, rien que de très habituel si cette compagnie ne représentait pas “la composante expérimentale de la Guerre Electronique”, chargée “d’assurer une veille technologique dans le domaine des télécommunications“.

La communication semble aussi poser quelques problèmes à la “grande muette” : le sous-site web du ministère de la Défense consacré à la DGSE est ainsi désespérement vide et le site (non officiel, mais truffé d’infos) que lui avaient consacré quelques passionnés a été fermé (sans que l’on arrive à savoir pourquoi) l’an passé. Dans son rapport, Bernard Carayon avançait ainsi qu’”il est invraisemblable que la Direction ne dispose toujours pas d’un site Internet propre, à l’instar de ses homologues étrangers, comme la CIA ou le Secret intelligence service britannique qui vient d’ouvrir son site internet : www.sis.gov.uk. Ces pudeurs, ou ces pusillanimités, restent incompréhensibles“.

La page officielle consacrée à la DRM propose quant à elle, en tout et pour tout, 6 lignes de présentation. En cherchant bien, on trouve bien, sur l’annuaire du site du Portail de l’armement, qui “a vocation à être un lieu d’échange et de travail pour l’ensemble de la communauté de défense française et européenne“, et permet de se renseigner sur les appels d’offres, la fiche de la DRM, et quelques noms, et adresses. Mais si l’on veut lui écrire par e-mail, il faut le faire à des adresses en @laposte.net, pis : @yahoo.fr… La salle de consultations des marchés du ministère de la défense recense d’ailleurs 116 avis comprenant des e-mails en yahoo.fr. Imagine-t-on de voir les adresses e-mail de la NSA en @hotmail.com, ou @wanadoo.com ? Mais tout n’est pas perdu : dans son rapport, Yves Fromion avance en effet que “le programme du pôle national de cryptanalyse et de décryptement se poursuivra, avec l’acquisition de nouveaux moyens informatiques puissants (et que) la DGSE bénéficiera de la création de 20 postes, essentiellement destinés à accroître ses moyens de cryptologie.” Gageons qu’ils contribueront également à la sensibilisation des militaires aux rudiments de la sécurité informatique.

Logo de la page kids du site web de la NSA La majeure partie des services de renseignement américains disposent de sites web, à commencer par la NSA, qui propose même une section spéciale destinée aux enfants et leur permettant, aux travers de jeux, de coloriages et de quizz, de se familiariser avec l’”intelligence” (renseignement, en VF). En France, il faut fouiller dans les rapports parlementaires pour parvenir à s’informer (6). Depuis quelques temps, on assiste cela dit à un relatif “coming out” du volet “guerre de l’information” de l’armée française. En septembre 2003, France 3 diffusait ainsi un reportage sur le plus important des centres d’écoute et d’interception de la DGSE. Le 14 juillet 2004 défilait sur les Champs Elysées un aréopage de la Brigade de Renseignement, qui regroupe les différentes unités militaires de “guerre électronique“. Mais si, à en croire tous ces politiques pour qui la guerre de l’information doit être, au XXIe siècle, ce que le nucléaire fut à la guerre froide, l’effort doit être européen, il devrait aussi, à tout le moins, concerner ses propres citoyens.

Et ce, d’autant plus que ces technologies, de prime abord militaires, commencent aussi à être utilisées dans le cadre d’opérations de maintien de l’ordre. L’armée de l’air a ainsi procédé à l’expérimentation de l’un de ses système de drones “à l’occasion du sommet du G8 à Evian, en juin 2003, et lors des cérémonies commémoratives du débarquement en Normandie, en juin 2004“. Et Dominique de Villepin a créé, en janvier dernier, un Centre des technologies de la sécurité intérieure (CTSI) visant, entre autres, à équiper les CRS de drones, et à aider la DST et les RG à se doter de “techniques permettant de repérer un courriel dans le flot circulant sur la Toile“, d’intercepter les communications par satellite ainsi que celles de téléphones mobiles à l’étranger.

Et il ne faudrait pas que toutes ces capacités de surveillance, de brouillage et d’interceptions des télécommunications ne fassent le lit de Big Brother et ne dérivent vers des usages liberticides. A ce titre, on remarquera, avec l’ancien juge antiterroriste Alain Marsaud (UMP) que “la France est l’un des seuls pays démocratiques, avec le Portugal et la Turquie, à ne pas disposer d’une commission parlementaire de contrôle” de ses services de renseignement, et que la France a beau jeu d’en appeler à ses partenaires européens alors qu’elle est tout sauf transparente à ce sujet. Nicolas Sarkozy vient d’annoncer la mise en place d’un groupe de travail qui devrait “déposer un texte avant le 15 février, soit une proposition de loi, soit un projet de loi du gouvernement” allant en ce sens. Gageons qu’on en apprendra donc peut-être un peu plus sur l’utilisation qui est faite de toutes ces technologies de guerre de l’information.

Jean Marc Manach

PS : un certain nombre de liens renvoient vers des copies de pages web effectuées par archive.org, le nouveau site du ministère de la Défense ayant expurgé un certain nombre de ses anciennes pages web.

………

1. La NSA n’a le droit de divulguer ni son budget, ni le nombre de ses employés; elle affirme néanmoins pouvoir rivaliser avec les 50 premières sociétés du classement Fortune 500, et l’on estime qu’elle est le premier employeur de mathématiciens au monde. Selon James Bamford, qui révéla en 1982 l’existence de la NSA, elle emploierait plus de 60 000 personnes, plus que la CIA et le FBI réunis. On vient par ailleurs d’apprendre que le budgetcumulé des 15 services de renseignement américains était de 44 milliards de dollars. Il n’était “que” de 27 milliards en 1998.

2. En 1978, Jimmy Carter et Deng Xioping signaient en effet un accord permettant à la CIA de bénéficier des renseignements interceptés par les stations d’écoute de Qitai et Korla, situées près de la frontière sino-russe.

3. Dans un dossier passionnant intitulé Cyberwar, Tony Fortin avance même que “le complexe militaro-industriel a produit et façonné les jeux vidéo (…) L’apparition du complexe militaro-industriel du divertissement qui se traduit par un transfert constant des technologies développées à l’intérieur du marché des jeux vidéo vers le Pentagone (…) a abouti à déléguer une part de l’entraînement des soldats à des sociétés privées concevant les simulateurs virtuels. Ce partenariat profitait jusqu’alors surtout à l’armée : celle-ci bénéficiait des dernières innovations technologiques produites dans le commerce sans avoir à en payer le développement. (…) Néanmoins, les années 90 qui témoignent d’une massification des jeux vidéo vont faire émerger une nouvelle synergie. Le Pentagone va directement injecter des dépenses de recherche et investissement dans l’industrie des jeux.”

4. En 1994, le rapport Martre lança bien la notion d’intelligence économique en France, mais il la traitait essentiellement sous le seul angle des entreprises, la définissant l’”ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement, de distribution et de protection de l’information utile aux acteurs économiques obtenue légalement” (c’est moi qui souligne). Il fallu attendre le rapport Carayon pour voir les pouvoirs publics français se saisir de la question.

5. Ainsi, la Tour Eiffel ne fut pas détruite afin de permettre aux militaires français d’”effectuer des expérimentations sur la portée des ondes électromagnétiques, sur les interférences entre plusieurs émetteurs ainsi que sur la vulnérabilité aux écoutes de la télégraphie sans fil. La France fut par ailleurs à l’origine de l’appareil qui permit aux Alliés de détruire la quasi-totalité des sous-marins nazis, et la première compagnie de guerre électronique française date de la guerre d’Indochine.

6. Exception faite du site Spyworld Actu, de la liste de diffusion lancée l’an passé par l’auteur de ces lignes, et de l’association Guerrelec, il n’existe en effet quasiment aucune source d’information libre et ouverte consacrée à la guerre de l’information.

Sur ces mêmes sujets

Rétroliens

  1. rewriting.net » Archive » De “l’espionnage assisté par ordinateur”
  2. rewriting.net » Archive » Recueillir et intercepter, oui; espionner, non
  3. rewriting.net » Archive » La surveillance est(-elle) un business “comme un autre” (?)
  4. rewriting.net » Added to a feed: Internet : quand l’Etat ne nous protège pas
  5. SYSTÈME “HERISSON” : UNE STASI À LA FRANçAISE « Libertes & Internets
  6. SCiencextrA » Blog Archive » Internet en France sous haute surveillance
  7. Amesys surveille aussi la France » OWNI, News, Augmented
  8. Frenchelon | Economy & Society

8 commentaires

  1. par Toon

    Oui, mais est-ce que toutes ces hautes technologies du renseignement ne font pas justement partie de l’arcenal de propagande ? N’est-ce pas également un moyen idéal pour engouffrer (répartir) des sommes considérables d’argent, au nom de la protection des peuples ? Pour une efficacité qui n’est jamais vraiment démontrée, puisque tout ça est en partie secret.

    Un ami qui travaillait jadis à France Télécom me racontait que les gendarmes du coin venaient régulièrement au central, pour demander de placer des “cavaliers” sur certaines lignes. Pourquoi parle-t-on plus de ces grands secrets que de ces petites pratiques ? Ne se trompe-t-on pas de menace ?…

    Si l’auteur du billet m’entend…

    Toon

  2. “On” parle beaucoup plus des écoutes téléphoniques que de la guerre électronique, ce me semble. Pour ce qui est de vos “gendarmes du coin”, il me semble également qu’il existe une Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité, autorité administrative indépendante qui “peut procéder au contrôle de toute interception de sécurité en vue de vérifier si elle est effectuée dans le respect des dispositions” de la loi relative au secret des correspondances émises par la voie des télécommunications.

    Par contre, et faute d’un contrôle parlementaire des services de renseignement, on ne sait pas vraiment ce qu’écoutent, comment et pourquoi, les “grandes oreilles” de la “grande muette”. Nous verrons, en février, si Nicolas Sarkozy et les nombreux parlementaires qui en appellent à la création d’un tel contrôle auront été “entendus”.

  3. par touriste

    A l’heure de la mondialisation galopante on croit rever quand on lit que l’Etat va favoriser telle ou telle entreprise “nationale” !

    Mais aujourdhui quelle entreprise est rellement nationale ??

    Meme les grandes entreprises publiques (EDF, GDF, …) sont privatises.

    Ce qui va reellement se passer c’est que les services des etats nationaux seront intrumentalises pour servir des interets particuliers contre d’autres interets particuliers.

    Est ce vraiment le role de l’Etat de servir telle entreprise contre telle autre ?

    On ne peut meme pas dire qu’on travaille pour l’emploi.

    Par exemple si on avantage EDF cela creera davantage d’emplois dans les dizaines de pays ou cette societe intervient et quasiment pas en France ou la concurrence et les imperatifs boursiers vont l’obliger a reduire son personnel …

    Cet aspect de la question est vigoureusement nie par la plupart des intervenants du secteur, trop contents de d’avoir trouve un secteur juteux pour se recycler.

  4. par ysquierdo

    Si nous voulons véritablement que toute cette mise en scène et mise en oeuvre IE RENS SEC impacte sur les pratiques de nos concitoyens de tout secteur et horizon intellectuel confondu, il est nécessaire de donner aux experts que nous sommes, les moyens nécessaires et l’autorité, là où nous nous trouvons pour opérer, pour développer la Culture du renseignement , qui existe chez nos amis britanniques, Us etc …Tout le reste c’est de la littérature!

    Une femlme de terrain JYH

  5. par solo

    6. Exception faite de la liste de diffusion lancée l’an passé par l’auteur de ces lignes, et de l’association Guerrelec, il n’existe en effet quasiment aucune source d’information libre et ouverte consacrée à la guerre de l’information.
    ———————
    je vous trouve injuste que faites vous de : http://www.gerreco.com (meme si mis a jour non reguliere) et de : http://www.infoguerre.com/ qui s’efforce de delivrer une information la plus pertinante possible et accessible au commun des mortels .et pour les plus fortunes : http://www.intelligenceonline.fr/

    de meme quand touriste dit:

    A l’heure de la mondialisation galopante on croit rever quand on lit que l’Etat va favoriser telle ou telle entreprise “nationale” !
    Mais aujourdhui quelle entreprise est rellement nationale ??
    Meme les grandes entreprises publiques (EDF, GDF, …) sont privatises.
    Ce qui va reellement se passer c’est que les services des etats nationaux seront intrumentalises pour servir des interets particuliers contre d’autres interets particuliers.
    ——————————–
    quoi qu’il arrive cet mondialisation se fera avec ou sans nous … donc je pense qu’il est primordial d’aller de l’avant de prevoir et mettre en place (par le biais de l’intelligence economique) des moyens pouvant aider directement ou indirectement l’economie du pays .
    Cas le plus probant thomson a de cela quelque annees ‘perdu’ un contrat de 5 milliards de dollars avec le bresil au profit d’enron parce qu’enron ‘travailler’ avec la cia qui avait permis de casser le cryptage des communications entre thomson et le gouvrenement bresilien .Cryptage qui etait a l’epoque de 56bits (pfffffff) comparer au 128 d’aujourd’hui beaucoup plus resistant (pour combien de temps encore).
    Et toute les entreprise sont nationales (du moins tant que ca rapporte beaucoup d’argent aux fisc).
    ————————————-
    On ne peut meme pas dire qu’on travaille pour l’emploi.
    Par exemple si on avantage EDF cela creera davantage d’emplois dans les dizaines de pays ou cette societe intervient et quasiment pas en France

    mais ses entreprise emploi aussi beaucoup de personne directement ou indirectement (ex:airbus) meme si des contrats signer en pays ‘etranger’ profite aussi a l’industrie local.

  6. Concernant les sources, vous avez partiellement raison, je suis trop injuste, ayant omis de citer SpyWorld Actu, la revue de presse la plus complète à ce sujet (on regrettera juste qu’il ne donne pas le lien de ses sources);

    sinon, et comme vous le dites, IntelligenceOnline, tout comme le nouveau Technologie & Armement, sont réservés aux plus fortunés, guerreco (et non gerreco) n’est plus vraiment mis à jour (hélas), quant à infoguerre.com, la vitrine de l’Ecole de Guerre Economique (EGE), elle ne parle particulièrement des NTIC militaires, mais plus d’intelligence économique, au travers du prisme de la notion de “patriotisme économique” défendue par ses fondateurs;

    pour ce qui est de l’intelligence économique, Martinet-on-line, VTech et veille.com me semblent bien plus intéressants;

    j’aurais aussi pu citer, et pour ce qui est de la sécurité informatique, l’incontournable magazine MISC, ainsi que CSO et ses inénarrables billets signés Marc Olanié, le seul journaliste ès-sécurité informatique francophone à faire montre d’humour, et qui reviennent tous deux, de temps en temps, sur le sujet;

    j’aurais enfin pu citer les différentes aires du site web du ministère de la défense qui en parlent de temps en temps, mais il n’est guère facile de s’y retrouver, les infos y sont éparpillées, et nombre de documents particulièrement intéressants ont disparu, comme indiqué, depuis le lancement de sa nouvelle version… j’ai préféré, dans mon “papier”, mettre en avant les rapports parlementaires, parce qu’ils sont, in fine, les seules sources de référence à même de nous informer…

  7. par Pierre

    Bonjour,

    “SpyWorld Actu, la revue de presse la plus complète à ce sujet (on regrettera juste qu’il ne donne pas le lien de ses sources)”

    Vous trouverez désormais le lien de la source en bas de chaque article. Il est vrai que j’aurais du ajouter cette “fonctionnalité” bien avant.

    Cordialement,

  8. par solo

    Donc vous voyez qu’il y a des sources source d’information libre et ouverte consacrée à la guerre de l’information.
    donc mon post (meme si remplie de faute) a donc servie a quelquechoses puisque j’ai permis a vous de mettre des liens pour ceux qui ne savent pas ou chercher ni quoi chercher. ;)

    PS:pour les fautes j’ai une excuse (de merde desole je suis plus de 10 heures par jour devant mon pc (informaticien)).
    et vive les rebels car si ils n’existaient pas on n’avancerait pas…