L’informatique omniprésente sera-t-elle magique ?

Par le 17/04/07 | 3 commentaires | 3,463 lectures | Impression

Lors de la conférence sur les technologies émergentes (ETech), qui s’est déroulé fin mars à San Diego, Mike Kuniavsky, le fondateur d’Adaptive Path et de Thing M, un studio de design, a livré un intéressant propos sur l’informatique omniprésente intitulé “The Coming Age of Magic” (Le nouvel âge de la magie, présentation .pdf).

Pour lui, l’informatique omniprésente ne sera plus regardée comme un animal étrange si elle parvient à rendre le quotidien magique, c’est-à-dire à proposer des “objets enchantés”. Cela ne signifie pas qu’il faut faire croire que la technologie est magique ou tromper le consommateur sur la nature des techniques employées. C’est une abstraction pour décrire comment les objets enchantés fonctionnent.

Pour Kuniavsky, les “objets enchantés” ont les propriétés suivantes :

  • Ce sont des objets du quotidien ;
  • Nous savons à peu près comment les utiliser ;
  • Ils sont physiques. Nous les attrapons, les retournons, les tordons, les poussons ;
  • Ils n’ont pas d’écran. On n’attend pas d’eux qu’ils produisent du texte ;
  • Ils ne se comportent pas comme s’ils étaient humains et nous n’attendons pas cela d’eux (…) ;
  • Ils ne sont pas surhumains. Ils peuvent être difficiles à contrôler mais au bout du compte, nous tenons les commandes, pas eux.

Pour lui, certains objets possèdent déjà ces propriétés comme le Globe ambient, le médaillon de Nokia, le lapin Nabaztag ou des “baguettes magiques” telles que la Wii de Nintendo.

La magie de Kuniavsky est une métaphore utile et puissante, qui facilite l’appropriation des objets nouveaux, sans pour autant autoriser la médiocrité : “La magie – en tout cas la bonne magie – ne cache pas, ne trompe pas, n’estropie pas : elle explique.‘”

Pour une informatique omniprésente de la réalité
Un avis que ne partagerait certainement pas l’anthropologue d’Intel, Genevieve Bell, qui signait en avril dernier un remarquable article avec le professeur d’informatique Paul Dourish intitulé “Les futurs d’hier : note sur la vision dominante de l’informatique omniprésente” (.pdf). Les auteurs soulignaient que les promesses de l’informatique omniprésente, qui ont plus de 10 ans, commencent à vieillir, d’où leur plaidoirie pour une “informatique omniprésente du présent”, c’est-à-dire une vision qui prendrait appui sur les recherches pluridisciplinaires concernant l’adoption des technologies et se centrerait sur le désordre de la vie quotidienne pour l’exploiter.

“Notre incapacité à mesurer l’arrivée de l’informatique omniprésente est enracinée (au moins en partie) dans l’idée de son interopérabilité et de son homogénéité sans couture. Le monde de l’ubicomp (ubiquitous computing) a été pensé pour être propre et ordonné ; mais il s’avère être plutôt porteur de désordre. Plutôt que d’être invisibles ou discrets, les dispositifs de l’ubicomp sont fortement présents, évidents et marqués (…). L’informatique omniprésente s’est avérée être caractérisée par l’improvisation et l’appropriation ; comme un ensemble de technologies attachées ensembles et qui ne se synchronisent qu’au prix d’efforts considérables ; par des appropriations surprenantes des technologies à des fins que leurs inventeurs n’avaient jamais jamais imaginées, voire radicalement opposées à leurs intentions ; par des interprétations sociales, culturelles et législatives des buts de cette technologie extrêmement différentes les unes des autres (…).”

Signalons que Genevieve Bell vient de se mettre à bloguer sur le nouveau blog d’Intel dédié aux “Visions“, porté par les meilleurs techniciens et scientifiques de l’entreprise.

Fabien Girardin, dont nous évoquions les propos sur le même sujet lors de la conférence Lift07, signale d’ailleurs sur son blog les conclusions d’une étude de Shin’ichi Konomi et George Roussos sur les leçons tirées de déploiements à grande échelle de puces RFID (en l’occurrence le système utilisé pour la billetterie du métro de Londres et celui d’une chaîne japonaise de grands magasins). Le constat sur le fonctionnement actuel de l’informatique omniprésente est là encore assez sévère : l’ubicomp d’aujourd’hui est faite d’îlots de fonctionnalités plutôt que d’un ensemble de connections sans couture. Ce qui conduit les chercheurs à redéfinir les défis de la recherche dans ce secteur en prenant en compte les contraintes du monde réel : “Apprendre comment traduire les principes, directives et modèles découverts dans le contexte d’une recherche en outils utiles pour construire des systèmes d’informatique omniprésente dans le monde réel.”

Via Putting People First (ici et ici).

3 commentaires

  1. Merci beaucoup pour mettre en evidénce autant d’articles de Putting People First et les rendre disponible à un public francophone. Je suis maintenant à la recherche des exemples de journaux qui utilisent les technologies de web 2.0 pour avoir plus de contenus générés par l’utililisateur. Quelqu’un de vous en connaît des exemples?

  2. C’est nous qui vous remercions de réaliser un blog aussi passionnant, Mark.

    Je suis maintenant à la recherche des exemples de journaux qui utilisent les technologies de web 2.0 pour avoir plus de contenus générés par l’utilisateur. Quelqu’un de vous en connaît des exemples ?

    Pour répondre rapidement, en France, de nombreux journaux ont ouvert des plate-formes de blogs ou sollicitent les contenus de l’utilisateur : comme la plate-forme du Midi Libre – http://www.midilibre.com – ou celle du Dauphiné Libéré – http://wwwquelcandidat.com. On a le même phénomène dans le domaine de la vidéo sur TF1, la première chaîne française en terme d’audience : http://13h.tf1.fr/13h/vos-videos.
    Ou la récolte de photos des internautes sur Libération, l’un des grands journaux nationaux : http://photos.blogs.liberation.fr/. Pour ne citer que quelques exemples.

    Des start-ups sur ce mode sont même en préparation : Obiwi – http://www.obiwi.com – ou Rue89 – http://makingof.rue89.com… Pour n’en citer que quelques-unes.

    3 commentateurs francophones essentiels pour suivre l’actualité française de ce sujet :
    http://benoit-raphael.blogspot.com
    http://mediacafe.blogspot.com
    et http://ecosphere.wordpress.com.

  3. par falaye

    je suis à la recherche d\’un harckeur.