Androïd, panorama de la création d’applications mobiles

Le challenge Android (cf. billet précédent) a livré ses premiers résultats et a élu une cinquantaine d’applications : voir un aperçu plus détaillé de 46 des 50 applications lauréates (.pdf) et une liste avec des liens pointant vers les applications qui disposent d’une présentation en ligne. Le concours n’est pas fini, puisqu’il va continuer à écrémer les finalistes. En attendant, cette première liste est plutôt intéressante sur les tendances qu’elle dévoile : elle fait la part belle aux services de géolocalisation et aux réseaux sociaux, comme le constate le Zoom sur 10 d’entre elles qu’a réalisé le Journal du Net.

Read this doc on Scribd : Android Developer Challenge winners

Dans cette liste on compte au moins trois applications françaises, celle de VoxMobilis, PhoneBook 2.0, un carnet d’adresse sécurisé, synchronisé et social ; Marvin, un application de réseau social qui permet à ses membres de géolocaliser leurs messages ; et Piggyback, une application de co-voiturage dynamique.

Au final, le grand gagnant de ce concours, c’est l’innovation à la Google qui fait école. Le MIT lui-même a proposé pas moins de 7 projets au concours. Sur le modèle du concours d’Androïd, Apple et Blackberry viennent de lancer le leur, fortement doté également, dans le but de drainer à leur tour l’intérêt des développeurs vers leurs outils.

Les premières démonstrations publiques de la plateforme Androïd laissent présager encore de nombreuses applications (notamment cette intégration vidéo de StreetView qui s’oriente avec le téléphone mobile et son GPS intégré). Reste à savoir si plateforme va attirer les constructeurs… En tout cas, comme le souligne avec raison Frédéric Cavazza, certains devraient y trouver une solution open source prête à l’emploi pour rattraper rapidement leur retard sur l’iPhone d’Apple. Est-ce que ce sera suffisant pour « se rendre » à Google ?…

À lire aussi sur internetactu.net

5 commentaires

  1. bonjour,
    question très bête, mais en quoi est-ce intéressant le fait que les applications soient plutôt orientée vers la « géolocalisation » et les « réseaux sociaux », je dois avoir l’air de débarquer de la lune, mais en quoi ces outils, dont je ne dois pas comprendre l’utilité sont-ils intéressants.
    Et intéressant, cela signifie ouf, les gens réfléchissent enfin à de nouvelles solutions (ou autres?) ou bien : au secours : big brother a gagné ?
    ou alors, ça n’a rien à voir ?

    merci de m’expliquer tout ça.

    A bientôt

  2. Cela montre simplement que pour beaucoup de développeur d’applications mobiles, l’avenir du mobile réside dans la géolocalisation et les réseaux sociaux, 2 types d’applications que nos téléphonent savent très mal gérer aujourd’hui. Outre la voix et les SMS (et de plus en plus les photos et les vidéos), nos téléphones devraient demain nous servir aussi à nous géolocaliser et à rester en contact avec nos amis, d’être au courant de ce qu’ils font en ligne ou dans la vie.

    Les développeurs réfléchissent à de nouvelles solutions et aussi, à comment mixer les nouvelles aux anciennes, en faisant coexister plusieurs types de services.

    Pour Big Brother, comme dirait : « qui vivra verra ». 😉

  3. bonjour,

    alors ma question est la suivante : il y a des PDA qui ont le GPS, il a des portables-PDA, en quoi est-ce novateur, étonnant, réfléchi, que les développeurs suivent le cours naturel des choses et fassent des téléphone-GPS-PDA, d’autant que tout ce monde là va déjà sur internet, donc sur facebook, myspace etc. donc sont tous vecteurs de réseaux sociaux de base …
    par ailleurs, un réseau social est un moyen de contacter une liste d’amis-contacts, ce que fait déjà le téléphone, la seule différence, à mon sens, c’est la possibilité d’un support « fixe », relativement permanent, d’informations partagées, hors, souvent la qualité sonore et visuelle des téléphone ne permet pas d’en profiter, donc l’intérêt … ?

    En fait, je comprends maintenant la démarche, mais tjs pas l’intérêt, enfin, comme vous le dites, qui vivra, verra …
    merci en tout cas de votre réponse et bonne journée 🙂

  4. La grande question : comment Google gagne-til de l’argent avec Androïd ?

    Sans doute en imposant son célèbre et ô combien profitable système publicitaire….

    Avec un peu dechande d’ici 2 ans nous aurons des coupures de pub vocales dans nos conversations, dépendante des mots utilisés par les deux interlocuteurs….

    Lors d’une prise de bec au téléphone ou le mot « salope » est prononcé, je vous laisse imaginer l’effet de d’une coupure de pub pour un site porno ;-))))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *