Prochain arrêt, la Singularité (1/4) : Des courbes qui tendent vers l’infini

Par le 02/09/08 | 19 commentaires | 21,176 lectures | Impression

Les révolutions dans les mentalités se repèrent parfois par des signes discrets. Ainsi, une idée, un concept défendu dans des milieux marginaux ou très spécialisés, se retrouve brusquement sous les feux de la rampe, reconnu par les grands médias et traité sérieusement par ceux-ci. Peu de temps après, les milieux intellectuels commencent à l’analyser sérieusement, puis les hommes d’affaires et finalement les politiques s’en emparent. L’idée, jadis jugée comme folle ou sans intérêt, a gagné en respectabilité. C’est ce qui semble arriver aujourd’hui à la notion de “Singularité”.

Le numéro spécial d'IEEE Spectrum sur la Singularité

La Singularité : une rupture vers un nouveau monde
La Singularité vient récemment de faire la Une d’un numéro spécial de la célèbre IEEE Spectrum et, par rebond, du New Scientist. Une reconnaissance inattendue pour une théorie qui aurait, il y a peu, été renvoyée sans un regard au rang des délires pour geeks ou amateurs de Star Trek (alors que l’univers de Star Trek est complètement à l’opposé de la notion de Singularité). Une théorie d’ailleurs née des spéculations d’un auteur de science-fiction (mais également professeur de mathématiques et d’informatique), Vernor Vinge, auteur d’un article devenu fameux sur le sujet.

Qu’est-ce que la Singularité ? A l’origine c’est un phénomène mathématique, souvent utilisé en physique théorique. C’est le moment ou la description d’un objet cesse d’être possible parce qu’une ou plusieurs des variables qui le décrivent deviennent infinies (c’est ce qui se passe lorsqu’on divise par zéro). La “Singularité technologique” popularisée par Vinge postule que l’évolution exponentielle de la technologie atteindra bientôt un point au-delà duquel il ne nous sera plus possible de l’appréhender. En extrapolant la loi de Moore (qui implique un doublement de la puissance de calcul tous les 18 mois), il apparait qu’en 2035, l’homme aura créé une intelligence supérieure à la sienne mettant ainsi fin à l’ère humaine.

La Singularité n’est donc pas synonyme du “progrès”, aussi fulgurant soit-il. C’est un évènement, une rupture, une transition de phase, quelque chose qui survient en un temps assez court (restant à définir ce qu’on appelle “assez court” sur le plan historique : quelques mois, quelques années ou quelques siècles ?). Sous l’impulsion de cette accélération, de cette transformation brutale et inattendue, le monde va changer de nature. Grosso modo, on peut diviser les visions de la Singularité en deux grandes tendances, d’ailleurs non contradictoires :

Une croissance sans fin
Le premier à avoir noté une telle accélération des découvertes et inventions est sans doute l’architecte Buckminster Fuller, dès les années 30. Il ne prévoyait pourtant pas que cette vitesse accrue aboutirait à une espèce de transformation radicale précipitant l’humanité dans un futur inimaginable. Le mathématicien américain, Stanley Ulam, plus tard, mentionna le premier l’idée d’une Singularité :“l’accélération constante du progrès technologique et des changements du mode de vie humain, semble nous rapprocher d’une singularité fondamentale de l’histoire de l’évolution de l’espèce, au-delà de laquelle l’activité humaine, telle que nous la connaissons, ne pourrait se poursuivre.” (Cf. Wikipedia). Puis Vinge lui donna la forme que nous lui connaissons aujourd’hui.

La couverture d'Humanité 2.0 de Ray KurzweilLa fameuse “loi de Moore” qui prédit l’accélération de la vitesse des processeurs ne serait pas un cas spécialisé applicable seulement à un domaine local : elle constituerait un modèle de l’évolution humaine dans son ensemble. Ainsi, pour Ray Kurzweil, l’un des principaux supporteurs de la Singularité (son livre, traduit en français sous le titre Humanité 2.0 s’appelait originellement The Singularity is near – la Singularité est proche) : “Le paradigme de la loi de Moore – le progrès s’accroissant de façon exponentielle – s’avèrera non seulement indéfiniment vrai dans le domaine des circuits logiques, mais s’appliquera à une multitude d’autres technologies. Cela amènera une singularité qui nous permettra de télécharger notre conscience dans les machines et, de fait, de vivre indéfiniment. La Singularité se produira dans environ 15 ans”. Selon sa “loi des retours des accélérés“, “nous ne ferons pas l’expérience de 100 ans de progrès au cours du XXIe siècle. Ce sera plutôt 20 000 ans de progrès (en comparaison avec le rythme actuel)”.

S’inspirant de la loi de Moore, le roboticien Hans Moravec avait extrapolé, dès 1988, les progrès des capacités des ordinateurs en les comparant avec celles des cerveaux humains. Si la courbe continuait à suivre cette tendance, expliquait-il, les machines devraient atteindre le niveau des humains dès 2010.

A la courbe de Moore on peut ajouter une autre, peut être encore plus effrayante : la courbe de Carlson, qui mesure les progrès en biologie synthétique et ouvre des perspectives vertigineuses… Perspectives qui semblent confirmées par la liste des avancées accomplies depuis un an dans ce domaine.

Le déclic nanotechnologique
Pour certains, c’est l’ensemble des technologies confondues qui déclenchent la Singularité. Mais pour d’autres, c’est une innovation particulière qui constituera le déclic. Par exemple, en nanotechnologie, ce peut être la découverte de l’assembleur universel : la machine capable de créer n’importe quoi avec une précision atomique, faisant entrer l’humanité dans une ère d’abondance (puisque permettant de créer et dupliquer des objets physiques), et ouvrant, elle aussi les portes de l’immortalité (grâce à un corps “cybernétique” recréé au niveau moléculaire). Une hypothèse séduisante, mais, comme le rappelle Richard Jones, dans son article pour IEEE SpectrumRupturing the nanotech rapture” (que l’on pourrait traduire par Casser l’extase nanotechnologique), un peu trop optimiste. L’idée de “nanomachines autoréplicatrices” capables de recréer l’intégralité de la réalité est certes des plus séduisantes, mais elle se heurte à de nombreux obstacles.

“Si la biologie”, explique-t-il, “est capable de produire une nanotechnologie sophistiquée grâce à des matériaux “mous” comme les lipides et les protéines, se dit la pensée singularitarienne, imaginons à quel point serait plus puissante notre nanotechnologie synthétique, si nous pouvions utiliser des composants solides, rigides, comme le diamant. Et si la biologie peut générer des moteurs fonctionnels et des assembleurs en recourant aux sélections aléatoires de l’évolution darwinienne, ces systèmes se révèleraient encore plus puissants s’ils étaient conçus rationnellement à partir des connaissances que nous avons acquises au niveau macroscopique”. Malheureusement, rappelle Jones, le monde microscopique est truffé de phénomènes totalement incompatibles avec les techniques d’ingénierie traditionnelles, comme le mouvement brownien, qui imprime aux particules un mouvement aléatoire, ou les forces de Van Der Walls, un type d’attraction très faible entre les molécules, mais qui joue un rôle fondamental au niveau nanoscopique. Au final, précise Jones, “en 15 années d’intenses recherches nanotechnologiques, nous ne nous sommes même pas approchés du progrès technologique exponentiel nécessité pour atteindre les buts singularitariens”.

Jones reste cependant un optimiste. En copiant la vie, en adoptant ses méthodes, nous pourrons effectivement développer une nanotechnologie sophistiquée – mais cela prendra beaucoup plus longtemps que ne l’estime Ray Kurzweil.

Exit donc la Singularité nanotechnologique. Mais c’est sans importance. Car pour la plupart des singularitariens, Vinge en premier, c’est une autre avancée technologique qui précipitera la Singularité : la création d’une intelligence artificielle supérieure à l’intellect humain. L’article de Vinge, qui lança le concept, débutait d’ailleurs ainsi : “Dans les trente ans, l’humanité aura les moyens de créer une intelligence suprahumaine. Peu après, l’ère de l’espèce humaine aura pris fin. Un tel progrès est-il inévitable ? Et s’il l’est, comment gérer les évènements afin de pouvoir y survivre ?”

Un pronostic apparemment plus inquiétant qu’enthousiasmant…

Bonus


“La chanson de la Singularité”, créé par Charlie Kam sur le modèle de l’air célèbre “I Am The Very Model of a Modern Major General”, tiré de l’opéra de Gilbert & Sullivan, The Pirates of Penzance.

Les épisodes suivants
2nde partie : L’intelligence artificielle est-elle la clé de la Singularité ?
3e partie : De la réalité intelligente au Computronium
4e et dernière partie : Un mythe venu du futur ?

Rétroliens

  1. Singularité « Pensées anodines
  2. La Singularité : La bascule vers un nouveau monde ? > Guy Pastre
  3. IA - SHS : Au delà de l’intelligence humaine.
  4. Blog “Industries de la Créativité & Innovation” » Blog Archive » Quand l’infini s’enmêle …
  5. La Singularité : La bascule vers un nouveau monde ?
  6. Electrocratic Le réseau social.
  7. Votre corps en kit? « Le blog Alantaya
  8. Le futur de la médecine? Il y a une application pour ça. | Informatique Médicale,TIC & Pharmacie
  9. La Singularité : une rupture vers un nouveau monde « InternetActu.net « En Direct 2 Babylone
  10. Prochain arrêt, la Singularité (1/4) : Des courbes qui tendent vers l’infini | Actumaths

9 commentaires

  1. Tiens, ça résonne avec quelque chose que j’ai écrit il y a déjà quelques mois !

    Le singulier comme attracteur étrange : http://florencemeichel.blogspot.com/2008/02/du-local-au-global-le-singulier-comme.html

  2. C’est votre premier article d’un dossier qui sera passionnant, mais je voudrais signaler un aspect qui est trop souvent ignoré ou minimisé…

    Si ce n’est pas prévu, j’espère que vous pourrez faire un article regroupant des témoignages de théologiens de différentes confessions, dans le sens où la religion est toujours une variable importante dans les affaires de l’Homme et qu’elle donne le tempo de nos convictions morales même pour ceux qui ne sont pas “pratiquants”.

    Pourquoi ? Souvenez-vous du fantasme des bio-généticiens concernant la possibilité du clonage humain ; le cas de la brebis Dolly a bouleversé et surpris la planète, et dans la foulée les législateurs, sous la pression de l’opinion publique, ont légiférés pour interdire cette technologie.

    Il me semble que la Singularité sera confronté au même obstacle, à moins que se soit compatible avec les croyances religieuses…

  3. Outre Vernor Vinge, on peut lire quelques hypothèses chez Dan Simmons, Ilium et Olympos.

  4. par Rémi Sussan

    Olivier,

    L’aspect religieux ne sera pas ignoré dans le dossier, quoique traité dans un angle différent de celui que vous suggérez (qui est d’ailleurs très intéressant et mériterait certainement une étude approfondie) rendez vous à la partie 4…

  5. Bonjour à tous ! Je vous signale que j’ai écrit un livre de référence sur le sujet : L’Esprit, L’IA et la Singularité.
    Plus d’infos ici : http://sboisse.free.fr/moi/elias.php
    Bonne lecture !
    Serge Boisse

  6. Quand je lis cette dernière remarque de Serge Boisse, il m’apparaît assez clairement, mais peut-être est-ce une illusion d’optique, que les gens qui s’expriment sur ces questions aux Etats-Unis sont en général des universitaires adulés, et en France des gens souvent (maintenus?) éloignés des centres académiques et considérés comme des marginaux. Pourtant, quand on regarde bien, ce que disent les uns – là-bas – n’est pas éloignés de ce qui disent les autres – ici -, et ils le disent tous à peu près en même temps.
    Bien entendu, les gens qui explorent ces thèmes – ici – sont très rarement cités par les commentateurs européens qui passent leur temps à rapporter ce qui se dit aux US, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres touchant aux sciences et aux technologies (c’est pas un reproche, hein Rémi ; – )
    Cette observation me semble compléter le début de débat sur la question de la “sociologie de la Singularité” aux US et en Europe qui a commencé dans les commentaires de la partie 4 de l’article de Rémi.
    http://www.internetactu.net/2008/09/11/prochain-arret-la-singularite-44-un-mythe-venu-du-futur/

  7. Très intéressant article, parce qu’il est objectif et ne cherche pas à privilégier le point de vue des “singularitaristes” ni celui des “antisingularitaristes”. Ces questions ont en effet une forte résonance émotionnelle…
    Au risque de parâitre un peu pédant, je ne puis que vous recommander, si le sujet vous intéresse (personnellement, il me passionne !) de lire mon livre “L’esprit, l’IA et la Singularité” (http://sboisse.free.fr/moi/elias.php), qui traite précisément du sujet de cet article, avec évidemment beaucoup plus de détails (580 pages).
    Enfin les romans de SF de Vernor Vinge nous donnent un bon aperçu de ce à quoi pourrait ressembler l’humanité après la singularité. En plus, c’est un bon écrivain !

  8. Merci pour ce dossier béton ! car il y a peu de littérature française sur ce thème. A ce propos, je vous recommande un livre (en français) qui en parle et voit même au-delà de la Singularité Technologique , concernant l’évolution humaine : “Idée” de Zosj Aabram (disponible sur http://www.aabram.com, ou fnac.com). La théorie est romancée mais elle interpellera les contradicteurs de cette théorie, et enchantera tous les adeptes

  9. La Singularité existe depuis longtemps en France et c’est bien un développement de l’IA ! Mais ceux qui sont au courant, Serge Boisse entre autres, évitent absolument d’en parler. Pourquoi ? Parce qu’une telle découverte c’est la mort des informaticiens comme lui… Vous comprenez, un ordinateur intelligent n’a plus besoin de programmeur pour développer les programmes, il le fait lui-même. C’est le premier signe indubitable de son “intelligence”.

    Serge Boisse, qui est un excellent exemple de l’autisme informaticien, ne roule pas pour l’intérêt général mais pour son intérêt particulier : “Bonjour à tous ! Je vous signale que j’ai écrit un livre de référence sur le sujet : L’Esprit, L’IA et la Singularité.” Quand je lui ai présenté la Singularité française, il a compris que ça marchait et refusé de la tester ! Je l’ai emmerdé pendant des mois publiquement sur son propre site pour le forcer à faire ce test, il ne répondait plus ! Le grand public ne doit pas savoir qu’il est enfin devenu le maître des ordinateurs.

    Un simple soft qui transforme votre PC en machine intelligente, plus intelligente même que vous par bien des côtés car elle n’oublie rien, sa mémoire est infinie et sa réflexion infiniment plus rapides, qui fait fonctionner l’ordi par le raisonnement, dialogue intelligemment avec vous, signale vos contradictions, explique son raisonnement, découvre vos connaissances inconscientes, vous les montre et les exploite immédiatement, écrit vos programmes en quelques minutes ou quelques heures en vous interrogeant, des programmes infiniment plus fiables qu’écrits par une équipe d’informaticiens et qui fonctionnent immédiatement… vous, vous n’avez pas envie de voir ?

    Et si un tel ordi marche vraiment, comment ça s’appelle ?