La prochaine révolution ? Faites-la vous même !

Par le 26/10/10 | 28 commentaires | 13,731 lectures | Impression

Dans la prochaine révolution industrielle, les atomes seront les nouveaux bits

En janvier 2010, Chris Anderson, rédacteur en chef de Wired et auteur de La longue traîne, tentait ainsi de résumer la révolution en cours du Do It Yourself (DIY, Faites-le vous même, en français). Après avoir considérablement contribué à développer, et démocratiser, ce que l’on appelait au siècle dernier la “micro-informatique“, puis l’internet, hackers et bidouilleurs s’attèlent aujourd’hui à la fabrication et au développement de nouveaux objets, “libres“.

RallyFighterChris Anderson évoque ainsi la Rally Fighter, la première voiture de course “open source” (ses spécifications sont “libres“), développée de façon communautaire, en mode “crowdsourcing” (du nom donné au fait d’utiliser la créativité, l’intelligence et le savoir-faire d’un grand nombre d’internautes).

Pour lui, c’est une véritable révolution, non seulement industrielle, mais également dans le rapport que l’on entretient avec les technologies, les objets. Pour Marten Mickos, ex-PDG de MySQL, cette révolution porte encore bien plus sur ce que peuvent faire les êtres humains entre-eux, dès lors qu’ils se mettent en réseau :

“Auparavant, les gens collaboraient dans leurs villages. Aujourd’hui, le village, c’est la planète. Ca a débuté avec le développement de logiciels libres et open source, mais c’était une pure coïncidence : les développeurs de logiciels ont été les premiers êtres humains à véritablement embrasser l’internet.

N’importe quel autre groupe peut aujourd’hui connaître de tels bouleversements : on commence à le voir avec des journalistes, chercheurs, hommes politiques, professionnels de la santé, et aujourd’hui avec des fabriquants de voiture…”

Dans les années 50, l’expression Do It Yourself était utilisée pour qualifier ceux qui ne voulaient pas se contenter de consommer, mais également d’améliorer ce qu’ils avaient acheté (maison, voiture et autres biens de consommation).

Dans les années 60-70, l’essor de la contre-culture et des mouvements de refus de la société de consommation lui donnèrent une tournure plus politique, renouant avec les valeurs anti-industrielles prônées par le “mouvement des arts et métiers” de la fin du XIXe siècle (voir Houellebecq et les Fab Labs).

Aujourd’hui, le DIY est aussi un marché, et même une industrie : magasins, livres, émissions de télévision et magazines de bricolage, jardinage, décoration, cuisine… à quoi il faut rajouter, ces dernières années, le succès de places de marché comme etsy.com, qui permet à ses utilisateurs de vendre les objets qu’ils ont fabriqué (et à certains d’en faire leur métier).

La démocratisation (et la baisse des prix) des technologies a fait exploser l’offre et la demande de kits et composants permettant de créer ses propres robots, drônes et autres gadgets.

L’envol des valeurs du “Libre” (logiciels libres et open source, creative commons, réseaux sociaux et web 2.0) se traduit également aujourd’hui dans la démultiplication des Tech Shops, HackerSpaces, Fab Labs… lieux physiques où hackers et bidouilleurs peuvent partager outils, composants et compétences. A ce jour, on dénombre 45 FabLabs, dans 16 pays (de Jalalabad en Afghanistan à Medellin en Colombie en passant par le Kenya, les USA et les Pays-Bas), et près de 340 hackerspaces actifs, plus 259 autres en préparation :

1010MakeThingsNotWar 1010HackerSpaces

Le magazine Make, créé par O’Reilly en 2005, et les Maker Faire, lancés dans la foulée pour réunir, et célébrer, les adeptes du DIY, constituent la partie la plus visible du phénomène. Le nombre de sites web, de projets mais également d’approches pratiques de la question est tel qu’il est impossible d’en résumer la diversité.

On peut, par contre, en proposer un bref tour d’horizon, augmenté de nombreuses vidéos, afin de se faire une petite idée de ce qui est en train de se tramer, en ce moment, dans les garages des hackers du XXIe siècle.

  

Papas geeks, hackers décidant de modifier leurs matériel en profitant de leurs compétences logicielles (voir Hackers et sans complexe), universitaires créant des Fab Labs pour apprendre aux gens à créer leurs matériels par eux-mêmes, plutôt que d’avoir à les acheter… on est bien loin des bricoleurs du dimanche, et plus proches des bidouilleurs de l’internet des objets, de ces néoObjets du futur qui pourraient bien changer la nature de nos objets, sinon de la société.

Le phénomène commence d’ailleurs à se structurer, y compris d’un point de vue théorique, avec notamment la rédaction d’une définition de ce que peut et doit être un “matériel libre” (Open Source Hardware, en VO). Les projets, tout comme les objets, ne sont pas tous stricto sensu “open source“, mais la quasi-totalité proposent un mode d’emploi permettant de les refabriquer, et de plus en plus nombreux sont ceux qui partagent toutes les sources, schémas, firmware, logiciels, nomenclatures, listes de pièces, dessins, manuels et modes d’emploi de sorte que tout un chacun puisse les recréer, voir en commercialiser des projets dérivés, à la manière des logiciels libres et open source.

En 2008, le magazine Make avait répertorié 60 projets de matériel (hardware) “open source“. Fin 2009, il en dénombrait 125, répartis en 19 catégories. En 2010, il a arrêté de les compter.

On y trouve bien évidemment des imprimantes 3D permettant de créer toutes sortes de pièces et objets en plastique, silicone ou epoxy, de la célèbre RepRap, conçue pour pouvoir s’auto-répliquer jusqu’à la jolie petite MakerBot (649$) en passant par la luxueuse Fab@Home (à partir de 1950$), qui entend “démocratiser l’innovation“.

MakerBot            FabAtHomeModel2

3Dportrait2A quoi servent-elles ? A créer des petites pièces en plastique, coques ou socles d’iphone, briques et roues de légo, circuits électroniques personnalisés, bracelets, petits jouets ou personnages, pièges à souris (qui ne tuent pas les souris), toutes sortes de petits gâteaux ou chocolats (voir la galerie de Fab@Home), et même des auto-portraits en 3D

Arduino, utilisé par des milliers d’artistes, ingénieurs, designers et passionnés désireux de créer des objets ou environnements interactifs, indépendants, reliés à des capteurs ou des ordinateurs, est probablement le projet le plus avancé, c’est en tout cas le plus vendu (plus de 100 000 unités – à partir de 20$), et cloné, entraînant également un certain nombre de projets dérivés permettant d’y interfacer de la musique, une connexion internet ou encore un signal GPS.

A quoi ça sert ? A créer des interfaces tactiles, jeux en 3D, petits robots, exosquelettes, imprimantes thermiques, des vitrines interactives réagissant aux mouvements des passants, systèmes permettant d’alerter les clients de ce que vient de cuire un boulanger, robots serveurs dotés de capteurs afin d’ajuster le volume d’alcool à servir au taux d’alcoolémie des clients, des chapeaux interactifs vous punissant si vous ne souriez pas ou inspirés du casque des Daft Punk, un jeu vidéo permettant de contrôler une vraie petite voiture sur un vrai circuit…

  
  

Dans le Top 40 des projets Arduino compilé par HacknMod, on trouve aussi toutes sortes d’objets truffés de Leds, un capteur de pollution, une pédale “low teck” pour guitare électrique, un piano de poche, un robot qui lit votre fil RSS, une machine à café contrôlée par Wiimote, des drônes et voitures télécommandées, une harpe laser (voir aussi cette liste de projets sur le site d’Arduino).

gamekit_500 PocketPianoOne-700 metrognome

Les objets DIY ont aussi parfois une dimension culturelle, sinon politique. On connaît le TV-B-Gone, télécommande universelle dotée d’un seul bouton, le “OFF“. On peut l’acheter tout fabriqué (25$), mais aussi en kit (22$, tout de même), tout comme Wave Bubble, un brouilleur de téléphones portables, ou encore le BeDazzler, conçu pour se moquer des autorités américaines qui avaient dépensé 1M$ pour concevoir une nouvelle arme non létale, le Dazzler, censée rendre les gens malades grâce à des flashs lumineux. Sa réplique open source, créée par l’incontournable Lady Ada (qui vend se qu’elle crée sur Adafruit), a coûté moins de 250$…

  
botanicalls botanicalls_winstom_salem_schema_small

Le DIY permet aussi de faire des économies d’énergie, qu’il s’agisse de jauger la charge d’électricité d’une batterie, de fabriquer son propre chargeur USB pour téléphone portable ou lecteur MP3, ou encore de communiquer, par téléphone, SMS ou twitter avec… des plantes vertes, afin de savoir quand elles ont besoin d’eau, ou quand elles en ont trop (BotaniCalls & GardenBot).

De son côté, le projet re:farm the city s’est donné pour mission de fournir logiciels et matériels libres aux “fermiers des villes” afin de promouvoir l’auto-production locale, et l’agriculture bio, en milieu urbain.

La culture DIY étant essentiellement affaire de geeks, il était normal d’y retrouver un certain nombre de jeux, plus ou moins électroniques, tel Drawdio, un crayon qui joue de la musique lorsqu’on dessine, une “Brain Machine” créée par Mitch Altman, l’inventeur de la TV-B-Gone, qui mixe musique et flashs lumineux pour vous aider à méditer (existe aussi en version toute prête : Trip Glasses).

tripglasses
Instructables Retaurant

On peut aussi trouver des modes d’emploi pour se fabriquer des vélos en bois, en bambou, électriques ou dotés d’un sidecar, une machine à laver open source fonctionnant à l’énergie solaire, une maison faite avec 6 millions de bouteilles vides (en 19 ans), des prothèses open source, et même un restaurant open source, lancé au début du mois de juillet afin de “digérer la culture libre de l’internet“, et qui a été pensé, fabriqué et lancé à partir de modes d’emploi disponibles sur instructables.com, l’un des sites de référence de la culture DIY, avec make:, ou Thingiverse.

En France, le /tmp/lab et ses Hackers Space Festivals ont redonné au terme “hacker” sa connotation positive de bidouilleur de génie, et contribué à l’essor et à la reconnaissance des hacklabs (à noter que son Plastic Hacker Space Festival se tient du 29 au 31 octobre 2010).

Hackable:Devices, à la fois boutique en ligne de matériel libre, et communauté fédérant 500 utilisateurs actifs (hackers, créateurs, fabricants, investisseurs), s’est de son côté donné pour objectif de “libérer les appareils (pour) libérer la créativité des hackers, leur donner autant de contrôle que possible afin qu’ils ne perdent pas leur temps dans l’ingénierie inverse et se concentrent sur la création pure“. MadeInFr.org, plus technique, veut de son côté regrouper les contributions de bidouilleurs, électroniciens, et du “DIY français.

Babozor, dans sa Grotte du Barbu, contribue lui aussi à démocratiser le phénomène, expliquant que l’on peut tout hacker, du métro parisien au vieux PC , transformé en BarBQ grâce à un caddie de supermarché, et qui passe allègrement des nouvelles technologies au kitchen hacking, pour faire de la bière, un gâteau au chocolat sans four et de la crème au beurre à la perceuse…

  

Semageek, de son côté, regorge d’infos et modes d’emploi permettant, notamment, de recycler une vieille machine à écrire en clavier USB, de transformer une brosse à dent en robot, de modifier un téléphone portable pour démarrer sa voiture à distance, de bricoler voiture pour la piloter depuis un iPhone, de créer une veste interactive permettant de “transformer sa copine” en manette de jeux vidéos tout en la massant… ou de relier un pour capteur de gaz à un kit Arduino pour changer de chaine de TV “chaque fois que vous pétez“.

Les deux derniers exemples sont choisis à dessein : d’aucuns les considéreront (avec raison) comme de mauvais goût. Mais là n’est pas la question : ces objets modifiés, augmentés, hackés, détournés, l’ont été parce que les bidouilleurs en avaient besoin, mieux : parce qu’ils en avaient envie, et que ça leur faisait plaisir, même si ça ne sert à rien. Leurs bidouilles ne relèvent pas tant de l’économie de marché (même si tous ces objets ont un coût) que d’une volonté d’indépendance, et de s’amuser.

A l’ère de la bidouillabilité, définie par Tristan Nitot comme la “capacité – pour un objet technique ou un outil – à être détourné de sa fonction première en vue d’essayer de lui trouver de nouveaux usages“, la profusion de projets, et d’objets, issus de la culture DIY, et des valeurs des hackers, dessine un Nouveau Monde où, à la manière des transformations à l’oeuvre dans le web 2.0, de nouveaux modèles économiques émergent, et qui reposent, non pas sur la “vente” d’un produit, mais sur la “participation” à son élaboration, création, fabrication, modification…

On a coutume de décrire les créateurs de startups sous le forme de jeunes geeks équipés de portables, dans une chambre d’étudiant ou un garage. L’image vaut aussi aujourd’hui pour ceux qui vont bouleverser l’industrie, la création et la distribution de produits physiques. Des machines industrielles qui coûtaient auparavant plusieurs centaines de milliers de dollars peuvent aujourd’hui être achetées pour quelques milliers, voire fabriquées pour quelques centaines seulement.

Comme le souligne Chris Anderson, “n’importe quel garage est une usine high tech potentielle. Marx aurait été content“. Je ne sais si Marx l’aurait vraiment été, mais Anderson l’est très certainement. DIY Drones, un portail communautaire qu’il a lancé afin de développer des drônes pour pas cher, a généré un chiffre d’affaires de 250 000 dollars la première année, les 2/3 à l’export, et il espère atteindre le million d’ici trois ans.

Ses principaux concurrents ? Lockheed Martin et Boeing, dont il divise les coûts technologiques par 10, essentiellement en économisant sur les brevets et la propriété intellectuelle, en crowdsourçant la recherche et développement, tout en s’affranchissant de la bureaucratie, des commerciaux, communicants, bureaux, usines… la production des étant externalisée dans un TechShop du Colorado.

Dans son article sur ce qu’il qualifie de “nouvelle révolution industrielle, Chris Anderson résume la situation d’une phrase : “si ces 10 dernières années ont permis la découverte et l’émergence, sur le web, de nouveaux modèles sociaux post-institutionnels, les 10 prochaines années les verront s’appliquer dans le monde réel” :

“L’internet a démocratisé la publication, la diffusion et la communication, ce qui a eu pour conséquence d’accroître de façon massive le degré de participation et de participants dans le monde digital -la longue traîne des bits.

La même chose est en train de se produire en terme de fabrication – la longue traîne des objets. Le web n’était qu’une démonstration de faisabilité (proof of concept, en VO). Maintenant, la révolution va aussi toucher le monde réel.”

Cette façon de créer, en réseau, en partageant avec les autres méthodes, schémas et réalisations, sur le modèle des logiciels libres et open source (voir La cathédrale et le bazar), procèdent aussi de cette démocratisation de l’innovation évoquée par Eric von Hippel, pour qui “il y a 2 à 3 fois plus d’innovations de la part des consommateurs qu’il n’y en a dans l’industrie“.

En attendant de connaître la portée d’une telle “révolution“, et des créations (d’objets, mais également d’entreprises) qu’elle entraînera, on voit bien bien que désormais, après la nature (le jardinage), le bricolage (objets réels), le numérique (données et programmes), voici venu le temps des objets hybrides, à la fois réels (voire biologiques) et numériques.

Tout cela reste encore un peu technique, mais c’était aussi ce que l’on disait, dans les années 90, quand des myriades d’internautes ont commencé à créer leurs propres sites web, sans formation ni école, mais en bidouillant à partir de ce que les autres avaient fait. La question reste de savoir si, tout comme on est passé du langage HTML 1.0 aux technologies et usages du web 2.0, le DIY dépassera le seul stade de la “bidouille” pour accéder au grand public et permettre aux gens de se réapproprier les objets, de les améliorer, de les partager aussi.

C’est tout l’enjeu du Web², ce “web à la puissance 2” qui, après avoir déplacé les utilisateurs au coeur du système (le Web 2.0), veut exploiter l’intelligence collective des capteurs et des données. La question est donc aussi de savoir si on fera de cet ”internet des objets” un ”internet du peuple”.

& rendez-vous au Plastic Hacker Space Festival, au /tmp/lab à Vitry sur Seine, du 29 au 31 octobre 2010, ou encore au make art, festival des arts et technologies libres, du 4 au 7 novembre 2010 à Poitiers.

Voir aussi l’excellente présentation de Jean-Michel Cornu sur La fabrication numerique :

Ainsi que, sur Internet Actu :
Hackers et sans complexe
FabLabs : refabriquer le monde
Les enjeux de la fabrication personnelleEric von Hippel : il y a 2 à 3 fois plus d’innovations de la part des consommateurs qu’il n’y en a dans l’industrie

Rétroliens

  1. La prochaine révolution ? Faites-la vous même ! » OWNI, News, Augmented
  2. Anonymous
  3. B-ware // 3-7 octobre 2011 : semaine Internet des Objets à Brest (and much more) » Blog Archive » Un Fablab sur le Campus de Brest? Fabriquons-le! – Mercredi 5 octobre – 11h – 13h
  4. Le retour du « Faire soi-même » « Monde qui bouge
  5. L’impression 3D rapproche l’objet du vivant – Internet Actu | Navicorp
  6. Info généraliste by romainpouzol - Pearltrees
  7. DIY — Bruno ARLIGUY
  8. Les Fab labs en bibliothèque : nouveaux tiers lieux de création | Bibliomancienne
  9. Fab lab : La prochaine révolution en bibliothèque, faites-la vous-mêmes! – Marie D. Martel – Voir.ca
  10. Les lieux alternatifs à l’industrie : FabLabs, hackerspaces, makerspaces Télécom Paristech – 20/12/2012 | ENSCI Les Ateliers – Paris Design Lab
  11. Les lieux alternatifs à l’industrie : FabLabs, hackerspaces, makerspaces TÉLÉCOM PARISTECH | makehackfab
  12. makehackfab
  13. | Atelier du c01n

15 commentaires

  1. Merci beaucoup pour ce tour d’horizon très complet. Le Rally Fighter fait partie du projet Local Motors (http://yannigroth.wordpress.com/2010/05/21/local-motors-crowdsourcing-industrie-automobile/), et il y a d’autres voitures en projet: http://www.local-motors.com/competitions.php je ne sais pas où ça en est aujourd’hui… Quelqu’un a des informations là-dessus ?

  2. par Semageek

    Merci pour la citation, ainsi que pour cette concentré de DIY.

  3. Merci pour cette vision très large d’exemples et de visions (que je partage). Pour les voitures, il y a également le projet c’mm’n en hollande et le projet plus “intermédiaire” de Fiat au Brésil qui intègre des idées venant des utilisateurs dans des produits industriels. Je suis toujours à la recherche d’exemple dans le secteur des transports …
    Pour moi, le véhicule électrique offre ici son principal potentiel : à part la batterie, il s’agit d’une machine à laver ce qui devrait d’ici qq années, vraissemblablement en Chine ou en Inde, permettre de bricoler au sens noble des VE légers, donc efficaces, simples, réparables et pas chers.

  4. par serge

    Excellent article, qui permet surtout de se rendre compte du type de societe a laquelle contribuent et aspirent les hackers : la meme (bagnole, armes, jeux videos, surveillance, manipulation biologique, etc.), mais en moins cher.
    Le pire de tout cela etant certainement l’aura dont beneficient ces gens-la aupres des mouvements contestataires et anti-capitalistes, comme si, sous couvert de recyclage et d’economie d’energie, ils faisaient autre chose que participer a la fuite en avant technolgique qu’il font mine de contester.
    Une bonne occasion pour lire ou relire l’article intraitable des amigos de Ludd, “Les hackers et l’esprit du parasitisme”, ecrit il y a plus de 4 ans. http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=258

  5. par esther

    Dans l’histoire du Do it yourself, outre Atlantique, il y a aussi toute l’aventure du Whole earth Catalog, précurseur de l’internet.

    http://www.ecrans.fr/Do-it-yourself-1-5-Le-guide,7925.html

  6. Superbe article, je suis vert de rage de ne pouvoir passer au /tmp/lab ce week end…

  7. par tueursnet

    Balle de Webmaster :
    Vous croyez y être, mais vous n’y êtes pas. Vous ne croyez pas y être, mais si, vous y êtes.
    Internet est le lieu de toutes les médisances, nuisances et vengeances en tous genres.
    A l’heure du numérique, les pendules juridiques n’indiquent toujours pas la même heure.
    Décalage qui peut vous couter très cher, si vous vous baladez en étant persuadé qu’il n’y a aucune raison pour que quelqu’un vous plante un couteau dans le dos…
    C’est pourtant ce qui arrive tous les jours sous nos yeux parce que les visages sont masqués et les messages non signés.
    Tout est virtuel, à part les larmes ou le sang, qu’ils font couler…
    Vous pouvez toujours faire appel à des nettoyeurs sur le web, qui peuvent riposter en menaçant, en noyant ou en étouffant vos plus proches ennemis.
    Mais le plus court chemin reste : la bombe ou la tombe ?

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20Webmaster

  8. par Grunt

    @serge:

    Le réquisitoire contre les hackers dont tu parles ( http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/Hackers_et_parasitisme.pdf ) dont tu parles pourrait être intéressant s’il ne versait pas sans cesse dans l’anathème, aussi bourré de contre vérités, d’amalgames, sans réelle argumentation.

    Ce type de textes m’a toujours agacé, par son manque de fond solide, de base sur laquelle débattre.

    Pourtant, il y aurait effectivement des choses à dire, en premier sur la consommation de matières premières que nécessitent les technologies “hackables”.
    Mais s’attaquer à la vie privée sous prétexte qu’elle est une invention bourgeoise, ça apporte quoi?
    La charge contre les logiciels libres est amusante aussi: on ne saisit pas trop ce qui leur est reproché, à part d’être des logiciels, dont d’être technologiques.
    <>

    Heu, oui certes, ça doit paraître évident à l’auteur, sans doute. Pour ma part, je trouve bien léger de rejetter une nouvelle approche du logiciel en expliquant que ses initiateurs sont “coincés” entre une intelligence pragmatique (comment peut-on être coincé par son intelligence, sérieusement?) et une illusion. Ça fait un peu psy de comptoir.

  9. par Grunt

    @serge:

    Le réquisitoire contre les hackers dont tu parles ( http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/Hackers_et_parasitisme.pdf ) dont tu parles pourrait être intéressant s’il ne versait pas sans cesse dans l’anathème, aussi bourré de contre vérités, d’amalgames, sans réelle argumentation.

    Ce type de textes m’a toujours agacé, par son manque de fond solide, de base sur laquelle débattre.

    Pourtant, il y aurait effectivement des choses à dire, en premier sur la consommation de matières premières que nécessitent les technologies “hackables”.
    Mais s’attaquer à la vie privée sous prétexte qu’elle est une invention bourgeoise, ça apporte quoi?
    La charge contre les logiciels libres est amusante aussi: on ne saisit pas trop ce qui leur est reproché, à part d’être des logiciels, dont d’être technologiques.

    “Le libre accès aux codes sources, la possibilité d’utiliser et de modifier les programmes sans avoir à se soucier des droits d’auteur, la défense d’une conception libre et collective des logiciels, les échanges désintéressés de savoirs et d’outils, toutes ces émouvantes revendications reflètent le drame collectif d’une génération coincée entre son intelligence pragmatique et ses illusions technologiques, les seules qu’elle a reçues en guise de transmission effective.”

    Heu, oui certes, ça doit paraître évident à l’auteur, sans doute. Pour ma part, je trouve bien léger de rejetter une nouvelle approche du logiciel en expliquant que ses initiateurs sont “coincés” entre une intelligence pragmatique (comment peut-on être coincé par son intelligence, sérieusement?) et une illusion. Ça fait un peu psy de comptoir.

  10. par Ginko

    @Serge (again, http://www.internetactu.net/2010/10/26/faites-le-vous-meme-mais-quoi-mais-tout/comment-page-1/#comment-1042854):

    >Le pire de tout cela etant certainement l’aura dont beneficient ces gens-la aupres des mouvements contestataires et anti-capitalistes, comme si, sous couvert de recyclage et d’economie d’energie, ils faisaient autre chose que participer a la fuite en avant technolgique qu’il font mine de contester.

    Je ne sais pas d’où vous tenez cette assertion, surtout la fin (“qu’il font mine de contester”) puisque personne, du moins chez les hackers n’affirme contester la politique (en dehors des problématiques de licences, brevets, copyrights et assimilés) existante au nom des autres. Une bonne partie des hackers prône même une certaine neutralité vis à vis de la politique, ou du moins, une indifférence.

    Bref, si quiproquo il y a, il est à sens unique, les “mouvements contestataires et anti-capitalistes” se méprenant sur les hackers et peut-être même sur le DIY…

    Quand à ce fameux “article intraitable des amigos de Ludd”, Grunt a déjà fait le travail… niveau enfumage, l’article est de bon niveau…

  11. Cet article a été repris par LeMonde.fr.

  12. Les nouvelles technos ne sont pas les seules bases du DIY, il y a aussi la rareté, la pauvreté et la récupération
    En terme de mobilité voir ce qui se passe en Inde ou au Kenya et sans internet
    Voir là : http://transit-city.blogspot.com/2010/10/et-si-la-pauvrete-et-la-rarete.html
    et là : http://transit-city.blogspot.com/2010/10/linde-son-chhakda-et-ses-100-millions.html

    Et si dessous quelques lignes d’Hervé JUVIN in “L’Occident mondialisé : Controverse sur la culture planétaire”

    “Les automobiles ont des carrosseries de métal, les plastiques sont fabriqués à partir de pétrole, et les maisons comme les immeubles demandent de la pierre, du sable, du bois, du verre. et le feu tue. Le retour des biens réels est écrit.

    La question n’est pas celle des connexions Internet et du haut débit, du monde virtuel et des avatars, c’est celle de l’eau, du riz, du bois, de l’air.

    La rareté était le fait économique que la surabondance a fait oublier, générant des distributions aberrantes des revenus et des patrimoines.

    La question de l’accès aux biens vitaux va dominer le monde qui vient, avec la perspective raisonnable de biens réel rationnés, et d’une explosion des prix de la vie (…)

    Nous en revenons au monde de la première mondialisation. La richesse des biens réels redevient la première richesse. Et la culture sera culture de la rareté, culture de l’épargne et de la sauvegarde, culture du respect, de l’abstention, de la modération. (…)

    Monde compté, petit limité ; il n’y a en aura pas pour tous (…)

    La culture de l’individualisme, c’est-à-dire d’une extrême liberté dans l’emploi de l’espace public et dans l’appropriation privées de biens communs, se heurte à ce monde fini (…)

    La culture-monde adresse des désirs infinis à ce monde fini, il est exclu que tous disposent des moyens de leurs désirs, il faudrait neuf planètes pour faire vivre la population mondiale selon les standards californiens. En cela aussi la culture monde est coupable de la disparition du monde.”

    plus là : http://transit-city.blogspot.com/2010/07/le-retour-de-la-rarete.html

    Cessez de croire que tout tourne autour du 2.0 et que tout s’invente dans les pays riches et technophiles.

    Merci de vous ouvrir un peu plus aux réalités sociales et économiques du monde

    François Bellanger

  13. par serge

    @Ginko et Grunt,

    Je pense qu’il serait interessant de discuter serieusement du texte des amigos de Ludd au dela son aspect pamphletaire. En ce qui concerne l’investissement des hackers dans la vie “politique”, je vous invite a jeter un coup d’oeil a ce qui se fait a l’etranger, dans les squatts espagnols par exemple (le texte est un texte espagnol) :
    http://www.patiomaravillas.net/hamlab/
    saludos,

  14. Merci pour cet article qui m’a beaucoup inspiré.

  15. This is an excellent post, I was looking for this knowledge. Just so you know I found your web site when I was searching for blogs like mine, so please check out my site sometime and leave me a comment to let me know what you think.