InternetActu.net : bilan 2010, objectifs 2011

Par le 18/03/11 | Aucun commentaire | 702 lectures | Impression

Chaque année, la rédaction d’InternetActu réunit ses partenaires pour dresser un rapide bilan de son audience, de ses actions et de ses projets.

Pour un média de niche, très spécialisé, InternetActu a quelques raisons d’être fier de son succès d’audience, des partenariats qu’il a réussi à bâtir en quelques années afin de devenir, comme on commence à le voir dans beaucoup des services de presse que nous recevons, une référence souvent citée. Et son succès actuel (4,3 millions de lecteurs par an toutes plateformes confondues), la qualité de ses partenariats (Les Echos, Le Monde, France Culture, La BPI…), la satisfaction dont nous témoignent les lecteurs (on nous témoigne souvent combien la lecture d’InternetActu aide les porteurs de projets à comprendre et surtout à faire comprendre aux décideurs les transformations en cours) et la qualité de l’audience (demandez autour de vous qui lit et apprécie InternetActu) montrent que c’est une stratégie payante.

Comme tout média, sa volonté est de continuer à toucher toujours plus de public, à porter sa vision, ses idées le plus loin possible, vers le plus large public.

Reste qu’il est difficile pour bien des partenaires de la Fing ou d’InternetActu de calculer leur retour sur investissement dans le soutien à ce média : qui génère, comme bien souvent dans l’industrie du contenu, plus de dépenses que de recettes. Si InternetActu existe, c’est d’abord et avant tout grâce aux entreprises et collectivités qui adhérent à la Fing et/ou soutiennent ses projets, parrainent ses manifestations. Si InternetActu existe, c’est également grâce au soutien constant de quelques partenaires (Cap Digital, l’Institut Télécom, M@rsouin, le DEPS, la Caisse des dépôts et consignations, le groupe La Poste), ainsi que les membres et grands partenaires de la Fing : Alcatel Lucent, la Caisse des dépôts et consignations, La Poste, Laser, la Région Provence-Alpes-Cote d’Azur, le Conseil Général 13, la Ville de Marseille, la CCIMP.

La production de la Fing et d’InternetActu est libre et gratuite (en Creative Commons depuis l’origine), mais cela ne veut pas dire qu’elle n’a pas un coût et que celui-ci n’est pas supporté par certains pour le bénéfice de tous. Depuis l’origine, InternetActu jouit d’une totale liberté de traitement, cherchant à regarder l’innovation, ses usages, à tenter de repérer les signaux faibles et les changements de fond, et surtout à expliquer les changements en cours. C’est le rôle que lui assigné la Fing quand elle a créé son médiadès sa fondation en 2000 (qui s’appelait à l’époque “La lettre de la Fing”). C’est toujours le sien, car on ne peut pas innover sans comprendre, car on ne peut pas agir sans penser.

InternetActu n’a pas vocation à parler de ses partenaires, pas plus qu’il n’a vocation à parler de la Fing – ce qu’il ne fait à hauteur de 6 % de ses contenus ! InternetActu est un outil, une base de connaissance dans laquelle beaucoup puisent, qui a pour but de regarder devant, de défricher des sujets, de les expliquer… Et c’est par ce détour là, pour ce détour-là, que la plupart de nos partenaires nous font confiance. Cela ne justifie peut-être pas un “retour sur investissement” comme la société d’aujourd’hui les comptabilise, mais nous continuons de croire que c’est essentiel.

InternetActu demeure un média fragile qui a besoin de partenaires pour continuer à exister. Si le soutien à notre aventure vous tente, adhérez à la Fing (même à titre individuel), faites adhérer – voire, contactez-nous pour devenir partenaire d’Internet Actu.

Hubert Guillaud, rédacteur en chef d’internetactu.net et Daniel Kaplan, directeur de la publication et délégué général de la Fing

Quel lecteur êtes-vous ?
Merci d’avoir l’amabilité de prendre quelques minutes de votre temps pour répondre à l’enquête de lectorat que nous lançons (disponible également ci-dessous).

Sur ces mêmes sujets

Les commentaires sont fermés.