Typographie et attention : vive le Comic Sans MS Bold !

Par le 02/05/11 | 12 commentaires | 13,259 lectures | Impression

La lecture de la semaine, il s’agit d’un article paru dans le New York Times le 18 avril dernier, on le doit à Benedict Carey.

L’article commence par une question piège : est-il plus facile de se souvenir d’un fait nouveau quand on le lit dans une police normale ou quand il est écrit en gros caractères gras – comme ça ?

La réponse est : peu importe, la taille des caractères n’a aucun effet sur la mémoire, contrairement à ce qu’on pourrait penser. En revanche, la police, elle, a un effet.

fontmultiples
Image : Parmi toutes les polices de caractère, l’une d’entre elle la Comic Sans MS inventée par Vincent Connare pour la société Microsoft en 1995 a été la cible de nombreuses critiques de la part de typographes, tant et si bien qu’il existe un véritable mouvement en ligne pour bannir cette police de caractère.

Des recherches récentes, nous explique Benedict Carey, montrent que les gens retiennent beaucoup plus d’informations quand ils les lisent dans une police qui non seulement ne leur est pas familière, mais en plus n’est pas très facile à déchiffrer. Mais pour le démontrer, le journaliste fait un petit détour par le travail des sciences cognitives.

Les psychologues le savent depuis longtemps, rapporte-t-il, l’instinct est trompeur quand il s’agit d’évaluer notre qualité d’apprentissage. Ce qu’on ressent pendant une séance de travail n’a pas grand-chose à voir avec ce qu’on va en retenir : des concepts qui semblent parfaitement clairs deviennent très confus quand il s’agit de les restituer, alors que d’autres, difficiles à appréhender pendant l’apprentissage, sont aisément mobilisables au moment opportun. Ces dernières années, les chercheurs ont commencé à éclairer les raisons de ce fonctionnement et, dans certains cas, à trouver des moyens de le corriger.

Les études citées par Benedict Carey montrent, en gros, que nous faisons trop confiance à nos capacités d’apprentissage. Et que cet excès de confiance se développe en raison de la tendance naturelle de notre cerveau à trouver des raccourcis – et souvent en le faisant trop vite pour se souvenir de ce qu’il utilise : ce ne sont que des raccourcis ! Je passe sur les détails, vous les retrouverez dans l’article en langue original si cela vous intéresse. J’en viens à ce qui nous intéresse ici. Car des recherches montrent que des éléments extérieurs peuvent aussi créer un sentiment de fausse sécurité. La fluidité par exemple, l’impression que ça va tout seul. Une étude publiée cette année dans la revue Psychological Science, étude dirigée par le Docteur Kornell, montre la force que peut avoir cet effet. Les participants ont étudié une liste de mots imprimés dans des polices de tailles différentes et devaient évaluer lesquels ils retiendraient mieux. Bien sûr, les sujets étaient plus confiants quand il s’agissait de mots écrits en gros caractères. Les résultats furent parfaitement inverses. L’étude a montré que la taille des caractères ne joue en rien. Et il en va de même avec la plupart des types d’apprentissage : la difficulté durcit le muscle cérébral, alors que la facilité ne durcit que la confiance. Et un groupe de chercheur l’a montré de façon éclatante, en utilisant non plus la talle des caractères, mais le type de police.

Une étude récente publiée dans la revue Cognition (.pdf), des psychologues des universités de Princeton et de l’Indiana ont donné à lire à 28 sujets, hommes et femmes, un texte décrivant trois espèces d’aliens, chacune ayant sept caractéristiques, du type “a les yeux bleus ” “mange des pétales de fleurs et du pollen”. La moitié des participants ont étudié le texte en Arial, taille 16, l’autre moitié en Comic Sans taille 12 ou en Bodoni MT taille 12, deux polices qui sont moins familières et plus compliquées à assimiler pour le cerveau. Après une petite pause, les participants subissaient un test. Ceux qui ont été confrontés aux polices les moins faciles ont eu des résultats bien meilleurs que les autres. L’étude a même été élargie à 222 élèves d’une école publique de l’Ohio. Un groupe recevait des documents (des cours d’anglais, de sciences, d’histoire) dans une police inhabituelle le Monotype Corsiva. Les autres dans la police habituelle. Les tests menés après coup ont montré, comme précédemment, que les élèves ayant étudié dans la police rare avaient de bien meilleurs résultats que les autres. Particulièrement en physique.

“La raison pour laquelle les polices inhabituelles sont efficaces est parce qu’elles nous obligent à penser plus profondément à ce que nous lisons” explique Daniel Oppenheimer, coauteur de cette étude. “Changer la police d’un texte et en trouver une qui soit plus difficile à lire vous forcera à être plus attentif.”

Voici pour cet article du New York Times qui est intéressant parce que contre-intuitif. Néanmoins, si on élargit un peu son propos, il n’est qu’une reformulation par les sciences cognitives de la vieille formule : “c’est en souffrant qu’on apprend”.

Xavier de la Porte

Xavier de la Porte, producteur de l’émission Place de la Toile sur France Culture, réalise chaque semaine une intéressante lecture d’un article de l’actualité dans le cadre de son émission.

L’émission du 1er mai était consacrée à la mise en place – contestée – du Conseil national du numérique avec Jeanne Tadeusz, responsable des affaires publiques de l’April (Association pour promouvoir et défendre le logiciel libre) qui s’est inquiétée de la création du CNN. L’émission s’intéressait également à la Culture Geek avec Samuel Archibald, professeur au département d’études littéraires de l’université du Québec à Montréal auteur notamment d’une “Epitre aux Geeks” ; Denis Colombi, agrégé de sciences sociales, professeur de sciences économiques et sociales, doctorant en sociologie et auteur d’un blog intitulé Une heure de peine sur lequel il a publié “Aux sources de la culture geek” et Sabine Blanc, journaliste à Owni. Et enfin à l’histoire de l’arobase, avec Sébastien Roussel, journaliste et administrateur du site arobase.org.

Rétroliens

  1. Clearly, ou lire L’Internet comme un livre « Formally Informal
  2. Comic Sans Ms / Ressources | Webdrama
  3. A8 COM ÉCRITE | Pearltrees
  4. Typographie et attention : vive le Comic sans MS Bold !
  5. » Impact du choix des polices d’écriture sur la mémorisation - Lettres et Cartes Heuristiques
  6. Typographie | miZenpage

6 commentaires

  1. Oui, mais avant d’être retenu il faut être lu. Les publications, surtout en ligne, sont soumises aux lois d’airain de l’économie de l’attention. Publiées avec une police trop difficile à lire, elles seraient tout simplement ignorées.

  2. par Roy

    @Pierre Mounier: en même temps, les publications, surtout en ligne, n’ont pas pour vocation d’être retenues…
    Dans le cas où il s’agit d’un cours, forcément l’élève devra le lire, quelle que soit la police de caractère. ;)

  3. par zéphyr

    Le cerveau humain est vraiment surprenant! il serait intéressant de faire un texte avec le titre en comic et le reste de l’article en arial

  4. par Francois

    Remettons tout en gothiques !!!

  5. par rouge

    Je pense plutôt qu’on apprend bien mieux en jouant qu’en souffrant…

  6. par Henri Dès

    On est d’accord, sur l’image presenté il n’y a PAS de comic sans ms ?