Décoder, recoder, programmer, déprogrammer

A l’occasion de ses 10 ans, la Haute école d’art et de design de Genève organisait un étrange colloque convoquant designers, artistes, philosophes, théoriciens, cinéastes… pour tracer des « histoires d’un futur proche ». Une prospective aux frontières de la création et de la science. Parfois ébouriffante, parfois déconcertante. Retour sur une sélection de ces… narrations d’un futur qui est déjà là.

Métagénomique

On ne devrait plus avoir à présenter Kevin Slavin (@slavin_fpo). Slavin est le responsable scientifique de The Shed, un centre d’art new-yorkais. Il est le responsable et le fondateur du programme Playful System du Media Lab du MIT. Il est le cofondateur de Everybody at Once, une entreprise spécialisée dans le développement d’audience et les stratégies média et de l’entreprise Collective Decision Engines. Mais aucun de ces postes ne le définit vraiment. C’est un touche-à-tout iconoclaste qui a étudié la sculpture, paraît-il… Il en est bien loin. Il avait donné à Lift, en 2011, l’une des plus stimulantes conférences d’un événement qui en a produit beaucoup. Et sa présentation à la Head n’était pas sans écho à celle qu’il donna à Lift. L’obsession de Slavin reste visiblement de comprendre le pouls de nos villes, c’est-à-dire la manière dont nous y vivons et dont elles réagissent et nous montrent que nous y vivons.

Pourtant, il présente son obsession différemment. « Ce qui me fascine le plus, c’est la nécessité étrange de comprendre ce qui est, en fait, réel », entame-t-il en citant le journaliste Philip Gourevitch. Et pour comprendre le réel, il faut parfois se déplacer loin de lui pour mieux y revenir.

Slavin attaque sa présentation par des images de Ballast Garden (vidéo), une installation de Maria Thereza Alves, créée à Bristol, qui fut l’un des grands ports britanniques, notamment pour le commerce triangulaire, celui des esclaves. À l’époque, pour équilibrer les bateaux, on chargeait leurs fonds de cales de terre et de cailloux, le ballast… Naviguaient ainsi, avec les marchandises et les hommes, des terres et des graines, que l’on retrouve notamment dans les épaves. Les semences contenues dans les ballasts ont participé à disséminer des plantes allogènes partout sur la planète. À Bristol, Alves a créé un jardin de plantes provenant d’Amérique, d’Afrique et d’Europe continentale qui sont devenues des plantes du paysage anglais. Une manière de souligner l’histoire de la flore, et ses liens intimes avec la colonisation et  l’histoire économique et sociale du port. Une manière d’interroger la colonisation et les migrations en en montrant d’autres aspects. Alors qu’aucun capitaine n’avait conscience de cette vie de fond de cale qu’ils ont disséminés aux quatre coins du monde.


Image : Kevin Slavin sur la scène de la conférence de la Head, photographié par Nicolas Nova.

De la même manière, nous ne sommes pas conscients de la vie que nous portons en nous, à l’image de la vie bactérienne présente dans notre microbiome. Or, 50 % à 90 % de notre matériel bactériologique ne nous appartient pas, n’est pas humain… Or, il influe sur nos comportements, nos sensations. Les recherches scientifiques soupçonnent de plus en plus que cette flore bactérienne jouerait un rôle important dans le développement d’une grande variété de maladies, rapportait le New York Times. Si le séquençage ADN par exemple, nous permet de comprendre de mieux en mieux notre matériel génétique (et ce alors que son coût le rend de plus en plus accessible), nous avons encore des efforts à faire pour analyser « le jardin de notre microbiome ».

Pour Kevin Slavin, il nous faut nous intéresser à une métagénomique, pour comprendre la soupe bactérienne dont nous sommes faits. Nous avons non seulement besoin de créer un catalogue génétique de la planète, mais aussi de le comprendre. S’inspirant du travail des designers Timo Arnall et Jack Schulze cherchant à rendre visible les ondes radio qui nous entourent (voir notamment les vidéos de Timo Arnall), Slavin et ses équipes ont cherché à rendre visible le monde vivant invisible qui nous entoure.

Il évoque ainsi le travail du Laboratoire de Christopher Mason au Collège de Médecine de Weill Cornell (@mason_lab), spécialiste de la génomique fonctionnelle intégrative, et notamment de leur projet PathoMap, un travail de profilage moléculaire sur les 486 stations de métro de New York pour cartographier le microbiome et le métagénome à la surface des villes et créer une carte météorologique de surveillance des agents pathogènes bactériologiques de la ville, ceux avec lesquels chacun des New-Yorkais est en contact. Les chercheurs ont ainsi montré qu’il y avait des différences bactériennes entre l’Est et l’Ouest de Manhattan (voir la cartographie dynamique). Dans un article du New York Times, on apprend notamment que près de la moitié de l’ADN trouvé en surface des métros de New York ne correspondait à aucun organisme connu. Si le Bronx était l’arrondissement où il y avait la plus grande diversité d’espèces microbiennes, les organismes trouvés reflétaient le profil démographique et ethnique des quartiers. Des bactéries résistantes aux antibiotiques ont été trouvées dans 27 % des échantillons prélevés. Ils ont même trouvé des traces de peste et d’anthrax, sans qu’ils présentent de danger pour la santé. Dans une station de métro, innondée il y a plusieurs années, les chercheurs ont trouvé des bactéries provenant des eaux polaires. Signalons que le travail entamé par le laboratoire du professeur Mason a donné naissance à un projet global, MetaSub, visant à développer des recherches du même type dans les métros d’autres grandes métropoles de la planète.

Kevin Slavin évoque un autre projet développé par l’ALM Lab du MIT en coopération avec le Centre pour le microbiome du MIT et Openbiome et le laboratoire Senseable City du MIT  : Underworlds, qui s’est intéressé à l’analyse bactérienne des eaux usées en provenance des égouts de New York, pour en analyser les virus, les bactéries et les produits chimiques présents. L’idée est de proposer une plateforme pour faire de l’épidémiologie urbaine en temps réel par l’analyse des eaux usées via prélèvements et capteurs, afin d’analyser et surveiller la propagation des maladies infectieuses par exemple.

Autre projet encore, celui mené par Jessica Green (@jessicaleegreen), cofondatrice de l’entreprise Phylagen et du Centre de la biologie et des environnements construits de l’université de l’Oregon, qui s’est intéressée à la biologie des environnements fermés dans lesquels nous passons nos vies et notamment aux systèmes de ventilation et d’aération des environnements de travail. Leurs recherches visent à comprendre comment les environnements bâtis (matériaux utilisés, exposition lumineuse, sources d’air…) façonnent la composition de la diversité microbienne, soulignant que plus les environnements sont stériles et mécanisés, plus ils ont tendance à être pathogènes (sur le même sujet, plusieurs autres programmes existent, comme MicroBE.net, ainsi que les programmes complémentaires dédiés à l’étude des microbiomes domestiques et des microbiomes en milieu hospitalier) .

Reste que ces travaux sont difficiles, constate Kevin Slavin, notamment parce que nous sommes loin de disposer d’une cartographie biologique complète de la vie… La difficulté d’implémenter et de disposer de capteurs pertinents était également une autre difficulté. Et puis, Kevin Slavin a eut une idée en lisant dans la presse une histoire incroyable d’abeilles à Brooklyn qui faisaient plusieurs kilomètres pour se nourrir du sucre d’une usine de bonbons colorés, qui masquait en fait une culture… de marijuana.

Le miel produit par les abeilles est effectivement un très bon capteur de leur environnement. D’où l’idée d’utiliser les déchets des ruches comme capteur bactériologique. À l’occasion de la biennale d’architecture de Venise, il a mis au point une ruche métagénomique permettant de récolter les « débris d’abeilles », ces « citoyens scientifiques » de nos villes. Des plateaux stériles disposés en dessous des ruches permettent de récolter les rejets des abeilles qui peuvent être régulièrement analysés. Des ruches de ce type ont été disposées à New York, Sydney, Venise, Tokyo… comme l’expliquait Business Insider ou Wired. Et les données récoltées ont été utilisés pour construire des visualisations de données particulièrement originales.

« Les designers doivent créer la conscience du monde qui nous entoure », conclut Kevin Slavin. Ils doivent permettre de communiquer l’invisible à l’échelle du visible. « Les villes ont besoin de capitaines qui soient moins aveugles que ceux du commerce triangulaire pour mener à bons ports leurs équipages ». Stimulant programme !

Construire, déconstruire, reconstruire

Michael Hansmeyer est architecte et programmeur. Il utilise des algorithmes pour explorer les limites de l’impression 3D et imaginer de nouvelles formes architecturales, qu’il était jusqu’à présent impossible à bâtir. Il a exposé récemment, dans le cadre de l’exposition Imprimer le monde au Centre Pompidou, sa grotte numérique (vidéo). Depuis ses premiers travaux exploratoires, visant à revisiter l’archétype des colonnes par l’algorithmique, il invente des formes mutantes que l’homme ne pourrait dessiner ni construire. Des oeuvres étonnantes, dans lesquelles les spectateurs cherchent un principe ordonné impossible à trouver. Sa caverne imagine un espace habitable inédit, qui cherche à faire écho aux premiers habitats humains. Les oeuvres de l’architecte-programmeur cherchent à mettre en oeuvre une nouvelle complexité, en redéfinissant l’utilisation et la place de l’ordinateur dans le design. Plutôt que de contraindre le créateur, comme le font les programmes de conception assistée par ordinateur (CAO) qu’utilisent les architectes, l’ordinateur doit inspirer et libérer la création. Un travail qui fait écho à la critique qu’explore très bien Nicholas Carr dans Remplacer l’humain, qui consacre plusieurs pages à montrer que si la CAO a accéléré et simplifié la création architecturale, c’est uniquement en privilégiant une approche fonctionnelle au détriment de la créativité elle-même. Michael Hansmeyer en prend justement le contre-pied, en montrant qu’il faut se perdre dans l’ordinateur pour retrouver l’imprévu.


Image : la grotte de Michael Hansmeyer.

Mais le monde est-il si assimilable que cela ? Est-il réductible à ce qu’on peut en comprendre, en coder et en décoder ? L’une des plus émouvantes présentations de ces deux jours, était une vidéo d’un jeune réalisateur américano-thaïlandais, Korakrit Arunanondchai, « Painting with history in a room filled with people with funny names 4 », indisponible en ligne… un voyage énigmatique, onirique et envoûtant autour de sa grand-mère atteinte d’une maladie dégénérative. Inclassable et magique. Un voyage pour nous rappeler que le monde à nouveau, ne se réduit pas à ce qu’on en entend, mais peut-être plus à ce qu’on en ressent.

Décoder, recoder les images

Lauren Huret est une artiste et plasticienne suisse qui interroge les images que notre monde produit.

Ring est un film d’horreur japonais. C’est l’histoire d’une cassette VHS qui, si vous la visionnez, vous jette un sort : qui est de mourir dans les 7 jours. Le seul moyen d’échapper à sa malédiction consiste à faire passer la cassette à quelqu’un autre pour qu’il meure à votre place. Lauren Huret voit dans ce film, dont elle projette une scène au ralenti derrière elle, une métaphore des médias et de la manipulation des images. Le moment clef du film, où une jeune femme fantomatique rampe dans une forêt vers l’écran d’une télévision avant de passer au travers pour tuer le spectateur lui a longtemps été insoutenable, comme un révélateur direct de ce que nous font les médias : tuer les spectateurs. La télévision a toujours été pour elle un objet douteux, qui concentre les intentions cachées de ses créateurs. Ringo lui semblait l’allégorie négative et effrayante de ce que nous font les images, sans que nous spectateurs n’en connaissent le contre-sort. Or, les images nous modifient. Comme le souligne l’iconoclaste Pacôme Thiellement : « Plus nous regardons des images et plus notre âme pourrit ». Reste que pour Lauren Huret, le contre-sort a été de créer d’autres images.

Nous connaissons tous des images qui sont entrées en nous sans qu’on puisse s’en défaire. Des images maudites qui s’impriment dans notre esprit pour modifier notre perception et notre réalité et qu’on ne voudrait ne jamais avoir vues. Longtemps pourtant, la malédiction est restée orale, le sort qu’on jetait aux autres relevait d’un anathème qu’on professait par la seule parole. Désormais, les malédictions sont portées par des images qui restent gravées en nous à jamais. Le plus souvent ce sont des images de violence à l’encontre d’autres corps que les nôtres, comme le célèbre cliché de Nick Ut pris pendant la guerre du Vietnam d’une jeune fille brulée au napalm courant nue sur une route. En septembre 2016, cette célèbre photo a refait l’actualité suite à la polémique de sa censure par Facebook. Mais qui a enlevé cette image ?, interroge Lauren Hulet. Le logiciel de reconnaissance d’image de Facebook n’y a vu qu’une jeune fille nue plutôt qu’une atrocité historique. Pour l’historienne de l’art, Caroline van Eck, la technologie est fascinante, car elle amplifie une efficacité magique. Dans le cadre de la censure algorithmique de Facebook, la magie et la technologie semblent effectivement indissociables, car leur fonctionnement nous demeure incompréhensible, comme si des esprits vivaient derrière nos écrans.

À l’occasion d’une exposition pour le bicentenaire de Frankenstein à Genève, Lauren Hulet a produit un travail sur l’intelligence artificielle, qui semble elle-même un assemblage de multiples techniques, dont la définition varie d’un spécialiste à un autre. Comme Frankenstein est un collage de corps morts qui pose la question de l’identité de la créature produite, sa proposition a consisté à utiliser et détourner les images de Kylie Jenner sur Instagram pour questionner l’identité de la star qui s’y affiche. En quoi l’image toujours modifiée de la star, recouverte de filtres miraculeux, produit-elle une identité ? Pour elle, les logiciels produisent des images discordantes de la réalité. Les filtres de reconnaissance faciale semblent à la recherche de spectres de nous-mêmes en tentant de nous faire croire qu’ils ont un sens de la reconnaissance des visages plus développé que nous. Pour son prochain projet, elle souhaiterait rencontrer des modérateurs d’images, ces yeux qui regardent et nettoient pour nous les tréfonds du net, qui « pourrissent leurs âmes pour nous ». Ces personnes qui en Inde ou aux Philippines ont censuré l’image de Nick Ut qu’ils ne connaissaient pas.

« Chaque ingrédient que nous jetons sur le net est envisagé par quelqu’un, scruté et observé. Il nous faut regarder nos ordinateurs et nos téléphones avec un filtre halluciné, pour en révéler leurs intentions. »

Déconstruire les villes pour mieux les reconstruire

Le designer et urbaniste Dan Hill (@cityofsound), responsable du studio New Urban Narratives chez Arup, ne nous est pas inconnu. Nous avons souvent évoqué ses propos (voir notamment « La rue comme plateforme » ; « L’information ouverte appliquée aux transports » ; « Les futurs des infrastructures » ; « Villes : de la connexion à l’intermodalité »…).

« La technologie est souvent la réponse la question. Mais quelle était la question ? », attaque Dan Hill en reprenant la formule de que l’architecte Cedric Price tint dans une conférence en 1966, invitant son audience à reconsidérer l’impact du progrès technologique sur l’architecture. Pour les enfants par exemple, la technologie est une chose qui n’existe pas. Or, comme le disait très récemment le journaliste John Lanchester, « la technologie c’est avant tout des choses qui ne fonctionnent pas encore ». Il évoquait notamment les limites des interfaces vocales qui ne sont capables de faire que ce pour quoi elles sont programmées… Il faut être habitué aux dysfonctionnements de la technologie pour comprendre pourquoi elles ne fonctionnent pas et connaître les trucs et astuces qui les font fonctionner. Le problème quand on demande à Alexa d’augmenter le volume par exemple, est qu’il faut le demander avec un langage d’ordinateur : et donc lui demander de mettre le volume sur 3 ou 7, sur une échelle qui n’est pas vraiment indiquée par l’interface de l’appareil. Autre problème c’est que si vous demandez à l’appareil de mettre le son à fond (sur 10), vous ne pouvez plus lui demander de le baisser, car l’appareil ne vous entend plus ! L’autre problème souligne encore Dan Hill, c’est que le terme technologie désigne à la fois internet, un toaster ou mes lunettes ! Ce qui montre bien pour lui qu’on n’a pas encore concrètement cerné ce que c’est et ce que ce n’est pas.

Dan Hill photographié par Michael Giesbrecht pour la HeadDans les villes, les technologies optimisent, substituent et engagent. On est capable par exemple de construire des navettes autonomes capables d’éliminer les véhicules privés, qui pourraient nous permettre d’envisager un avenir avec une mobilité plus intelligente et moins polluante… Mais c’est oublier que la technologie aussi distrait, exploite et extrait, comme le font Uber ou Airbnb dans la ville, qui extraient plus de richesses des lieux qu’ils exploitent qu’ils n’en apportent.

Du fait de la démultiplication de la technologie, on n’arrive plus à faire de la planification. Dans la volatilité, l’incertitude, la complexité et l’ambiguïté du monde où nous vivons, nous ne savons plus prédire ce qui va arriver, comme le constatait dès les années 90, l’armée américaine. La planification urbaine, pourtant si indispensable, n’arrive pas à s’adapter à cette nouvelle donne, estime Hill, en montrant comment le gouvernement britannique se trompait en estimant le déploiement des panneaux solaires dans le pays, qui a été bien plus rapide et massif qu’attendu, sous-estimant dramatiquement la capacité et la volonté des Britanniques à vivre d’une manière plus soutenable. L’enjeu, désormais, consiste plus à savoir s’adapter qu’autre chose. Comme le dit l’économiste Michael Spence, « en vérité, il est difficile de dire ce que sera le monde dans 10 ans. Le plus important est de rendre la transition la moins douloureuse et la plus efficace possible plutôt que de chercher à prévoir ce que sera le résultat ». L’enjeu n’est donc plus de faire de la planification, qui peine à s’adapter. Mais d’accompagner les transformations.

La planification urbaine a toujours été aérienne, top-down, peu adaptée à l’évolution… souligne l’urbaniste en évoquant Le Corbusier. La planification urbaine voyait la ville comme manipulable, coordonnable. L’enjeu et la réalité ne sont pourtant pas celle-là. La question est plutôt comment créer des infrastructures agiles qui s’adaptent à l’imprévu, à ce que l’on ne connait pas encore ? Comment créer du codéveloppement, de la co-conception, de la copropriété des infrastructures publiques, du bien public qui constituent les villes ?

Pas si simple, souligne l’architecte, en montrant la navette autonome EasyMile, testée à de nombreux endroits dans le monde. Dans certaines villes, une flotte de ce type de véhicule pourrait remplacer 80 % des déplacements que l’on accomplit aujourd’hui en voiture privée. Si ces réponses semblent pertinentes d’un point de vue écologique et économique, reste que pour l’instant ces navettes sont très lentes et s’adaptent assez peu au contexte complexe de la ville (elles roulent le plus souvent dans des voies ou sur des zones protégées comme des zones aéroportuaires ou des campus). Sans compter que leur adoption massive nécessiterait de trouver les modalités d’un profond changement culturel par rapport à nos usages massivement privés.

L’architecte et urbaniste Nicolas de Monchaux, l’auteur de Local code a montré dans son livre que la mise à jour des canaux inondables de San Francisco qui devrait coûter quelque 1,5 milliard de dollars pourrait être remplacée pour moins de la moitié de ce prix par l’utilisation de quel que 1500 micro-parcelles abandonnées, pour des effets à 90 % similaires, avec d’autres bénéfices comme la participation citoyenne et le développement de la végétation et de l’ombre sur ces parcelles disséminées dans toute la ville dont les habitants pourraient tirer partie et plaisir (voir les explications détaillées de Berkeley News et le travail de Nicolas Monchaux sur le repérage de friches urbaines). « Mais comment les villes peuvent-elles apprendre à faire cela ? 1500 petites choses plutôt qu’une seule grosse chose ? Depuis trop longtemps les villes ont pris l’habitude des solutions centralisées, des « Big Cheque Solution », plutôt que de distribuer des petits bouts de solutions », déplore l’urbaniste.

La même chose se déroule avec l’énergie. Désormais, on peut développer des microgrilles, avec des panneaux solaires sur les toits, des batteries dans les caves, sous forme de minicentrales locales coopératives, communautaires et indépendantes (comme le propose le pionnier Brooklyn Microgrid développé par LO3Energy). La même chose se développe dans l’habitat aujourd’hui, avec le développement de l’habitat coopératif qui représente 15 % des constructions annuelles à Berlin (soit environ 5000 unités par an), 30 % à Zurich… Un modèle d’autant plus intéressant que les constructions sont plus écologiques, les habitants plus divers et les loyers moins chers que les solutions traditionnelles.

Toutes ces nouvelles modalités nécessitent d’adapter les processus de l’urbanistique. Dan Hill en tire quelques règles. Ne pas planifier à l’ancienne, mais garder une boussole en tête et avoir une vision par étapes. « C’est comme d’être sur un petit bateau qui va vers le Pôle Nord, vous n’avez pas besoin de connaître ou de suivre exactement la route. Vous avez besoin d’une boussole qui vous indique le Nord et de vérifier votre boussole régulièrement. »

Avant on dessinait les villes du futur. Mais qui serait capable de dessiner Genève en 2050 ? Choisir une orientation permet de mieux s’y adapter au fur à mesure. Toutes les infrastructures de la ville n’ont pas le même rythme, la même durée de vie ou la même adaptabilité. Tous les quartiers n’évoluent pas de la même manière selon leurs spécificités. Certains peuvent être plus réactifs que d’autres. Sans compter que les rythmes des infrastructures changent également : les infrastructures énergétiques par exemple étaient des structures lentes et lourdes à déployer, à l’heure des microgrilles, ce n’est plus toujours le cas. Il faut donc prévoir que les choses peuvent être produites différemment (localement plutôt que globalement), peuvent rapporter différemment, peuvent s’approprier autrement.

Dan Hill donne un autre exemple de l’adaptabilité nouvelle des villes, en évoquant bien sûr Uber, qui dicte désormais la politique des villes. Mais à nouveau à qui appartiennent les voitures ? Où va la valeur ? Qui décide ? Où se fait la politique ? 25 % du prix de la course qu’on paye à un chauffeur Uber s’en va vers la Californie. Et demain avec les voitures autonomes d’Uber, tout l’argent partira vers la Californie. La multiplication des voitures avec chauffeur plus que de réduire le trafic, le ralentit. Uber optimise le trafic, mais c’est l’exact inverse de ce que cherchent à faire les villes, qui est plutôt de le réduire. Oslo, Barcelone, Paris… la plupart des villes travaillent à chasser les voitures de leurs centres-ville, et Uber les y ramène. La mobilité de demain n’est pas celle-ci, insiste Dan Hill, en citant Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris qui estime que l’avenir est à la mobilité sous forme de services et souhaite la fin des véhicules privés à Paris d’ici 2020. S’il y a encore un long chemin à parcourir entre les paroles et les régulations effectives, reste que ce sont les politiques qui montrent comment ils souhaitent que la ville fonctionne à l’avenir, pas Uber ni Tesla.

Le problème, souligne Hill, c’est que nous n’avons plus les bonnes personnes aux bons endroits pour développer et mettre en place ces décisions. Aujourd’hui, seulement 0,7 % des architectes sont employés dans le secteur public au Royaume-Uni, alors qu’ils étaient 50 % dans les années 70. La ville de Londres comptait 1577 architectes et urbanistes dans les années 50, alors qu’elle n’en a plus aucun aujourd’hui. Le gouvernement britannique ne dispose d’aucun designer stratégique. Pour Dan Hill, cette absence de personnel gouvernemental rend bien des choses plus difficiles à réaliser. Cependant, le gouvernement britannique dispose en 2017 de quelque 800 designers numériques, alors qu’il n’en employait aucun en 2000. Ils ne font ni planification ni conception urbaine ou stratégique, mais construisent des services numériques sur lesquels s’appuyer, notamment pour faire de la concertation ou rendre les choses plus agiles ou adaptables.

Les concepteurs urbains développent de plus en plus de projets coopératifs, conçus avec ceux qui vont les habiter, explique Dan Hill en montrant plusieurs projets à travers le monde, de Berlin au Japon (des projets qu’il évoquait dans son remarquable essai sur la « ville sociale et démocratique »). Des espaces que les habitants ont dessinés, discutés, aménagés, décidés par eux-mêmes, ce qui était impossible avec les promoteurs privés. Et cela change l’architecture et l’habitat bien plus qu’on ne le pense. À Zurich, le projet « Plus que l’habitat » rassemble 50 coopératives, a construit 13 immeubles, soit 400 appartements et 35 magasins, sans aides publiques, avec des loyers 20 à 30 % moins chers que ceux du marché, quasiment sans voiture, et qui génère 45 % de son énergie sur site…

Ces projets montrent qu’on peut imaginer l’habitat sans promoteurs, la mobilité sans Uber, l’énergie sans fournisseurs… L’important finalement n’est pas la technologie, mais le fait que ces solutions reposent sur la participation, la coopération, le codéveloppement… et l’engagement local. On peut concevoir des choses localement. À Londres, Citymapper a annoncé le lancement d’un bus à la demande. À Sheffield, Dan Hill travaille sur le nouveau centre-ville en impliquant les habitants, en s’intéressant plus aux gens, aux activités, qu’aux immeubles. À Londres quand on projette de faire quelque chose dans la rue, comme de déplacer ou créer un arrêt de bus, il faut faire une annonce localement, qui se concrétise par un bout de papier plastifié qu’on accroche au mur ou à un poteau. Il y en a partout dans Londres, la plupart sont ignorées, abandonnées. C’est une belle métaphore de la planification urbaine qui ne marche plus. Comme si au 21e siècle nous n’étions pas capables de faire mieux que cela, s’énerve avec raison le designer.

À Helsinki, avec Ericsson, Arup a développé un outil de planification augmenté permettant aux habitants de voir sur leurs téléphones ce que va donner ce qui va être réalisé, in situ, voir son impact local, voir même de le modifier. À partir de cela, il est plus facile de s’intéresser, de faire venir les gens à une réunion pour en discuter. La réponse numérique seule n’est jamais suffisante. Elle est un levier. Il faut des discussions, des débats dans les pubs, des arguments et du thé, du papier et des crayons. A Johannesburg, Ericsson a utilisé le même dispositif, mais avec Minecraft (vidéo) pour montrer aux gens ce que les aménagements allaient donner en les aidant pour qu’ils puissent faire eux-mêmes d’autres propositions à la volée…


Image : la ville interminable sur les murs de l’Ecole Bartlett d’architecture de Londres…

Dan Hill termine sa présentation par un dernier projet réalisé en 2016 avec tous les étudiants de l’École Bartlett d’architecture de Londres. L’idée était de produire collaborativement, à 80, une « ville interminable », en assemblant toute une gamme de composants modulaires un à un. Sans ordinateurs, juste avec des modules photocopiés. Chacun contribuait à mesure que l’ensemble évoluait. Cette carte géante d’une ville capable d’accueillir quelque 12 000 habitants a été une énorme machine à discussion, sur les infrastructures, leurs enchevêtrements… Si le dessin comme chez Le Corbusier se fait depuis le haut, ici, le rôle du designer change. Cette création collective repose sur les discussions et les processus de décision qui l’ont façonné. Pour Dan Hill, la vraie infrastructure des villes n’est ni marchande, ni publique, ni politique, ni culturelle… L’infrastructure des villes repose sur la convivialité qu’elles génèrent. Pour cela, il est plus que jamais nécessaire d’avoir des citoyens et une gouvernance active, d’avoir une approche par la participation d’abord. C’est seulement en menant un dialogue sur l’urbanisme que nous construirons des villes diverses et uniques, plutôt que semblables et uniformes. Il faut sortir les villes des outils de la planification du XIXe siècle. On ne fera pas face aux défis qui nous attendent comme le réchauffement climatique et la pollution avec des outils qui ne sont pas adaptés.

Hubert Guillaud

À lire aussi sur internetactu.net

1 commentaire

  1. Merci pour ces comptes rendus, toujours aussi passionnants !
    Une correction à faire dans la phrase : « 50 % à 90 % de notre matériel bactériologique…  » remplacer bactériologique par génétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *