Du rôle du logiciel dans la chaîne d’approvisionnement

Professeure à l’université de Californie et spécialiste des questions technologiques, Miriam Posner (@miriamkp) signe dans le New Yorker (@NewYorker) une très intéressante tribune sur la transformation logicielle de la chaîne logistique.

En consultant un rapport (« cauchemardesque ») du China Labor Watch (l’Observatoire du travail en Chine, une association qui informe et dénonce les conditions de travail sur les chaînes de fabrication des usines chinoises, @chinalalorwatch) sur les conditions de fabrication de jouets en Chine, Miriam Posner s’interrogeait : comment se fait-il que nous ne sachions pas mieux tracer l’origine des produits que nous consommons ?

De l’abstraction des chaînes d’approvisionnements

Quand elle a demandé à ses étudiants de travailler sur la question de la chaîne d’approvisionnement de matériel électronique, elle s’est rendu compte que, quand bien même certaines entreprises se vantent de connaître et maîtriser leur chaîne logistique de bout en bout, aucune ne sait exactement d’où proviennent les composants qu’elle utilise. « Cette ignorance est inhérente au mode de fonctionnement des chaînes d’approvisionnement ». La coque de plastique d’une télévision par exemple peut-être construite dans une petite usine n’employant que quelques personnes qui n’interagit qu’avec des fournisseurs et acheteurs adjacents (un fournisseur de plastique et une entreprise de montage par exemple). Cette intrication favorise la modularité : si une entreprise cesse son activité, ses partenaires immédiats peuvent la remplacer rapidement, sans nécessairement avoir à consulter qui que ce soit, ce qui rend la chaîne très souple et adaptable. Mais cela rend également très difficile l’identification des multiples maillons de la chaîne logistique.

Nous avons une vision souvent abstraite des chaînes d’approvisionnements que nous n’imaginons que comme des chaînes physiques. Or leur gestion est devenue complètement virtuelle, logicielle. Les personnes qui conçoivent et coordonnent ces chaînes logicielles elles non plus ne voient ni les usines, ni les entrepôts, ni les travailleurs. Elles regardent des écrans et des tableaux : leur vision de la chaîne d’approvisionnement est tout aussi abstraite que la nôtre, explique la chercheuse.

Le leader logiciel de la chaîne d’approvisionnement est l’allemand SAP. SAP est une suite logicielle que vous ne pouvez pas télécharger sur l’App Store. C’est un logiciel industriel spécialisé qui se déploie à l’échelle d’entreprises pour piloter la chaîne d’approvisionnement (et qui comprend de nombreux modules additionnels de comptabilité ou de ressources humaines). Pour comprendre son fonctionnement, Miriam Posner a suivi une formation en ligne dédiée.


Image : capture d’écran d’une version récente de SAP.

Le logiciel est complexe. Il se présente comme un ensemble de dossiers de fichiers qu’on peut agencer pour former la chaîne d’approvisionnement (commande, fabrication, emballage, expéditions…). La conception d’une chaîne est un processus qui implique plusieurs opérateurs et entreprises, sous forme de « composants ». Un spécialiste de la demande par exemple entre des informations sur les ventes passées (variations saisonnières, promotions planifiées, etc.) et le logiciel calcule combien de produits doivent être fabriqués. Un autre spécialiste utilise des informations sur les délais d’expéditions, les coûts de stockage, les capacités d’usine pour créer un « plan de réseau logistique » qui détermine le moment où chaque engrenage du processus de fabrication doit tourner. Ce plan est ensuite transmis à un autre spécialiste pour planifier la production et calculer le calendrier détaillé qui vont déterminer la manière dont le processus se déroulera sur le terrain le plus précisément possible. Tout cela prend la forme de séries de feuilles de calcul, de cases à cocher, de fenêtres contextuelles… qui n’est pas sans rappeler l’analyse que faisait Paul Dourish sur la matérialité de l’information qui s’incarne aujourd’hui dans le tableur. C’est « pourtant là que les prévisions de marchés sont traduites en ordre de marche des travailleurs », explique Posner. La planification de la production et le calendrier détaillé reposent sur des « heuristiques », des algorithmes intégrés qui répartissent la production et donc la main d’oeuvre pour que les installations fonctionnent à leur capacité maximale. D’ailleurs, souligne Miriam Posner, l’exécution d’une heuristique implique de cliquer sur un bouton de l’interface qui ressemble à une petite baguette magique, comme s’il suffisait d’une action simple pour activer la chaîne.

L’utilisation de SAP est difficile reconnaît la chercheuse. Chaque tâche est compliquée à configurer, avec d’innombrables paramètres à valider. Le plus souvent, ce travail est divisé et nécessite de multiples interventions différentes. En fait, « aucun individu ne possède une image détaillée de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. Au lieu de cela, chaque spécialiste sait seulement ce dont ses voisins ont besoin. »

« Dans un tel système, un sentiment d’inévitabilité s’installe. Les données dictent un ensemble de conditions qui doivent être remplies, mais rien n’explique comment ces données ont été obtenues. Pendant ce temps, le logiciel joue un rôle actif, en peaufinant le plan pour répondre aux conditions le plus efficacement possible. Les optimiseurs intégrés de SAP déterminent comment répondre aux besoins de la production avec le moins de « latence » et au moindre coût possible (le logiciel suggère même comment optimiser un conteneur pour économiser sur les frais d’expédition). Cela implique que des composants particuliers deviennent disponibles à des moments particuliers. Les conséquences de cette optimisation incessante sont bien documentées. Les sociétés qui commandent des produits transmettent leurs demandes déterminées par calcul à leurs sous-traitants, qui exercent ensuite une pression extraordinaire sur leurs employés. Ainsi, China Labour Watch a constaté que les travailleurs de la ville de Heyuan en Chine chargés de fabriquer une poupée Disney que Miriam a achetée à ses enfants (vendue au prix 26,40 $) travaillent vingt-six jours par mois, assemblent entre 1800 et 2500 poupées par jour et gagnent un centime pour chaque poupée qu’ils complètent. »

De la distance spatiale, temporelle et informationnelle

Pour la chercheuse, le défi majeur dans la gestion de la chaîne d’approvisionnement est la grande distance – « spatiale, temporelle et informationnelle » – qui sépare le processus du monde réel de la fabrication et de la consommation. Ces distances introduisent de nombreux problèmes, comme l’effet « coup de fouet », qui consiste à ce que chaque niveau produise plus que prévu pour mieux répondre à la demande ou ajuster ses bénéfices avec ses coûts. Le battement d’ailes d’un consommateur peut-être amplifié de manière démesurée par la chaîne. En fait, la demande temps réel du pilotage que produit le logiciel ne correspond pas vraiment à la réalité effective des multiples chaînes de production, où chaque acteur fait ses ajustements (qui prennent en compte d’autres commandes, des délais, la disponibilité de fournitures ou la surproduction pour réduire les coûts…). Pourtant, le logiciel procède d’une vision qui maximise le temps réel et donne l’illusion d’être au coeur de la tour de contrôle de la production.

L’autre effet coup de fouet, bien sûr, s’applique directement aux travailleurs des différentes usines prestataires de la chaîne. Quand les exigences des commandes parviennent jusqu’aux travailleurs, elles se révèlent plus exigeantes et plus punitives.

Dans le numéro 4 de l’excellent magazine Logic (@logic_magazine), Miriam Posner avait déjà livré une réflexion sur le sujet. Elle y rappelait déjà que si les questions de l’architecture physique de la chaîne d’approvisionnement mondialisée était souvent étudiée (notamment dans The Box de Marc Levinson qui s’intéressait au rôle du conteneur ou encore dans The Deadly life of logistics de Deborah Cowen), ce n’était pas beaucoup le cas de son aspect logiciel comme des échanges de données et d’informations qui la sous-tendent. L’industrie logicielle de la gestion de la chaîne d’approvisionnement est pourtant l’un des domaines d’activité qui connaît la plus forte croissance, mais qui opère de manière assez discrète, car les informations qu’elle traite sont très concurrentielles. Amazon, par exemple, n’est pas tant un commerçant qu’une chaîne d’approvisionnement incarnée et peu de personnes connaissent le logiciel qui l’optimise. Pour Leonardo Bonanni, PDG de Sourcemap, une entreprise qui aide les entreprises à construire leurs chaînes d’approvisionnement, l’incapacité des entreprises à visualiser cette chaîne est une fonction même de l’architecture logicielle. Pour Miriam Posner, le terme de chaîne d’approvisionnement est finalement trompeur : cette chaîne « ressemble beaucoup plus à un réseau de voies navigables, avec des milliers de minuscules affluents composés de sous-traitants qui s’écoulent dans de plus grandes rivières d’assemblage, de production et de distribution. »

Pour Bonanni, nous ne voyons qu’une parcelle des abus sur les lieux de travail qui sont portés à notre connaissance : c’est surtout le cas de quelques chaînes prestigieuses, comme dans l’électronique grand public. Mais les conditions de travail sont souvent plus opaques et les abus plus répandus dans d’autres industries, comme l’habillement ou l’agriculture, des lieux où la chaîne se recompose à chaque approvisionnement, à chaque saison, avec un nombre de noeuds et de sous-traitants, qui sont loin d’être tous intégrés à la chaîne logicielle. Les usines géantes de Foxcon masquent d’innombrables petits ateliers et usines beaucoup moins présentables qui permettent à la chaîne d’être extrêmement résiliente et robuste. En fait, « il n’y a pas de tour de contrôle supervisant les réseaux d’approvisionnement », les noeuds ne parlent qu’à leurs voisins immédiats.

Du rôle de l’échelle pour gérer l’information et de la modularité pour gérer la complexité

« Ces infrastructures physiques distribuées ressemblent finalement beaucoup au réseau invisible qui les rend possibles : internet ». À chaque étape de la transformation, le produit est transformé en marchandise. Et l’information qui l’accompagnait transformée à son tour. Du plastique devient une coque qui devient une télévision… En fait, la transformation et l’échelle d’action impliquent une perte d’information. Pour récupérer une tonne d’or, vous devez en acheter à plein d’endroits différents que la fonte va transformer en une marchandise unique : la tonne d’or que vous vendez.

Un fonctionnement assez proche de la programmation modulaire, remarque Miriam Posner. La programmation modulaire est une méthode familière à tout programmeur et architecte de systèmes. Elle consiste à gérer la complexité par des unités fonctionnelles distinctes. Chaque programmeur travaille ainsi sur un module qui s’interface aux autres en spécifiant les entrées et sorties où les modalités qu’il prend en charge. Les systèmes modulaires permettent notamment de gérer la complexité et d’améliorer un module sans avoir à toucher les autres : chacun étant une sorte de « boite noire » vis-à-vis des autres.

Comme l’explique Andrew Russell (@RussellProf), historien de l’informatique, la modularité, née dans l’architecture, a été un moyen de structurer les organisations comme l’économie. « C’est une sorte de caractéristique de la modernité ». Et les chaînes d’approvisionnement sont hautement modulaires, à l’image du conteneur, standardisé et interchangeable, qui peut contenir n’importe quoi pour se rendre n’importe où, ce qui permet aux marchandises transportées de passer à l’échelle globale.

« Les informations sur la provenance, les conditions de travail et l’impact sur l’environnement sont difficiles à gérer lorsque l’objectif de votre système est simplement de fournir et d’assembler des produits rapidement. « Vous pouvez imaginer une manière différente de faire les choses, de sorte que vous sachiez tout cela », explique Russell, « afin que votre regard soit plus immersif et continu. Mais ce que cela fait, c’est inhiber l’échelle ». Et l’échelle, bien sûr, est la clé d’une économie mondialisée. »

Pour Miriam Posner, le passage à l’échelle – la fameuse scalabilité – explique pourquoi les branches d’un réseau d’approvisionnement disparaissent. Cela aide également à expliquer pourquoi la syndicalisation transnationale a été si difficile : pour répondre aux demandes du marché, les ateliers ont appris à se rendre interchangeables. Un peu comme si « nous avions assimilé les leçons de la modularité d’une manière psychologique ».

La traçabilité de bout en bout ! Mais pour quelle transparence ?

Reste à savoir si la technologie peut remédier au problème qu’elle a créé. Miriam Posner constate que l’internet des objets et la blockchain sont deux technologies qui ont reçu beaucoup d’engouements chez les praticiens des systèmes de gestion de la chaîne d’approvisionnement.

La première permet de localiser et tracer les composants alors que la seconde permet d’y attacher un numéro d’identification et un journal qui enregistre chaque fois qu’une fourniture change de main. Leurs partisans affirment que ces technologies pourraient apporter une transparence radicale aux chaînes d’approvisionnement mondiales. Le problème est que l’une comme l’autre peut vite être vidée de leurs sens si elles ne sont qu’une chaîne d’enregistrement de prestataires, sans informations sur leurs pratiques. Et ni l’une ni l’autre ne résolvent les problèmes liés à la transformation de produits. Pour Bonanni, elles ne résolvent pas non plus le manque de visibilité : quand tout le monde est incité à agir toujours plus rapidement et efficacement, il est difficile d’imaginer qui sera chargé de fournir plus d’informations que nécessaire. Si ces technologies pourraient certes fournir des informations détaillées sur les conditions de travail et le respect des normes de sécurité, il reste difficile de croire que l’internet des objets et la blockchain, qui sont surtout des objets techniques visant à accroître l’efficacité, le contrôle, la rapidité et la sécurité des informations puissent devenir demain des moyens pour s’assurer de chaînes d’approvisionnement socialement responsables.

Dans le domaine de la gestion des chaînes d’approvisionnement, l’autre technologie source d’innovation, c’est bien sûr l’apprentissage automatique, via des algorithmes capables de faire de meilleures prévisions et de prendre des décisions. Appliquée à la chaîne logistique, le machine learning pourrait aider à déterminer les fournisseurs et les itinéraires qui livreront les marchandises de la manière la plus rapide et la plus fiable. Les algorithmes pourraient prédire les performances des fournisseurs et des transporteurs, en leur attribuant des scores de risques selon l’historique de leurs résultats. Et demain, les réseaux d’approvisionnement pourraient se reconfigurer automatiquement, de manière dynamique, selon cette évaluation de risques… Pas sûr que cette piste améliore la cécité collective des outils, pointe Posner. Pas sûr non plus qu’elle soit si accessible quand déjà les données utilisées ne savent pas grand-chose de la qualité des fournisseurs.

En fait, ces technologies nous montrent que les spécialistes de la gestion de la chaîne logistique ne parlent pas de la même transparence ou de la même visibilité que le consommateur final. La transparence de la chaîne logistique ne vise pas à aider à comprendre d’où vient un produit, mais vise à améliorer son efficacité : diminuer le coût tout en maximisant la rapidité.

Quel levier pour transformer l’approvisionnement ?

Les défis politiques pour transformer ces constats sont immenses, conclut Miriam Posner. En l’absence de véritables efforts pour créer un contrôle démocratique des chaînes d’approvisionnement, nous en sommes venus à les considérer comme fonctionnant de manière autonome – davantage comme des forces naturelles que des forces que nous avons créées nous-mêmes.

En 2014, le Guardian a signalé que des migrants birmans travaillaient dans des conditions qui tenaient de l’esclavagisme à bord de crevettiers au large des côtes thaïlandaises. Pour un importateur de crevettes, l’esclavagisme semblait un symptôme plus qu’une cause des modalités d’approvisionnement elles-mêmes. Et effectivement, il est possible d’avoir une chaîne d’approvisionnement parfaitement efficace, mais également parfaitement ignorante des conditions de travail qu’elle implique.

Reste que nous avons construit les réseaux décentralisés tels qu’ils opèrent, rappelle la chercheuse. L’anthropologue Anna Tsing dans ses travaux sur la chaîne d’approvisionnement souligne que Walmart par exemple exige un contrôle parfait sur certains aspects de sa chaîne d’approvisionnement : notamment sur les prix et les délais de livraison, et ce au détriment d’autres aspects comme les pratiques de travail. L’absence d’information sur certains aspects de la chaîne d’approvisionnement est profondément liée à un système conçu pour s’adapter à la variété de produits que nous produisons et à la rapidité avec lesquelles nous les produisons. Et cette absence d’information est intégrée dans les logiciels mêmes qui produisent la mondialisation. Exiger une chaîne logistique plus transparente et plus juste nécessite d’intégrer des informations que peu d’entreprises souhaitent utiliser, notamment parce que par nature, elles remettent en question les paradigmes de l’efficacité et de la scalabilité qui les font fonctionner.

Hubert Guillaud

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *