La « 3e révolution du mobile »

Signalons un très riche dossier du groupe Chronos, qui observe à partir du Japon ce que Bruno Marzloff désigne comme la « 3e révolution du mobile », celle de « l’outil multi-communicant », centré non seulement sur son possesseur, mais sur ses interactions avec son réseau social et avec son environnement physique.

« Le nouveau paradigme des pratiques de la ville et des pratiques sociales se refonde sur l’individu renvoyé à ses propres stratégies. Cela suppose que l’individu se dote des moyens de piloter en temps réel l’organisation de son quotidien (“l’homme radar”), qu’il navigue dans ce quotidien de façon la plus fluide possible (“l’homme sans contact”), en gérant au mieux une mobilité débridée dans des emplois du temps éparpillés (“l’homme nomade”).

Dans ce contexte, le mobile est le siège de l’information égocentrée, et devient, comme le décrit Karyn Poupée depuis Tokyo, une passerelle entre l’homme et son environnement. »

Bruno Marzloff interviendra sur ce thème lors de la table-ronde introductive du 19e Carrefour des Possibles de la Fing, le 5 avril 2005, dont le thème est : « Au-delà des ‘services mobiles’ : le mobile comme télécommande, trousseau, ticket, porte-monnaie… »

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. je voudrais réagir à la notion de mobile multi-communicant en donnant une analogie sur un objet bien connu : le couteau suisse . On peut penser qu’un tel outil aurait dû envahir nos tables grâce à ses fonctions multiples or ce n’est pas à priori le cas … avant le mobile multi-communicant, on a déjà évoqué la carte à puce (avec ou sans contact ) comme vecteur universel . Donc, comprenons pourquoi le couteau suisse n’est pas devenu hégémonique et peut être verrons nous un nouveau futur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *