Autrans : scenarii pour l’internet en 2016

En préparation d’Autrans avaient émergé les premiers récits du futurs, de petites histoires, souvent écrites d’une plume alerte, sur notre avenir. Bien évidemment, ce type d’exercice a les défauts de ses qualités, mais il montre en tout cas, qu’Autrans est toujours un lieu de cogitations.

Eric Brucker imagine, d’une manière joliment utopique, un « standard pour le débat démocratique discipliné » en ligne. Jean-Gabriel Ganascia nous apprend comment nous nous transformerons en cyborg pour enfin faire deux choses à la fois : « tel le dauphin, ne dormir que d’un seul hémisphère et rester en permanence éveillé de l’autre, ce qui constitue un avantage notable dans le monde d’Internet où, comme sur l’empire de Charles Quint, le soleil ne se couche jamais. » Dans ses Rencontres parfaites, Anne-Caroline Paucot s’amuse de la compatibilité amoureuse des individus renforcée par l’infaillibilité technologique. La commande d’une pizza en 2015, s’inquiète avec humour du croisement des bases de données. Alexandre Modesto s’amuse à nous narrer deux perspectives : l’un d’un avenir sans fibre optique et l’autre avec. Comment conserver son libre arbitre et sa conscience, quand « Le réseau est mon cerveau » ? Enfin, le très prolixe Yannick Chatelain met en évidence nos petites manies d’aujourd’hui avec sa « Desinternetisation En Milieu Hostile »

Lors des rencontres elles-mêmes, du 12 au 14 janvier 2006, les ateliers ont donné lieu à la construction d’intéressants scenarii, sur l’avenir du télétravail, l’éducation, les migrations ou l’évolution des territoires. Le scénario de Noël 2016 imaginé par Daniel Kaplan et Anne-Caroline Paucot pour parler de la vie quotidienne est surtout intéressant pour les paradoxes qu’il distingue, considérés comme des vecteurs de changement et d’appropriation.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *