Délégation de service public et nouvelles technos : un robot retient prisonnier les voitures d’un parking

Exemple de parking automatiséC’est une histoire édifiante que nous conte Wired. Vous connaissez certainement les parkings robotisés (appelés MAPS pour Modular Automated Parking System ou AMS pour Automatic Parking System), c’est-à-dire dont le stockage des voitures est géré automatiquement par un robot. Ces parkings sont très courants au Japon notamment, où ils permettent d’optimiser l’espace disponible. L’un des parkings les plus emblématiques, car l’un des plus anciens, construit en 2002, est celui de Hoboken dans le New Jersey. Il a coûté 6,2 millions de dollars et permet de stocker quelques 312 voitures dans un espace qui pouvait contenir 90 véhicules auparavant, rappelle Vie Artificielle.

Il y a quelques semaines, le robot a retenu prisonnier quelques centaines de voitures pendant plusieurs jours : la cause n’était pas due à une panne ou à un problème technique, mais à une contestation de la licence logicielle. La ville d’Hoboken, a qui appartient le parking, et le constructeur, Robotic Parking, qui en possédait la licence d’exploitation, ont bataillé jusque devant les tribunaux à l’expiration du contrat d’exploitation. La ville souhaitait continuer à exploiter le parking en se passant des services de Robotic Parking, ce que lui refusait cette dernière pour cause de violation de copyright sur l’utilisation de son logiciel.

« C’est un problème plus important que les gens n’imaginent », estime un analyste. Les licences d’utilisation de plus en plus complexes deviennent de plus en plus courantes. Face à cela, villes et administrations publiques se retrouvent parfois dans des situations assez inextricables et qu’elles n’ont pas forcément anticipé.

Cet exemple montre l’importance que pourrait avoir le recours à des logiciels open source permettant de contourner ce type de difficulté, estime un consultant en propriété intellectuelle : reste qu’ils sont parfois difficiles à imposer sur tous les marchés publics.

La ville d’Hoboken et la société de parking sont parvenus à un accord : la ville paiera à nouveau 5 500 dollars par mois pour un renouvellement de 3 ans de la licence d’exploitation et Robotic Parking continuera d’assurer le support technique… C’est ce qu’on appelle être pieds et poings liés avec son prestataire technique.

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. Mésaventure très instructive !

    Je voudrais juste ajouter une précision de vocabulaire qui a son importance. Il ne suffit pas qu’un logiciel soit « open source » pour éviter ce genre de mésaventure. Les licences « open source » sont très variées et le seul point certain est que l’on peut lire le code.

    Au contraire, une licence « libre » garantit que l’utilisateur peut utiliser librement son logiciel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *